AccueilL'atelierBurgh Cycling, le ruban de cintre qui saute aux yeux

Burgh Cycling, le ruban de cintre qui saute aux yeux

Je mène la vie dure à mes guidolines.
Sur route, les milliers de kilomètres annuels, que je roule au prix d’efforts opiniâtres, creusent l’empreinte de mes doigts et de mes paumes dans la chair tendre du ruban. En gravel, le contact rugueux des pierres et des écorces auxquelles mon vélo s’accoude couturent mon cintre de cicatrices plus ou moins profondes, toujours irrémédiables.
Il faut donc régulièrement changer le ruban, ce tortillon de douceur, pour qu’il remplisse en tous points sa mission des quatre A : Accommoder le cockpit, Adoucir le contact, Amortir les chocs et Agripper les doigts.

On part sur du Burgh

Burgh Cycling (pronnoncez “Burruh”) est une entreprise qui a été fondée en 2016 à Launceston, une ville située au nord de la Tasmanie, cette île qui s’est détachée de l’Australie pour toiser Melbourne de loin.
Cette jeune entreprise a clairement l’ambition de révolutionner le look du guidon, guidon qui est la partie du vélo qu’un cycliste passe le plus de temps à regarder lorsqu’il pédale…

used bar tape
Les troncs d’arbres et les rochers qui ont côtoyé le cintre de mon monster cross Salamandre l’ont couturé de cicatrices – photo Dan de Rosilles
Annonce
Annonce Trek

Il faut dire que dans les années 2000, alors que les tenues de cyclisme montaient en gamme, avec des textiles de plus en plus techniques et des couleurs sobres et branchées, les fondateurs de Burgh avaient constaté que l’industrie du ruban de cintre ronronnait, sans qu’aucune équipe de R&D cherche à améliorer techniquement et esthétiquement les guidolines du marché.

Il est temps d’enlever la vieille guidoline pour installer le ruban Burgh – photo Dan de Rosilles

Burgh a alors fait le pari de créer des guidolines au design épuré, sans logo, mais avec des motifs simples et efficaces et en utilisant essentiellement du noir et du blanc.
Au début, seuls quelques cyclistes audacieux de Melbourne et d’Australie du Sud ont osé utiliser les produits Burgh, mais petit à petit, ces guidolines ont remporté du succès et sont désormais disponibles en Europe.

J’enlève les restes de colle laissés par l’ancienne guidoline avec un peu d’acétone – photo Dan de Rosilles

Savoir-faire et astuces

Je ne sais pas vraiment si j’apprécie ou si j’appréhende d’installer moi-même les guidolines. Voilà un paradoxe : c’est une activité gratifiante, car le résultat métamorphose le guidon et plus largement contribue à l’esthétique globale du vélo. Mais c’est aussi un moment frustrant, quand on réalise qu’on n’a pas le tour de main du professionnel, et que notre technique approximative crée des imperfections qui seront visibles par tous et aussi longtemps qu’elle sera sur le guidon.

Bien sûr, il existe sur le web une abondante littérature, vidéos, textes, schémas, qui permet de se perfectionner et d’éviter pas mal de déconvenues. Mais seule une pratique régulière, à l’instar de celle des soudeurs ou des carreleurs, permet de maîtriser un savoir-faire artisanal et réussir l’Œuvre Parfaite.

Me voilà donc sur le point de changer deux rubans de cintre sur deux vélos très différents : mon pignon fixe “de vitesse”, un Dësgenà D01 en 47 X 17 et ma “Bombera” Salamandre, le monster-cross Ardéchois.

Burgh Cycling Bar tape classic and endurance comparison
Le logo Burgh, un X fait de deux rouleaux de rubans croisés, annonce une esthétique stricte, voire austère – photo Dan de Rosilles

Question de choix

Parmi tous les rubans de cintre proposés par Burgh, ma préférence s’est portée sur une guidoline de la gamme “Endurance” et une autre de la gamme “Classic”. Pour la première, j’ai choisi un ruban sobre qui alterne du noir brillant et du noir mat, et pour la seconde, un modèle avec un motif blanc qui, au contraire, tranche radicalement sur son fond noir.

Burgh Cycling bar tapes Houndstooth Stealth Hexa White
À gauche, le modèle Houndstooth Stealth ; à droite, la Hexa White – captures d’écran site web Burgh Cycling

J’étais curieux de comparer un modèle “Classic” et un modèle “Endurance” en ce qui concerne le confort, le grip, bref, la sensation sous les doigts.
Mais je voulais également savoir comment, et dans quelle mesure, une guidoline plutôt sobre et une autre plutôt clinquante impactaient le look du cockpit et plus généralement celui du vélo.

Burgh Cycling Bar tape classic and endurance comparison
À droite, le diamètre supérieur du rouleau de la version « Endurance » montre que le ruban est plus épais que celui de la version « Classic » – photo Dan de Rosilles

Noir sur noir, et tout bouge

Dans la gamme Endurance, le modèle Houndstooth (traduisez : “pied-de-poule furtif”) est officiellement discrètement noire et grise, mais à la lumière, la partie noire du motif est tellement brillante qu’elle parait plus lumineuse que la partie grise mate. On en perd son latin, l’œil cherche vainement un repère stable, pour déterminer, dans le motif, quelle est l’obscur alter-ego de l’autre. Ce pied-de-poule version “Docteur Jekyll and Mister Hyde” accroche tellement le regard par son originalité qu’il n’est finalement pas furtif du tout.

Burgh Cycling Bar Tape Houndstooth Stealth gravel Monster Cross Marseille
Au soleil sur les hauteurs de Marseille, le ruban Houndstooth Stealth « fait » matière – photo Dan de Rosilles

Dans la pénombre, où les brillances accrochent le moindre rayon de passage, il en est presque tapageur. En plein soleil, qui uniformise beaucoup plus les oppositions du motif, il devient très “matière”, sans aucune neutralité, un peu comme l’est, dans un tout autre genre, la surface de ma selle imprimée en 3D ou les crampons de mes pneus Vredestein.

Burgh Cycling bar tape Houndstooth Stealth Q36.5 Clima mid gloves patterns gravel monstercross
Entre la Houndstooth Stealth et mes mitaines Q36.5 s’opère un intéressant motif-sur-motif – photo Dan de Rosilles

Blanc sur noir, cinétique du hasard

Dans la gamme Classique, la “Hex White” (Hex pour “hexagonale”), est un motif en nid d’abeille qui rappelle aussi l’empreinte des clés Allen que nous utilisons pour régler le vélo. Dès qu’on le découvre, ce ruban mat et très contrasté prend beaucoup de place visuellement.

Lorsqu’on l’étire, qu’on l’entortille et qu’on le recouvre partiellement de lui-même, le rythme systématique et répétitif perd beaucoup de sa rigueur, au profil d’effets d’optique fluides et mouvants. Le motif jusqu’alors très strict, à l’instar des carreaux blancs utilisés par Jean-Pierre Raynaud pour recouvrir l’intégralité de l’intérieur de sa Maison, se transforme en quelque chose d’organique et désordonné, comme certains motifs cinétiques de Victor Vasarely. Tout ça pour le prix d’une simple guidoline.

La Hex White promet à ceux qui l’oseront un effet visuel fort. Ce ruban prend beaucoup de place à l’avant de mon D01 qui est un vélo très sobre, voire furtif. J’avoue honnêtement que, pour l’instant, je ne sais pas si j’aime ou pas, mais ce qui est sûr, c’est que cette guidoline fera réagir les observateurs.

Endurance ou Classic ?

Burgh annonce ses bandes Endurance comme “plus résistantes, plus épaisses et de plus haute densité, conçues pour être durables et pour des aventures où l’environnement, le pilotage et le mode de vie ne ménageront pas le vélo”.
Ce que j’ai pu observer pour l’instant, c’est qu’elles sont nettement plus épaisses que les Classic, ce qui présente l’inconvénient de les rendre plus difficiles à poser, et l’avantage d’être plus confortables, ne serait-ce parce qu’elles élargissent le diamètre du cintre.

Pour ce qui est du contact de surface, je n’ai pas pu observer de différence, elles sont, l’une comme l’autre, agréables à tenir, avec gants longs, mitaines ou mains nues. Toutes les deux proposent une excellente adhérence, même avec les mains humides de sueur. Pour ce qui est de l’amorti, je ne pourrais me prononcer, étant donné que je les ai installées sur deux vélos différents qui ne proposent pas du tout le même confort. Et n’oublions pas que le moelleux d’une guidoline dépend aussi de la tension que l’on a exercée lors de la pose.

Burgh Cycling Bar tape Hexa White install
Le secret d’une bonne pose : étirer, mais pas trop – photo Dan de Rosilles

Ruban prose

Rendre-compte d’un essai de guidoline n’est pas forcément l’exercice le plus facile que je connaisse.
En ce qui concerne ces deux rubans Burgh, qui ont l’air tout à fait solides et bien faits, il faudrait attendre quelques milliers de kilomètres pour pouvoir éprouver leur durabilité, ce qui vous plongerait, chers lecteurs, dans une attente interminable et un mortel ennui.

Aussi, je ne vous retiendrai pas trop longtemps avant que de vous laisser partir rouler, pour vous dire simplement tout le bien que je pense de ces rubans Burgh sur tous les points sur lesquels je peux me prononcer sans hésitation.

Houndstooth Stealth Burgh Cycling bar tape
Une fois posée la « Houndstooth Stealth »donne fière allure à mon cockpit – photo Dan de Rosilles

D’abord, il faut reconnaître toute l’originalité des motifs et des rendus visuels de surface. Qu’on aime ou qu’on déteste, on ne peut nier que le design Burgh est tout simplement unique.

Burgh Cycling Houndstooth Stealth gravel Monster Cross Sainte Victoire
Depuis la Chaîne de l’Étoile, la guidoline Houndstooth Stealth dialogue avec la Montagne Sainte-Victoire – photo Dan de Rosilles

Ensuite, on peut remarquer une finition exemplaire, parachevée par les bouchons vissants et l’adhésif de finition de haute qualité, mais c’est un peu la moindre des choses au vu du prix élevé de la marchandise.

Burgh Cycling Bar tape fixed gear road cycling Hexa White
En haut ou en bas du cintre, le confort et l’adhérence sont parfaits – photo Dan de Rosilles

Enfin, je peux témoigner qu’au contact et à l’usage, les rubans Burgh assument parfaitement leur fonction, que ce soit en version Classic ou Endurance, sans que je puisse en toute honnêteté sentir une grande différence entre les deux (si ce n’est l’épaisseur de la seconde qui élargit le diamètre du cintre).

Burgh Cycling Bar tape fixed gear road cycling Hexa White
Un « look-mum-no-hands ! » permet de prendre du recul pour observer le design très particulier du ruban « Hexa White » – photo Dan de Rosilles

En espérant que cet article vous donne envie de changer de guidoline, et pourquoi pas d’essayer une Burgh, je vous souhaite, chers lecteurs, une excellente sortie… le nez dans le guidon !

Burgh Cycling Classic Hexa White 41,33€
Burgh Cycling Endurance houndstooth stealth 45,37 €

Annonce
Dan De Rosilles
Dan De Rosilleshttps://www.strava.com/athletes/5149425
Dan vit à Arles et sur son vélo. Il concocte des itinéraires de route et de gravel aux petits oignons pour lui, ses amis et les membres des clubs Strava qu'il administre : Arles Gravel, Mi-Fixe-Mi-Gravel, Cyclistes Arlésiens Longue Distance (CALD) et Arelate Denta Rota Fixa. Il aime le pignon fixe, la longue distance, le bikepacking, la pêche à la mouche et la bière artisanale. Il produit des textes et des photos publiés sur Bike Café et plus ponctuellement dans la presse papier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur