Campagne Zefal Z-Adventure R5 R11 R17

Par Matthieu Amielh. Photographies : Damien Rosso – Droz Photo

Grimper le mont Ventoux, rien de fou pour un cycliste entraîné mais un objectif inatteignable pour un pratiquant néophyte, en surpoids ou ne disposant pas de l’entraînement adéquat et/ou d’un vélo assez léger, pour défier la gravité et la pente d’un des cols les plus difficiles de France (22 kms à près de 8 %).

La montée mythique du Ventoux est celle démarrant à Bédoin, charmante localité vauclusienne de 3 500 âmes, située à environ 300 mètres d’altitude. La « grimpette » par Bédoin donne le tournis : 22,7 kms pour un dénivelé positif total de 1 622 m et une pente moyenne de 7,1 % (pourcentage maximal de 10,8 %). Difficulté supplémentaire et contrairement aux cols alpestres, le Géant de Provence ne présente quasiment aucun replat, et si vous le montez en été, mieux vaut démarrer la montée à 6 h du matin si vous voulez échapper aux chaleurs infernales qui transforment souvent l’ascension, déjà difficile, en calvaire.

« L’idée de ce reportage était avant tout de combler une frustration, celle de ne plus pouvoir rouler avec mon père. Attention, je précise : rouler à une allure où nous prendrions tous les deux du plaisir ! »

Mon père a plus de 70 ans, et même s’il roule régulièrement, il ne peut plus évoluer à une moyenne typique de mes sorties (25-30 km/h) et doit gérer les faux-plats, ainsi que les montées au niveau de l’allure. D’où l’idée de lui faire tester un modèle route électrique pour qu’il puisse me suivre et qu’il me « tire » dans les montées. Et pourquoi pas un vélo Moustache, qui a été une marque pionnière en France dans le développement du VAE et qui possède une large gamme de routes électriques, les « Dimanche 28 ».

Un parcours taillé montagne

Afin de réaliser un essai sur route représentatif et qui mettra à l’épreuve nos batteries, nous avons tracé un parcours autour du Ventoux avec 2 petits cols (la Madeleine entre Bédoin et Malaucène et celui de la Chaîne entre Malaucène et Suzette), avant de conclure avec l’ascension du « Géant », en binôme. Un parcours route très costaud et typé montagne puisqu’il cumule près de 2.400 m de D+, sur seulement 70 km. Un parcours que l’on pourrait retrouver sur une épreuve cyclosportive alpine musclée.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
La trace et le dénivelé de notre parcours, 2 petits cols et un monstre !

L’idée est de rouler durant toute la sortie pour moi sur le premier des quatre modes d’assistance (Eco) et sur l’un des 4 modes d’assistance (Eco, Tour, Sport et Turbo) pour mon père, selon le terrain rencontré. L’objectif : rouler ensemble durant toute la sortie, pouvoir discuter sur le plat et faire du sport dans les montées.

Présentation des cyclistes et du vélo de route électrique Moustache

  • Francis : le père, 70 ans, 1,70 m et 68 kg. Ex-rugbyman (talonneur, à l’époque, il avait quelques kilos en plus pour encaisser les plaquages) et converti au cyclisme sur route sur le tard (45 ans). 2 à 3 sorties maximum par semaine, entre 50 et 100 km. Moyenne typique sur les sorties : 22-23 km/h.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Mon père s’échappe pour rallier le sommet, encore situé à 6 km. Malgré le mode Turbo sur les 10 derniers kilomètres, la batterie lui aura permis de réaliser l’intégralité de la sortie (70 km et 2.400 m de D+ !)
  • Matthieu : le fils, 39 ans, 1,77 m et 69 kg. Sportif amateur, ayant pratiqué le triathlon pendant 6 ans. Converti au cyclisme sur le tard également (23 ans). Cycliste pratiquant sur route et gravel. 2 à 3 sorties maximum par semaine, entre 80 et 200 km. Participation ponctuelle à quelques ultras, type Born to Ride (1.200 km). Moyenne typique sur des sorties (100 km) : 30-33 km/h (500 à 1000 m de D+).
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Dans une montée assez raide non répertoriée, je m’échappe pour tester la réactivité du vélo dans les passages à 10 %. L’assistance électrique, même réglée à son premier niveau, permet d’assurer des temps en danseuse plus longs que sur un vélo classique.
  • Le vélo (le saint-esprit ?). J’ai eu l’idée, conjointement avec Clément Bonneau de Moustache, de réaliser cette boucle de 70 km, avec un modèle route électrique assemblé dans Les Vosges (comme le reste de la gamme), le Dimanche 28.7, le modèle haut de gamme de la gamme route. Ce dernier est doté d’une géométrie 100 % route, d’un cadre aluminium de grade aéronautique, d’une fourche et de roues carbone, le tout électrisé par un moteur Bosch Active Line Plus et une batterie PowerPack de 500 Wh. La transmission est confiée à Shimano et son groupe Ultegra 11 vitesses mécaniques, avec un double plateau de 34/50 et une cassette de 11-30, tout comme sur un vélo de route « classique ».
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le Moustache Dimanche 28.7 a vaincu le géant de Provence

L’objectif : pouvoir rouler à la même allure, notamment dans les « petites » ascensions précédant le Ventoux et surtout  ensemble durant un col, ce qui ne serait pas possible à l’heure actuelle si nous roulons sur des vélos « musculaires ». A noter que mon père et moi avons, chacun de notre côté, grimpé le Ventoux (records personnels : 2 h30 pour mon père, 1 h33 pour moi) et que mon père a été obligé de s’arrêter une dizaine de fois lors de sa dernière ascension, pour souffler un peu et soulager quelques douleurs musculaires.

Précision importante : mon père n’a jamais roulé en VAE, encore moins en vélo de route électrique donc la découverte de ce type de machine sera totale. Quant à moi, j’ai déjà roulé plusieurs fois en VTTAE, gravel électrique mais jamais en vélo de route « électrisé ». Je trouvais très intéressant l’idée de rouler avec ce type de modèle, en étant un cycliste entraîné. Parmi, les questions qui me trottaient dans la tête en démarrant ce reportage : 

  • Quel va être l’apport de l’électrique ?
  • À quelle vitesse vais-je pouvoir monter le Ventoux par rapport à mon vélo musculaire ?
  • Quelle puissance fournit le moteur ?
  • Quel sera mon ressenti ?
  • Aura-t-on assez de batterie pour tenir une sortie d’environ 70 km et 2.400 m de D+ ?
  • V-t-on pouvoir rouler ensemble ?

Nous nous garons sur le parking du stade de Bédoin où après un déjeuner léger, nous rejoignons notre photographe, Damien Rosso, qui collabore régulièrement avec la presse spécialisée vélo et trail. 

Nos deux vélos ont été bien sûr chargés à 100 %. Nous allumons les bécanes, vérifions que chaîne et transmission passent bien et partons dans une lourde chaleur d’été (32°C) sur les belles routes du Vaucluse.

Après le passage dans le centre ville de Bédoin, nous croisons de beaux magasins de vélo ainsi que les premiers cyclistes. À peine après un kilomètre, nous attaquons la montée vers Malaucène et l’ascension du col de La Madeleine. Une mise en jambes facile de 6,8 kms et 2,2 % sur une jolie route qui s’élève entre les pins.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Nous venons de quitter Malaucène et montons le col de la Madeleine, première difficulté de cette sortie de 70 kms.

Des vignobles et des cyclistes

C’est très agréable et nous roulons tous les deux sur le mode Eco, sans aucune difficulté pour moi tandis que mon père est bien content d’avoir ce petit « kick » apporté par l’électrique. En contrebas, tandis que nous nous élevons progressivement, nous apercevons les vignobles ensoleillés des Côtes du Rhône, qui donneront ces vins rouges au caractère bien trempé, représentatif du territoire. 

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Une belle descente du col de la Madeleine, virages faciles et route dégagée, le Dimanche 28.7 est très sécurisant et se prend vite en main.

Nous basculons rapidement au sommet pour enchaîner de beaux virages adossés a des parois rocheuses gris-clair, typiques des paysages méditerranéens et rallions Malaucène sous une chaleur écrasante (32°C).

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le Dimanche 28 est un excellent descendeur. Grâce à sa géométrie spécifique route, il est très stable et son poids plus élevé qu’un modèle classique vous assurera des descentes rapides, gare aux radars !

Dès la sortie du village, lieu de départ de la difficile montée du Ventoux via sa face nord, nous repassons petit braquet pour attaquer le col de la Chaîne ou plus connu sous le nom de col Suzette par les locaux. Souvenir inoubliable d’une 4e étape de Born to Ride où nous étions passés par le même lieu, sur un vélo de route classique et 44°C….la fontaine de Malaucène s’en souvient encore ! Un peu plus dur cette fois avec 4 kms à 4 % et des passages à 7 %. Suzette est un col magnifique dominant les vignobles en contrebas et offrant un panorama incroyable sur les Dentelles de Montmirail en arrière-plan.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Vue imprenable sur les dentelles de Montmirail, nous sommes seuls au monde sur ces petites routes du Vaucluse.

Il n’y a pas de cyclistes sur cette route. Les touristes ne sont pas – encore – arrivés. Hormis un tandem que nous croisons à l’entame de la descente, nous sommes seuls au monde et ravis de l’être. Le Vaucluse est vraiment un terrain de jeu d’exception pour le cyclisme, sous toutes ses formes !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Dans la descente du col de Suzette, pensez à vous arrêter quelques secondes pour admirer ces magnifiques éperons rocheux qui vous dominent.

Arrivés à Suzette et pas encore transformés en crêpes (elle était facile, je sais), nous sommes surpris de trouver une route en cours de réfection et donc constellée de gravillons blancs. Pas de problème pour rejoindre Beaumes-de-Venise car notre Moustache a plus d’un atout dans son sac. Le Dimanche 28.7 est en effet équipé de série de pneus Continental de 30 mm, apportant grip et confort sur les sections dégradées de ce type. D’ailleurs, je me suis surpris plusieurs fois à rouler sur les bas-côtés caillouteux et le vélo est passé nickel….on est pas très loin d’un vélo pouvant aussi convenir pour du gravel facile !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Beaumes-deVenise est aussi le paradis des amateurs de bons vins…des antioxydants utiles pour rouler fort, nous lançons le débat…?!

Après Beaumes-de-Venise, ou ceux qui aiment le bon vin prendront le temps de s’arrêter pour quelques dégustations, nous continuons notre route. Petit check des autonomies respectives : mon père est à 92 % et il me reste 95 % de batterie, tout va bien !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Un petit check des batteries dans le col de la Madeleine, après 18 km. 95 % pour moi et 92 % pour mon père.

Après quelques belles lignes droites plates où nous roulons entre 30 et 35 km/h sans problème (le poids du vélo permet de garder une certaine inertie, une fois lancé), nous refaisons le plein des bidons dans la fontaine de Saint Hippolyte….Une règle que j’ai apprise auprès des anciens : quand ce n’est pas précisé « non potable », c’est ce que ça l’est !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Pause rapide pour remplir les bidons à Saint-Hippolyte-le-Graveyron, la chaleur estivale commençait à bien se faire sentir en ce dimanche 11 juin.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Passage dans les vignobles du Vaucluse, le Dimanche 28.7 est agréable à rouler sur le plat et assez peu pénalisé par son poids malgré ses 16,9 kg sur la balance.

Au loin, la partie sommitale blanche du Ventoux reconnaissable à des kilomètres nous fait de l’oeil, l’explication finale arrive et vu les quelques éclairs qui zèbrent le ciel, il ne faudrait pas trop traîner.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Passage dans le village médiéval de Caromb qui abrite de magnifiques portes en pierre de taille du pays. Et aussi du bon vin, mais bon ce n’est pas le sujet !

Le Ventoux en route électrique

16 h 20, nous revenons à notre point de départ, Bédoin, et sommes obligés de faire la photo à la borne du Kilomètre 0.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Passage obligatoire au Kilomètre 0 pour marquer le départ « officiel » de la montée de 22,7 km. Quelques jours après notre passage, ce seront les pros qui grimperont 2 fois le Ventoux lors de la « Mont Ventoux Dénivelé Challenges »

Après, ça sera la course…ou pas. Non, pour une fois, cela ne sera pas la course, être dans le dur dès les premiers lacets, monter à bloc, souffrir et tenir….Ces sentiments, je les ai suffisamment connus, à l’entraînement avec les copains, sur une cyclo, une course ou simplement pour me challenger. 

Einstein aurait dit  » La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent « . Aujourd’hui, quitte à horrifier les puristes, je vais rouler différemment et prendre du plaisir durant toute la montée, pas seulement quand je passerai la ligne. 16 h 28, nous attaquons le Ventoux avec mon père !

Ceux qui connaissent la montée savent que les premiers kilomètres sont trompeurs et n’affichent que de faibles pourcentages.

« La véritable ascension démarre après avoir traversé le village de Saint-Esteve et grimpé ce célèbre raidard à gauche qui annonce le début de la montée dans la forêt »

Virage de Saint Estève, la pente se braque à 10%. Mon père monte à 12 km/h en gardant le mode Eco, une vitesse déjà très correcte pour ce niveau de difficulté. De mon côté, c’est assez facile, j’évolue 50 mètres devant mon père, entre 12 et 13 km/h, avec un braquet assez important (34-18) que jamais je ne suis en mesure d’emmener avec mon vélo habituel. Nous enchaînons ainsi les premiers virages dans la forêt, le soleil s’est caché sous un léger voile nuageux, permettant de monter dans une relative fraîcheur.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Dans les premiers lacets du Ventoux (forêt domaniale), nous roulons ensemble, jusqu’ici tout va bien !

Mon père revient sur moi après avoir enclenché le deuxième mode (Tour). Je me dresse sur les pédales et nous roulons à 14 km/h sur des parties oscillant entre 9 et 10%. Nous sommes à 5 kilomètres du Chalet Reynard et revenons sur un groupe de 3 cyclistes belges, qui sont déjà tout à gauche et piochent pour maintenir les 10 km/h. Nous les dépassons après les avoir chaudement encouragés et ce sont eux qui nous souhaitent une bonne montée ! Y a pas à dire, les Belges sont des mecs sympas !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Même en mode Turbo, mon père a tout donné pour affronter les passages les plus raides (ici, 11 % dans un petit taquet du parcours). Coup de chapeau à lui !

2 kms avant Reynard, nous enchaînons quelques lacets très raides, mon père commence à souffrir de la pente et éprouve le besoin de s’arrêter. Une banane, quelques étirements, et ça repart.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Moment de convivialité dans la montée, malgré la pente (11 %), nous parvenons à parler un peu et surtout à rouler ensemble, merci l’électrique !

J’arrive à le convaincre de passer en mode Turbo, afin de ne pas se faire trop mal. De mon côté, tout va bien, j’ai conservé le mode Eco mais remonte régulièrement une dent pour me relancer après les virages, je ne sens pas les kilomètres défiler, seules les bornes me rappellent que nous prenons presque 100 m de D+ par kilomètre roulé. 

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Sur la partie finale (depuis le Chalet Reynard), une nouvelle piste cyclable a été tracée et le bitume est complètement neuf, un vrai billard très agréable à rouler !

Nous arrivons enfin au chalet Reynard, qui est sur le point de fermer ses portes. Nous arrivons à convaincre la patron de nous vendre 3 cocas afin de se redonner du baume au coeur et du sucre dans les guiboles. Pour moi, atteindre Reynard est synonyme d’aller au bout même s’il reste encore 6 kilomètres. Ce sont les plus durs sur le plan psychologique car l’antenne, juge de paix, semble sans cesse à portée de cocottes mais à chaque virage, elle semble s’éloigner….terrible pour le moral !

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Mon père vérifie l’état de sa batterie dans la montée du Ventoux. Les 19 % restants seront suffisants pour parcourir les quelques kilomètres qui le séparent du sommet.

Cette partie minérale caractéristique du sommet est aussi celle que je préfère. De la caillasse blanche, une vue à couper le souffle sur le Vaucluse, l’antenne rouge et blanche, un bitume comme un billard, je savoure ce dernier morceau. C’est presque trop court…

Damien m’attend à un virage pour réaliser quelques photos. Je m’arrête et laisse mon père filer. 1-2-3-4…6 passages en sprint dans une côte à 8 %, ça vous attaque, même avec de l’assistance. Une fois le bon cliché dans la boîte, je me lance dans un contre-la-montre pour rattraper mon père. Jusque là, je n’avais pas dépassé les 15 km/h, on va voir ce que permet le vélo si je me mets dans le rouge…

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Partie « chrono » et mode « full gas »pour rattraper mon père, j’ai réussi à monter entre 19 et 23 km/h, comme un pro, grâce au premier mode d’assistance !

Je tombe les dents et j’envoie, sans réfléchir… Ma vitesse oscille entre 19 et 23 km/h, je réalise que je monte à la vitesse des meilleurs professionnels, c’est grisant !

« Le route électrique est un vélo idéal pour le cycliste débutant ou entraîné car il permet d’aller plus vite, plus loin et de prendre plus de plaisir dans les cols. »

Niveau cardio, je suis à 172 pulsations, proche de mon max et le vélo m’indique une puissance de 320-340 watts. Pour rigoler un peu, je décide de couper le moteur et vois l’énergie énorme que je dois produire pour maintenir ma vitesse avec un vélo qui pèse près de 18 kg ! Vite, je re-bascule en mode Eco et aperçois mon père dans la dernière ligne droite, après le col des Tempêtes.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Mon père s’échappe pour rallier le sommet, encore situé à 6 km. Malgré le mode Turbo sur les 10 derniers kilomètres, la batterie lui aura permis de réaliser l’intégralité de la sortie (70 km et 2.400 m de D+ !)

J’arrive enfin à sa hauteur, avec le coeur dans la bouche, et je vois que lui aussi a donné son maximum, alors qu’il bénéficie de l’assistance maximale.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Mon père et moi roulons mais sommes, malgré l’assistance, usés par les précédents kilomètres. Nous avons les yeux rivés sur l’antenne afin d’en finir avec cette montée hors normes.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
L’ascension des derniers kilomètres, avec l’antenne en point de mire, ça commence à sentir bon ! Mais celui qui a gravi le Ventoux sait que l’arrivée est encore un peu loin, la fin se joue au mental !

Dernier virage à droite, 100 mètres à parcourir encore pour atteindre le panneau et nous serons sur le toit du Vaucluse ! Ça y est, c’est la fin, nous parvenons sur le replat et mettons pied à terre. Émus tous les deux, nous n’arrivons pas à parler mais les émotions passent sans parole. Nous posons fièrement devant le panneau indiquant le sommet et retrouvons nos 3 sympathiques Belges qui ont également terrassé le Géant.

Le sommet, enfin ! C’est toujours un énorme plaisir de rallier ce célèbre panneau d’arrivée, qui avait fait peau neuve comme en témoignent le peu d’autocollants collés dessus !

PNC aux portes, désarmement des moteurs et vérification des batteries, mon père n’a plus que 3 % au sommet tandis qu’il me reste encore 43 %, pour une sortie de 70 kms et 2400 m de D+.

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Mon vélo, à la fin de la journée. En mode Eco, il me restait encore 43 % de batterie, de quoi faire plus de 100 km et encore plus de D+ si vous êtes entraîné !

Ce Moustache 28.7 en a dans le ventre et si vous avez compris la philosophie de cet article, il représente le vélo de route polyvalent par excellence, capable de faire découvrir un col d’exception à un cycliste débutant ou de monter comme un pro pour un cycliste confirmé. 

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le « jeune » et l’ « ancien », réunis par la même passion : le vélo. L’électrique permet de prolonger le plaisir, soyez curieux : essayez !

Vraiment, j’ai adoré cette découverte du route électrique et ce modele Dimanche 28. Je terminerai par ce simple conseil  » Essayez, vous serez bluffé! »

Les impressions de mon père

La parole est donnée à mon père, qui a retenu ceci de sa découverte du vélo de route électrique Dimanche 28.7 :

« L’impression immédiate est celle d’un grand confort sur la route et d’une grande sécurité à tout moment, particulièrement en descente, que procurent les pneus. La réactivité des différents degrés d’assistance est immédiate et on apprécie beaucoup cette agréable sensation d’être poussé par derrière, ce « coup de boost » qui est le plus fort quand on sélectionne le quatrième niveau d’assistance, appelé « Turbo » (les trois autres étant, dans un ordre croissant, « Éco, Tour et Sport »). 

Lors de notre ascension, j’ai choisi le mode »turbo » à partir du 10e km (+-). A partir du Chalet Reynard, soit à 5-6 km du sommet, la pente étant moins raide, le mode « sport » a été suffisant. À aucun moment le poids du vélo ne se fait sentir quand on sollicite l’assistance, ni même sur le plat. La batterie, chargée à 100% au départ, s’est montrée suffisante car elle nous a permis de parcourir +/-  90 km au total en étant très souvent sollicitée, du moins par le cycliste le moins aguerri, car notre parcours nous a fait monter deux cols avant le Mont Ventoux (col de la Madeleine entre Bédoin et Malaucène et col de la Chaîne entre Malaucène et Suzette), nous faisant découvrir à cette occasion de magnifiques paysages, dont les Dentelles de Montmirail.

J’ai cependant noté certains défauts : 

  • Le positionnement des touches permettant de sélectionner le mode d’assistance ou de naviguer dans le menu de l’écran est loin d’être idéal, placé tel qu’il est légèrement sous le cintre. 
  • Quand l’autonomie de la batterie baisse au point d’atteindre 4 %, attention de ne pas vous laisser surprendre car elle peut, quelque temps plus tard, être entièrement vidée sans préavis et sans baisser à 3 puis 2 %.

Les freins à disque sont quant à eux irréprochables et n’ont jamais été pris en défaut dans les nombreuses et longues descentes. »

Je ne tomberai pas dans la facilité en vous disant que l’électrique, c’est facile mais si, c’est vraiment un bon résumé de notre expérience de roulage avec ce Moustache Dimanche 28.7.

L’un des freins est le prix de ce modèle (5.599 euros) mais si vous cherchez un modèle moins onéreux, sachez que le constructeur vosgien dispose d’une gamme de 8 vélos Dimanche 28, en comptant les vélos à cadre normal et à enjambement bas, avec un premier prix démarrant à 3.299 € pour un Dimanche 28.1.

Le vélo Moustache Dimanche 28.7 dans les détails

Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le Moustache Dimanche 28.7 a vaincu le géant de Provence
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le Dimanche 28.7 est équipé d’une transmission classique pour un « route » : 34/50 et 11-32 à l’arrière, parfait pour une utilisation route et montagne, le tout proposé en Ultegra mécanique pour une grande fiabilité.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Le Moustache Dimanche 28.7 est équipé d’une selle Fizik Aliante permettant de bien caler le bassin en montée. Pour les cyclistes ayant tendance à bouger sur la selle, il faudra privilégier un modèle différent, comme l’Arione ou l’Antares (chez Fizik) ou chez un autre fabricant.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
Les roues Moustache fabriquées « maison » sont dotées d’une jante carbone de 45 mm de hauteur, leur conférant une bonne polyvalence sur tout type de terrain. Elles sont chaussées en pneus Continental 700×32 Ultra Sport III apportant confort de roulage et robustesse.
Test vélo de route électrique Dimanche 28 Ventoux vélo
L’intégration de la batterie Bosch PowerPack de 500Wh est esthétique. Cette dernière est amovible et peut se verrouiller pour limiter les risques de vol. Le moteur Bosch Active Line Plus permet d’atteindre un couple de 50 N.M et une puissance en pic de 600 watts !

Toutes les informations techniques sur site du fabricant Moustache.

Campagne Radio Cyclo Trail

1 COMMENTAIRE

  1. Super récit, c’est chouette cette sortie « Père & Fils » 🙂

    Autrement pour ce qui est du VAE je suis une convaincue (même si je suis repassée au musculaire après avoir fait 2650 sur mon VAE qui m’a ainsi permis de refaire du muscle).
    Ca permet à toutE unE chacunE de faire du vélo sans se soucier trop du dénivelé et/ou de la distance et aussi comme dans cet exemple de pouvoir suivre des plus « costaudEs » que nous ^^

    Y’a même moyen de se monter un VAE pour moins de 2000€ (vélo compris) avec de très bonnes performances (moteur Bafang BBS01b donc 250 w (80nm de couple) légaux en 36V, ou même avec le BBS02b 500 w (120 nm de couple max) plus légal mais permet de grimper des pourcentages plus importants ou de trainer des « poids lourds » (comme moi avec mes 110 kgs)). 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here