Après 2095 km parcourus à son guidon, je vous propose de partager mon expérience au sujet d’un vélo de gravel en titane : le bien nommé La Piste de Sauvage Bikes. Un long test aux multiples facettes, de la route aux sentiers VTT, en passant par le vélotaf quotidien et par tous les temps.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage gardien d’un fort de Verdun

C’est en Lorraine que j’ai reçu pour mission d’évaluer ce La Piste. Mon test a couvert trois départements, à savoir la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et enfin les Vosges. Les Vosges, parlons-en, puisque Sauvage Bikes est une marque de LÉON cycles, établie dans ce département.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le La Piste sur ses terres en Lorraine.

SAUVAGE se veut une déclinaison standardisée des vélos sur mesures LÉON, de façon à proposer des vélos en titane plus abordables. Des vélos vendus directement par commandes en ligne, ou via Alsatrade, revendeur Sauvage. Comme vous l’avez sûrement deviné grâce à son nom, c’est en Alsace que ce dernier opère, et il est l’auteur du montage testé ici.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste : une finition exemplaire

Les présentations

Sur ce montage on remarque instantanément les roues, montées artisanalement par Ignace d’Alsatrade. Difficile de rester insensible face à une telle finition ! Un soin que l’on retrouve dans des détails du montage : le routage des gaines, le montage de la guidoline, et le soin extrême apporté à l’emballage traduisent un grand professionnalisme en la matière. Ce n’est clairement pas toujours le cas, il me semble important de souligner ce niveau de prestation « haut de gamme ».

Animé par un groupe Shimano GRX-600 et des périphériques Ritchey, l’esthétique se veut sobre mais valorisante, à l’image des portes bidons en inox. Les pneus Pirelli Cinturato Gravel H en 700 x 40 mm, à flancs beiges, apportent eux aussi une touche esthétique non négligeable.

Le cadre regorge de détails de sérigraphies, avec de très belles incrustations « Sauvage », notamment sous le tube oblique. De quoi flatter l’égo ! La finition du cadre n’amène à aucune critique et se montre au même niveau que celle des vélos Léon.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste présente de belles sérigraphies

Je retrouve les mêmes soudures et le même soin que j’ai pu relever lors de mon essai du Léon GraAll réalisé l’hiver dernier dans le Var. Si la géométrie du La Piste se veut bien plus conventionnelle que celle du GraAl, la parenté Léon est bien réelle et même clairement affichée sur le boîtier de pédalier au standard BSA.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
La parenté avec les Cycles Léon est bien réelle et même clairement affichée sur le boîtier de pédalier au standard BSA.

L’aspect visuel d’un cadre en titane prévaut largement dans la réputation de ce matériau aux yeux de bon nombre de pratiquants, sans pour autant minimiser ses qualités intrinsèques particulièrement adaptées, entre autres, à la réalisation de cadres de vélos.  Sur le site https://www.sauvagebicycles.com/a-propos/ la transparence est de mise sur la traçabilité de ces cadres :

« Les tubes sont d’origine américaine, soudés en Asie. Les dessins et montages sont réalisés dans notre atelier vosgien à Saint Jean d’Ormont (88). »

Maintenant que les présentations sont faites, passons à la suite, ce pourquoi un vélo est avant tout fait : ROULER !

Et bien roulons maintenant …

La position est dictée par, d’une part le cadre, ici en taille 53, et d’autre part par le choix des périphériques. Sur cet exemplaire, c’est une courte potence de 70 mm qui accueille l’excellent cintre de chez Ritchey. Le reach du cadre étant plutôt imposant, c’est un choix que l’on admet et que je vais trouver cohérent au fil des kilomètres.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste nous engage à la suivre … cette piste

Pour mon 1,78 m, je suis dans une position assez compacte, mais nullement gênante, et particulièrement efficace en tout terrain. Cette position « ramassée » que l’on rencontre en cyclo-cross permet une excellente maniabilité dans les single-tracks .

J’ai pu participer à une randonnée tracée pour les VTT, et organisée sur les hauteurs du champ de bataille de Verdun. Ce La Piste s’est montré à son aise sur les sentiers en forêts, où sa maniabilité et ses bases relativement courtes permettent un pilotage dynamique et ludique.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste aime les sentiers en forêt (photo de Stéphane Bailly)

Le montage en mono plateau prend tout son sens sur ces sentiers où les changements de rythmes sont incessants. Sur les larges pistes du même secteur, le La Piste est bien sûr dans son élément de prédilection. Avec cette généreuse monte pneumatique en 700×40, et la bonne filtration de l’ensemble cadre et fourche, le confort est de bon niveau, sans pour autant être exceptionnel. À noter que les passages de roues permettent de monter des roues jusqu’à 700 x 50 mm…

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
La belle clearence de la fourche autorise le montage de pneus jusqu’à 50

Réglées ici de la façon la plus courte possible, les pattes de fixations arrière permettent de jouer aussi sur l’aspect du confort : si on éloigne l’axe de roue arrière, le confort (ou plutôt la filtration) sera supérieur mais ça sera au détriment des relances puisque la cote des bases augmentera…

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Sur le Sauvage La Piste on peut régler la longueur des bases en fonction des pneus.

Quelques semaines plus tard, j’ai participé à « La Gravel’Aysanne », organisée de bien belle façon par Pascal de Gravel’Ange. Un parcours de 80 km en Meurthe-et-Moselle qui a confirmé la grande polyvalence de ce montage. Parfois roulant, mais souvent exigeant, le parcours nécessitait un vélo (et un pilote) très polyvalent. Le Sauvage La Piste s’en tire avec les honneurs, sans même une crevaison, et a eu un bel accueil auprès des autres participants.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage sur la Gravel’Aysanne (photo de Damien Lang)

Je n’ai pas oublié la route dans mon test, avec environ 40 km de vélotaf quotidien sur des routes partiellement dégradées, propices à ce type de vélo. Ma plus longue sortie sur route fut une étape entre la Meuse et les Vosges, avec 155 km d’une traite, visible ici : https://www.strava.com/activities/3946018708

 Cela m’a permis de constater que l’on peut tout à fait tenir une moyenne honorable avec ce vélo, malgré le pédalier de 40 dents, qui fut avouons-le parfois un peu court pour bien exploiter les descentes. La cassette en 11 – 42 participe à la polyvalence assumée de ce montage. Ce (petit) trip routier a été l’occasion de charger mon bagage pour ce week-end vosgien sur le La Piste, équipé pour l’occasion de sacoches VAUDE. Aucune difficulté particulière à noter, le La Piste peut donc tout à fait faire la mule pour d’éventuelles expéditions plus sérieuses et plus longues…

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste avec les sacoches Vaudé

La zone du boîtier de pédalier, particulièrement sous contraintes pour faire passer la puissance musculaire jusqu’à la roue arrière, montre une belle rigidité et participe forcément au dynamisme général de ce cadre. Un dynamisme qu’il convient bien sûr d’associer aux roues Alsatrade, résolument au-dessus de beaucoup de produits concurrents. Pour ma part, c’est sans aucun doute le point fort de ce montage. Les relances sont aisées, et la vitesse acquise est facile à conserver : c’est ce que l’on demande à une bonne paire de roues.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Les roues Alsatrade, résolument au-dessus de beaucoup de produits concurrents.

Cela confirme mes sensations sur d’autres roues de même hauteur : la valeur de 35 mm semble être un parfait compromis ente dynamisme sur les reliefs, et vitesse de croisière sur le plat, tout en étant permissif sur les pistes et sentiers plus dégradées. Le freinage du désormais bien connu groupe GRX-600 de Shimano ne freinera pas nos ardeurs, et c’est une bonne chose car ce La Piste aime rouler vite…

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Les moyeux Hope RS4 ne sont probablement pas étrangers à la performance des roues.

Difficile à évaluer à la sensation, les magnifiques moyeux HOPE RS4 ne sont probablement pas étrangers à ces performances. Fabriqués à Barnoldswick en Angleterre, ce sont de très belles pièces qui apportent une touche colorée et classieuse à ce vélo. Un rappel de couleur que l’on retrouve avec le collier de selle de la même firme et même couleur.

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Le Sauvage La Piste sur son élément : les pistes (photo de Stéphane Bailly)

Géométrie

Test du Sauvage La Piste : une sacrée polyvalence
Géométrie
Taille 49 51 53 55 57 59
A : Angle de direction 70 70,5 71 71 71,5 71,5
B :Angle de selle 74,5 74 74 73,5 73 72,5
C :Top tube (longueur virtuelle) 525 545 560 575 595 610
D: Tube de selle (centre-top) 49 51 53 55 57 59
E :Bases 420 420 420 420 420 420
F : Tube de direction 115 135 155 170 185 200
G : Tube de direction diametre Tappered
H : Bottom Bracket: BSA 68mm
I : BB DROP 70 70 70 70 70 70
  • Hauteur de fourche : 400 mm
  • Douille conique IS42/ IS52
  • Tube de selle diamètre 31.6
  • Pattes réglables de 420 à 440 aux 3 standards (Blocage rapide / 142 x 12 / 148 x 12)
  • Dégagement maxi 700×50
  • Boite de pédalier BSA 68mm
  • 3 porte bidons
  • Œillets garde boue + porte bagage

Pour conclure, on a ici un très beau montage, valorisant et très qualitatif. Je garderais en souvenir, des nombreux kilomètres à son guidon, une exceptionnelle polyvalence. Ce vélo est à son aise sur quasiment tous les terrains, ce La Piste se veut plutôt confortable, mais surtout dynamique et ludique. L’association des roues Alsatrade et du cadre SAUVAGE forme un couple hautement enviable, difficile à prendre en défaut.

Caractéristiques :

  • Cadre titane 3/2.5 double butted (0.9/0.7/0.9) pour les tubes principaux et le boitier de pédalier est en titane 6.4, garantie 5 ans
  • Poids du cadre avec pattes réglables en tailles 53 : 1680Gr
  • Fourche carbone N°88 (hauteur de fourche : 400 mm)
  • Douille conique IS42/ IS52
  • Tube de selle diamètre 31.6
  • Pattes réglables de 420 à 440 aux 3 standards (Blocage rapide / 142 x 12 / 148 x 12)
  • Dégagement maxi 700×50
  • Boitier de pédalier BSA 68mm
  • 3 porte bidons possibles
  • Œillets garde boue + porte bagage
  • Collier de tige de selle HOPE
  • Tige de selle RITCHEY comp
  • Potence RITCHEY comp
  • Cintre RITCHEY ERGOMAX Comp
  • Selle WTB SL8 CroMo
  • Groupe Complet Shimano GRX 600
  • Transmission 1x11s : pédalier 40 dents et cassette 11-42 Shimano SLX
  • Fourche Carbon N°88 Gravel
  • Guidoline LizardSkins 2,5mm

Site fabriquant : https://www.sauvagebicycles.com/la-piste/

Roues Gravel Carbon Alsatrade 700c :

  • Cercles en carbone à profil asymétrique, Tubeless sans crochets, hauteur 35mm, largeur entre crochets 24mm, perçage 28 trous, finition 12k twill glossy.
  • Moyeux Hope RS4 CenterLock : https://www.hopetech.com/fre/products/hubs/road/
  • Rayons DTSwiss Aerocomp Black et écrous Alu Sapim doublesquare
  • Poids de la paire de roues seules : 1505 gr
  • Pneus Pirelli Cinturato Gravel H en 700 x 40 mm
  • Disques de frein Shimano SM-RT800 Ice-Tech Freeza

Poids du montage testé : 9,4 kg (avec les portes bidons, et sans les pédales)

Prix du montage testé : 3480 €

Prix du kit cadre seul : 980 €

Alsatrade : www.alsatrade.fr/

107 Rue Principale
67630 NIEDERLAUTERBACH

mail : ignace.loehr@alsatrade.fr

 

7 COMMENTAIRES

  1. C’est quand même assez cher pour un vélo qui semble assez classique.. ou alors quelque chose m’a échappé. Est ce le prix du titane ?

    Les Origine Graxx, Canyon Grail full carbone , par exemple, qui sortent quasi 1000euros moins cher .. pourquoi ? Je m’interroge..

    • Hello PierrotM13,
      Sur le site du fabriquant le prix est moins élevé (2700€) car ce n’est pas exactement la même configuration.

      Merci à l’auteur pour ce retour complet.

      Le vélo a vraiment une belle allure, en revanche je me demande pourquoi les passages de câble ne sont pas interne. Je trouve ça tellement plus pratique.

  2. Alsatrade sansaucun doute à préférer pour votre achat que léon sauvage en direct. Suite à l’offre de léon sauvage le 15 mai de me livrer début juin en shuntant mon distributeur local « La Rustine » dans le 56, j’ai passé commande. Chèque promptement débité le 28 mai, pas de facture en retour, vélo recu… le 9 juillet. C’est vrai que le 1 juin j’ai du beaucoup les contrarier en demandant des infos pour une fourche à oeillets!!! Infos reçues le 9 juin et accord immédiat pour le montage. Bref, aujourd’hui 21 octobre toujours pas de facture, mails, appels téléphoniques, lettre recommandée avec AR pourtant distribuée restent sans réponse. Vélo impossible à revendre ou a assurer sans facture, que faire en cas de probléme de garantie? Si léon sauvage veut bien récupérer ce vélo aucun soucis.

  3. Je partage également les commentaires précédents sur le passage des gaines ! Je suis très intéressé par un montage de Gravel Titane et le La Piste était dans ma sélection mais quel gachis pour un vélo de ce niveau de voir des gaines le long des tubes… du coup je cherche toujours le bon modèle – s’il y a des suggestions, je suis preneur ! 😉

LEAVE A REPLY