Jean-Denis, qui est devenu accro du Gravel bike, nous livre ses premières impressions après ses 200 premiers kilomètres parcourus du côté de Fitou avec les nouvelles roues Mavic Ksyrium Pro Disc Allroad chaussées des pneus Yksion Elite Allroad. Une découverte toute en séduction comme vous allez pouvoir le constater.

Track & News
Nous avions remarqué ces nouveaux produits sur l’Eurobike 2015 – photo ©Track & News

Les nouvelles Ksyrium de Mavic sont polyvalentes et confortables. Elles conviennent parfaitement à la pratique du vélo de route sur des parcours parfois en mauvais état, non goudronnés ou sur des pavés. Elles constituent selon moi un duo indissociable avec les pneus Yksion Elite Allroad de la même marque.

Présentation

La première impression est que l’ensemble est réussi et esthétique. La roue est très féminine avec sa robe de fête « noir mat » et ses marquages « bronze ». À cela s’ajoutent des formes fines et voluptueuses, arrondies et homogènes ; le tout complété par des pneumatiques dédiés qui font corps avec les roues. Le regard du cycliste averti est immédiatement attiré, comme au passage d’une belle fille. On ne peut pas s’empêcher de regarder, faute de pouvoir toucher. Pour ces nouvelles roues heureusement nous aurons le droit de toucher et même de rouler avec.

Track & News
Comme Jean-Denis vous serez séduit par l’esthétique – photo ©JIDE

Mais, continuons les présentations. Le corps de la jante est en Maxtal (alliage aluminium spécifique à Mavic) avec le concept ISM (Inter Spoke Milling) 4D qui est exclusif à la marque.

Côté rayons, ils sont au nombre de 24 à l’avant comme à l’arrière ; droits et profilés, ils sont en Zicral, avec des montages croisés à l’avant et croisés d’un seul côté à l’arrière. Le moyeu est en aluminium et la roue est montée avec un corps de roue libre Shimano 11v.

Track & News
24 rayons en Zicral pour tenir cette robe de fête « noir mat » avec ses marquages « bronze » … Photo ©JIDE

Comme, je l’ai écrit plus haut les roues que j’ai reçues sont équipées de pneumatiques. Dans le cas présent, il s’agit des nouveaux Yksion Elite Allroad 30 mm, tubeless 120 tpi en simple gomme et protection en nylon. D’un poids de 330 g, ils sont parfaits lorsque les routes sont majoritairement non goudronnées. Pour les routes goudronnées ou les pavés comme Paris-Roubaix, Mavic propose aussi le Yksion Elite Guard en 28 mm.

Track & News
À gauche le pneu Elite All Road pour chemins et routes défoncées et à droite le Elite Guard 28 mm pour routes et pavés

Après m’être attardé sur la beauté esthétique de ces roues, ma deuxième impression est leur légèreté. Lorsqu’on prend les roues en mains elles semblent très légères ; enfin, le poids me semble moins élevé que celui de mes DT SWISS Spline 24 DB. La balance le confirme : « Mavic 1620 g (770 g à l’avant et 850 g à l’arrière) – DT swiss : 1775 g ». J’aurais pensé qu’il y avait plus d’écart.

Mais toutes ces belles choses ont un prix et sans être mesquin, il faut bien parler d’argent … Le tarif de la paire de roues est de 1000 €.

Présentation des produits lors de l’Eurobike par Michel Lethenet (PR Manager Mavic)

Les préliminaires

Une fois ces présentations faites reste à monter les roues.

Côté disque, j’ai mis un 160 Shimano Center Lock, comme sur mes DT Swiss ; mais là c’est bien plus simple à installer, d’autant qu’il n’y a pas besoin d’une clé spéciale. Mavic laisse la possibilité de monter un disque 6 trous.

Track & News
Photo ©JIDE

Côté cassette, j’ai tout simplement monté ma 11/32 qui se trouvait sur mes précédentes roues, en attendant d’en avoir une autre toute neuve (en commande).

Track & News
Photo ©JIDE

Reste à mettre en pression les pneus. S’agissant de Tubeless, il faut penser à mettre le préventif. Une fois la manœuvre effectuée, il ne vous reste plus qu’à donner un coup de compresseur, histoire de faire claquer les pneus. Chose faite on affine la pression voulue avec la pompe à pied. Cela se fait sans aucune difficulté.

Étant de nature curieuse, je me suis dit « Si tu crèves … genre la grosse crevaison, celle que l’on ne peut pas colmater avec le préventif … il faut mettre une chambre ! … ». Alors, je vais essayer. Le truc important c’est qu’il faut bien dégager une des deux gorges. La difficulté c’est qu’avec le préventif (surtout s’il est ancien), ça peut coller, donc il faut pousser fort. Mais, une fois libéré un des côtés, l’autre vient tout seul et on retire assez facilement le pneu. Là où ça se corse, c’est au remontage, surtout avec des pneus neufs… J’ai dû utiliser le démonte pneus : pas possible de faire autrement. Il vaut mieux ne pas l’oublier dans votre kit réparation (bon je pense que la prochaine fois ce sera moins dur… !!!).

Voilà les roues sont prêtes et il n’y a plus qu’à les mettre sur le vélo et à régler le dérailleur arrière et les disques. En fait, ça se fait tout seul en quelques secondes … facile !

Premiers tours de roues

Premières sensations après plus de 200 kilomètres sur mes parcours du côté de Fitou.

Roues et pneus : un couple uni …

Dès le début, je suis conquis par le confort de ces roues. C’est énorme. Elles gomment parfaitement les imperfections du terrain et absorbent très bien les chocs. Une vraie perception de « souplesse » au roulage, presque comme avec un boyau. La qualité de la gomme et l’élasticité de la carcasse du pneu y sont pour beaucoup.

Le tubeless aussi ; dès les premiers tours de roues on a cette impression d’avoir un pneu dégonflé et même si on sait que c’est juste une impression on ne peut pas s’empêcher de regarder. Vraiment, on prend plaisir à rouler sur les pistes de « Gravel ».

Track & News
Voilà un Gravle bien chaussé pour rouler sur les chemins du côté de l’étang de Salses – Photo ©JIDE

Côté adhérence la roue colle parfaitement au terrain sans aucun effet de rebond. Encore plus surprenant, malgré des sculptures peu importantes, la roue se révèle très efficace en terrain humide voire légèrement boueux. J’avais gonflé les pneus à 4,8 bars pour commencer. Pour les autres sorties je suis descendu à 4,5.

Au retour de la sortie, la pression des pneus n’avait pas bougé. Par contre, j’ai perdu presque 1 bar au bout de trois jours.

Côté roulement cela reste très fluide, sans bruit intempestif au roulage, si ce n’est l’agréable cliquetis typique de la roue libre Mavic. Dans la moindre descente abordée en roue libre, le vélo prend immédiatement de la vitesse, c’est même assez surprenant.

Pour autant, les roues sont très rigides et presque aussi efficaces que mes Ksyrium exalith de route lors des relances. Les accélérations sont très vives et il n’y a pas cette inertie très prégnante et handicapante que je ressentais sur les DT Swiss. Sûrement une meilleure répartition des masses et moins de poids en périphérie : c’est l’effet ISM 4D. C’est plus évident, lors des passages des petits « coups de cul » et en danseuse ; on appuie et ça gicle sans perte d’énergie.

De plus, testées dans des enchaînements de virages sur route et sur chemin, les roues se révèlent très maniables et cela est plus probant sur les passages un peu techniques. Là où l’on regarde, on passe, avec une impression de grande fluidité.

Quand à l’aérodynamisme, c’est vrai qu’elles présentent un profil assez « aéro » qui laisse présager une certaine efficacité. Bien sûr, j’ai eu l’impression de moins forcer face au vent, mais est-ce dû au fait que j’avais des bonnes jambes sur ces premières sorties, ou l’effet réel des roues ? Il faudra affiner cela sur un plus long terme.

Avec un fort vent latéral (ce qui est fréquent par chez moi), il y a toujours quelques turbulences, mais c’est surtout dû à la présence du disque en 160.

Si je devais faire un premier point au bout de 200 km, je confirmerais qu’il faut considérer la Mavic Allroad comme un duo indissociable d’une roue avec un pneu tubeless dédié. Reste à connaître la fiabilité et la longévité de ces roues.

Par exemple, le gros défaut de mes DT Swiss c’est qu’elles se voilent facilement ; je dois fréquemment les ré-aligner, en sera-t-il de même avec les Mavic (d’ailleurs il faut une clé à rayon spécifique Mavic livrée avec les roues) ?

Points forts :

  • Confort
  • Vivacité
  • Esthétique
  • Adhérence

Point faible :

  • Le prix

A suivre pour un essai plus long afin de vérifier la fiabilité et le comportement sur différents terrains.

 La vidéo en bonus …

Campagne Radio Cyclo Trail

2 COMMENTAIRES

  1. Il me semble que la comparaison avec les DT SWISS Spline 24 DB est inappropriée. Vus devriez comparer avec les DT SWISS Spline 23 DB

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here