Certaines innovations, que l’on voie arriver nos vélos de route, viennent du monde du VTT. Les freins à disque et les axes traversants mais également, depuis peu, l’usage d’un plateau unique. Déjà répandu en Cyclo-cross et en Gravel Bike, le mono plateau fait une entrée timide sur la route auprès de certains cyclos désireux de simplifier la transmission de leur vélo. Il est vrai qu’avec les roues libres à 11 vitesses (bientôt 12), on peut sérieusement envisager de ne plus utiliser qu’un seul plateau.

Avantages du mono plateau

Bike Café
photo BC

Cette solution, qui déroge à nos habitudes, n’est pas forcément farfelue et présente même plusieurs avantages :

  • simplicité mécanique par la suppression d’un dérailleur et les problèmes de réglage qui vont avec, même si aujourd’hui un dérailleur avant bien réglé, fonctionne parfaitement. Pas de braquet en double non plus.
  • simplicité d’utilisation, avec 11 vitesses disponibles en continu sans se demander quel plateau utiliser dès que ça grimpe un peu. En outre, on observe que chaque changement avec un double plateau, implique le plus souvent un changement de pignon en sens inverse. Cela étant particulièrement vérifié avec le 50 X 34 et ses 16 dents d’écart.
  • gain de poids d’environ 200 g par la suppression d’un plateau, du dérailleur avant, du collier de dérailleur, du câble et de la gaine.
  • facilité de nettoyage du pédalier et de la boîte de pédalier toujours difficile avec un double et encore plus avec un triple, sans oublier le dérailleur lui-même et ses recoins quasi inaccessibles.

Parmi les inconvénients, il y a quand même  :

  • la perte des plus grands et plus petits développements.
  • les trous parfois importants dans l’étagement des braquets.
  • le poids plus important sur la roue arrière dû à une roue libre aux dentures plus importantes.
Bike Café
Gilbert, qui a rédigé cet article, est un cyclosportif aux performances honorables. Il a réalisé un montage « bricolé » sur son vélo en supprimant son double plateau pour installer un mono – photo BC

Voici un tableau comparatif des développements obtenus avec des roues de 700 selon les différents montages :

Plateaux Pignons Dev. Mini Dev. Maxi
mono 42 11 X 32 (11 v) 2.78 8.08
double 50 X 34 12 X 28 (9v, 10v, 11v) 2.57 8.82
double 50 X 34 11 X 28 (10v, 11v) 2.57 9.62
double 50 X 34 11 X 25 (9v, 10v, 11v) 2.88 9.62
double 50 X 39 11 X 28 (10v, 11v) 2.95 9.62
triple 50 X 40 X 30 12 X 25 (9v, 10v) 2.54 8.82
triple 50 X 40 X 30 12 X 25 (9v, 10v) 2.54 9.19

 

En pratique, les développements extrêmes sont peu utilisés, en particulier le 11 dents. En effet, avec un plateau de 50 dents et une cadence de pédalage convenable, ce pignon suppose de pédaler à plus de 50 km/h. Cette vitesse, ne concerne en fait quasiment que des descentes où l’on fait en réalité le plus souvent « roue libre ».

Le plus grand développement obtenu avec un 42 X 11 correspond à peu près à un 50 X 13. Cela peut paraître un peu court, mais si l’on accepte d’avoir une cadence élevée, cela suffit à mon avis pour la plupart des cyclistes non compétiteurs.

Pour ce qui concerne les petits braquets, l’écart n’est pas si important : 21 cm avec un 34 X 28 et 11 cm seulement avec un 34 X 27 si on les compare dans mon exemple à un 42 X 32. Un autre inconvénient, concerne la ligne de chaîne qui n’est pas bonne sur les extrêmes, en particulier avec le pignon de 32 dents. Cette mauvaise ligne peut également être observée avec un double ou un triple, mais il est possible d’y remédier en changeant de plateau.

Un montage

Exemple d’un montage réalisé à partir d’un pédalier double compact Shimano Ultegra 6800 (pédalier à 4 branches et entraxe de 110 mm).

Biek Café
Technologie narrow/wide qui fait alterner une dent fine et une dent large pour un maintien anti-déraillement – photo BC

Fourniture : un plateau de marque SPECIALITES TA de 42 dents (réf : X 110 ONE) à dents différenciées (voir photo). Il faut impérativement utiliser ce type de plateau, où alternent une dent fine (B) et une dent plus large (A), adapté à une chaîne standard où alternent également, si l’on regarde attentivement, un maillon étroit et un maillon plus large.

Sans l’utilisation de ce type de denture spécifique, le déraillement, lors des changements de pignon sur un sol inégal est assuré. La chaîne en effet, n’est plus maintenue dans son axe par la fourchette du dérailleur avant, celui-ci ayant disparu. Cette solution de dents différenciées est également celle choisie par SRAM, pionnier en la matière, avec ses pédaliers Force et Rival mono plateau. Les plateaux à dents différenciées existent en général en 38, 40, 42 et 44 dents. Il est également envisageable, si l’on veut un très petit braquet, de monter une cassette 11 X 36. Il faudra alors disposer d’un dérailleur arrière à chape longue.

Le plateau One X110 4 branches

Bike CaféMono plateau avec concept dent fine / dent large pour un maintien parfait de la chaine sans anti-déraillement, même en conditions boueuses. Adaptable sur les pédaliers route en entraxe compact 110 mm 4 branches  Shimano route / Dentures : 38, 40, 42 et 44 dents / Finition : noir mat / Compatibilité chaine : 10/11vitesses / Montage avec la visserie courte mono plateau.
Prix généralement constaté : 70 €

À noter que ces plateaux sont également disponibles pour les pédaliers d’ancienne génération à cinq branches. Pour ce qui concerne le montage proprement dit et si l’on veut conserver l’esthétique du pédalier en conservant la visserie d’origine, il convient d’utiliser une entretoise.

Bike Café
L’envers du décor : une rondelle pour gond de fenêtre en laiton afin d’éliminer les problèmes de corrosion – photo BC

Celle-ci, nécessaire à compenser l’épaisseur manquante, a été fournie par une rondelle pour gond de fenêtre en laiton afin d’éliminer les problèmes de corrosion. Le serrage final du nouveau plateau sur le pédalier est assuré par une rondelle en nylon placée entre les deux parties de la vis cheminée (ça bricole pas mal … mais ça fonctionne parfaitement). Il est à noter que le montage réalisé avec un plateau de 42 dents et une cassette (11, 12, 13, 14, 16, 18, 20, 22, 25, 28, 32) fonctionne très bien avec un dérailleur Shimano Ultregra 6800 à chape courte.

Bike Café
Rencontre de mono plateau : le Caminade équipé en Sram Force et le Dedacciai de Gilbert avec son Ultegra modifié – photo BC

La chaîne utilisée est une chaîne standard. À l’utilisation, le passage des vitesses est identique à un pédalier conventionnel. Les sauts de chaîne sont quasi impossibles, ce qui n’est pas toujours le cas avec un double plateau. D’ailleurs le mono plateau est désormais beaucoup utilisé en cyclo-cross, en Gravel et en VTT où pourtant les secousses sur le pédalier sont très fréquentes.

Alors pourquoi ne pas l’adopter pour la route ?

Gilbert Palpacuer (membre du club Cyclo Sport Pays d’Aix)

LEAVE A REPLY