L’an dernier nous avions été emportés par le lyrisme des récits de bravoure des amis qui étaient entrés en Résistance à Talloires. Les « graveleux », qui s’étaient transformés en « maquisards » du vélo dans les Aravis, nous avaient posté des témoignages élogieux. Cette année, c’est à notre tour d’entrer en Résistance pour partir à l’assaut de l’Arpettaz, de la route de la Soif et du col des Aravis, du plateau des Glières, … et du reste.

Pour ceux qui n’auront pas la patience de lire jusqu’au bout cet article un peu long … je vous dis tout de suite que cette rando Gravel est SUBLIME … Elle est super organisée, et totalement dans l’esprit Gravel que j’adore : découverte d’un territoire sur des routes et des chemins qui font découvrir les plus beaux « spots » d’une région.

C’est décidé on y est …

La succursale parisienne du Bike Café a lancé l’idée … Phil, Fabrice, Martial et Willy étaient super motivés pour venir résister à Talloires. Le projet s’est mis en place et le « comptoir » des Bouches du Rhône avec Sébastien et Patrick a suivi et s’est invité à la fête.

Bike Café
Samuel : oragnisateur « jongleur » et aussi « barista » pour nous offrir un excellent café au moment du départ – photo Bike Café

L’ambiance de départ est très sympa. Nous avons le temps de nous retrouver, de partager, de causer technique, de regarder les bécanes, … de boire un petit café sans stress : ce n’est pas une course. Il y avait beaucoup de britanniques attirés par un article paru dans la version anglaise de Cyclist. Quelques américains étaient là également en quête d’aventure … nos « alliés » resserraient les rangs pour entrer ensemble en Résistance.

Bike Café
Un parc à vélos intéressant – photo Bike Café

Le parc à vélos d’une manifestation de Gravel est toujours un spectacle. Les solutions techniques, le choix des pneus, les matériaux utilisés, les sacoches, … attisent les curiosités. Contrairement aux vélos plus standardisés des épreuves de cyclosport il est par nature hétéroclite. J’ai vu une randonneuse équipée pour sacoches venue de Suisse, des titanes, des aciers, des carbones, … Un superbe Serotta made in Saratoga Springs (USA) était là, pas loin d’un Merlin en titane et d’un Spé Sequoia équipé de sacoches avant rebondies. De mon côté j’avais un vélo de pré-série qui sera commercialisé bientôt par la nouvelle marque 2.11 cycles qui a fait impression. Le test de ce vélo sur la Résistance paraîtra bientôt.

Après une sortie du lac qui présentait deux options : une piste cyclable ou un passage Gravel réservé aux vélos équipés de bons pneus. Pour cette deuxième option les cyclistes empruntent un passage sur gravier, traversent un ruisseau avant d’arriver sur le golf à Giez. Ils suivent ensuite des chemins longeant Faverges, puis grimpent à Sainte Colombe pour attaquer ensuite une belle descente dans la forêt. Le reste de cette section passe par un terrain agréable au milieu des prairies, des ruisseaux secs, sur des terrains avec des cailloux enfoncés dans le sol.

Le film

L’Arpettaz un col méconnu

arpettaz
Le Caminade de Martial prend la pose devant le menu qui nous attend – photo Bike Café
  • Col de l’Arpettaz – 1581 m
  • Longueur : 14,8 km
  • Dénivelé positif : 1165 m
  • Difficulté : ****
  • Pente moyenne : 8%

Ce col est un joyau caché en Haute Savoie, qui reste cependant méconnu des cyclistes. La montée serpente à travers des fermes isolées, des parties boisées, des pâturages, proposant de magnifiques points de vue vers le sud ouest quasiment à chaque virage. On l’appelle également « l’arpèt » qui signifie alpage.

Bike Café
La montée de l’Arpettaz – photo Bike Café

Les premiers kilomètres ne sont pas trop difficiles (4% en moyenne) jusqu’à Mont-Dessous. Les 12 kilomètres suivants sont plus costauds avec une incroyable série de lacets (environ 40 ) sur une pente de 8% en moyenne … La beauté des lieux se mérite, et le ravito qui nous attend en haut sera le bienvenu. Il fait froid et Sébastien a cassé un rayon dans la montée. Un bricolage de fortune lui permettra de poursuivre, il devra être prudent pour la suite avec la grosse portion Gravel qui nous attend sur la route de la Soif.

Un col qui inspire …

Bike Café
Le docteur B. poète à ses heures …

Je suis parfois les yeux 
Je suis parfois la plume 
Là j’aimerai faire mieux
Mais je suis une enclume
L’euphorie du Gravel
Souvent délie ma langue
Mais j’ai fermé ma gueule 
Il l’a bien ligotée
Dans ses quarante lacets. 
J’évite les clichés 
Pas dans mes habitudes
Je ne peux déclencher
Car l’ascension est rude 
Et quand l’horizon tangue
Bâillonnée bien serrée
Dans une bouche sèche
Encore loin de la crête
Tenaillé par le doute
Quand le bitume est rêche
Sur sa petite Route
L’Arpettaz dit l’Arpèt
Aux dires de ses intimes
Dont je ne fais partie
M’a fait taire dans l’instant
Avant l’autre versant
Et fort heureusement
Ce n’est pas moi qui filme
En voyage intérieur
Mieux je profiterai
Comme un simple apprenti
De photos extérieures
Je me dispenserai
Je ne le dis qu’après
Car pendant c’est le doute
Et les tripes qui parlent
En lacets elles aussi
Pour se détendre après
« Mange un peu » dit Philou
Qui ment dans l’ascension
Je n’en fais pas mention
Et « n’oublie pas de boire
On est bientôt au bout »
On a fait le plus dur 
J’aimerais tant le croire
Quand je suis face au mur
Au train du Bike Café
Souvent dernier wagon
J’aime me promener 

Docteur B

Bike Café
JP pour ses débuts cyclistes s’est embarqué dans une sacrée aventure – photo Bike Café

Cher Col de l’Arpettaz,
Je tenais à te remercier pour ton accueil ce samedi 16 septembre 2017. De ma courte vie d’apprenti cycliste tu auras été et tu resteras le premier. En réalité, je ne t’attendais pas … je ne te désirais pas. Tu m’as pris par surprise, comme un message de Résistance au lâcher prise qui m’a conduit à m’inscrire à cet évènement cycliste sans même en étudier le contenu … »Si j’aurais su, j’aurais pas venu … »
Et quel premier ! … Presque sournois, une vulgaire petite route à travers la verdure qui en fait se dévoile lentement. Obsessive, tu t’insinues dans les cuisses, mais surtout dans la tête. Je me savais faible physiquement, je me croyais fort mentalement. Tu as installé le doute, fait voler en éclat des certitudes trop mal installées, tu m’as presque brisé.
Je n’ai pu compter que sur ma « Fée » du jour, bienveillante, rassurante et les éclats de volonté qu’elle a su rassembler pour que je parvienne, dans la douleur, à hisser tout mon poids à ton sommet. Il m’a semblé ramper et j’ai laissé quelques parts de moi même derrière moi.

JP Ferreira

La route de la Soif

  • Route de la Soif
  • Longueur 14,3km
  • Dénivelé : 347m D+
  • Niveau : *****

Pourquoi ce nom dans un lieu où l’eau coule à profusion ? Il faut remonter à son inauguration qui a rendu les habitants de la Giettaz furieux que son tracé passe à l’écart de leur village. En réaction ils décidèrent de fermer tous les troquets …

Nous avons quitté le bitume au refuge de l’Arpettaz. Le chemin empierré et parfois rugueux dans lequel on s’engage, nous fait onduler entre Mont Charvin, la pointe de Mandallaz et l’Etale à notre gauche et les pâturages de moyenne altitude où les Tarines locales paissent tranquillement. Ce chemin en balcon offre en temps normal une superbe vue sur le massif du Mont Blanc mais ce matin c’était bouché.

Bike Café
photo Bike Café

Il présente plusieurs montées et descentes, plutôt courtes, parfois sèches sur un sol très irrégulier… Le terrain sera redoutable pour nos camarades qui sont venus avec des vélos de route. On en verra quelques uns en réelle difficulté sur leurs roues route et leurs pneus de 25. La combinaison du dénivelé et du chemin rend l’exercice physique et la nature du terrain réclame une attention constante.

Bike Café
photo Bike Café

Une montée finale nous amène sur l’épaule des 3 aiguilles pour un retour à la civilisation au Col des Aravis. Nos amis « chaussés fin » vont apprécier de remettre les roues sur le bitume. Le camion MAVIC est là, et Phil fera régler son dérailleur avant qui posait des problèmes lors des changements de plateau. Il y aura un ravitaillement rapide au Col des Aravis, suivi d’une descente très rapide vers la Clusaz. Ceux qui choisiront la Petite seront vigilants, puisqu’ils devront bifurquer vers la gauche bien avant l’entrée dans la Clusaz.

Bike Café
photo Bike Café

Au Bike Café nous n’avons pas tous les mêmes valeurs … Fabrice, Phil et Patrick optent raisonnablement pour la « petite » … 90 km quand même. Martial, Sébastien et Willy partiront courageusement sur le 130. Pour les « petits braquets » il y aura le col de la Croix Fry (4,2 km avec une pente moyenne de 6,3%). De la rigolade après les deux cols précédents mais on l’a senti dans les jambes. Phil aurait pu sans problème faire la « grande » mais il a tenu à rester solidaire de ses compagnons de chambrée.

Col des Glières  … le « plat » de Résistance

  • Longueur: 6,8 km
  • Pente moyenne : 10%
  • Difficulté *****

Ce « plat » de Résistance n’est pas plat du tout 😉  Si la Résistance pouvait se partager en deux parties égales, la seconde moitié débuterait par cette formidable montée des Glières. Là encore il s’agit d’une ascension cycliste quasiment confidentielle dans les Alpes, mais elle est sacrément “challenging” avec des pentes extrêmes. Après avoir traversé le Village, qui porte bien son nom : Entremont, la route bifurque à gauche et la montée sèche démarre immédiatement. Le pourcentage y est quasiment invariable sur toute la montée, à l’exception d’une portion d’environ 300 m à mi-chemin. Alex Voisine (Malteni) parti en single speed (38 x 21 voir notre film) a dû tirer des bords pour basculer au sommet sans mettre pied à terre. Willy, notre « lourd » (100 kg quand même) du Bike Café s’est hissé en haut grâce aux encouragements de Martial … la solidarité de l’équipe a été sans faille.

Nécropole de Morette …

Bike Café
Le super maillot édité l’an passé porté fièrement par des « maquisards » de la promo 2016 revenus prendre du service cette année : Régis et Laurent – photo Bike Café

Arrivés à la Nécropole ça sent la fin 😉 … mais nous n’aurons pas faim car il y a un dernier ravito tenu par des bénévoles sympathiques …

Bike Café

Ils nous proposent une recette locale faite d’un mélange de bonbons Haribo et de Reblochon qui va nous apporter les calories nécessaires au finish.

Bike Café
Un petit détour pour voir le château de Menthon – photo Bike Café

Du côté de l’équipe du Bike Café sur la « petite », une erreur de navigation va les entraîner vers Veyrier-du-lac et leur fera faire quelques kilomètres en plus. Du coup on pourra admirer dans une belle descente le château de Menthon.

Bike CaféNous sommes tous arrivés ravis de cette superbe balade.

Diaporama

Infos sur le site de la Résistance

LEAVE A REPLY