24, 26, 28, 32, 35 : il ne s’agit pas d’un étagement de cassette, encore moins du nombre de rayures sur les combinaisons des frères Dalton, mais de la subtile déclinaison de diamètres du Pirelli Cinturato Velo pour un usage « all roads », c’est à dire entre route et gravel, sur tous types de vélos. Serait-ce le casse du siècle, Monsieur Pirelli ? Voudriez-vous dire qu’il suffit d’équiper sa monture du Cinturato adapté, pour sortir de nos itinéraires rituels du dimanche, pour pouvoir allonger les distances en gagnant en confort et en fiabilité ? Diantre, je suis bien curieux d’aller vérifier cette proposition malhonnête sur le terrain…

Pirelli Cinturato Velo Allroad gravel tyre tire cycling
Libérons le Cinturato, et voyons comment il résistera aux coups de poignard que l’avenir lui réserve – photo Dan de Rosilles

La famille

« Cinturato »… ça sonne comme le sobriquet d’un parrain de Cosa Nostra. On se laisse facilement aller à traduire par « ceinturé » en français, mais je lui préfère, après avoir testé le bandit, l’adjectif « gainé », plus sportif, plus pertinent au sujet d’un pneu… qui n’a pas de bouée, mais qui au contraire possède des abdos hors du commun. Sur un vélo de route, on montera donc du 26 ou du 28, pour peu que les passages de roue nous le permette ; on pourra alors sortir du bitume pour aller jeter un œil de l’autre côté du fossé.

Pirelli Cinturato Velo allroad gravel cycling tyre tire
Le Cinturato Velo devrait nous permettre quelques sorties de route, histoire d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté du fossé – photo Dan de Rosilles

Sur un vélo de gravel, on posera du 32 ou du 35mm, pour réduire la bande de roulement, gagner en vitesse et aller se frotter à des terrains plus rapides que le gravier, dirt roads, routes de campagne ou de montagne, et pourquoi pas, allonger notablement les distances. Je décide donc d’équiper mon pignon fixe Raleigh Competition GS « route longue distance » du modèle en 28mm avec chambres à air, et mon Cinelli Tutto « mi-fixe mi-gravel » de la version en 32 montée en tubeless.

chacun se rappèlera
Pourquoi un double test, avec deux montages et deux vélos ? Pour pouvoir aller partout – photo Dan de Rosilles

Pourquoi deux montages et deux vélos pour un seul test ? Parce que si ce pneu est versatile, il faut pouvoir le vérifier dans des configurations et des pratiques assez différentes. Pourquoi sur pignons fixes ? Parce que ça sollicite beaucoup plus les pneus que les roues libres, donc ça me permettra de pousser les frères Cinturato dans leurs derniers retranchements. Sur plus de mille kilomètres, comme pour tout bon test de pneus qui se respecte, allons traîner avec les Cinturato dans les bas-fonds, la fange et la luxure. Même pas peur…

Pirelli Cinturato Velo Allroad Gravel cycling long distance tyre tire
Sur un gravel, on montera du 32 ou du 35 pour gagner en vitesse et faire sauter la banque sur les « dirt roads » – photo Dan de Rosilles

Libérez Cinturato !

Au sortir de la boîte, le pneu brille et sa surface, à l’œil et au toucher, n’évoque pas vraiment le caoutchouc. Mais ce n’est pas du toc, c’est du sérieux, on a affaire à un matériau novateur, léger, qui me fait penser tout de suite à quelque chose de minéral et cristallin, entre silice et mica. Le pneu est fabriqué en France, et cela n’est pas pour nous déplaire.

Pirelli Cinturato Velo Allroad Gravel cycling long distance tyre tire
Le Cinturato a un aspect brillant et une surface dure – photo Dan de Rosilles

Pendant que je monte les 28c (avec chambres) sur mon pignon fixe Raleigh, Frédéric Paulet de Cévènavélo s’occupe du montage tubeless des versions en 32mm pour un tout nouveau projet, un Cinelli Tutto que je consacre à l’usage – un peu particulier je l’avoue – de la pratique du gravel en pignon fixe.

Pirelli Cinturato Velo 700X32c Allroad Gravel long distance tyre tire
Entre les mains expertes de Frédéric Paulet de Cévènavélo, le 32c n’oppose aucune résistance lors du montage tubeless – photo Dan de Rosilles

Entre les mains expertes de Fred, le Cinturato en 32c n’oppose pas la moindre résistance lors du montage tubeless. Première surprise : Le pneu annoncé à 32c fait 28mm de large sur sa jante DT Swiss R460, exactement la même largeur que le 28c que je viens de monter sur mes jantes HplusSon Archetype ! Mais après quelques sorties sur des routes bien défoncées, le pneu de 32 se sera enfin détendu et affichera sa largeur nominale. Le 28mm lui, a gardé ses dimensions annoncées, du montage à la fin du test. Est-ce dû au montage avec chambre, à son diamètre inférieur ou aux jantes différentes ? Je ne saurais répondre à cette question.

Pirelli Cinturato Velo 700x32c allroad gravel tyre tire
Au montage, le pneu de 28 fait 28mm de large, celui de 32…fait 28 aussi ! Il faudra lui rentrer dans le lard pendant deux ou trois sorties pour qu’il se relaxe et prenne sa largeur nominale – photo Dan de Rosilles

Cinturato, le touche-à-tout

Très vite, dès les premiers essais, je comprends que j’ai affaire à un pneu qui adhère bien, quelque soient les conditions. Sur terrain sec et poussiéreux, dans les graviers sur route mouillée, sur terre battue ou grasse, il fait le job. Avec trois limitations tout de même : D’abord, ce n’est pas un pneu très rapide sur route lisse et sèche, mais il n’est pas vendu pour ça. Ensuite, il perd de l’adhérence dans le gras, mais sans aucun bourrage : normal, c’est un pneu lisse ! Enfin, il faut se méfier lors des virages serrés dans les graviers car il n’y a pas de crampons latéraux pour rattraper les dérapages.

Pirelli Cinturato Velo Allroads gravel Cycling tyre tire
Dans la terre humide le pneu tient la ligne et ne charge pas – photo Dan de Rosilles

Ces limitations sont tout à fait normales au vu des caractéristiques du pneu, rien qui ne décourage d’aller explorer les chemins de traverse, dès qu’une intersection se présente. En changeant constamment de surface, je m’amuse à teinter le pneu sur toute la palette de couleurs des sols qu’il est amené à rouler. Le blanc du calcaire de la piste entre les oliviers, le brun-rouge de la terre chargée de bauxite des Alpilles, le noir de l’eau sur le goudron de la route.

Pirelli Cinturato Velo Allroad gravel tyre tire
En changeant de terrain de jeu, le pneu change aussi de couleur. Un plaisir sans cesse renouvelé pour les yeux et une grande liberté d’action – photo Dan de Rosilles

Un dur au cœur tendre

« Duro fuori, morbido dentro » (dur à l’extérieur, moelleux à l’intérieur) serait le slogan approprié pour ce pneu quasi-increvable et extrêmement confortable, pourvu qu’on le monte en tubeless. Avec chambre, on reste bien sûr exposé aux risque de pincements, que le Cinturato n’évite pas toujours, surtout si on le gonfle en dessous des pressions préconisées pour gagner en confort, comme je l’ai appris à mes dépends à l’occasion du test du Merida Silex au printemps dernier. Et pour être franc, avec chambre ce pneu est bon, mais pas plus intéressant que beaucoup d’autres excellents modèles proposés par la concurrence, chez Schwalbe notamment.

Pirelli Cinturato Velo allroad gravel cycling tyre tire
Confort et fiabilité caractérisent ce montage en tubeless des Cinturato 32c, même sur des parcours gravel assez engagés – photo Dan de Rosilles

En tubeless par contre, on est proche, à mon avis, du pneu polyvalent idéal, tant on peut descendre en pression sans risque de décrochages intempestifs, même en virages serrés sur route. On pourrait penser que sa « ceinture » latérale rende le Cinturato rigide, mais au contraire, grâce à elle on peut descendre le pneu bien en dessous des gonflages préconisés. En posant dessus mes 64kg de cycliste, je me surprend à rouler le 32mm à 2,5 bars (au lieu de 3), le 28mm à 4 bars (au lieu de 5)… On est là très proche de la sensation d’extase que procure un bon boyau. Les très basses pressions permettrons aussi de faire accrocher ce pneu slick dans des conditions gravel plus perturbées : racines, pierres, terre meuble, le pneu se défend pas mal, même sans crampons. Attention toutefois aux virages serrés dans les graviers, ici le slick ne fera pas de miracle, même à basse pression.

Pirelli Cinturato Velo Allroad Gravel cycling long distance tyre tire
On peut dire que j’ai roulé ces pneus sur les surfaces les plus variées – photo Dan de Rosilles

Savoir durer

Après plus de mille kilomètres avec les deux vélos (et donc deux sections et montages différents), je ne constate pas de blessures inquiétantes sur les bandes de roulement ou sur les flancs des pneumatiques si bien ceinturés. Le 28mm, qui a roulé majoritairement sur le bitume, montre une bande de roulement peut-être un peu plus aplatie; le 32 montre une surface plus poreuse. Dans les deux cas, ce sont les conséquences normales des outrages du temps et de la distance sur des pneus à la gomme relativement tendre.

Pirelli Cinturato Velo allroad gravel cycling tyre tire
Le 28mm (à g.) et le 32mm (à d.) après plus de 1000 km de test – photo Dan de Rosilles

Sûreté

Le terrain de prédilection du Cinturato reste les « dirt roads », sèches ou mouillées, qui sont toujours désagréables pour les cyclistes sur route, et pas les plus empruntées en gravel. Sur ces itinéraires « entre-deux », improbables et piégeux, je n’ai jamais senti de perte d’adhérence, même pendant ou après la pluie. Sur des freinages brutaux que le pignon fixe permet par la combinaison du freinage et de l’arrêt du pédalage, certes, le pneu glisse, mais le vélo reste parfaitement en ligne. Voilà le pneumatique idéal pour aller rouler là où ça ne se fait pas. De beaux et nouveaux itinéraires en perspective…

Pirelli Cinturato Velo allroad gravel cycling tyre tire
Les « dirt roads », le cauchemar des cyclistes sur route – photo Dan de Rosilles

Le Cinturato, ce bandit  hors-la-loi

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce Cinturato Velo. Pirelli propose ici un pneu inclassable qui fait voler en éclat les conventions en permettant aux cyclistes de sauter de la route à la piste et de la piste à la route, en toute légèreté et en toute irresponsabilité. Un scandale pour les pisse-froid, les intégristes et les gardiens du temple, un bonheur pour les amoureux du vélo alternatif : gravel, voyage, endurance, vélotaf, allroad …

Pirelli Cinturato Velo Allroad Gravel cycling long distance tyre tire
Avec le Cinturato je me suis surpris moi-même à emprunter des itinéraires un peu scabreux – photo Dan de Rosilles

Le Cinturato est le parfait alibi pour chercher des itinéraires improbables ou imprévus, ce qui promet de joyeuses pérégrinations, proche des quêtes aventureuses qui ont marqué notre enfance. La déclinaison de diamètres très proches les uns des autres permettra des usages extrêmement variés, du 24 (qu’on réservera aux entraînements route d’hiver), en passant par le 26 et le 28 (pour encanailler son vélo de route), jusqu’aux 32 et 35 (pour booster son gravel). On peut aussi imaginer des montages avec des diamètres différents (plus fin à l’arrière pour la motricité et plus gros à l’avant pour le confort), voire en l’associant avec un autre type de pneu. Attention néanmoins, le pneu idéal n’existe pas, et ceux qui voudront un rendement optimum sur la route ou, à l’opposé, un pneu accrocheur en virage dans les graviers devront s’orienter vers des pneus plus spécialisés.

Pirelli Cinturato Velo chez notre partenaire – de 44,99 à 47,99 €

Pirelli Cinturato Velo allroad gravel cycling tyre tire
Le Cinturato, tel qu’il est livré dans sa boîte, ici en 700 X 28c – photo Dan de Rosilles

1 COMMENTAIRE

  1. J’utilise la version route que tu présentes et je l’ai choisie en 35c. Suite à des difficultés pour fiabiliser l’étanchéité de mes valves tubeless, j’ai monté ces pneus avec des chambres à air light de marque zip. Pour une utilisation Route, Gravel modéré et Bikepacking, je les gonfle à 40 psi AV et 45 psi AR (je pèse 79 kg). Après plus de 1000 km je n’ai subi aucune crevaison et aucune perte d’adhérence. Leur rendement est parfait, leur confort en montage tubetype est correct et l’usure est modérée. Ils sont vraiment taillés pour l’aventure, merci Dan de me les avoir conseillés.

LEAVE A REPLY