Pour découvrir de nouvelles tendances comme les vélos électriques, les commuters urbains ou encore celle du développement du vélo féminin il faut aller traîner sur des « salons » comme l’Eurobike ou le Roc d’Azur. Depuis quelque temps on remarque sur les stands des vélos « hybrides » ni vraiment route, ni VTT qui se classent dans une famille appelée outre-atlantique  « Gravel Bike ».

Si l’on traduit cette appellation cela donne littéralement « vélo de gravier » … Il n’en fallait pas moins pour aiguiser notre curiosité et chercher à comprendre pourquoi il serait nécessaire d’avoir un vélo spécial pour rouler sur des graviers. Est-ce encore un nouveau concept marketing ou est-ce que ce type de vélo correspond à un réel besoin ?

Entre Cyclo Cross, Route et VTT

Que trouvons-nous dans l’analyse génétique d’un Gravel ? Sans faire de test ADN, regardons les éléments et les caractéristiques de ces nouvelles montures.

Bike CaféLa forme générale du cadre est celle d’un vélo de route avec une géométrie type endurance. On retrouve une ouverture plus « slooping » (A) et une douille de direction plus haute (B). On remarque aussi immédiatement les freins à disques (C) sur les deux roues. Un dégagement du cadre (D) au niveau des pneus permettra d’accepter une section jusqu’à 40c. Côté développement on va trouver du « court » (E) pour avaler les pentes. Il pourra être équipé comme c’est le cas sur ce modèle Caminade très exclusif d’un mono-plateau. Le « Gravel » est étonnamment équipé d’un guidon type course (F) aux formes évasées alors que son esprit chemin aurait plutôt inspiré la pose d’un guidon plat. Ce guidon rappelle la parenté du Gravel avec le Cyclo Cross et ce cintre sera certainement plus agréable sur les portions de chemins rectilignes ou sur la route.

Usage

Bike Café
photo Bike Café

Le « Gravel » va pouvoir emmener le cycliste en quête d’aventures sur des parcours très variés comme les routes forestières, les chemins de campagne, … mais également les portions de bitume où il sera également à l’aise. Amateurs de longues randonnées vous serez conquis par ce type de monture. A l’image des randonneurs à cheval vous allez pouvoir découvrir des espaces variés sans trop vous fatiguer en roulant sur un vélo confortable. Equipé d’un petit sac à dos à la journée ou de sacoches de cadre, toutes les randos seront possibles de 60 km à plus, selon votre appétit, votre champ d’action s’en trouvera élargi. Si je devais tenter une comparaison avec la rando pédestre ce concept pourrait être la forme vélo du « Fast Hiking » (encore un anglicisme pour qualifier la rando légère et rapide).

Les marques sont toutes sur le « gravier »

Le « Gravel » a inspiré désormais toutes les grandes marques de cycles et on trouve désormais ces vélos sur leurs catalogues. Pour l’instant la diffusion reste confidentielle en France mais elle progresse fortement depuis deux ans. Le sportif fuyant l’agitation urbaine exprime une quête de nature et un besoin d’évasion vers des périmètres élargis. Il reste, certes à développer cette nouvelle pratique. Des événements se créent sur des parcours superbes et le Gravel devrait trouver sa place entre le cyclotourisme vert et la route.

Le monde des équipementiers est également concerné avec, par exemple, des pneus adaptés conçus par les toutes les marques. Le bagage a également changé les pratiquants de Gravel utilisent des sacoches de cadre (bikepacking) qui s’accrochent sur le vélo sans avoir recours à des porte-bagages. Quant au dressing code des pratiquants de Gravel, il ressemble plus à celui des routiers qu’à celui des VTtistes. Autre détail : le porte-bidon qui n’est pas envisageable sur un VTT sera présent sur un cadre de Gravel.

Les épreuves

Le phénomène « Gravel » nous vient tout droit des Etats-Unis où les grands espaces invitent à des randos en nature. Une célèbre course de 100 miles : la Almanzo offre des routes sinueuses à souhait, des franchissements de collines et même des traversées de rivières. Elle attire, au mois de mai, quelques milliers de cyclistes dans le Minesota.

Track & News
Crédit Image: Craig Lindner

Autre événement US, auto-proclamé comme il se doit « la plus plus grande course de Gravel » au monde, le Barry-Roubaix qui a lieu en mars, à ne pas confondre avec notre Paris-Roubaix national… Il existe aux États-Unis un calendrier impressionnant d’épreuves : voir la liste sur le site http://ridinggravel.com/events/

 

Track & News

En France des organisations du même type devraient se développer car notre territoire offre aussi de belles perspectives pour ces vélos Gravel. Le Gravel Bike « à la française » se développe sur un territoire différent de celui des US. Nous essayons de les faire connaître sur notre site avec ce calendrier. La Gravel 66 organisée par Caminade à l’Ille-sur-Têt est une des premières épreuves du genre.

Bike Café

Le sujet vous l’avez compris nous passionne et sur notre site vous retrouverez de nombreux tests de matériels et des articles qui vous emmènerons à la découverte de ces nouveaux sentiers couverts de graviers.

29 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    encore les joies du marketing. L’eau chaude existe depuis longtemps, cela s’appelle une randonneuse, voire un VTC ou un VTT avec des pneus hybrides ou un vélo de voyage. Mais encore une niche pour vendre du matériel élitiste. Quant à moi je parcours les routes et les chemins avec un vélo de voyage en 26″ avec un cintre papillon…

    Mais l’article est tout de même intéressant mais révélateur de ce que devient le sport nature, un terrain de jeu pour le marketing.

    • OK Christophe … certes mais l’eau chaude a été inventée aussi … avant il n’existait que l’eau froide ;-)) … Effectivement derrière ce type de vélo il y a du marketing … mais le marketing c’est l’étude du besoin. On peut imaginer n’importe quoi mais si ça ne correspond à aucun besoin ça ne se vendra pas … Je persiste à croire que ce produit est intéressant et qu’il est bien agréable de passer de la route au chemin et du chemin à la route sur un vélo agréable à rouler. Mais je suis d’accord on peut très bien prendre du plaisir sur une randonneuse, sur un VTT bricolé et monté en pneus lisses … On verra ce que donne ce concept de rassemblement de « Gravel » dans l’esprit de ce qui se passe aux US. Je compare cette tendance au début du trail en course à pied … découverte, convivialité, … on est moins la « tête dans le four » comme en VTT ou sur la route pure et dure …

    • un petit com sans prétention…. l’histoire de mon sunn totall en fait.
      Apres dix ans de bons et loyaux services sa base lâche
      Impossible de me sépare de lui
      mon vélociste l’a ressoudé et je lui demande de repositionner les tasseaux des v-brake .
      Je sors de mes cartons un cintre et une transmission de route. Je conserve le pédalier et les plateaux d’origine. Je monte de pneus spé de vtc et des étriers cx. Mon sunn était devenu un cx plutôt sympa et agréable
      C’était il y a six ans et je découvre aujourd’hui qu’il a des airs de gravel

    • il n’y a pas qu’à la campagne que ce genre de vélo est agréable. J’ai acheté l’an dernier un Gios Pure Drop (c’est plutôt un cyclocross vintage civilisé mais çà doit se rapprocher du gravel) pour entretenir ma condition physique en été sur les chemins de la forêt de Soignes en périphérie de Bruxelles et après avoir fait des incursions en ville, je délaisse totalement mon vélo de trekking que j’utilisais comme velotaf et mon vélo électrique que j’utilisais mes soirs d’interclubs de ping par manque d’énergie pour rentrer après la compétition. L’ergonomie fait des miracles, on traverse la ville sans trop d’effort et les pneus 700×35 assurent une bonne sécurité de tenue de route (même mouillée) et un confort acceptable sur les pavés. Bruxelles n’est pas plate et le vélo de route c’est trop dangereux sur ses voiries.

  2. Ce qu’il serait intéressant de décrire, afin de faire la part entre « nouveau type de vélo » ou « nouveau titre marketing », ce sont les différences entre ces vélos de graviers et les cyclo-cross.

    Un cyclo-cross ne serait-il pas déjà un « gravel bike » ? Un « gravel bike » ne serait-il pas simplement un cyclo-cross ?

    Merci de votre réponse.

    • Effectivement le Gravel ressemble plus à un CX qu’à un VTT … C’est ce que j’explique dans l’article … Rien qu’en voyant le guidon on est un peu fixé …
      Dans le cas du Gravel on n’est pas dans l’idée de faire des boucles sur un parcours de cyclo-cross … On va s’aventurer sur du long … J’ai fait autrefois une saison en cyclo cross et sur mon vélo je cherchais de la légèreté pour le portage, de l’agilité avec une chasse avant manoeuvrante pour virer serré … on avait guère de grandes lignes droites sur les courses … Le Gravel serait donc un Cyclo-cross pour de longues distances … et avec plus de polyvalence.

  3. Marketing ou pas, c’est exactement le type de vélo que je recheche. De quoi faire de la route, couper à travers champs, les Alpilles, filer ou bon me semble. Pour de belles promenades un peu sportives, mais pas que!

    Le hic c’est que dans ma région (BdR/Vaucluse), les velocsites me sourient au nez avec ma demande de mouton à cinq pattes. On me parle de marketing, de vélo de bobos etc et on cherche à me refiler un VTT avec des pneus en 40 ou alors un vélo de course en me disant d’aprendre à rouler sur la route….

    Il doit bien y avoir des gens qui aiment rouler, mais ne se retrouvent pas dans l’esprit tête dans le guidon 150 km à fond le dimanche, ni dans l’idée du 4×4 en velo…

  4. quand vous voyez le nouveau cannondale slate avec la lefty
    c’est le vélo markerting par excellence mais JE LE VEUX
    parce que je remplace mes 2 vélos avec celui là

    vive le gravel et vive le CX

  5. un petit com sans prétention….l’histoire de mon totall en fait.
    Après dix ans de bons et loyaux services sa bases droite s’est fissurée.
    impossible de me séparer de lui
    mon vélociste a ressoudé la base. Je lui ai demandé de repositionner les tasseaux des v-brake et de me commander une fourche carbone de cyclocross
    Jai monte des pneus spé de vtc en 700/40 ;j’ai conservé le pédalier d’origine avec ses plateaux et installé un cintre et une transmission dura ace
    C’était il y a six ans, je trouvais ce pseudo cyclocross sympa et agréable. Aujourd’hui mon sunn a des air de gravel que je ne soupçonnai même pas.

  6. Bonjour,

    Je viens de découvrir ce type de vélo aujourd’hui même et adhère assez au concept.
    C’est un juste milieu entre un vélo de course peut être trop restreint et un vtt, un bon vélo polyvalent en fait qui en plus supportera la fixation d’une remorque pour nos deux enfants (chose plus difficile avec un vélo de course)

  7. Le vélo que j’ai toujours recherché. Prendre la route 60km puis enquiller le canal du midi ou la voie verte pour reprendre le morceau de route jusqu’à l’arrivée .
    Mon Vtt trop chiant sur la route , mon vélo route pas du tout adapte aux chemins .
    Et voilà !!!
    Mon SPECIALITES diverge me donne entière satisfaction
    Au plaisir ….
    Daniel

  8. Super concept , je fais 50 km de route pour prendre la voie verte et récupère 20km de goudron jusqu’à l’arrivée .
    Mon Vtt trop lourd inadapte sur la route , mon vélo route pas du tout fait pour le canal du midi ou la voie verte avec ses trous et ses cailloux .
    Bref le vélo qu’il me fallait .
    Sacoches ou remorque enfant été avant .
    Porte bagage arrière et latéraux et c’est parti pour la Via rhona.
    A bon entendeur …

  9. Pour répondre à Christophe on ne peut pas comparer un « gravel » à un VTC, une randonneuse ou un VTT. Un VTC sera bien plus lourd, moins performant et pour un usage plus cyclo-touriste, tout comme une randonneuse. Un VTT, même avec des pneus slicks, sera moins adapté à la route.
    Son usage est également moins restrictif qu’avec un route ou un cyclo-cross. On se rapprocherait plus d’un cyclo-cross, avec lequel on pourrait faire de plus grande distances.
    Bref, ce qui le distingue des autres types de vélo est son degré de polyvalence.
    Certes, il y a un marché autour de ce phénomène de mode, mais je ne l’ai pas attendu pour me doter d’un vélo qui corresponde à cette pratique, qui correspond à une réelle aspiration, et qu’on appelle ( faute de mieux, je déplore que le terme VTC renvoie inévitablement à un vélo typé cyclo-touriste ) un  » gravel ».

    • Finalement je trouve le terme Gravel assez beau … son étymologie vient du vieux français … Pour une fois c’est un mot français nous revient via une tendance US … Gardons cette appellation plutôt que l’acronyme VTC qui comme VTT n’est pas très beau …

      • Je trouve que même si c’est acronyme, VTC décrirait bien l’usage, tout chemin, qu’on peut avoir avec ce type de vélo, s’il n’était malheureusement rattaché aux vélos de cyclo-tourisme.
        Alors que « gravel » me semble plus restrictif ( renvoyant à « gravier » ).
        Le retour dans l’usage du français actuel, par le biais de l’anglais, de mots d’ancien français, ou venant de l’ancien français n’est pas rare. C’est le cas de « tennis » , « bacon » ( le simple équivalent de « jambon » en ancien français )….

        • Effectivement Geo Vélo Tout Chemin … encore que là également c’est restrictif avec ce type de vélo (comme avec les VTC) nous ne pourrons pas aller sur tous les chemins … La langue française est riche … à propos de Gravel j’ai une anecdote : au printemps dernier je suis allé dans un grand magasin à l’enseigne Giant pour demander si ils avaient en expo des vélos de « Gravel » … la personne qui me répond me dit « C’est quoi gravel ? … » … J’explique … et immédiatement elle me répond « Vous ne pouvez pas parler en français … » ;-)) gag … Je lui fait remarquer en ouvrant les pages de son catalogue Giant que tout était en anglais et que cela n’avait pas l’air de la gêner … Véridique … Alors effectivement comme ce nom est devenu générique d’une pratique je l’utilise volontiers plutôt que ces 3 lettres VTC d’autant que j’aime cette consonance en « elle » qui peut-être me donnera des « ailes » …
          Merci de suivre nos publications.

  10. Bonjour, finalement avec le Gravel on revient presque aux origines du vtt. Je m’explique: fin des années 80, nos vtt était sur base de cadre route avec des pneus ne dépassant pas les 1.90. En plus la transmission était hérité des vélo de randonnée. Seul le poste de pilotage était revu et les suspension sont venues plus tard. Finalement, j’aurais du garder mon vieu cadre acier pour le transformer en Gravel…

  11. Super votre site
    J’ai 68 ans 50 ans de velo dont 20 de courses régionales sur route
    Aujourd’hui beaucoup de Vtt pour le Fun et l’absence des voitures
    Sans le savoir pour la montagne route et chemins
    J’ai bricolé un Rockrider 500 acier de 1996 avec des pneus semi-slick de Marque Samourai trouve sur internet.
    Je pense que je vais prendre un vrai velo de Gravel je pense au Scott Gravel addic seul problème c’est un cadre carbone nouvelle génération , donc plus fragile que les carbone de 2000 2005 comme le look Kg 461 que j’utilise sur route.
    Bonnes sorties à Tous
    Bernard Le Blond

  12. mon achat gravel et pourquoi:
    J’étais à la recherche d’un vélo polyvalent chemin, voix verte, halage et pouvoir faire des sorties route.
    J’ai acheté le revolt 2016 de giant. Je suis super content confortable polyvalent et je peux suivre les groupes de cyclos. Je suis conquis par ce gravel, j’ai découvert le vélo d’une autre façon.

  13. par des excès de technicité et de prix le vtt a perdu des pratiquants, la route trop restrictive trop élitiste, trop onéreuse, le mélange des deux
    un gravel c’est le cyclo cross revisité, en fait on revient au demi course qu’on avait autrefois.
    je viens de monter une transmission de vtt sur un vieux route, le pied ! par contre je suis limité en taille de pneu

  14. Je sais à présent que depuis 50 ans je pratique le « Gravel Bike » sans le savoir…
    Ha ! Ces américains si on ne les avait pas pour nous apprendre à respirer et nous vendre de l’oxygène…

    • Je sens un peu d’ironie dans ton commentaire ;-)) … Bien sûr les « ricains » n’ont pas inventé le vélo et ce concept n’est autre qu’un « cyclo-cross » revisité pour tailler la piste au lieu de tourner en rond dans un sous-bois … Pour en revenir à nos amis américains ils ont quand même eu le mérite d’avoir développé le MTB, auquel personne ne croyait à l’époque en France … On voit aujourd’hui ce que c’est devenu … Pour le Gravel Bike je dirais que c’est un peu pareil … Les critiques un peu « grincheuses » fusent … c’est un peu notre esprit français. Moi j’adore le mot Gravel, qui vient de vieux français … et oui c’est un terme qui a ses origines dans la langue de Molière … Et j’adore le concept « couteau suisse » de ce vélo, encore une référence étrangère me diras-tu … Toi qui pratique depuis 50 ans tu n’as rien à découvrir mais nos jeunes « néo-cyclistes » qui découvrent le vélo s’y mettent de plus en plus et des vieux comme moi qui roulaient « exclusif » découvrent enfin le vélo liberté …

  15. Bonjour
    Je pratique le vélo de chemin communal en Bretagne et je traque le dénivelé en fuyant la départementale sur les chemins communaux. J’ai opté pour un vtc avec un triple plateau de VTT, une cassette 14 28 un guidon VTT avec poignées,des frein classiques avec des patins allongés .poids à vide 13kg .
    Dans mon coin, j’arrive à totaliser 1000m de dénivelé pour 40km en 2h30 environ . je vais en montagne de temps en temps pour aligner quelques cols façon rendo sacoche avec le cardio sur 145 max . Mon prochain vélo pourrait être un  »gravel » mais ce serait un caprice pour mes 70ans .

    • Ce n’est pas un caprice, si il s’agit de se faire plaisir … Etant dans le même créneau d’âge que vous je n’ai pas hésité après avoir découvert un peu plus la pratique du Gravel Bike à me faire faire un vélo chez Caminade … On peut rouler très bien sur un VTC ou un vélo que l’on aura adapté à cette pratique mélangeant sentier et route … mais un vélo conçu pour cela procure à mon sens un plaisir supplémentaire.

LEAVE A REPLY