Avec Pierre Arnaud Le Magnan, on ne sait plus très bien si il participe à des épreuves vélos aventureuses pour tester les vélos qu’il conçoit, ou si il conçoit des vélos pour avoir le prétexte de participer à des trucs de fous comme la Hunt 1000. En discutant avec lui j’ai constaté que les deux visions se rejoignent …

En novembre dernier Pierre Arnaud a participé à cette épreuve de bikepacking hors norme : la Hunt 1000. Que les amis de bêtes se rassurent, ce n’est pas une chasse à courre des kangourous à vélo. Cette épreuve s’appelle ainsi, car elle a été créée en 2016 par Dan Hunt.

Hunt 1000 bikepacking
Pierre Arnaud et Dan Hunt l’organisateur de cette épreuve de bikepacking.

La Hunt 1000, est une trace à réaliser en bikepacking entre deux des principales villes australiennes : Canberra et Melbourne. Elle traverse l’un des plus beaux hauts pays australiens. L’itinéraire entraîne les participants sur des sites incroyables où ils vont trouver des refuges alpins historiques. Ils disposent d’un nombre très limité de points de réapprovisionnement. Ils rencontrent des secteurs difficiles à vélo, avec des pentes extrêmes et des traversées de rivières et de ruisseaux. Ce n’est pas une promenade de santé sans compter le risque de morsure de serpents dans ces zones inhabitées.

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – L’itinéraire entraîne les participants sur des sites incroyables – photo PA Le Magnan

L’itinéraire conduit les cyclistes dans les parcs nationaux de Kosciuszko, Alpine et Namadgi, au cœur de ces régions sauvages alpines isolées et typiquement australiennes. Les Alpes australiennes ont une histoire géologique remontant à 160 millions d’années. Elles sont différentes des régions communément associées au terme alpin. En effet, cette région alpine australienne est essentiellement une plaine surélevée, dont le sommet culmine à 2200 m. Elle est composée de grands plateaux entourés de vallées escarpées érodées.

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – L’état changeant de la nature du terrain et des profils en altitude créé la difficulté – photo PA Le Magnan

Le parcours emprunte un réseau de pistes de pompiers, de pistes de montagne, de pistes de gravier et de routes de campagne. L’état changeant de la nature du terrain et des profils en altitude créé la difficulté. Les rencontres sont rares, mais lorsque les cyclistes traversent les quelques petites villes sur ce trajet sauvage il rencontrent des habitants sympathiques qui aiment bavarder. Pierre Arnaud nous raconte son épopée …

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – photo PA Le Magnan

Bonjour Pierre-Arnaud … Je me demande si tu imagines tes vélos pour te faire plaisir sur ce type d’épreuve ou si tu viens uniquement ici en Australie pour tester tes conceptions ?

« Il y a un peu des deux en fait … Mais le but final est de créer une marque et de développer des nouveaux modèles dans la tendance actuelle du bikepacking allant jusqu’à l’ultrabiking. Une des façon de le faire de façon naturelle, c’est de choisir un événement qui va me plaire, mais qui doit correspondre au développement d’un modèle que je n’ai pas encore dans ma gamme. » 

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – photo PA Le Magnan 

Pourquoi cette Hunt 1000 ?

« Le choix de ma participation à la Hunt est un peu à l’inverse de ce que je viens de dire.  Je suis parti ici avec le même vélo que sur la Silk Road : mon nouveau Kegeti. La Hunt, c’était une peu pour me réconcilier avec le bikepacking et effacer la frustration que j’ai connu sur la Silk. Je voulais revivre une aventure un peu plus « à la cool », sans subir la pression d’un classement course. Pouvoir faire plus de photos, de vidéos, … Tester des détails d’équipements et poursuivre la mise au point des options à apporter au vélo. J’ai plus travaillé pour mon activité CEC components que pour la partie Chiru.» 

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – photo PA Le Magnan

Parle nous de ton équipement ?

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 – Le choix côté couchage d’un duvet -5 °C qui a été apprécié – photo PA Le Magnan

« Pour le vélo je reprenais mon Kegeti. J’ai mis de gros boudins : un confortable 2.4 à l’avant et 2.2 à l’arrière de la marque Panaracer qui est devenue notre partenaire pneumatique. Je roulais déjà avec des 2.2 avant/arrière sur la Silk Road, la différence a été ici de tester ce nouveau modèle de pneu et la volonté de mettre un 2.4 en basse pression à l’avant pour donner de l’amorti. Test réussi : aucune crevaison à l’avant et je suis surement le seul concurrent, en full rigide, à ne pas être descendu du vélo dans les descentes les plus pentues et cassantes. 

Pour la selle j’ai testé la selle GebioMized utilisée par Chris Froome. Elle est adaptée à chaque morphologie après une analyse en situation des champs de pressions. Grâce à ces selles (8 modèles différents), la pression maximale pourra être réduite jusqu’à 40 % par rapport à un modèle standard et les asymétries pourront être corrigées. Par contre j’ai eu de gros soucis avec mes freins hydrauliques, notamment à l’arrière. J’ai fait 800 km sur les 1000 avec seulement le frein avant. Mon Sram Rival a lâché à cause d’un problème de joints : on les a changé mais au bout de 100 bornes ça a relâché. Sur ce genre d’épreuve on met vraiment le matériel à mal avec les longues descentes et le poids des vélos. Je vais tester les freins Shimano qui seraient plus rustiques avec une progressivité et une puissance quand même supérieure aux câbles. J’ai testé en guidon le Venture Max. J’ai testé des gels pads pour amortir les vibrations du guidon. Pour les roues pas de changement elles ont aujourd’hui 5500 km et elles sont toujours nickel. Côté textile je suis resté avec 7mesh et j’avais appris ma leçon sur la Silk du côté couchage en prenant un duvet -5 °C au lieu du +5°C qui s’était montré trop juste. »

Comment s’est passée l’épreuve ?

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – Il y a eu de la neige, des températures à -5°C et des températures extrêmes de +35°C- photo PA Le Magnan

« J’étais parti sur la Hunt un peu les mains dans les poches sachant que c’était une épreuve de 1000 km à des altitudes atteignant 2200 m maximum en début d’été australien. Je me suis dit ça va être une promenade dans les parcs. Ça s’est avéré être tout l’inverse. Il y a eu de la neige, des températures à -5°C et à l’inverse des températures extrêmes de 35°C. Les chemins étaient défoncés par la fonte des neiges et l’altitude modeste n’a pas empêché que l’on soit confronté à des pentes aux gradients énormes dans lesquelles il fallait pousser. En fait j’ai trouvé que l’engagement physique a été plus important ici que sur la Silk Road. Sur 1000 km on avait 26 000 de D+ alors que sur la Silk on a pris 28 000 m de D+ pour 1700 km : les chiffres sont parlants. 

Les moments forts ?

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – Le 2 ème jour on s’est tapé 15 traversée de rivières – photo PA Le Magnan

« On en a eu vécu un peu tous les jours car le terrain était vraiment exigeant. On a essayé de dormir dans des huttes pas toujours faciles à trouver. Le 2ème jour on s’est tapé 15 traversées de rivières gonflées par la fonte des neige. Il y avait seulement 4 ou 5 points sur le parcours où l’on pouvait trouver du ravitaillement. On a eu un moment un peu hard, lorsqu’on a décidé, malgré la tombée de la nuit et la hauteur de neige, de rejoindre malgré tout une station de ski pour bénéficier d’un vrai lit au chaud. Ça a été tangent mais malgré le froid et la nuit on a pu arriver avant la fermeture de l’auberge de jeunesse pour nous mettre à l’abri. Sur cette Hunt, j’ai eu cette sensation d’être plus immergé au milieu de nulle-part que dans le Kirghizistan où il y avait quand même une population nomade : ici il n’y avait rien … On a vu des gens dans le petit nombre de villes traversées et on a pu échanger mais les échanges les plus riches ont été entre les participants. J’ai vraiment apprécié les mecs avec qui j’ai roulé. Parti un peu derrière le dimanche, alors que d’autres s’étaient élancés dès le mardi, j’ai remonté les participants ce qui m’a donné l’occasion de faire de belles rencontres. Je me suis fait de bons potes, c’était sympa. J’ai roulé une petite partie avec l’organisateur Dan Hunt, qui faisait la course avec nous. Il est lui aussi constructeur de vélos et on avait quelques sujets communs sur lesquels on a pu échanger. »     

Hunt 1000 bikepacking
Hunt 1000 bikepacking – photo PA Le Magnan

Quels sont tes projets ?

« Le fait de rouler sans pression pendant l’épreuve m’a permis de réfléchir et a fait germer dans mon esprit l’idée d’un nouveau vélo un Kegeti qui serait tout suspendu. J’ai quelques idées sur l’évolution des vélos d’aventure drop-bar tout suspendus. Je pense que c’est l’avenir. J’y travaille je viens de le dessiner et le proto est en cours de réalisation … Il y aura également quelques autres nouveautés, qui vont prochainement sortir : un peu de patience on communiquera très prochainement dessus … »

Merci Pierre Arnaud : on attend la suite …

Chiru Bikes

CEC Components

Les vélos Chiru et les équipements CEC Components sont disponibles chez Boost Cycles

LEAVE A REPLY