Cézanne n’aurait pas osé sortir son chevalet et ses pinceaux un jour comme aujourd’hui. C’était le seul où, malheureusement, la lumière habituellement si belle au pays d’Aix, avait choisi de ne pas venir éclairer les sentiers et les routes qui ceinturent la montagne chère à l’artiste.

Ce plafond plutôt bas et la fraîcheur inhabituelle n’ont pourtant pas découragé les 17 « graveleux » venus découvrir un tracé préparé par Philippe et Patrick, les deux cyclistes locaux. Rendez-vous sur le parking du centre sportif du Val de l’Arc pour un départ à 9 h vers les 70 km du parcours.

Un tour, avec une tour, entre les deux tours …

Après une première annulation notre « tour » a trouvé sa place entre les deux tours du calendrier politique. Chacun son tour … et même « sa Tour », comme vous le découvrirez dans le récit. Pour nous, pas d’isoloir, nous avons décidé de voter groupés pour une bonne cause, celle du vélo liberté : le Gravel Bike. Notre politique sera celle de l’ouverture vers tous les chemins : sentiers, routes, DFCI, et même passages urbains. Notre programme nous fera rouler à droite ou à gauche sur les pistes sans que cela créé une quelconque zizanie. Cette montagne, surmontée de sa croix, nous invite depuis plusieurs mois à venir faire son tour … alors c’est parti pour 70 km de terrains variés et 1300 m de D+ …

Bike Café

KM 0 : Départ 9 h, des « graveleux » qui ont répondu à l’invitation d’Arles Gravel sur la page Strava et sur un Doodle sont là, se demandant qui avait bien pu laisser la « porte du frigo » ouverte tant il faisait froid sur le parking …

Bike Café
Le conducteur d’un combi Volkswagen Westfalia nous aborde – photo BC

KM 3 : Chemin faisant, au bout de 3 km, le conducteur d’un combi Volkswagen Westfalia nous aborde en nous demandant « C’est bien vous la sortie Gravel autour de la Sainte Victoire ? … » Bernard venu de Cavaillon, qui n’avait pas réussi à trouver le lieu de rendez-vous a eu l’idée de venir sur la trace du parcours et nous a retrouvé ainsi. Sur le premier parking venu il pose son combi et sort le vélo pour se joindre à notre petit peloton.

Bike Café
La première grimpée vers Bibémus en partant du Tholonet – photo BC

KM 5 : Il fait froid mais la première grimpée vers Bibémus en partant du Tholonet va réchauffer les participants. Tout le monde passera la rampe. Après un beau sentier en sous-bois, on enchaîne sur un « single » avec quelques passages techniques en direction du barrage du Bimont.

Bike Café
Arrêt point du vue (un peu bouché) au-dessus du lac Zola – photo BC

KM 10 : Nous voici au barrage du Bimont. On peut remettre à niveau nos bidons mais ce n’est pas la chaleur du jour qui va nous donner soif.

GT-Sainte-08

KM 13 : La variante dite « du portail vert » … Philippe a introduit dans le parcours initial cette variante qui nous fait passer par un portail qui débouche sur un sympathique single qui nous emmène dans le Vallon du Marbre.

GT-Sainte-10
Le barrage du Bimont – photo François

KM 15 : Nous avons repris le bitume sur la « route Cézanne » pour monter la côte de Saint-Antonin. C’est un petit col en lacet qui nous offre une belle vue à gauche sur la Sainte Victoire. Sur le final de la montée on distingue à droite une superbe cascade des eaux du Bayon.

KM 18 : On quitte la route, on passe à gué le Bayon et on emprunte la longue piste qui nous fera faire le tour dominateur (encore un tour) de la barre du Cengle.

photo François
Sur la boucle de la barre du Cengle – photo François

KM 25 : Nous retrouvons la route qui constitue le final de la redoutable montée de la barre du Cengle tant redoutée par les cyclistes routiers locaux.

KM 27 : Nous voici à nouveau sur la D17 en direction de Puyloubier. On passe le Saut du Loup et on découvre les vignes et une belle vue sur le massif de la Sainte Baume.

Bike Café
Le Saut du Loup ne serait pas une appellation touristique mais la preuve d’une réelle présence – photo Dan De Rosilles

KM 33 : Nous traversons le village de Puyloubier pour nous diriger vers le château du Général Koenig devenu une institution pour les légionnaires invalides.

KM 35 : Nous attaquons la montée vers le col des Portes. Surprise, sur cette piste habituellement déserte, passe un convoi de voitures qui se rend sans doute à un méchoui en pleine nature. Petite désorganisation dans notre groupe et c’est là que nous avons perdu Basile. On s’arrête, Bernard fait demi-tour et part à sa recherche mais on ne le voit pas. En espérant qu’il n’ait pas eu un incident majeur … il a peut-être choisi de rentrer à Marseille d’où il était venu à vélo.

Bike Café
Pause casse-croûte au Col des Portes – photo PDM

KM 40 : Nous voici revenus sur la route qui monte au col des Portes : 631 m et point culminant de la sortie. Il est temps au somment de faire une pause pique-nique en s’abritant du vent froid derrière des arbustes.

KM 44 : Nous empruntons la piste qui se situe à gauche de la descente du col. Belle piste large et roulante en légère montée au départ.

Bike Café
Changement d’ambiance on part dans l’aventure – photo PDM

KM 46 : Changement d’ambiance on quitte la large piste et nous partons dans un sentier étroit découvert par Philippe qui comporte quelques passages « aventureux ». Ce chemin est totalement inconnu sur la top 25. Il longe le cours du ruisseau de l’Infernet qui collecte les différentes sources qui descendent de la face nord de la montagne Sainte Victoire. Passages techniques avec en récompense un mono-trace en sous-bois très sympa.

GT-Sainte-12

KM 50 : Sébastien crève … un pincement visiblement et on a eu du mal à démonter son pneu archi collé à la jante. Petit regroupement.

GT-Sainte-03

KM 52 : Un deuxième passage « aventureux » s’annonce pour longer cette fois la Cause : petite rivière qui se jette dans le lac du Bimont. Le gué est infranchissable et là, un court portage est obligatoire pour rejoindre plus loin une belle piste le long du lac.

Photo François
Le long du lac du Bimont – Photo François

KM 55 : Encore un petit passage technique pour franchir un petit pont de bois et rejoindre le tracé d’une ancienne route où la nature a repris ses droits.

Bike Café

KM 57 : Après être revenus sur une portion de route, nous sommes aux Bonfillons où nous ne filons pas vraiment dans la côte avant d’attaquer une montée sur le chemin des Grands Vallons.

KM 58 : Nous prenons à gauche une piste roulante qui nous donne envie d’envoyer … Dans notre élan nous avons oublié Pierre et Jean-Paul qui étaient en position de serre-files …

Bike Café
C’est la Tour, du tour entre les deux tours … photo Max

KM 62 : Nous filons vers la Tour de César … C’est la Tour, du tour entre les deux tours. Pierre m’appelle au téléphone : nos deux serre-files sont perdus … Un peu de « radio guidage » et nous nous regroupons pour attaquer la descente vers Aix.

KM 64 : Superbe descente dans le vallon des Lauriers … Nous arrivons en ville et là c’est Laurent qui crève … Paradoxe : nos pneus qui ont « survécu » à tous les outrages subis sur les chemins que nous avons empruntés, deviennent de petites choses fragiles arrivés en ville. Pas de chance, c’est un petit bout de métal qui sera chirurgicalement enlevé  par le « docteur » Sébastien  …

KM 69 : Nous avons osé passer par le Passage Agard (réservé aux piétons car il est très étroit) et nous sommes arrivés sur le Cours Mirabeau noir de monde : il y a une fête, des confettis partout, … C’était pas prévu au programme non plus : on s’adapte et on va simplifier notre visite du centre d’Aix pour replonger vers le Val de l’Arc et retrouver nos voitures … Sauf notre ami Bernard de Cavaillon, qui devra refaire 3 km pour retrouver son Westfalia garé sur la route du Tholonet.

Belle sortie, qui a manqué de chaleur si on se place au niveau de la météo, mais qui a été très chaleureuse en terme de camaraderie cycliste. Notre seul regret est d’avoir perdu Basile mais personne avait son téléphone c’est un point à améliorer pour de prochaines aventures : collecter les numéros des participants avant de partir.

GT-Sainte-04
La charcuterie « clandestine » que Dan avait amenée d’Ardèche – photo PDM

Les bières alors sorties des coffres des voitures étaient bien fraîches. C’était maintenant le « tour » de table avec une délicieuse charcuterie, autrefois « clandestine », de Monsieur Trouillas de Saint Genest de Beauzon apportée d’Ardèche par Dan et de succulents fromages du Jura Suisse importés par François, venu spécialement de ses montagnes helvètes pour participer avec son fils à notre Tour.

Le film

Un tour qui vaut le détour …

Merci à ceux qui sont venus découvrir notre territoire et ce « Tour » qui portera le nom de « Jidé Tour », en hommage à Jean-Denis Gely (Jidé c’était son surnom). C’était un grand bonhomme du vélo, malheureusement disparu cette année et qui bien avant moi a fait oeuvre de « prosélytisme » pour le développement du Gravel Bike en France.

Un grand merci à Philippe qui a largement enrichi mon projet de départ par l’ajout de ses nombreuses variantes résultat de quelques heures de selle sur les sentiers. Un très grand merci au collectif Arles Gravel qui, toute l’année, organise des sorties Gravel passionnantes que vous pourrez découvrir sur leur blog https://arlesgravel.wordpress.com/ 

Le relive Strava

La trace sur Openrunner : http://www.openrunner.com/index.php?id=7355946

PARTAGER
Article précédentSchwalbe G-One un pneu de Gravel performant
Article suivantC’est nouveau
Aix-en-Provence - Après la création de Running Café, la co-fondation de Track & News Patrick remonte sur le vélo en créant Bike Café. Il adore rouler sur route et sur les chemins du côté de la Sainte-Victoire. Il collabore en freelance à la revue Cyclist France. Affectionne les vieux vélos et la tendance "vintage" et depuis peu la pratique du vélo de "gravel".

2 COMMENTAIRES

  1. Je regrette de ne pas avoir participé à cette superbe balade. (une cheville récalcitrante).
    A bientôt pour la prochaine.
    Georges

LEAVE A REPLY