Annonce

Accueil MATOS TESTS ÉQUIPEMENTS Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin : un pneu « all seasons » mi-machine, mi-animal

Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin : un pneu « all seasons » mi-machine, mi-animal

10
Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin - photo Dan de Rosilles

À l’origine des espèces

En juin 2020, j’ai participé à la Born To Ride, 1200 kilomètres de Rambouillet au Lac d’Orédon, un challenge que j’ai réalisé au guidon de mon pignon fixe longue distance. Quelques semaines avant le départ, j’avais récupéré un peu par hasard une paire de Hutchinson « Fusion 5 Performance » en 28mm, qu’un ami avait roulé intensivement en All Road pendant un petit millier de kilomètres. Ces pneus de seconde main étaient encore en très bon état et j’ai eu envie de les utiliser pour mon challenge.

Rien de tel qu’un parcours de 1200 km en pignon fixe pour évaluer un pneu – capture d’écran Strava

Il faut dire que j’ai une longue histoire avec les pneus Hutchinson : J’ai souvent monté sur la roue arrière de mon pignon fixe le fameux Speed’N’Stop, puis l’Overide sur mon gravel, qui fut l’un des premiers pneus conçus pour le gravier sur le marché ; et puis bien sûr, Hutchinson fabrique aussi le formidable Sector, que j’ai déjà testé pour Bike Café et qui est sans conteste mon pneu favori sur « dirt roads ».

J’adore les pneus Hutchinson ! De gauche à droite : Speed’N’Stop, Overide, Sector – photo Dan de Rosilles

Vous imaginerez donc aisément que j’ai vraiment confiance en la fiabilité des pneus Hutchinson. C’est donc pour cela que j’ai monté ces Fusion 5 Performance de seconde main pour la Born To Ride et je dois dire que je n’ai pas été déçu : les pneus n’ont pas bronché, et après avoir fait près de 1000 km de gravel avec un premier propriétaire, ils ont ensuite équipé mon pignon fixe surchargé de bikepacking sur les 1200 km de la Born To Ride, et sans la moindre crevaison, sans faillir, ils m’ont accompagné jusqu’au Lac d’Orédon. Après autant d’épreuves, ils font encore bonne figure et pourraient sans doute rouler beaucoup plus…

Un Fusion 5 après 1000 km de gravel et 1200 km de pignon fixe, que d’histoires gravées dans sa gomme – photo Dan de Rosilles

C’est comme cela que j’ai découvert, un peu par hasard, les formidables qualités du Fusion 5, un pneu que je ne connaissais pas et qui est venu compléter ma collection de favoris de chez Hutchinson. Aussi, lorsqu’on m’a proposé de tester les nouveaux Fusion 5 LTD Gridskin, j’ai bondi sur l’occasion. J’ai tout de suite pensé qu’outre leur look ravageur, s’ils faisaient preuve des mêmes qualités que leurs aînés, ils seraient sans doute destinés à une carrière prestigieuse. Encore fallait-il le vérifier sur le terrain.

À 294 g, le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin est un concentré de technologie et de beauté – photo Dan de Rosilles

Anatomie d’un pneumatique

Après 2 ans de recherche et des tests approfondis, Hutchinson a lancé en édition limitée un Fusion 5 et un Touareg dotés du renfort Gridskin, un grillage « indémaillable » qui recouvre le pneu sur toute sa largeur, de tringle à tringle et le protège des déchirements et des coupures.
Fabriqués à la main en France au sein de l’usine Hutchinson, ces pneus Gridskin sont plus « écologiques » à fabriquer, puisque l’utilisation de ce « grillage » réduit par quatre le nombre d’étapes de transformation impliquées dans la fabrication, ce qui réduit de fait les déchets générés et les émissions associées à ces étapes. Ainsi, cette fabrication consomme moins de plastique, moins de caoutchouc et moins d’électricité. De vous à moi, je suis nettement moins préoccupé par l’impact écologique de la fabrication des pneus de vélo que par celle du stockage des articles de Bike café sur les serveurs de notre hébergeur, mais l’intention est louable de la part d’Hutchinson et mérite d’être soulignée.

Le « GridSkin », un grillage destiné à protéger le pneu de tringle à tringle – captures d’écran site Hutchinson

Les deux modèles en édition limitée fabriqués avec la protection Gridskin sont le route tubeless Fusion 5 Performance en version 700 x 28 mm Tubeless Ready (que nous essayons aujourd’hui) et le pneu de gravel tubeless Touareg en version 700 x 40 mm. Le pneu route et le pneu gravel, tous deux bicolores, ont été produits « naked » (« nus » en anglais, c’est-à-dire sans étiquettes imprimées sur les flancs), ce qui d’après Hutchinson, permet de réduire également la quantité de rebus et de déchets, mais ce qui surtout rend l’esthétique de ces pneus encore plus pure.

La gomme ElevenStorm est déposée par dessus le GridSkin – capture d’écran site Hutchinson

N’en déplaise à Hutchinson, je vais tester ces Fusion 5 Gridskin (pourtant tubeless ready) avec des chambres à air, car je ne souhaite pas pour l’instant monter en tubeless des pneus de moins de 32mm de section. De mon point de vue, les pressions nécessaires au bon fonctionnement de ces pneus sont un peu trop élevées pour un maintien permanent de la pression. Certes, si je n’avais qu’un seul vélo à rouler et que je l’utilise plusieurs fois par semaine, pourquoi pas ? Mais je roule 6 vélos différents et je ne les utilise pas assez souvent pour maintenir des tubeless en bon état de fonctionnement sur tous ces vélos ; aussi ai-je décider de rester en chambre pour mes vélos équipés en 25 et 28 mm.

Côte à côte, les bandes de roulement du Fusion 5 GridSkin (à g.) et du Performance (à d.) – photo Dan de Rosilles

Un montage pas piqué des hannetons

Je profite de mon passage chez Frédéric Paulet de Cévènavélo, aux Vans, au sud de l’Ardèche, pour les lui faire monter sur mon pignon fixe qui sort de peinture et qui m’attend là-bas. J’avoue que je ne regrette pas d’avoir délégué cette tâche, car la tringle très rigide et très courte des Fusion 5 Gridskin LTD neufs ne facilite pas le passage sur la jante.
Fred utilise une ruse qui consiste à finir (et non pas commencer) au niveau de la valve : on gagne ainsi un ou deux précieux millimètres sur la circonférence en évitant d’intégrer dès le début le léger renflement toujours présent au niveau de la valve.

Frédéric Paulet de Cévènavélo a dû user de force et d’expérience pour passer les pneus sur les jantes – photo Dan de Rosilles

Des pneus mi-machine, mi-animal

Annonce

Une fois montés, ces pneus sont superbes. Les flancs bruns (désormais incontournables sur les pneus chics) sont constellés d’un motif finement quadrillé, dû au « grid » (grille en anglais) qui protège le pneu de tringle à tringle. On dirait un mélange entre des écailles de serpent et un QR code, quelque chose qui se situe entre sauvagerie brute et haute technologie… Pour savoir ce que cette entité mi-animale mi-technologique a dans le ventre, nous allons maintenant la lâcher sur les routes.

Une fois montés sur mon pignon fixe fraîchement repeint, les Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin sont du plus bel effet – photo Dan de Rosilles

Domptage

Me voilà donc en situation sur le terrain, chaussé de ces pneus « all seasons » que je vais devoir mettre à rude épreuve pour valider le test. Bien sûr, le pignon fixe est déjà en soi une épreuve pour les pneus : à l’arrière, le contact direct avec les jambes, sans l’amorti de la roue libre et de la patte de dérailleur, fait s’user le pneu plus vite et favorise donc le test de longévité et de traction. À l’avant, le pilotage particulier du pignon fixe pousse le pneu dans ses retranchements en matière d’adhérence et de confort.

Me voilà donc en situation sur le terrain, en pignon fixe et en bikepacking – photo Dan de Rosilles

J’ai intégré ce test à des repérages que je mène actuellement pour fixer une palette d’itinéraires entre Arles et Montpellier, sur des parcours de 80 à 140 km. Afin d’éviter au maximum les routes à fort trafic, j’ai dû intégrer à ces itinéraires des routes très dégradées et de courtes sections gravel, sur lesquelles le pneu s’est très bien comporté ; je n’ai en outre aucune crevaison à signaler pendant ce test.

J’ai testé les pneus pendant des repérages entre Arles et Montpellier – capture d’écran Openrunner

On retrouve dans ce contexte des situations régulièrement rencontrées en longue distance et/ou lorsqu’on roule dans des zones qu’on découvre ou qu’on connaît mal, en voyage, en vacances… lorsque le tracé réalisé « sur carte » révèle des surprises inattendues, et qu’il faut passer quand même.
Dans mon cas, les « dirt roads » autour de Saint-Gilles ou les sections de piste à l’approche de Montpellier n’ont pas réussi à prendre le Gridskin en défaut.

Le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin s’est très bien adapté à de courts secteurs gravel – photo Dan de Rosilles

Je dois avouer que j’ai été ravi du pneu sur ces parcours aussi peu accueillants pour des pneus de route. En matière de ressenti, nous avons affaire à un pneu extrêmement équilibré. La gomme de la bande de roulement, (pompeusement) baptisée « ElevenStorm », manifestement riche en silicate, se révèle très correctement rapide pour un pneu de cette section. J’ai pu également constater qu’elle offre une excellente adhérence sur route humide, même si les conditions météo, plutôt sèches pendant ce test, ne m’ont pas permis de le tester sous la pluie.

Sur les secteurs roulants, le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin sait aussi être rapide et précis – photo Dan de Rosilles

Niche écologique

Une fois n’est pas coutume, j’ai réalisé avec les Gridskin un test relativement court, pendant un mois et 700 km environs, mais les Fusion 5 que j’ai utilisés pendant la Born To Ride avaient déjà coché la case de la durabilité. Pour ce qui est de la polyvalence, j’ai pu utiliser ces pneus dans des conditions très diverses et la gomme ElevenStorm s’est révélée très équilibrée en matière de rendement et d’adhérence. Mais son association avec le renfort Gridskin doit sans conteste augmenter la longévité et la solidité d’un pneu déjà très rustique. Ce « grillage » permet en outre de rouler moins gonflé, ce qui améliore nettement le grip du pneu et le confort. J’avais roulé la version « originale » du Fusion 5 à 6 bars (6,5 bars avec le vélo chargé en bikepacking), j’ai roulé le Gridskin à 6 bars également (où il est tout à fait comparable à son grand frère en matière de vitesse, grip et confort), puis je l’ai progressivement descendu à 5,5 bars, pression à laquelle il propose un moelleux inimitable. C’est finalement autour de 5,8 bars que j’ai trouvé le compromis confort/vitesse qui m’a le mieux convenu.

Tapi dans les hautes herbes, le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin est prêt à bondir – photo Dan de Rosilles

Ces qualités positionnent le Gridskin comme dominant dans l’univers all seasons / longue distance / dirt roads, quelque part entre le Continental GP 5000 (plus rapide mais moins solide) et le Hutchinson Sector (plus rustique et plus adhérent, mais plus lourd et moins rapide). C’est un pneu qui représente une évolution technologique et technique majeure dans un secteur où le Continental Gatorskin fait désormais figure de dinosaure avec un confort nettement inférieur et où le Cinturato Vélo de Pirelli est sensiblement moins véloce et léger.

Cette écrevisse qui traverse une route en Camargue n’a aucune chance face au Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin – photo Dan de Rosilles

Théorie de l’hybridation des espèces

En tant que cycliste longue distance sur parcours hybrides, j’en viens à rêver d’une version 32 mm du Gridskin. Cela me paraîtrait tout à fait cohérent pour un pneu destiné à être monté en tubeless et on obtiendrait un pneu au rapport poids/solidité/vitesse/accroche très intéressant. Si mon statut de contributeur à Bike Café me permettait d’avoir une quelconque influence sur les équipes R&D d’Hutchinson… L’évolution des vélos d’endurance avec des passages de roues permettant le 32mm va dans ce sens, la multiplication des épreuves d’ultra-cycling intégrant dans leur parcours des secteurs gravel également.
Mais quelque soit le diamètre choisi, le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin vivace, souple, rapide et précis est la symbiose parfaite entre animalité et technologie.

Pneu Hutchinson Fusion 5 LTD. Edition Gridskin ElevenSTORM

Le Hutchinson Fusion 5 LTD Gridskin invite à rouler sans fin – photo Dan de Rosilles

10 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, comment positionnez-vous le pneu Continental Grand Prix 4 Season qui lui existe en 32 mm ? J’ai équipé mon gravel de ce pneu pour faire de la route cet hiver, et après l’avoir testé, ce pneu se comporte plutôt pas mal sur les chemins ou dirt roads.

    • Bonjour Thibault,
      Excellente question !
      Le Continental GP 4-Season est un excellent pneu, mais c’est un tubetype ; si en 28mm la question se pose, en 32mm je lui préfère le Hutchinson Sector en tubeless, ce qui permet des pressions plus basses (plus de confort, plus de grip). Pour revenir à la comparaison 4-Season / Fusion 5 LTD Gridskin, en 28mm et avec chambre à air, j’aurais tendance à privilégier le 4-Season pour le grip et le Fusion 5 pour la vitesse.

  2. Bonjour
    Merci pour cet article comme toujours très intéressant.
    Tout en soutenant le.made in France, les qualités des pneus Hutchinson et la démarche écologique de cette nouvelle génération de pneus. J’ai beaucoup de mal à accepter qu’un pneu plus économique à fabriquer soit plus cher à la vente, cela n’est pas très respectueux des clients. Le prix n’est pas abordé dans l’article mais cela est le cas pour le touareg gridskin qui est significativement plus cher que la version hardskin qui a d’ailleurs disparu, le client n’a plus le choix…à bon entendeur.

    • Bonsoir Nicolas,
      Merci pour votre commentaire. Je ne peux pas affirmer comme vous que le pneu est plus économique à produire, mes informations signalent simplement qu’il est plus écologique : Le fait qu’il y ait moins d’étapes n’induit pas nécessairement qu’il coûte moins cher à la production (on ne sait rien du coût du Gridskin par exemple). Le prix du pneu n’est pas affiché dans l’article pour l’instant car j’attends des informations de disponibilités chez nos partenaires pour afficher un prix correspondant à la réalité ; mais cela ne saurait tarder.
      Ceci étant dit, votre remarque est pertinente, on peut effectivement constater une hausse globale du prix des pneumatiques ; à mon avis, cela est dû essentiellement à la qualité nettement en hausse des produits (et donc aux efforts des équipes de R&D dans un secteur fortement concurrentiel) mais aussi aux tensions observées actuellement sur le marché (il est aujourd’hui très difficile d’acheter des pneus, les stocks sont au plus bas).
      Merci de nous lire,
      Dan

  3. Bonjour, rien à voir avec le sujet de l’article. Quel est la marque du t-shirt bleu de Frédéric qui tente de monter le pneu sur la jante ?
    Merci,
    Nicolas

  4. Bonjour Dan, Merci pour votre réponse. Il est écrit dans votre article que le Gridskin est plus économique à fabriquer, je ne fais que m’appuyer sur cette source d’information. J’ai lu exactement la même chose sur le Touareg Gridskin pour lequel les tarif sont connus. Je comprends le contexte du marché, je réagis en tant que lecteur fidèle mais client parfois désabusé, la communication de Hutchinson est pour moi maladroite de mettre en avant des économies de production avec un produit plus cher (à confirmer avec ce modèle) car l’on(client historique) se sent doublement lésé…Je pense malgré tout continuer à utiliser majoritairement des pneus Hutchison. Cdlt, Nicolas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Quitter la version mobile