Annonce

AccueilDÉCOUVERTESElles adoptent les pédales auto ...

Elles adoptent les pédales auto …

Révolutionnaires lorsqu’elles sont apparues en compétition sous les pieds de Bernard Hinault, les pédales automatiques avec des cales sont devenues des accessoires indispensables sur nos vélos de route et VTT. Depuis leur lancement sur le marché dans les années 80 par la petite société Look, qui fabriquait alors des fixations pour les skis, les pédales automatiques ont bien progressé … Pour les débutants, s’équiper de ces systèmes avec le pied accroché à la pédale ne se fait pas sans un soupçon  d’angoisse.

Alors avez-vous décidé, vous aussi de passer aux pédales auto ?

Si c’est le cas vous risquez de vous poser ces questions :

Annonce

  • Est-ce que je ne vais pas rester accroché à mes pédales au risque de tomber à l’arrêt ?
  • Est-ce que ces systèmes peuvent être dangereux dans la circulation ?
  • Est-ce que ce ne sera pas un handicap sur les chemins et parties techniques en VTT ?
  • Est-ce que je pourrais marcher avec ça sous la semelle ?
  • Quel type de pédale dois-je choisir ?

Les débuts

Cette année j’ai observé l’arrivée dans mon club de vélo de quelques débutants et surtout de débutantes. Sur 200 cyclistes inscrits, nous avons un taux de 30 % de femmes ce qui est remarquable par rapport à la moyenne des clubs. Les femmes se mettent de plus en plus au vélo de route et dans notre belle région de Provence l’envie de faire de belles sorties sous un climat propice est motivante.

Bike Café
Hélène sur la route Cézanne pour une balade vers la Sainte Victoire – photo ©BC

Pour nos cyclistes débutantes il y a deux obstacles principaux : le guidon de course et la manipulation des vitesses et en second lieu l’adoption des pédales auto. Ne voyez pas dans mon propos une vision « sexiste » … C’est simplement un constat lié au fait que les hommes ont souvent beaucoup plus pratiqué le vélo étant jeune que les femmes et globalement la remise en selle se passe mieux pour eux. Pour nos femmes « néo-cyclistes » les débuts sur un « coursier » sont parfois une totale découverte de ce que sont des vitesses sans parler de ces fameuses pédales auto un peu bizarres.

J’ai suivi les débuts sur le vélo de deux sportives et cela m’a donné l’idée de ce petit article pour tenter de convaincre ceux et celles qui seraient encore réticents à l’utilisation des chaussures de vélo sur des pédales auto. Mes nouvelles copines de route ont roulé plusieurs mois en appuyant sur leurs manivelles avec des chaussures de running avant de franchir le « rubicon » de la pédale auto.

Nos cobayes

Bike Café
Noura n’hésite plus à rouler en peloton avec ses pédales auto – photo ©BC

Annonce

Hélène et Noura ont toutes les deux débuté le vélo cette année. Sorties après sorties elles se sont familiarisées avec leurs nouvelles pédales. Les débuts sont hésitants … Pour Hélène « J’ai encore un peu de mal à déclencher mon pied et je suis toujours un peu mal à l’aise en ville. Par contre mon coup de pédale a gagné en efficacité je grimpe mieux. »  Noura elle c’est plutôt l’inverse : elle a du mal à réenclencher sa cale au démarrage et elle met parfois 100 mètres avant de se « recaler » « Je n’arrive pas à trouver du premier coup le bon emplacement pour enclencher ma cale … mais ça va venir. Je pédale beaucoup mieux avec mes chaussures de vélo et mes pédales auto qu’avec les baskets de running que j’utilisais avant  …« 

L’intérêt des pédales auto

Dites-vous que ce n’est pas pour rien que ce type de pédale est adopté par la majorité des cyclistes réguliers. Sans se comparer à Bernard Hinault les avantages sont nombreux. Paradoxalement aux craintes de débutants évoquées plus haut elles apportent de la sécurité dans la mesure où le pied ne risque plus de glisser dangereusement de la pédale.

L’intérêt majeur de ce type de pédale est l’efficacité apportée au pédalage. L’effort est directement transmis via la semelle rigide des chaussures de vélo et l’accompagnement du mouvement de pédalage à la remontée additionne de la puissance. Le mouvement est plus « rond » et moins « vertical » … Il est ainsi bien plus efficace que lorsque l’on appuie sur des pédales plates avec des chaussures de sport qui ont généralement des semelles amortissantes qui s’écrasent en absorbant une partie de l’effort. Avec les pédales auto le pied est positionné de façon idéale – en général à l’aplomb du genou – pour optimiser la force d’appui. Le pied ne peut plus être trop sur l’avant ou au creux de l’axe de la pédale, comme c’est souvent le cas avec des chaussures de sport qui glissent sur la cage des pédales standards.

Quelques conseils

Annonce

Sur la plupart des modèles de pédales automatiques on « chausse » en enclenchant la cale dans la pédale et l’on « déchausse » en pivotant le talon vers l’extérieur. Ce mouvement doit s’exercer en appui sur la pédale pour que la cale se détache. Certaines pédales sont plus difficiles à manoeuvrer que d’autres et il faut au préalable les “faire” et s’entraîner à l’arrêt en chaussant et déchaussant plusieurs fois.

Bike Café
Sur les pédales d’Hélène un petit réglage en cours de sortie pour relâcher un peu la tension du ressort – photo ©BC

C’est un ressort qui actionne le mécanisme de blocage, sa tension est réglable sur de nombreux modèles de pédales afin d’augmenter ou de diminuer la dureté d’enclenchement. C’est le cas des pédales B’Twin 500 utilisées par Hélène. Pour débuter vous pourrez le détendre au maximum afin de faciliter le déclenchement par un petit mouvement du talon vers l’extérieur pour libérer la chaussure.

Attention de bien utiliser les cales sous vos chaussures qui doivent se « marier » avec le système de la pédale. Il existe plusieurs standards et sur un même modèle – par exemple les pédales Shimano SPD très répandues en MTB – il existe des cales pour un usage unidirectionnel (SM-SH-51) ou à déclenchement multidirectionnel (SM-SH-56).

Bike Café
photo ©BC

Evitez de marcher dans la boue surtout avec vos chaussures route sur lesquelles la présence de terre risque de gêner le bon fonctionnement du ressort.

Testez …

Entraînez-vous en montant sur le vélo et en vous tenant à un mur et en faisant plusieurs exercices de chaussage / déchaussage. Vous trouverez ainsi le pied qui sera celui que vous déclencherez naturellement en premier. Droitier ou gaucher on a tous une préférence et en ville à l’arrêt aux feux ce seul pied vous permettra de trouver un appui au sol avant de repartir avec l’autre qui restera enclenché pour faciliter votre remise en route.

Important

  • Anticipez les arrêts … Feux, stop aux intersections, passages « techniques » sur chemin.
  • Déchaussez toujours le pied que vous posez habituellement en premier.
  • Penchez-vous du côté de ce pied libéré pour éviter de basculer dans l’autre sens … bloqué par l’autre pédale.

En bonus une petite vidéo d’une petite sortie pendant laquelle ça grimpe bien et ça roule bien avec les pédales auto …

Matériel utilisé par Hélène

Pour un budget raisonnable vous pourrez trouver chez B’Twin tout l’équipement pour démarrer avec des pédales automatiques. Chaussures de vélos, pédales et n’oubliez pas les chaussettes pour remplacer vos grosses chaussettes « bouclettes » qui vont vous gêner dans une chaussure de vélo nécessairement ajustée à votre pied.

Bike Café
Les éléments B’Twin pour passer aux pédales auto – photo ©BC

  • Chaussures 500 : 59,99 €
  • Chaussettes fines pour le vélo 500 : 4,99 €
  • Pédales automatiques avec leurs cales compatibles Keo : 29,99 €

Voir infos et détails sur le site

Annonce
Patrick
Aix-en-Provence - Après la création de Running Café, la co-fondation de Track & News Patrick remonte sur le vélo en créant Bike Café. Il adore rouler sur route et sur les chemins du côté de la Sainte-Victoire. Il collabore en freelance à la revue Cyclist France. Affectionne les vieux vélos et la tendance "vintage". Depuis sa découverte du gravel bike en 2015, il s'adonne régulièrement à des sorties "off road" dans sa belle région de Provence.

2 COMMENTAIRES

  1. Éternelles discutions …
    Perso en cyclo, gravel ou Vtt j’utilise des plates, et cela après avoir utiliser des cales pendant durant
    deux décennies. mais pourquoi donc ?
    Trois accidents dans mon club, trois fractures du col du fémur et deux vélos qui restent au garage.
    Ces chutes, presque à l’arrêt ont été toujours provoquées par de petites différences de niveau prisent
    de travers, pas le temps de déchaussé et hop arrivé des pompiers.
    Parlons maintenant du rendement, est il besoin de cales pour passer les points morts, perso je les passe très bien accroché sur les picots, bon ok je ne peux pas tirer vers le haut (et encore…) mais
    cela est il vraiment utile hormis les sprints ?
    Il faut noter que je n’ai trouvé qu’une fois un article basé sur la mesure des forces appliquées aux pédales, il indiquait que le « tirer » était rare, même en course, hors accélérations ou besoin important de force. Pour ce qui est des pertes dans les chaussures, là je suis d’accort avec vous.
    Pour résumer, pour nous, cyclo-touristes, je ne vois pas l’ intérêt des cales, hormis pour l’industrie.
    Nota: les différences de hauteur de bitume sur nos route est en croissance exponentiel avec les passages de fibres et autres câbles, les gamelles aussi et hop un fémur HS même à 2kms/h.
    Perso je suis aussi preneur de toute étude « sérieuse » sur les gains apportés (et les inconvénients )par les cales.

  2. Je suis d’accord pour dire que tirer sur la pédale n’est pas naturel, j’utilise des pédale auto depuis 1996 (Shimano 636)et je ne le fais jamais car c’est simplement hyper fatiguant les muscles des jambes ne sont pas du tout habitués à ce genre d’effort et résultat je me retrouve vite avec de l’acide lactique qui nuit à l’effort.
    Après les chutes réalisées parce qu’on prend de travers une différence de niveau c’est juste un manque d’attention. C’est un problème excessivement courant surtout à VTT en forêt. L’avantage des pédales automatique est que l’on peut tirer dessus en faisant une extension, ainsi le vélo décolle ses 2 roues.
    Je me suis servis plusieurs fois avec succès de ça à VTT pour passer des petits troncs en travers du chemin dans une descente où j’arrivais vite, idem pour passer des gros trous et certaines ornières.
    J’ai fais cette technique par réflexe car l’instinct de survie prime quand tu vas finir à 40km/h au sol dans la rocaille.
    De plus sur un saut impromptu le vélo et plus facilement maitrisable à la réception que si il part en cacahuète.
    La pédale automatique c’est juste merveilleux et pour être sûr de ne pas se planter, comme moi serrage quasi au minimum du ressort surtout avec des cales neuves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez tous les lundis matin l'actualité de Bike Café dans votre boîte aux lettres !

Merci pour votre inscription !