Passer votre vélo en « single speed » paraît simple à priori : on retire le dérailleur, on raccourcit la chaîne … Mais aller vers le minimalisme n’est pas si facile que ça car il faudra veiller à respecter un point fondamental si on ne veut pas avoir de problème : la ligne de chaîne et le choix du bon pignon.

Dans un article précédent on vous proposait un kit astucieux pour modifier un moyeu multi vitesses en single en réglant cette fameuse ligne de chaîne toujours problématique. Dans cet exercice le kit était destiné aux roues libres récentes de type Freehub de Shimano. Certains de nos lecteurs assidus ont posé la bonne question : « Qu’en est-il des roues plus anciennes ? … » Au Bike Café on ne saurait résister à l’occasion d’une telle question pour faire avec vous un peu de « rétro-pédalage » pour revenir sur la grande histoire du vélo. Les cassettes « bodybuildées » actuelles avec 11 vitesses n’ont plus grand chose à voir avec nos 5, 6 et 7 vitesses d’antan … L’arrivée du japonais Shimano sur le marché du vélo a bouleversé la donne et le grand ménage des sociétés qui avaient « pignon » sur rue a fait disparaître bon nombre de marques.

Maillard : autrefois leader européen

Dans l’histoire du vélo, c’est tout d’abord par un simple retournement de la roue arrière qu’il était possible d’avoir deux braquets : « route » ou « montagne ». On voit arriver en 1930 les premiers constructeurs proposant un dérailleur arrière pour disposer de multiples rapports.

Sur les roues plus anciennes que nos lecteurs aimeraient passer en mono vitesse nous trouverons souvent des roues libres Maillard. Cette marque a été le leader européen, régnant à la grande époque du vélo sur le marché des moyeux et des roues libres, à partir de ses usines normandes.

La marque s’était fortement développée après-guerre pour finalement conquérir, face à ses concurrents stéphanois, un marché en plein essor. Dans les années 80, elle ne résistera pas à la poussée asiatique, d’autant que son fameux moyeu Helicomatic, qui souffrait d’un manque de fiabilité, s’inclinera face au « freehub » de Shimano qui reposait sur le même principe.

Bike Café

Cette production massive de roues libres Maillard, laisse derrière elle un nombreux stock de pièces que l’on pourra réutiliser pour nos vélos mono-vitesse.

Bike Café

Sur les vélos de la grande boucle en 1960, 6 équipes étaient équipées par Maillard, 2 par Campa … Dans les années 70, Maillard poursuit son règne dans les pelotons. La marque normande rachète ses concurrents avant de se faire racheter elle-même par Sachs. Le moyeu Hélicomatic sera son chant du cygne. Pour la petite histoire, la division cycles de Sachs sera cédée en 1997 au groupe américain SRAM.

Quel moyeu Maillard ?

Bike Café

Au catalogue Maillard de 1978 on  trouve trois modèles de moyeux :

  • le « 700 course » 5/6 vitesses, le « 700 Sprint » 5/6 vitesses et le « 700 Compact » 6/7 vitesses.
  • les « 700 sprint » et « 700 course » sont tous deux des 5/6 vitesses avec pour le modèle « Sprint » des possibilités de rapports courts et rapprochés.
  • quant au modèle « 700 Compact » il propose  jusqu’à 7 vitesses avec une chaîne dite « étroite ».
Bike Café
Tous ces moyeux peuvent être équipés d’une large combinaison de pignons

Tous ces moyeux peuvent être équipés d’une large combinaison de pignons (36 au tableau). Ces roues libres se vissent sur le moyeu suivant le standard français le plus fréquent de 37,4 x 1.

Bike Café
Les différents corps de roue libre sont étagés sur 2 diamètres lisses différents et, suivant le modèle, de plusieurs filetages. – photo ©PDM

On ne trouve plus de pignons Maillard chez les marchands de vélos. Par contre, ils sont faciles à chiner en brocante. Regardez : vous en avez peut-être qui sont montés sur vos vieilles roues. Leur cannibalisation pour récupérer une roue libre et le bon pignon va se faire sans difficultés pour vous permettre de vous équiper en single.

Lorsque l’on reprend le catalogue et ses références on comprend vite que les pignons qui nous intéressent – généralement de 15 à 20 dents – vont pouvoir se monter sur deux emplacements du corps de roue libre. Ce sont ceux qui sont arrêtés en rotation par 3 ergots (ou 4)

Bike Café
On n’utilisera pour constituer ce montage que les pignons arrêtés en rotation type MA et MB – photo ©PDM

Le  petit pignon (photo ci-dessous) viendra se visser à l’extrémité du corps de roue libre pour serrer l’ensemble. On a réduit par meulage ses dents pour une question esthétique en gardant suffisamment d’accroche pour effectuer le démontage avec le fouet à chaîne.

Bike Café
On a réduit par meulage les dents pour un côté esthétique le petit pignon … – photo ©PDM

Le corps de roue libre marqué « course » est à privilégier lors de vos recherches. C’est le plus simple à équiper et probablement le plus facile à trouver. Il convient de vérifier le bon fonctionnement de la roue libre et l’état des pignons.

Bike Café
Le corps de roue libre marqué « course » est à privilégier lors de vos recherches. – photo ©PDM

Il  reste à choisir le pignon que vous souhaitez avec le bon nombre de dents, et vérifier si suivant le modèle son positionnement convient pour assurer une bonne ligne de chaîne.

Démontage / montage

Si le moyeu Maillard est déjà vissé sur la roue, il n’est pas nécessaire de dévisser l’ensemble roue libre / pignons pour procéder à cette modification. Mais le fait de séparer le moyeu et la roue libre / pignons peut être l’occasion d’un nettoyage plus complet et/ou du remplacement d’un rayon.

Si vous décidez de le faire :

Démontage de la roue libre / pignons du moyeu

L’ensemble pignons et roue libre se dévisse du moyeu dans le sens normal anti horaire. Le corps de roue libre porte soit 2 encoches soit 12 cannelures qui vont recevoir l’outil spécifique.

Le corps de roue libre se vissant progressivement sur le moyeu, avec la pression sur les pédales et le nombre de kilomètres effectués, l’effort à fournir sur la clé pour le démontage sera important.

Bike Café
Pour réussir le démontage de l’ensemble il faut impérativement disposer du bon outil. Outil à encoches, outil à cannelures. – photo ©PDM

Si l’on utilise un serrage par encoches, il faudra toujours « accoster » l’outil sur l’ensemble au moyen de la tige filetée du serrage rapide pour éviter le dérapage de l’outil. Après un premier décollement, n’oubliez pas de desserrer le serrage rapide.

L’absence de ces précautions conduit souvent à un outil ou une roue libre définitivement endommagée, rendant impossible l’opération de démontage.

Bike Café

Si vous avez un étau à disposition, il est plus pratique de serrer les mâchoires de l’étau sur le 6 pans de l’outil et manœuvrer la roue à la façon d’un volant pour séparer les pièces. À défaut d’étau la roue est tenue à la verticale sur le sol en pression en même  temps que l’on va manœuvrer la clé.

Un rappel tout de même: il est impossible de séparer cet ensemble si le moyeu n’est pas resté monté avec sa jante et ses rayons.

Démontage des pignons du corps de roue libre

Bike Café
Outils : il faut 2 fouets à chaîne. Pour le démontage, l’un des fouets est sur le plus grand pignon, le second sur le plus petit, le desserrage est dans le sens normal anti horaire. – photo ©PDM

C’est le plus petit pignon (dans certains cas il est double car l’un est vissé sur l’autre pour un 7 vitesses) vissé à l’extrémité du corps de roue libre qui maintient l’empilage des pignons sur le corps de moyeu. Pour séparer l’ensemble l’un des fouets est placé sur le grand pignon l’autre sur le plus petit, le desserrage se fait en rotation normale anti horaire.

Remontage du pignon

Bike Café
Le nouveau kit single : roue libre, le pignon que l’on va conserver, entretoises et pignon de serrage – photo ©PDM

Le pignon retenu est placé sur le corps de roue libre. On va utiliser les entretoises en plastique pour le caler dans la position idéale par rapport à la ligne de chaîne. Pour refermer cet empilage, c’est le plus petit pignon qui va assurer le serrage.

Bike Café
Pignons 3 ergots et 4 ergots – photo ©PDM

Les pignons MA et MB sont arrêtés en rotation par 3 ergots sur les anciens modèles. On trouvera  4 ergots sur les modèles plus récents. On peut toutefois les réutiliser sur un plus ancien en meulant l’ergot en trop avec une Dremel.

Et voila le résultat une fois que le tout est monté …

Bike Café

On attend vos commentaires sur cette solution qui n’est pas très esthétique mais qui fonctionne.

Un peu de patience on vous prépare une nouvelle solution radicale : transformer une ancienne roue arrière multi-vitesses avec un moyeu cônes /cuvettes et serrage rapide par une roue équipée d’une roue libre mono vitesse de qualité sur un moyeu avec roulements annulaires et un axe avec serrage par écrous.

à suivre donc …

LEAVE A REPLY