Je ne suis pas un grand sportif mais la pratique d’une discipline doit, selon mon point de vue, s’accompagner de bons « outils », à la fois ergonomiques et simples d’utilisation. Porter des lunettes dans la vie courante est déjà une contrainte, cela peut devenir rapidement un point de crispation lors d’une pratique sportive. Les raisons à cela sont multiples : de l’oubli pur et simple des lunettes lorsque je pars en randonnée, jusqu’à la casse de celles-ci durant la pratique. Pour celles et ceux qui peuvent s’en passer, vous ne connaissez peut-être pas votre bonheur…

Pour les autres je vais tenter, à travers la pratique du gravel, de voir les paramètres importants à prendre en compte pour avoir les bonnes lunettes sur le nez.

Besoins et attentes

Pratiquer le vélo avec des lunettes de vue classiques est typique du mauvais outil dans une situation réelle de travail. Pédaler est bien l’expression d’un travail puisque nous dégageons des watts, donc de la puissance, et de la sueur. C’est mon point de vue de préventeur en risques professionnels, les lunettes de vue classiques glissent sur le nez, les branches ne pincent pas assez au niveau des oreilles, elles se couvrent de buée rapidement, bref la galère……donnons plutôt la définition du bon outil !

Une bonne paire de lunettes de vue pour une pratique sportive doit être :

  • Solide parce que les chocs sont possibles ;
  • Incassable ;
  • Inaltérable aux effets du temps et de la transpiration et à une utilisation régulière ;
  • Esthétique…un peu ou beaucoup selon vous ;
  • Légère pour l’oublier au maximum ;
  • Adaptée à la morphologie du visage ;
  • Adaptée à une protection tout temps ;
  • Adaptée à la correction recherchée.

Ma vue est altérée en vision de proximité (lecture). De loin les corrections sont beaucoup moins significatives, mais utiles lorsque la luminosité descend et que l’objet à visualiser est loin.

J’ai eu récemment la possibilité de tester une paire de lunettes Optilabs à la fois corrective et solaire. Ce que je cherche ou recherche depuis un bon moment. Suivant les précédents critères évoqués, je vous propose mon retour d’expérience et mon appréciation.

Le colis et le contenu

Test lunettes Optilabs
Le packaging des lunettes Optilabs

Le packaging du colis est sécurisé dans une enveloppe bulle (pour éviter la casse). Nous y trouvons un étui rigide contenant :

  • La paire de lunettes ;
  • Un étui souple de transport ;
  • Une dragonne de maintien ;
  • Un tissu de nettoyage pour les verres ;
  • Une notice simple de préconisation d’entretien ;

Un ensemble complet et de belle présentation qu’il ne reste plus qu’à tester.

Le design produit

La paire de lunettes testées est le modèle « Rapide », avec les verres « Photochromic » (teinte variable) et bien sûr les corrections en fonction de ma prescription médicale personnalisée.

Je distingue la monture et verres.

La monture est une production de Loubsol (marque française), qui s’adapte à la morphologie du visage pour offrir un maximum de confort. Les plaquettes de nez sont souples et striées. Elles assurent un très bon maintien au niveau du nez.

Les branches sont fines et flexibles avec des protections caoutchoucs qui favorisent l’adhérence de chaque côté de la tête (système antiglisse).

Le cintre des branches favorise aussi la tenue. Il y a un effet élastique non négligeable qui ne se détériore pas avec le temps d’utilisation.

Toutefois je note que la monture offre une surface de verres qui me semble trop « contenue ». Mon expérience précédente avec d’autres lunettes correctives de sport me fait remarquer immédiatement ce détail … Qui nous le verrons plus loin n’en est pas un.

Nous notons aussi l’absence d’aération sur les verres. Buée ou pas nous le verrons dans le retour d’expérience.

Nous notons aussi que les verres bénéficient d’un traitement photochromique, ils se teintent suivant la luminosité.

Test lunettes Optilabs
Le design de ces lunettes Optilabs est très classique

La durée et les conditions du test

Recevoir et tester ce type de produit implique de la part du testeur d’avoir donné ses corrections en matière de vue et d’avoir exprimé ses attentes.

Pour faire simple j’ai reçu une première paire de lunettes dont les corrections étaient erronées, ceci fin décembre 2019. Retour vers Optilabs qui procède à un second envoi. Les lunettes arrivent vers fin février 2020 avec une correction cohérente que la pratique devra valider.

La durée du test s’étale de début mars à juin 2020. Je regrette de n’avoir pas testé ces lunettes à la neige avec pratique du ski.

Les conditions du test sont principalement vélo (un footing court distance en plus) avec 1200 km au compteur. Les sorties sont principalement dans la région Centre avec peu de dénivelé. Les sorties sont gravel en forêt d’Orléans, en Sologne ou la Loire à Vélo avec l’Euro vélo 3 et 6. Nous avons traversé la phase de confinement … donc des sorties aménagées en fonction des recommandations. Randonnées de 20 à 130 km, de 1 heure à 6 heures.

Les conditions météorologiques sont globalement printanières (très peu hivernales avec grand froid), température douce (de 5 à 15 degrés), humidité prononcée, un ensoleillement variable allant de très gris à franchement estival.

Ces conditions regroupent des déterminants qui sont favorables à l’évaluation de cette paire de lunettes et à donner une appréciation globale.

Test lunettes Optilabs
Les lunettes Optilabs

Les points forts et les points d’amélioration

Les points forts :

  • Un effet esthétique correct, type sport et sympa à regarder ;
  • La monture et les différents appendices (nez, branches) qui favorisent du positif à la tenue ;
  • Un poids contenu, 27 grammes verres compris. Plus élevé qu’une paire classique (environ 5 grammes) mais Il faut compter les inserts en caoutchoucs et une section de montures plus conséquentes qui assure une belle rigidité et une belle souplesse tout en évitant la rupture ;
  • Monture solide en « plastique » ou « acétate » qui ne craint pas les chocs et les conditions d’utilisation sportive : Sur le nez dans l’effort, sur le casque lors d’un arrêt, dans la poche pour le transport, dans l’herbe ou la terre lors d’un incident technique en randonnée. Rien à redire, le critère de vieillissement peut difficilement s’apprécier sur un temps de test aussi restreint.
  • Plaquettes de nez utiles qui assurent un excellent confort et qui font « oublier » les lunettes durant la randonnée, courtes ou longues. Pas de douleurs ;
  • Une très bonne tenue des lunettes sur le nez grâce aux plaquettes mais aussi aux branches souples qui assurent un bon maintien au-dessus des oreilles. Un effet élastique et souple qui ne s’accompagne pas de douleurs. Les lunettes ne glissent pas et ne tombent pas.
  • La dragonne de maintien (nous l’avons peu utilisée mais c’est un plus) évite la perte des lunettes. Le risque est minime, les lunettes tiennent bien par l’effet des branches sur le côté de la tête. Au ski j’y vois plus une utilité pour alterner port du masque de ski ou lunettes suivant les conditions météorologiques ;
  • Les verres qui prennent les changements d’ensoleillement avec bonheur. Une vision tout temps même à la nuit tombée.
Test lunettes Optilabs
Test lunettes Optilabs

Les points d’amélioration :

  • La monture offre une surface de verres trop petite, pas assez large sur les côtés. L’œil se heurte naturellement au bord de la monture. La hauteur du verre mérite de grandir.
  • Versus une paire de lunettes de vue classique les corrections progressives sont concentrées sur une surface moins importante. Ceci apporte de la distorsion visuelle que je définis de la manière suivante en situation pratique de roulage:
  • Une vision de près qui permet de lire le GPS sur le guidon (donc environ un bon 50 cm de distance) mais qui permet une lecture de cartes IGN beaucoup plus difficile,
  • Une déformation du relief en situation de roulage lorsque que le pilote regarde entre 5 à 10 mètres devant lui. Il y a une accentuation du relief en « creux » et en « bosse ». Un trou va sembler plus profond, les herbes sur le côté de la piste plus grandes. Au fur et à mesure de la sortie l’œil s’habitue sans que l’inconfort soit rédhibitoire au point d’abandonner les lunettes. Finalement, les yeux du pilote s’adaptent.

Nous avons mis en évidence ce point à travers deux tests :

Face à des lunettes de sports que je possède de chez un autre opticien, aux surfaces de verres identiques, il apparait les mêmes défauts mais encore plus prononcés.

Lorsque je pratique avec mes lunettes classiques de vue, je ne constate pas cet effet de déformation. La surface des verres et leurs formes différentes agissent donc bel et bien sur le champ de vision.

  • Les aérations sur les verres manquent. Certaines situations de pratique font que la buée se forme et altère encore plus la vision ;

Pour conclure

Suite à ce test, la lunette de vue sportive Optilabs mérite, selon mon point de vue de travailler les points d’amélioration suivante :

  • Une monture sur le fond identique (solidité, ergonomie) mais sur la forme plus couvrante et grande sur les côtés et ayant des verres avec aération ou anti-buées ;
  • L’amélioration de la vision (de prêt et à moyenne distance) avec une révision à la fois de la surface du verre et des corrections afin d’obtenir la bonne adéquation pour éviter ces effets de déformation.

Nous allons continuer les tests sur la solidité et la longévité globale du produit, afin de mettre à jour cet article sur ces points.

Lien fabriquant : https://www.optilabs.com/

Prix public : de 140 à 260€ selon les corrections et options

        Test, photos, et rédaction de Pierre Touchet, technicien cycle et pratiquant le gravel et vélo de route majoritairement sur les berges de la Loire.

1 COMMENTAIRE

  1. La dimension des verres et donc leur effet protecteur est un de mes critères principaux.

    Et comme je suis fauchée, en attendant mieux, je me suis payé des « clips » qui se pincent sur les verres des lunettes de vue, ça ne coûte pas cher (moins de 25€ chez un opticien) et ça transforme n’importe quelle paire de lunettes de vue en solaire avec l’avantage de l’effet basculant de ces « sur-verres » qui permettent de les relever très facilement quand la luminosité devient trop faible, ou inversement les abaisser tout aussi rapidement quand la clarté est trop intense pour mes mirettes ^^

    C’est moins confortable que des verres photochromiques, moins esthétique aussi mais tellement moins cher et malgré tout ça reste pratique même si ça l’est moins qu’une paire de lunettes « nues ».

    Donc ces lunettes optilabs pourraient me plaire si en effet elles étaient plus larges, je pourrais penser à investir.

LEAVE A REPLY