C’est une phrase lu sur un forum de vélo qui m’a inspiré cette bafouille. On y lisait : « les femmes veulent des selles plus larges pour une question de confort » … C’est évidemment caricatural, malgré tout l’ignorance des spécificités féminines dans le milieu du vélo est si fréquente que j’ai trouvé utile de partager mon expérience et mes astuces de cycliste (environ 6000 km tous les ans entre mars et novembre).

La selle …

C’est évidemment pour des raisons anatomiques que les selles féminines sont plus larges. Le poids du cycliste se partage entre les pédales, le guidon et la selle et c’est le fessier qui en prend la plus grande part.  Ce sont deux os : les ischions qui viennent se poser sur la selle. Le bassin féminin étant conçu pour laisser passer la tête d’un bébé, les ischions sont logiquement plus distants chez la femme que chez l’homme.

Track & News

Rouler sur une selle de femme n’est pas une question de confort mais de santé ! … Une selle d’homme peut provoquer un inconfort à court terme mais aussi des lésions sur le long terme! (bursite, kyste, fêlure des ischions…). A l’inverse une selle trop large sur les sorties longues peut devenir inconfortable à cause des frottements qu’elle engendre sur l’intérieur des cuisses .

Il existe autant de « culs » que de cyclistes et il est bien difficile malgré tout de tirer des conclusions générales : certaines femmes sont très à l’aise sur des selles masculines, d’autres ont besoin de selles particulièrement larges, même si elles ont les hanches étroites.

Il existe un formidable outil pour mesurer la distance entre vos ischions :une plaque de mousse à mémoire de forme qui permet de calculer la distance entre les ischions.  Ce siège un peu particulier est présent chez la plupart des vélocistes, à utiliser impérativement si vous n’avez pas d’idée précise de la largeur de selle qui vous convient.

marie-selle
Outil pour mesurer la distance entre ses ischions

Bon à savoir : certaines marques (specialized entre autres) propose des selles en plusieurs largeurs.

Mais il n’y a pas que les ischions qui reposent sur la selle, il y a aussi le périnée. Heureusement tous les fabricants de selle ont compris la nécessité d’essayer de le comprimer le moins possible. Les selles féminines sont maintenant fendues (ou ont une encoche)  pour ne pas l’écraser. Il vous faut quand même faire très attention au réglage de la selle!  Si les réglages de base concernant le recul de la selle sont valables pour les femmes comme pour les hommes, ce n’est pas le cas de l’horizontalité. Une selle de femme a tendance à pencher vers l’avant pour limiter les pressions sur le périnée.  En général quelques millimètres suffisent à améliorer le confort : une selle horizontale appuiera davantage sur le périnée, inclinée vers l’avant, le corps aura tendance à glisser et il faut davantage appuyer sur les mains pour le retenir.
C’est vos sensations qui vont vous aider à trouver le bon réglage (mais aussi la bonne selle). Si vous revenez de balade la « zézette » toute engourdie ou sans pouvoir poser le cul sur la selle et si vous n’êtes pas une chochotte (comme le suggèrent parfois vos gentils compagnons de sortie), vous avez juste une selle qui ne convient pas ou qui est mal réglée. Même si – soyons honnête – un « cul » de cycliste ça se fait ! … il faut des heures et des heures de selle pour pouvoir encaisser sans douleur des sorties de 200 km de vélo, même avec la meilleure selle du monde 😉

Le choix est malgré tout très personnel, bien difficile de donner des conseils en la matière.D’aucunes se complaisent sur des feuilles de carbone (moi je ne tiens pas dessus sur les sorties longues, les ischions supportent très bien mais le périnée n’apprécie pas )  d’autres aiment le rembourrage plus ou moins dense…

Le mieux reste encore de trouver un vélociste sympa qui vous permet de faire un tour avec plusieurs sortes de selle (dans la bonne largeur) avant d’acheter.

Pur information j’ai testé aussi deux selles « exotiques » avec plus ou moins de succès : la selle ISM (http://www.chainreactioncycles.com/fr/fr/ism-adamo-breakaway-saddle/rp-prod106325), une selle conçue pour les hommes… horriblement douloureuse pour mes féminins ischions ! …
Et aussi la bien plus intéressante selle proust (http://www.selle-proust.fr/)  qui est a mon avis une selle formidable : aucun appui sur le périnée! Elle déplace une partie du poids sur les mains.. et c’est là que le bât blesse en ce qui me concerne , mon arthritique main droite n’appréciant guère 🙁

Le cuissard …

Track & News

Un cuissard c’est le seul vêtement indispensable (avec les chaussures) du cycliste, il permet de rouler longtemps et avec un minimum de confort. Choisissez le pour femme! Le pad (le coussin rembourré) sera non seulement adapté à votre anatomie mais vous éviterez les possibles coutures mal placées d’un vêtement pour homme.  Il se porte sans dessous pour limiter les frottements.
Préférez le aussi de bonne qualité, on trouve chez décathlon des soi-disant cuissard avec une serviette hygiénique en guise de protection cousu au fond … bon cela dit j’ai aussi acheté un Castelli à prix d’or qui est tout à fait inefficace 🙁
La mauvaise nouvelle c’est qu’en plus d’être assez onéreux un cuissard, si vous roulez beaucoup,  ne dure pas longtemps. Il est soumis à de nombreux frottements et en prime la densité du coussin protecteur diminue au fil de son utilisation et des lavages. Pour ma part j’en change tous les ans.

Les crèmes anti-frottements …

Trac

Utiles lors des sorties longues, les crèmes de fond de cuissard sont toujours conçues pour les hommes et cela ne gène nullement les cyclistes (et les marchands)  de les conseiller également aux femmes!
Attention danger
: nous avons des muqueuses à protéger ! …  Jetez donc un coup d’œil à la notice et aux composants avant de les appliquer et de vous retrouver la « zézette » en feu !… S’il est indiqué  « Ne pas appliquer sur les muqueuses » : vous oubliez!
Si cela contient du paraben, du petrolatum, des huiles minérales (liste de saletés présentes dans les cosmétiques non exhaustive …)  cela dépend de chacune et c’est à vous de voir, mais ces produits sont pas anodins et appliqués sur les muqueuses les effets peuvent être assez cuisants (pour information je fais des réactions très violentes alors que je ne suis pourtant pas du tout d’un terrain allergique à la plupart des crèmes anti frottement testées : nok, overstims, …) même sans les appliquer directement.

Je n’ai pas testé la Chamois Crème d’Assos  (très chère …)  qui jure que sa crème est la panacée universelle mais qui conseille de « ne pas appliquer directement sur les muqueuses ». Moi j’aime autant une crème que je peux AUSSI appliquer sur la vulve parce qu’après 200 km de vélo et bien parfois ça brûle ! …

Ce que vous pouvez appliquer sans risque (attention aux éventuelles allergies quand même) ce sont les crèmes pour les fesses des bébés.  Celle que je préfère pour les compétitions est sans conteste le bépanthème qui ne coûte rien, ne se dissout pas trop facilement (important pour les triathlons).
Je finis avec le Cetavlon qui transgresse tous les conseils que je viens de donner: lors de ma traversée de la France à vélo l’an dernier (1150km en 8 jours) j’ai eu si mal aux fesses que le bépanthème ne suffisait plus, je suis passé au cetavlon (normalement interdit sur les muqueuses) pour constater que cela me convenait parfaitement y compris au niveau de la vulve…

Je précise quand même que les crèmes anti-frottements ne sont nullement obligatoires! Si les vêtements sont bien coupés et bien ajustés ils n’irritent pas, et c’est seulement sur les sorties longues (au delà de 100 km) que je ressens le besoin de crémer.

Si vous avez d’autres astuces surtout n’hésitez pas à partager dans les commentaires ! … Je n’ai que ma propre expérience à partager, elle manque forcément un peu d’universalité 😉

Bonne route! 😀

7 COMMENTAIRES

  1. En ce qui concerne l’arthrite des mains ,j’ai résolu ce problème par deux épaisseurs de guidoline cela grossit un peu le cintre mais quel cconfort.

  2. Bonjour,
    Merci pour tous ces conseils.
    Pour ma part j’utilise la creme assos avec un cuissard assos (tres cher) qui a mon avis ne laisse pas suffisamment respirer. (problème après 300km) Je viens d acheter un Xbionic pas encore testé sur longue distance.

  3. Bonjour,
    J’ai trouvé votre expérience intéressante. Pratiquant sur des distances bien moindre. Après un arrêt de plusieurs mois et changement de vélo, etc…Pour ma reprise, je suis érhytèmisé sur les parties molles voisines des ischions avec un début d’irritation testiculaire, bref…est-ce un encouragement à s’endurcir ou l’annonce à d’autres souci…? A la lecture des remèdes que vous citez, connaissez-vous la bande collante »Reskin » préconisée pour tous les frottements ? Merci pour vos conseils.

  4. Aie ! j’ai mal ! 55km ont suffit à irriter à un endroit pas très confortable pour s’assoir ou aller aux toilettes… Alors je viens de lire vos commentaires et je vais m’équiper d’une crème. Il est vrai que mon cuissard est « bon marcher » alors va falloir investir aussi je pense.
    Merci beaucoup pour cet article.

  5. Je viens de changer de selle pour une selle plus large, et catastatrophe grand coupure á l’entrejambe. Elle doit être trop large; je vais donc remettre l’ancienne qui me faisait mal mais au moins ne me blessait pas, et acheter du bépanthène. A l’occasion j’irai voir si je peux me faire mesurer la distance entre les,isquions!
    Merci donc pour tous ces conseils

LEAVE A REPLY