Dans un premier temps, par excès de zèle, les autorité ont condamné bon nombre de pistes et voies cyclables, comme ici à Nice. Désormais, les grandes villes songent au contraire à favoriser la circulation en vélo (photo Cédrick Dubois)

Mais oui : vous pouvez faire du vélo … vient de reconnaître, dans un mémoire de défense le Ministère de l’intérieur, répondant à un référé déposé par la FUB (Fédération des Usagers de la Bycliclettre). Cette réponse officielle faite au Conseil d’État devrait peut-être calmer les ardeurs sur le terrain des forces de l’ordre, qui depuis le début du confinement, exercent un curieux excès de zèle à l’encontre des cyclistes. Il n’est pas rare que certains policiers, qui visiblement n’aiment pas le vélo, contestent aux usagers le fait de rouler, même si ces cyclistes utilisent leurs bicyclette pour aller travailler, attestation à l’appui. La vidéo ci-dessous est un des témoignages …

https://twitter.com/i/status/1253681984196526081

Consultez l’interview Olivier Schneider, Président de FUB, qui répond aux questions de Radio Cyclo concernant l’intervention de sa fédération auprès du Conseil d’État, après le constat de nombreuses plaintes.

La société est-elle prête à rouler vélo ?

C’est une question que l’on peut se poser en cette période de crise alors que les « mauvais démons » sociétaux ressortent. Nous l’avons vu avec ces dénonciations, ces rejets abjects de personnel soignants par leur voisinage, ce pillage des supers marchés où on se battait pour du PQ, … On imagine ce que serait notre pays en temps de guerre. Notre Président nous avait dit « c’est la guerre », certains qui pourtant n’ont pas connu le gouvernement de Vichy, ont pris ses propos au pied de la lettre.

Confinement et rétro pédalages Confinement et rétro pédalages
Cette libre interprétation de la Loi par la Préfecture des Hauts-de-Seine n’a pas contribué à éclaircir la situation

Le vélo, qui venait juste d’être mis au pinacle des solutions alternatives aux transports urbains, lors de la campagne des élections municipales, est devenu subitement quelques jours après, suspect dés que le confinement a été ordonné. Les fameux démons de notre société du « tout bagnole » sont ressortis au point que rouler à vélo dans des rues vides agaçait les frustrés des embouteillages et parmi eux quelques policiers désœuvrés de l’exercice du pouvoir répressif. Visiblement la société a encore beaucoup à apprendre en matière d’usage du vélo, mais si vous êtes cyclistes je ne vous apprends rien.

Une fédé trop obéissante

Nous le savons tous les fédérations sportives ont leurs limites. On critique souvent les lourdeurs administratives et centralisatrices de nos institutions et les fédés n’en sont que le reflet.

La FFC, qui ne représente que 5% des pratiquants du vélo, s’est crue autorisée à parler au nom de tous. Thierry Crouzet, écrivain et cycliste a dénoncé ce comportement dans un article en forme de lettre ouverte à la FFC que je vous invite à lire ici. La phrase suivante affichée sur le site de la FFC « Toute pratique du sport cycliste, même individuelle, doit donc être momentanément proscrite », avait fait bondir Thierry et beaucoup d’entre-nous. Mais de quoi se mêle une instance qui n’a surtout pas vocation à réglementer l’usage du vélo dans notre pays.

Confinement et rétro pédalages
La FFC sous la présidence de Michel Callot lance en début de crise cette phrase assassine  « Toute pratique du sport cycliste, même individuelle, doit donc être momentanément proscrite » …

La réponse de la fédé à Thierry est à lire également sur son site ici.  Elle est venue de la bouche de Yannick Pouey, son secrétaire général; qui a expliqué à Thierry que la fédération n’était pas vraiment indépendante : le gouvernement a une influence sur elle (pour ne pas dire une emprise). En gros, si Thierry a bien compris les nuances et les sous-entendus, la fédération a dit ce que le gouvernement lui a dit de dire, un gouvernement qui n’a pas osé interdire le vélo loisir/sportif par décret, mais qui a demandé à la plus haute autorité cycliste du pays de le faire à sa place, même si elle est juridiquement incompétente dans ce domaine.

Certains affiliés de cette fédération comme les pistards, les pratiquants du BMX, les descendeurs, … apprécieront la déclaration suivante de la FFC qui justifiait cette interdiction de rouler : « En effet, ces conditions de proximité et de temps court sont antinomiques avec les notions d’entraînement du sport cycliste basées sur des notions de distance et de temps long » … Peut-être rendront-ils leurs licences à cette fédé qui oublie leurs pratiques dans l’affirmation de cette généralité.

Je ne suis pas pas anti fédérations. Nous avons la chance en France d’avoir un système français de sport pour tous qui s’est mis en place après l’armistice de 1918 pour donner naissance plus tard aux actuelles fédérations unisports. Cette organisation est remarquable dans ses aspects éducatifs, encadrements, structurels, … Elle s’exprime en grande partie sur le terrain grâce à des bénévoles passionnés dont j’admire le travail. Ça se gâte lorsqu’on s’élève dans l’organigramme fédéral et nous percevons dans ses sommets, les limites d’un système qui vit dans l’écosystème politique et qui de ce fait perd une certaine liberté.

Je ne vous cache pas que Bike Café n’est pas dans cette mouvance du sport. Pour nous le vélo c’est la liberté de rouler le nez au vent, que ce soit pour faire du sport, aller au taf, aller chercher son pain ou ses légumes, …Notre vélo – qui passe partout, qui n’a pas besoin d’aller à la pompe remplir de taxes un réservoir, qui se glisse silencieux et non polluant dans une société acquise depuis trop longtemps à la consommation, … – affiche une liberté qui agace …

Alors roulez …

Dans la limite légale vous pouvez rouler. Le déplacement à vélo au titre d’activité physique est autorisé dans la limite d’une heure quotidienne, et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, pour une durée d’une heure et à condition de le pratiquer seul. Pourquoi le roller, la planche à roulette, la patinette, le jogging,… seraient autorisés et pas le vélo. Le vélo est une pratique intéressante et peu traumatisante pour maintenir sa condition physique.

On peut se tracer un petit circuit dans son quartier à plus forte raison dans les villes désertées par les voitures. À l’aide d’une petite astuce mentionnée en bas de l’article, il vous sera pratique de tracer un rond autour de votre domicile. La pratique du vélo n’est donc pas interdite pour le loisir sportif, ni pour le velotaf (dans les conditions de restriction fixées par le décret 2020-293) …

Confinement et rétro pédalages
La contrainte de l’heure et du kilomètre peut être, contrairement à ce qu’a affirmé la FFC, un véritable exercice sportif et créatif – captures d’écran Openrunner – Voici quelques variantes légales d’une pratique vélo à laquelle se consacre Dan de Rossilles avec des moyennes qui atteignent 35 km/h.

N’écoutez-pas les grincheux réfractaires au vélo qui vous dirons que en allant faire du vélo vous risquez une chute ou je ne sais quel accident. Les statistiques parlent pour nous : ce sont les accident domestiques qui génèrent en temps normal le plus d’entrées aux urgences. C’est donc en restant chez vous, que vous prenez le plus de risques. Thierry Crouzet dévoile les statistiques de ces accidents dans son premier article : c’est édifiant. Les chiffres démontrent qu’en restant confiné entre vos 4 murs vous risquez de vous écraser un doigt avec un marteau, tomber de l’escabeau ou de l’échelle, vous couper avec un cutter, … Attention la vie est risquée 😉

Alors lâchez les réseaux sociaux et les imprécateurs de toutes tendances, les messages menaçants des institutionnels asservis, … suivez la loi uniquement la loi pour assouvir votre envie de rouler. Nous n’avons pas tous Zwift pour jouer sur Strava et finalement un cercle d’un kilomètre de rayon peut devenir plus ludique qu’une virtualisation de la pratique du vélo.

Confinement et rétro pédalages
Cédrick Dubois … sa tenue cycliste a déclenché une remarque policière … « c’est tout à votre honneur de livrer des médicaments mais habillé comme vous l’êtes, ce n’est pas pour livrer que vous faites cela, mais c’est une forme déguisée pour vous entraîner » … sans commentaire.

C’est aussi aujourd’hui une belle opportunité de prendre son vélo pour aller bosser ou pour faire quelques courses en ville. Votre sac, de plus faible contenance qu’un coffre de voiture, vous obligera à faire plusieurs voyages : tant mieux 😉

Rejoignez, si vous le pouvez, les réseaux solidaires qui se mettent en place pour livrer des médicaments aux personnes fragiles comme, ce que fait notre ami Cédrick Dubois, lui aussi arrêté par la police et qui a dû négocier longuement pour éviter une sanction alors qu’il était muni d’une autorisation pour son acte solidaire et bénévole. Certains comme Rémi Quinquin à Lille (écoutez notre podcast) livrent des repas à vélo aux plus démunis. Les coursiers solidaires sont là pour aider et la pratique du vélo sortira renforcée de cette crise sanitaire en se passant de l’aide des institutions fédérales qui une fois de plus ont démontré leurs limites.

Truc pour faire un cercle autour de chez vous …

1) Géolocalisation de son lieu de vie sur https://www.google.fr/maps/ pour obtenir les coordonnés latitude et longitude (clic droit > plus d’informations)
2) Utilisation de ces données sur https://kml4earth.appspot.com/circlegen.html pour obtenir un cercle> pour obtenir un cercle tracé en .kml
3) sur https://www.openrunner.com/ création d’un nouveau parcours avec ce cercle sur lequel on pourra superposer un tracé, une sortie ou tout autre fichier gpx.

14 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Je viens d’avoir en ligne un gendarme de ma commune, qui m’avait verbalisé il y a 3 semaines, et qui a donc mis fin à ma pratique, alors que son avis n’est effectivement validé par aucun texte. Il persiste dans son avis, interprétant également le rayon d’un kilomètre : « vous ne savez pas voler » me dit-il afin de justifier le fait que ce n’est pas le rayon qui compte mais la distance entre le point où l’on se trouve et le domicile, ce qui est faux ! C’est un vrai soucis de ne pas pouvoir avoir confiance dans les consignes des autorités…

    • les connaissances en droit des agents des forces de l’ordre sont d’une médiocrité qui fait peur. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils ont parfois l’impression de n’être pas suivi par la Justice.

  2. Merci pour cet article qui précise bien le contexte Et la réglementation .Travaillant en hôpital Et étant velotafeur depuis 20 ans ,je continue ma pratique en adaptant Comme décrit dans l’article mon circuit dans la limite autorisée .Pour l’instant pas encore subit de contrôle .
    Il est marrant cependant de lire que certaines alternatives envisagées lors du deconfinement un peu partout sur la planète seraient basées sur l’emménagement d’une partie des voies routières uniquement aux velos Plus « sage » que les transports en commun .
    Volte-face….
    Espérons que l’accès aux pistes ne tarde de trop pour reprendre la pratique du Gravel

    • Ce n’est pas gagné … effectivement en ce moment ça bien et ça déclenche des sujets TV mais le prix de l’essence est au plus bas et je crains que l’alternative aux transports en commun sera plutôt la bagnole.

  3. Bonjour Yoann,
    Vous pouvez tout à fait contester cette contravention manifestement abusive. Voici la marche à suivre (extraite de l’excellent article de notre confrère Xavier de Weelz, à retrouver dans son intégralité ici : https://www.weelz.fr/fr/attestation-deplacement-sortie-velo-nouvelles-precisions-juridiques/ )
    Je cite :

    « Si le représentant de l’Etat, malgré toutes vos tentatives de négociation et d’explications, refuse d’entendre raison mais que vous estimez être dans votre droit, il convient de procéder ainsi :

    1⃣ Accepter le procès-verbal
    2⃣ Ne pas payer l’amende forfaitaire *
    3⃣ Remplir une requête en exonération

    Conformément aux dispositions de l’article 529-10 du Code de procédure pénale, une amende est contestable. Vous avez donc le droit de réfuter juridiquement celle-ci en réalisant une requête en exonération (article 529-2) sur le portail de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions.

    C’est ensuite à un juge du tribunal de votre circonscription de décider de la suite à donner à cette requête. Cela peut être un refus, une relaxe pure et simple, ou bien un montant d’amende diminué. Puisque seul le texte du décret fait foi, il sera très facile d’invalider le PV s’il a été dressé pour des motifs non recevables.

    Dans tous les cas, vous devrez fournir des preuves. Veillez à bien garder votre attestation de sortie du jour, l’adresse de départ et l’adresse du lieu où vous vous rendiez (dans le cadre d’une utilisation vélo utilitaire). Fournissez également le texte du décret.

    * Dans le mécanisme des amendes forfaitaires, les contraventions de 4è classe sont minorée à 135€, à condition de les régler dans le délai imparti, soit 3 jours si on vous a remis le PV en main-propre, soit 15 jours si vous recevez le PV par voie postale. Une erreur s’était glissée dans l’article que nous avons mis à jour : vous n’avez pas à payer si vous contester l’amende (payer l’amende, c’est reconnaître son infraction). »

  4. C’est un problème récurrent dans ce pays , au contraire des pays nordiques, la police réprime aveuglément en interprétant les lois à son bon vouloir, les procureurs donnent raison car par essence même , le citoyen français est un délinquant. Mais en disant cela , je me révèle séditieux et réfractaire, selon les mots d’un ministre et d’un président.

  5. Bonjour,
    Un de mes amis patineur s’est fait verbaliser deux fois sous prétexte que le roller comme le vélo sont interdit en tant que pratique sportive. Sur une piste cyclable à moins d’un km de chez lui.
    Je lui ai conseillé de contester.

  6. Bonjour, merci et je pense que ce type d’article va heureusement fleurir, avant que les gros medias s’emparent du sujet lorsque que le conseil d’Etat aura rendu sa décision qui sera forcément dans notre sens.
    Pénible de discuter des heures carrées avec les forces de l’ordre, pour s’apercevoir in fine qu’ils ne lisent même pas le décret qu’ils sont censés appliquer (mais ils ont des ordres…). En un mot, pour paraphraser : contestez ! Contestez ! Contestez ! Et allez rouler !

    • Oui car si on n’occupe pas notre espace de liberté, à chaque occasion on nous en privera d’un bout … Ce qui n’est pas officiellement interdit est autorisé.

      • La FFV anciennement FFCT (mais cyclotourisme est devenu tellement vulgaire!) a été aussi particulièrement silencieuse et n’a pas défendu les cyclistes dans cette période troublée.
        Pendant ce temps, le vélo était encouragé en Allemagne par les autorités pour combattre le coronavirus!

LEAVE A REPLY