Alors que la pratique du vélo longue et ultra-distance rassemble de plus en plus d’adeptes et que beaucoup de marques de vélo proposent aujourd’hui à leur catalogue des vélos de route typés « endurance », l’offre de pneus tubeless de 28 à 35mm « allroad », « dirtroad » ou « all around » s’étoffe.

Après avoir testé dans un précédent article le Pirelli Cinturato Velo, ma curiosité a été stimulée par le Hutchinson Sector. Certes, il ne s’agit pas d’une nouveauté, mais ce pneu qui retrouve une nouvelle jeunesse grâce à des pratiques cyclistes hybrides, situées entre route et gravel, méritait qu’on s’intéresse à lui. C’est sur les routes hivernales de la Catalogne, puis sur les Strade Bianche de la Vénétie que j’ai testé ce classique de chez Hutchinson.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling
Avant même le début du test, je trouve que le Sector a fière allure – photo Dan de Rosilles

Au début était Paris-Roubaix

À l’origine, ce pneu tubeless a été conçu pour les routes « difficiles » : pavés, asphaltes mouillés ou boueux, revêtement rugueux ou inégaux, et il a même été utilisé par l’équipe professionnelle Europcar de Jean-Louis Bernaudeau sur un Paris-Roubaix.

Sa bande de roulement centrale est lisse et permet une très bonne vitesse avec un rendement exceptionnel, alors que ces deux bandes latérales (une première en micro-pointes et la plus extérieure en pointes de diamant), assurent une bonne tenue de route en virage. La gomme, dite « bi-compound » est plus dure sur la bande de roulement et plus tendre sur les côtés, ce qui renforce l’efficacité de ce design, faisant de ce pneu le compagnon idéal des coursiers pour leurs entraînement hivernaux.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling
Le Sector se positionne pile entre route et gravier – photo Dan de Rosilles

Enfin, sa carcasse renforcée « Hardskin » donne au Sector une grande longévité et une très bonne résistance, même sur le gravier, ce qui lui permet aujourd’hui de se faire remarquer par les pratiquants de gravel qui lui reconnaissent des qualités de vitesse et de légèreté pour les chemins les plus roulants.

Le Hutchinson Sector a su aussi s’adapter aux vélos les plus récents, puisque ses qualités d’adhérence et sa solidité structurelle le rendent parfaitement compatible avec le puissant freinage des freins à disques.
Voici donc un pneu qui fait peau neuve et qui a la peau dure, puisque ses caractéristiques premières lui ont permis de s’adapter à l’évolution des pratiques cyclistes et devraient lui garantir une longue durée de vie commerciale.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling
Aussi pertinent en longue distance qu’en gravel, le Sector est à l’aise partout… ou presque ! – photo Dan de Rosilles

Un pneu qui a fait ses preuves… partout

Au delà de ces caractéristiques en terme de performance, le Sector est très polyvalent, puisqu’on le retrouve aussi sur les vélos des cyclistes urbains et des vélotafeurs.

En commençant ce test, j’avais posté une photo des pneus sur les réseaux, ce qui m’a permis de réaliser que beaucoup de mes connaissances utilisaient et appréciaient ce pneu que je n’avais jamais roulé ! Mon complice Michel Divuolo l’utilise par exemple sur les routes sinueuses et pentues des Monts d’Ardèche, Aymeric Bonnard (« Break de Chasse » sur Strava, un pratiquant intensif sur route et en gravel) l’utilise au quotidien dans Lyon sur son vélo de tous les jours : « J’en suis déjà à 10.000km avec ces pneus pour une utilisation 100% urbaine et aucune crevaison depuis 2 ans ! », commente-t-il.
Sophie Prat, qui travaille chez Lapierre, ne se sépare plus de ce pneu, aussi bien pour ces trajets quotidiens dans Dijon que pour ses entraînements en club le week-end « Je les utilise en 28, ils sont top ! ils résistent même au verre brisé que je rencontre dans les rues sur mon trajet », ajoute-t-elle.

Étais—je donc le seul à ne pas utiliser ces pneus ? Il était temps que je les teste moi-même…

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling Instagram
Sur Instagram, les commentaires fleurissent. serais-je donc le seul à ne pas utiliser ce pneu ? – capture d’écran Instagram

Hiver et « dirty roads »

Ça tombe bien, ce début de mois de mars 2020 est particulièrement clément et je souhaite en profiter pour commencer mon entraînement longue distance sur route. J’organise donc avec les amis du club Strava CALD (Cyclistes Arlésiens Longue Distance) un raid Arles-Barcelone, via Sète, Perpignan et Girona, sur un tracé de 600km et 5500m d’élévation, qui mixe petites routes et quelques pistes bien roulantes. À cette occasion, j’utiliserai mon Cycloss Sunn chaussé des Hutchinson Sector en 32c, montés tubeless évidemment.

Malheureusement, la flambée épidémique de COVID-19 ne me permet pas de rejoindre Barcelone sereinement et j’écourte cet entraînement par un retour express en train ; mais j’ai quand même pu effectuer en deux jours un peu plus de 400 km (Arles – Perpignan le premier jour, Perpignan – Girona le second) et j’ai pu vérifier les surprenantes qualités de vitesse de ces pneus, ainsi que l’excellent confort qu’ils procurent montés ainsi en tubeless, malgré la relative petite section utilisée sur un vélo lourd car chargé en bikepacking.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling Catalogne
Mon lourd Sunn Cycloss, chargé en bikepacking, affronte sans problème les « dirt roads » de Catalogne – photo Dan de Rosilles

La Veneto Gravel en pignon fixe

Le confinement m’empêche malheureusement de pousser plus avant mon entraînement longue distance sur route, mais j’en profite pour préparer un autre vélo, pour un autre projet. Je m’étais inscrit à la Veneto Gravel, une course de 700 km en auto suffisance sur les pistes de Vénétie, où justement l’épidémie de COVID avait commencé en Europe. La course, prévue initialement en avril ayant été reportée au mois d’août, je décide de m’y préparer tout de même, misant sur le fait que les conditions sanitaires permettraient le bon déroulement de la course, une fois la vague épidémique passée.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling urban gravel
Le confinement m’oblige a réaliser mes tests à moins d’un kilomètre de la maison et dans une durée d’une heure – mais c’est déjà très riche d’enseignements… – photo Anne Fontanesi

Pour ce faire, j’équipe mon Cinelli Tutto – mon vélo « mi fixe – mi gravel » d’un développement de 37 X 17, et d’un montage pneumatique un peu particulier : à l’avant, un Hutchinson Overide en 700X38c va garantir confort et accroche en courbes, alors qu’à l’arrière, un Hutchinson Sector 700X32c offrira fiabilité et rendement. C’est en voyant les vététistes associer des pneus différents sur leurs vélos que l’idée m’est venue de tenter cet assemblage 100% Hutchinson.

Lors de tests préliminaires en fixe-gravel, j’avais noté que le vélo chassait parfois de l’avant dans les courbes gravillonneuses avec un pneu « lisse » de 32 à l’avant, car le pédalage continu propre au pignon fixe ne permet pas toujours d’équilibrer correctement le vélo dans les virages. J’avais aussi remarqué qu’il est difficile, pour les mêmes raisons de pédalage, d’amortir correctement les accidents de terrains, creux et bosses fréquents en gravel.

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling Overide 700X38c
Des pneus différents à l’avant et à l’arrière, mais un montage 100% Hutchinson – photo Dan de Rosilles

Une paire d’Hutchinson Overide, avec des crampons latéraux et une généreuse section de 38 mm corrigeait ces deux contrariétés ; mais la vitesse en pâtissait terriblement… trop pour mes objectifs de course en tout cas.

C’est là que le Sector a joué son rôle à l’arrière. Avec sa section de 32mm et un gonflage modéré en tubeless il restait confortable, mais le gain de vitesse était vraiment notable !
J’ai donc, dès la fin du confinement roulé mi fixe – mi gravel avec cet assemblage, qui m’a donné entière satisfaction puisque je l’ai conservé jusqu’à la course.

Je ne sais pas quel rôle cette monte de pneumatiques a joué dans le succès de ma participation à la Veneto Gravel, mais si j’ai réalisé ces 700 km en 41 heures alors que j’en avait prévu 44, c’est qu’en tout cas la vitesse et le confort étaient au rendez-vous…

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling
La Veneto Gravel, une course intense dans un décor époustouflant – captures d’écran Strava

Que reste-t-il de nos Sector ?

Avec le recul et après quelques milliers de kilomètres à rouler ces pneus increvables, je dois dire que je suis conquis. Pour tenter une comparaison avec les Cinelli Cinturato Velo, je dirais qu’ils sont moins confortables, mais nettement plus rapides. Comme les Pirelli, ces Hutchinson sont aussi très solides et extrêmement durables : malgré déjà plus de 3000 km de torture sur des surfaces compliquées, dont plus de 1000 km en pignon fixe (ce qui, comme vous le savez, accélère l’usure des pneus), le Sector de ma roue arrière est encore en parfait état.

Bien sûr, j’espère les démonter dans un proche avenir pour entreprendre (avec gourmandise !) d’autres tests de pneus tubeless moyenne section orientés « endurance-all roads », mais en attendant, je vais continuer à rouler en Sector dès que l’occasion – et ses pistes blanches – se présentera…

Hutchinson Sector tyre 700X32c gravel long distance all around allroad cycling
Après plusieurs miliers de kilomètres, le Hutchinson Sector a encore de beaux jours de roulage devant lui – photo Dan de Rosilles

Hutchinson Sector 34.99 € chez notre partenaire Cycletyres

Hutchinson Overide à partir de 34.99 € chez notre partenaire Cycletyres

6 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Dan et merci pour ce test. Connais-tu les Panaracer Gravelking en 700×32 ? je le trouve parfaits sur mon route endurance en tubeless et aimerais avoir un avis comparatif avec les Sector si tu en as un.
    Bonne route !

  2. Bonjour Yoann,
    Oui je connais le Gravelking, c’est un très bon pneu mais qui n’a rien à voir avec le Sector : c’est une gomme tendre, très adhérente, mais plus lente et avec une usure beaucoup plus précoce. Le Sector va être moins confortable, mais plus durable et plus roulant ; je dirais que dans la famille des pneus « entre deux », le Sector est un peu plus « route » et le Gravelking un peu plus « gravel ». Mais ces deux pneus ont aussi des points communs : Ils sont au top de mes préférences en matière de pneus 4 saisons, d’adhérence sur sols mouillés et de rapport qualité/prix.
    J’espère que ce témoignage t’aidera, merci de lire Bike Café,
    Dan

  3. Ma grande questions pour mon usage , qui est malheureusement peux aborder , est la tenue sur sol asphalte / goudron humide voir détrempé.
    Habitué au pneu 100% route qui adhère vraiment bien , j’aimerais bien pouvoir remplacer mes Continental Gatorskin en 32 par les Sector ..et vu les gamelles que je me suis déja pris avec les Continental sur route trempé si les Sector ont un meilleur grip c’est le jackpot assuré 😉

    • Bonjour Cyril,
      Il me sera difficile de vous dire si le Sector tient mieux que le Gatorskin sur asphalte mouillé, car la plupart des glissades sur le goudron pendant ou juste après la pluie sont souvent causées par une une pellicule grasse qui se forme à la surface de la route. Constituée de poussières amalgamées, de restes d’hydrocarbures… cette pellicule (très crainte par les motards, et souvent nommée « verglas de printemps ») rend difficile l’évaluation des capacités d’accroche d’un pneu dans ce type de situation. Les glissades sur route mouillées peuvent aussi être causées par les plaques d’égout ou la signalisation peinte. Il m’est même arrivé de me prendre une belle gamelle en plein été sur une route qu’une source débordante couvrait en permanence, d’où une couche d’algues vertes qui n’aurait laissé aucune chance à aucun pneu… Difficile, dans ces cas, d’incriminer tel ou tel modèle de pneu… À mon avis, la meilleure solution sur route mouillée est de rouler moins vite, de freiner moins fort et de prendre les courbes prudemment, en particulier lorsque la pluie commence après une longue période de sècheresse.

  4. salut, moi j’ai encore mes Continental Grand prix 4 seasons en 32 depuis deux ans et j’en suis parfaitement satisfait, j’essaierai ces Sector quand les miens seront cuits, ils se ressemblent beaucoup d’ailleurs ! Par contre, je suis horriblement jaloux de ton Cycloss ! 😀

  5. Je confirme ce que le test indique et avec force ! Les miens ont près de 5000 km, montés sur un Kona Jake, je pèse 100 kilogs, et ils présentent encore une bande de roulement quasiment vierge, incroyable ! Je précise que je roule dans le Calvados, et pour ceux qui connaissent, sur des routes fréquemment humides et glissantes, empruntant même quelques fois des chemins traversant les champs. Bilan, pas une seule crevaison pour un pneu qui accepte sans broncher les pires traitements tout en restant performant ! Sur le mouillé, je croise les doigts, pas de gamelle pour l’instant mais surtout aucune sensation de décrochage intempestif, je trouve ces pneus progressifs et sécurisants. Pour moi, sans aucun doute, le meilleur pneu que j’ai jamais eu.

LEAVE A REPLY