Fini le temps où les dames devaient puiser dans les petites tailles du rayon hommes pour trouver des tenues adaptées à la pratique du vélo. Chez le vélociste du coin, il n’était pas possible de trouver autre chose que les équipements classiques destinés aux « mecs ».

Aujourd’hui, malgré encore une certaine rareté dans la grande distribution, voire la distribution tout court, on peut constater que le marché des équipements vélo pour les femmes s’est considérablement élargi.  Des « corners » femmes apparaissent, les marques ont pris en compte désormais les besoins féminins spécifiques qui englobent à la fois les aspects esthétiques et ergonomiques.

Certains ne l’avaient peut-être pas remarqué, mais la morphologie féminine est différente de celle de l’homme … De plus, pour beaucoup de femmes l’aspect esthétique et le détail qui féminise une tenue sont importants et conditionnent souvent leur choix. Cette demande a dopé l’offre et nous avons pu constater dans les allées de l’Eurobike que « Madame vélo » n’était plus la « parente pauvre » des rayons textiles.

Reste maintenant aux détaillants de s’approvisionner dans les catalogues des marques mais ça c’est une autre histoire et pour beaucoup de femmes les achats se feront plus facilement sur le web pour disposer d’un choix plus large.

De toutes les couleurs

Le rose, qui caricature par trop la femme et qui agace notre amie Marie, est bien toujours présent. Cette couleur se mélange, les couleurs se panachent, et le choix est vaste. Les motifs et graphismes sont également très variés et particulièrement élaborés comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous.

Il reste un peu de rose mais la couleur explose sur les maillots féminins, de gauche à droite et de haut en bas : Giordana, Pearl Izumi, Ale Bike Wear, Wild Zeit Sportwear, Poc, Ozone Cycling - crédit photo ©T&N
Il reste un peu de rose mais la couleur explose sur les maillots féminins, de gauche à droite et de haut en bas : Giordana, Pearl Izumi, Ale Bike Wear, Wild Zeit Sportwear, Poc, Ozone Cycling – crédit photo ©T&N

Jupettes, dentelles et léopard, vous avez dit fashion ?

Aux coupes cintrées et aux motifs élégants viennent s’ajouter d’autres codes du vêtement féminin. A commencer par la jupette qui recouvre un cuissard, un peu à l’image de ce qui se fait maintenant dans le domaine de la course à pied.

Track & News
De très beaux ensembles chez Gore Bike Wear avec notamment cette jupette pour pédaler …- crédit photo ©T&N

La dentelle s’invite également sur les maillots féminins. À l’Eurobike nous avons rencontré le créateur niçois de la marque G4.  Un peu de dentelle au bord des manches, des couleurs qui pètent voilà également une tenue très chic avec des tarifs « haut de gamme ».

La marque française G4 - crédit photo ©T&N
La marque française G4 – crédit photo ©T&N

Le tissu de type mousseline apparaît également sur les tenues de vélo, comme par exemple sur la collection Charm de Sportful .

La collection Charm de Sportful - crédit photo ©T&N
La collection Charm de Sportful – crédit photo ©T&N

Enfin, pour « rouler » dans les beaux quartiers la marque Jade propose des tenues 3 pièces aux motifs sans équivoque. Pas question pour ces cyclistes de partir en rando lointaine et de se lancer sur Paris – Brest – Paris ainsi habillées.

Track & News
Jade – Des odeurs de savane avec les modèles Giraffa, Leopardo et Cavallino- crédit photo ©T&N

L’ergonomie n’est pas oubliée

Un petit détail aura son importance pour la pause pipi … Si les messieurs, peuvent facilement s’arrêter pour soulager un besoin naturel même avec un cuissard à bretelles, il n’en est pas de même pour les dames qui ne souhaitent pas forcément se déshabiller au bord de la route. Beaucoup de femmes adoptent le cuissard sans bretelles pour faciliter la chose et les fabricants d’équipements proposent maintenant de façon générale des cuissards avec des bretelles détachables.

La fameuse « peau de chamois », qui heureusement n’est pas fabriquée avec la peau de ce bel animal, est découpée différemment pour tenir compte de la dimension des ischions et des formes périnéales féminines.

Les maillots sont taillés pour épouser les formes féminines. On ne verra plus de maillots trop larges à la taille et qui pendouillent misérablement lorsque l’on charge trop les poches.

 Variétés de coupes et coloris, de gauche à droite : Pearl Izumi, Sugoï, RH+, Liv, Fanfiluca - crédit photo ©T&N
Variétés de coupes et coloris, de gauche à droite : Pearl Izumi, Sugoï, RH+, Liv, Fanfiluca Bikestyle – crédit photo ©T&N

Cet élargissement de l’offre vestimentaire des cyclistes est une bonne nouvelle et cette élégance féminine va globalement tirer vers le haut la tendance « roulez chic » dans les pelotons de plus en plus mixtes. Reste que les maillots de club ne sont pas toujours très esthétiques dans le monde cyclo … mais c’est un autre sujet …

Marques citées

LEAVE A REPLY