Luc Royer est un créatif, il conduit depuis plusieurs années le « traineau » de Chilkoot avec imagination et un sens évident de l’image. Pendant l’hiver 1997-1998, au cœur d’une forêt profonde du Queyras, Luc Royer donne naissance à CHILKOOT « la Compagnie Des Pionniers« , après avoir vu passer les mushers de la Trans’Alpes, lancés avec leurs attelages de chiens de traîneau. Il créé alors une association et réalise un recueil unique d’images d’aventures en noir et blanc avec un ami photographe marseillais. Il imagine ensuite une succession d’événements sportifs qui seront autant d’occasions de retrouver l’esprit du voyage des Grands Explorateurs pionniers du XXème siècle.

Chilkoot

Bike Café
Born To Ride 2016 – ©Chilkoot

L’histoire de « Chilkoot la Compagnie Des Pionniers » commence véritablement à la fin du XIXème siècle, très exactement au cœur de l’hiver 1897-1898, alors que près de 30 000 chercheurs d’or, venant de San Francisco et d’ailleurs via Skagway en Alaska, s’attaquent au terrible Chilkoot Pass, unique point de passage pour « basculer » vers le Klondike et l’or promis, quelque part du côté de Dawson City au Canada … Cette histoire a inspiré Luc qui créé cette marque et qui décline son esprit en organisant des événements qui ont le goût de cette idée d’aventure.

À l’approche de l’hiver 2009-2010 Luc Royer, parti seul à vélo sur les traces d’un autre écrivain voyageur de renom – Robert Louis Stevenson – trouve enfin son « filon » de chercheur d’aventures. Après avoir bravé trois jours et deux nuits le froid et la solitude des forêts et des hauts plateaux cévenols, il finalise, cisèle, le concept de sa marque.

Depuis cette date Chilkoot propose des événements qui ont un goût très prononcé pour l’aventure en reprenant l’idée de Robert Louis Stevenson : « Je ne voyage pas pour aller quelque part, mais pour voyager …« . Ces événements sont inspirés des grandes explorations des XIXème et XX siècles, façonnés et proposés sous la forme de « programmes courts », très exclusifs. Limités en nombre (moins de 50 au départ), équipement léger, tracé autonome en respectant des CP, …  ces rendez-vous s’adressent aux explorateurs modernes amateurs de voyages étonnants.

Bike Café
Toujours très graphiquement mis en scène le programme 2017 ciselé par Luc Royer fait déjà rêver – ©Chilkoot

Le Tour du Vaucluse

J’ai retrouvé Luc sur le terrain de l’une de ses aventures à Cavaillon, au départ du Tour du Vaucluse, un de ses événements dont il a le secret. Pour moi il s’agissait juste d’accompagner les participants pendant les premiers kilomètres, ne me sentant pas capable actuellement d’avaler 240 km et 3200m de D+ dans la journée.

Cette fois, l’inspiration de Luc est locale, puisqu’il fût il y a quelques années responsable de la communication de la ville de Cavaillon. Il connaît bien ce lieu de départ : le vélodrome municipal Joseph Lombard qui a déjà été le terrain de jeu de l’une de ses organisations en 2012 pour une épreuve de 24 heures.

Bike Café
En cette matinée de novembre, c’est presque anachronique de voir autant de vélos sur la piste du vélodrome Joseph Lombard – photo ©BC

Cet étrange endroit, vestige de l’époque reine du vélo en France où le grand Eddy Merckx est venu autrefois user ses boyaux, est situé à deux pas d’un centre commercial et il accueille maintenant sur sa pelouse des matchs de rugby. Sa piste en ciment est un peu défoncée et sa couleur s’est défraîchie aux rayons du soleil de Provence. En cette matinée de novembre, c’est presque anachronique d’y voir autant de vélos …

« Je suis tombé dans les archives de ce vélodrome et j’ai trouvé un parcours : le premier parcours originel du Tour du Vaucluse. C’était en 1923 et les coureurs étaient alors en pignon fixe. » déclare Luc qui en 2014 organisera une reprise de l’épreuve sur ce parcours. Depuis 1923 les routes et le trafic routier ont évolué et une partie devait emprunter la N7. Cette année le parcours sera plus tranquille sur de petites routes plus à l’est mais le relief sera plus accidenté.

Bike Café
Luc s’active … chaque participant fait tamponner sa carte de route – photo ©BC

Luc s’active  … chaque participant fait tamponner sa carte de route pour prouver qu’il a bien pris le départ. Ici pas de puce électronique, ni de dossards épinglés sur le maillot. Vous ne ferez pas de méchants trous dans votre superbe jersey avec des épingles à nourrice. Avec cette carte de brevet imprimée sur un très beau papier et un brassard numéroté vous voilà parti pour l’aventure en totale autonomie.

Bike Café
Alain Puiseux, le rédacteur en chef du magazine 200 qui (brassard N°4), ne se fiera pas cette fois à Strava mais au parcours fourni par Luc Royer – photo ©BC

Certains participants comme Alain Puiseux – le rédacteur en chef du magazine 200-, Thierry Saint-Léger – l’homme qui a traversé les Alpes en pignon fixe-, mon copain d’Arles Dan De Rosilles, … et quelques autres se sont lancés à l’assaut des 3200 m de D+ de ce parcours en pignon fixe dans l’esprit des pionniers de cette épreuve.

Bike Café
Un tour de vélodrome pour le départ – photo ©BC

Je me suis offert ce tour du vélodrome et pendant un moment j’ai suivi le petit peloton pour finalement les laisser partir à regret pour revenir seul vers Cavaillon. Au passage je me suis souvenu de notre balade avec Pierre au sommet du petit Lubéron sur la route des Cèdres.

Le parcours

Voir le parcours … http://www.openrunner.com/index.php?id=6629054

Bien tentant ce Tour du Vaucluse, comme toutes les manifestations organisées par Luc Royer … En 2017 Chilkoot vous propose 11 rendez-vous, vous aurez le choix: http://chilkoot-cdp.com/calendrier/

Tour du Vaucluse Historique 2016 – Départ from Luc Royer on Vimeo.

Voir également le post de Matthieu des Cycles Victoire : http://www.victoire-cycles.com/fr/actualites/tour-du-vaucluse-historique-2016.html

LEAVE A REPLY