Si vous êtes un lecteur assidu de Bike Café, vous connaissez tous maintenant Pierre-Arnaud Le Magnan. Nous avons raconté ses aventures sur la difficile Silk Road Mountain Race Road et plus récemment en Australie sur la Hunt 1000. Pierre-Arnaud est, je pense, le seul concepteur et patron d’entreprise dans le domaine du cycle qui s’investit autant physiquement dans la mise au point des produits qu’il commercialise. Alors que certains restent bien au chaud dans leur bureau d’études, lui n’hésite pas à affronter le pire pour valider ses concepts et tout cela fait l’originalité de la marque Chiru ainsi que celle de Carbon Endurance Components (CEC) qui imagine les équipement de demain. Cadres en titane, accessoires et roues mixant carbone et fibre Dyneema, on est sur du « pointu » dans le domaine des matériaux.

La tournée européenne de Pierre-Arnaud

On pourrait, comme cela est le cas pour Tintin, retracer les aventures de P.A. en intitulant les épisodes : P.A. au pays des montagnes célestes, P.A. au pays des Kangourous, … On ne s’en prive pas sur Bike Café. Cette fois encore, après un long échange téléphonique avec lui alors qu’il est rentré chez lui à Hong-Kong, il m’a raconté ses aventures nordistes et nous avons parlé de confort et de ses tests menés tambour battant sur les pavés du nord.

Le « Pierre-Arnaud tour » européen nous conduit cette fois en Belgique et dans les Hauts-de-France … Le Nnnnooooorrrrrrd, comme on dit chez nous en Provence. On s’éloigne un peu de l’exotisme du Kirghizistan et des étendues sauvages et hostiles de l’outback australien, mais Pierre-Arnaud a toujours un tour dans son sac pour rendre moins banale sa petite virée dans nos contrées civilisées. Tout part d’un vélo qu’il a conçu : le Kegeti qu’il a fini de mettre au point sur la Silk Road Mountain Race. Ce vélo a d’ailleurs hérité de son nom de baptême là-bas en souvenir du Kegeti pass, qu’il a franchi sur cette course, à 3700 m d’altitude.

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel … un peu sale à l’arrivée.

Ça commence comme une histoire belge lors du Roc Laissagais. Chiru était partenaire de l’événement et avait un stand là bas. Pierre-Annaud décide de s’aligner avec son Kegeti sur l’épreuve de XC sur 50 km au milieu des furieux équipés eux de VTT … Combat honorable, car avec son guidon dropbar, totalement atypique dans le peloton des VTT, et son vélo tout rigide il fini, bien crotté, sur le podium de sa catégorie d’âge.

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel … il a bien été crotté dans l’épreuve belge.

« Pour des questions de logistique sachant que je ferai la Malteni la semaine suivante je suis venu avec un seul vélo pour faire les deux épreuves. Moyennant des pneus et des équipements différents ça pouvait le faire. Je pensais que le parcours de ce 50 km serait assez roulant, mais en fait c’était un parcours où ça tabassait énormément. J’étais le seul en gravel dans cette course. Dans toutes les montées j’étais bien et je rattrapais des mecs, mais dans les descentes ils me repassaient« , me raconte Pierre-Arnaud.

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Sur la Malteni – photo Malteni Bootleggers

La semaine suivante – à deux bouteilles de bière plus loin au pays des brasseurs – c’était la Malteni Bootleggers. Changement de décor car ce n’était plus un corps à corps dans des sentiers tortueux, mais un départ plus calme par vagues, sur des terrains extrêmement variés mixant les célèbres secteurs pavés des courses flandriennes et du Paris-Roubaix, les montées sur les terrils, les bordures de champs et les sous-bois. « Je suis revenu à des pneus de 42 mm comme l’exigeait le règlement. Mes boudins Gravelking paraissants un peu maigres sur la carcasse de mon monster gravel. Des roues de 29 pouces remplaçaient les habituelles 27,5, et l’ensemble passait bien dans le cadre. J’avais reçu ma potence suspendue et ma tige de selle suspendue également pour tester ces équipements sur les pavés du nord. Le vélo ainsi équipé s’est très bien comporté notamment sur tous les secteurs pavés où je voyais bien que j’avançais plus vite que les autres. Sur les 20% de partie roulante je n’ai pas été réellement désavantagé. La Malteni, c’est comme un Paris-Roubaix, c’est plus violent qu’une course de montagne : tu es tout le temps en train de pousser« , m’explique Pierre-Arnaud.

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Le Chiru Kegeti version bikepacking pour la Malteni.

La potence Flex Ten

La nouvelle potence suspendue que Pierre-Arnaud testait sur la Malteni est une Flex Ten. Elle est dispo au catalogue CEC pour le moment en 90 mm et le sera sera doute en 80. Elle possède un débattement de 25 mm et le réglage de la dureté s’effectue par vissage. Elle existe pour barre en 31.8 mm et son poids est de 280 g.

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel

« Il y a un vrai bon avenir sur cette potence suspendue. En terme de pilotage dans les descentes techniques je constate un vrai gain à côté des autres concurrents. Je prenais largement l’avantage. La ten est rigide latéralement et il n’y a aucun flou latéral venant compromettre la précision. C’est du même ordre de ce que fait Spe avec le petit amortisseur dans la colonne de direction. Dans notre cas l’action est perpendiculaire et il y aura juste une légère plongée du guidon dans les freinages, mais il est bloqué en butée et ce n’est pas un réel problème. La Malteni était la course idéale pour tester ce produit …« , explique Pierre-Arnaud qui nous promet de nous en envoyer une pour la tester sur nos pistes rugueuses de Provence.

La Malteni : tu ne vois pas passer la journée …

Le Chiru Kegeti version XC et Monster gravel
Le Chiru Kegeti version Malteni sur les terrils et les pavés du nord …

« Pour la région, tu ne t’attends pas à des paysages exceptionnels mais il faut reconnaître que ce tracé offre une diversité très intéressante d’endroits. On n’arrête pas de faire des transitions entre des sections techniques et des parties plus roulantes. Tu ne vois pas passer la journée. Je n’avais pas de montre et ça faisait 6 heures qu’on roulait et j’avais l’impression d’être parti depuis 2 heures. Le concept de partir par vagues de 5 ou 6 et d’être espacés d’une minute évite les départs rageurs où ça force devant avec des bouchons qui se forment. Et là en fait, on se retrouve à rattraper des gens et à rouler de groupe en groupe qui ne sont pas déséquilibrés. Tu peux rester un moment avec discuter et puis si ça va pas assez vite tu peux remonter dans un autre groupe. Ça donne un côté plus sympa, plus social à la course dans laquelle chacun cherche quand même sa performance personnelle. Je suis parti tout derrière et je suis arrivé 6ème ou 7ème ce qui m’a permis de rencontrer environ 90 personnes. J’ai vu du monde …« , commente Pierre-Arnaud.

Depuis Pierre-Arnaud est retourné chez lui à Hong-Kong et il prépare la participation de Chiru à différentes épreuves du calendrier international avec une « Chiru Brigade » : un team bikepacking. Il y aura donc des vélos Chiru sur plusieurs épreuves : la Baroudeuse en juillet avec un coureur belge Ben, il y aura une autre coureur belge Kim avec qui P.A. avait fait la Silk Road et qui sera sur un Chiru sur la Tour Divide, Ben sera aussi sur la HT 550 et également un vélo sur la TCR … On aura l’occasion d’en reparler prochainement.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Patrick,
    La potence Flex ten est elle commercialisee ?
    Je suis preneur aussi d un test dns nos collines de provence .
    Merci
    Pierre

    • Je l’attend Pierre-Arnaud m’a pas indiqué le délai … Je te tiens au courant on pourra la tester conjointement si tu veux.

  2. Ça rappelle aussi la potence Flex-stem des années 90 et les VTT PROFLEX tout-suspendus à élastomères, évolution aux-aussi de systèmes bien plus anciens. Le nom est une allusion ou un hommage à ça non ? C’est bien de voir des systèmes simples et efficaces évoluer …

LEAVE A REPLY