Annonce
Annonce Selle Italia

AccueilMATOSTESTS ÉQUIPEMENTSAventures bikepacking : Tout transporter avec Tailfin

Aventures bikepacking : Tout transporter avec Tailfin

Basé à Bristol, au Royaume Uni, Tailfin a créé un système complet et modulaire pour le bikepacking sur tous les styles de vélos.
L’entreprise souhaite proposer l’équipement le plus technique et le plus complet qu’il soit, pour pouvoir tout ranger, au bon endroit. Cages, sacs étanches, porte bagage arrière, sangles élastiques, supports amovibles sur tubes se combinent et se complètent pour répondre aux besoins de tous les cyclistes, que ce soit sur route ou en tout-terrain, pour des pratiques sportives ou cyclotouristes.
Intrigué par cette marque qui propose une gamme aussi spécialisée, j’ai testé une partie de ces équipements. Sont-ils au niveau de qualité annoncée ? Correspondent-ils à des besoins réels pour les cyclistes de bikepacking, sur route et en tout-terrain ? J’ai mené l’enquête pour Bike Café.

Tailfin bikepacking modular system
Le système modulaire Tailfin propose des solutions de fixation et de rangement pour tout porter sur tous les vélos – captures d’écrans site web Tailfin

Focus sur les cages

Bien sûr, il n’était pas possible de tout tester. Je me suis donc focalisé sur les cages, car c’est un équipement que je connais bien et que j’utilise régulièrement. Mais par chance, certains de mes collègues de la Desertus Bikus ont utilisé un porte-bagage Tailfin ; je vais donc pouvoir les interviewer pour avoir des retours sur ce système de portage.

En attendant, j’ai choisi de tester la cage « Mini » et une paire de modèles « Large ». Ces deux versions correspondent bien à mes besoins, particulièrement sur mon « monster gravel » Salamandre, avec lequel je pars sur tous les terrains avec des chargements parfois conséquents.

Tailfin bikepacking modular system Large cages mini cage monster gravel Salamandre
Mon monster gravel Salamandre, équipé d’une mini cage et de deux cages « Large » me permet de transporter au mieux mon matériel pour une virée en Camargue – photo Anne Fontanesi

La cage « Mini »

Ceux qui me connaissent savent mon amour pour les bidons porte-outils situés sous le tube diagonal. Il y en a sous presque tous mes vélos ! Désormais, les fabricants de vélos en proposent de série sur pas mal de modèles, qu’ils soient vélos de voyage, gravels, ou typés route-endurance (comme sur le Chiru Kunlun par exemple). Sur les vélos sur-mesure, comme sur ma Salamandre, il suffit de prévoir cette option avec le cadreur. Mais sur certains de mes vélos, comme mon pignon fixe longue distance, j’ai dû faire modifier le cadre et faire rajouter les emports nécessaires. Enfin, on peut aussi utiliser des systèmes qui se fixent sur le cadre, à l’aide de colliers, comme ceux listés sur cette page du site bikepacking.com ; d’ailleurs Tailfin propose également ce type de colliers.

Tailfin bikepacking modular system mini cage mounting
La cage mini est d’une finition superbe ; elle permet, avec une seule sangle, de fixer un bidon porte-outils ou un petit sac étanche sous le tube diagonal – photos Dan de Rosilles


Avant de découvrir la mini-cage Tailfin, j’utilisais les Bow Tie Strap Anchors inventés par Problem solvers. Ce système me donne entièrement satisfaction, je continue d’ailleurs à l’utiliser volontiers. Ces petits supports sont économiques et légers. Qu’apporte une mini cage Tailfin en comparaison ?

Tailfin bikepacking modular system mini cage weight
Comparaison du poids des Bow Tie Strap Anchors proposés par Problem solvers et de la mini cage Tailfin – photos Dan de Rosilles


La réponse est en fait assez simple : Pour un poids et un prix très légèrement supérieurs, la mini cage Tailfin sera plus adaptée si vous transportez des objets plus volumineux et/ou plus lourds qu’un bidon. J’ai par exemple transporté sans problème un sac étanche de 2,5 L contenant de la nourriture. La mini cage est très fiable, le chargement est très stable. Avec mon bidon porte-outils, je n’utilise d’ailleurs qu’une seule sangle élastique, ce qui est impossible avec la paire de Bow Tie Strap Anchors.

Tailfin bikepacking modular system mini cage tube MTB
La mini cage est aussi parfaite pour transporter des objets fragiles ou non rigides – capture d’écran site web Tailfin
Annonce
Annonce Specialized


La mini cage Tailfin est aussi une option intéressante lorsque le contenant à transporter est souple (ce qui est le cas du sac étanche), ou que l’objet lui-même nécessite d’être soutenu, voire protégé : c’est le cas d’une chambre à air, comme l’illustre l’image ci-dessus.
J’ajoute que j’ai été impressionné par la qualité de fabrication de cette mini-cage, ce qui en fait, en plus de son côté pratique, un objet esthétique qui ne dénature pas le look du vélo.

Une paire de cages « Large »

Annonce
Annonce - Garmin Home Trainer tacx neo 2t smart

J’ai un peu hésité entre les deux modèles de cages « Small » et « Large » ; mais, dans mes utilisations habituelles, le modèle « Small » est vraiment petit. Je pense qu’il faut le réserver à des vélos de route pour des transports de fourche légers, ou pour des bidons supplémentaires sur le cadre. Je ne dis pas que cette taille n’est pas pertinente : il y aura sans aucun doute beaucoup d’usages possibles ; mais il fallait faire un choix, je suis parti sur les plus grands modèles, sachant que pour ce test, je trouverai immédiatement toutes sortes d’applications possibles.

La finition des cages « Large », en aluminium massif, est absolument impeccable ; la précision de l’usinage est remarquable. Trois caractéristiques sautent immédiatement aux yeux : Les quatre trous de fixation, l’échelonnage des passages de sangles et le support en L amovible.

Les cages « Large » sont équipées de 4 trous, ce qui permet de les installer plus ou moins haut sur la fourche – photos Dan de Rosilles

Comme vous le savez sans doute, le standard d’implantation des cages sur une fourche consiste en trois emports, écartés les uns des autres par une distance de 6,5 cm précisément, la même que celle des emports prévus pour des porte-bidons. Cela permet ben sûr d’installer des porte-bidons sur la fourche (plus ou moins haut selon qu’on utilise les emports du haut et du milieu ou celui du milieu et celui du bas), mais aussi de répartir le poids des cages et de leur chargement sur trois implantations et non pas deux. Les concepteurs de chez Tailfin ont eu l’excellente idée de mettre quatre trous sur leurs cages, non pas pour une hypothétique fourche à quatre emports, mais pour pouvoir positionner la cage plus ou moins haut sur la fourche. C’est très intéressant lorsque les objets chargés sont longs, comme par exemple certains sacs étanches très hauts, qui peuvent venir très près du cintre et gêner sa prise en main.

Tailfin bikepacking modular system large cage straps
Les passages en échelle sur les cages permettent un positionnement précis et stable des sangles sur les cages – photos Dan de Rosilles

L’échelonnage des trous pour les sangles est très bien conçu aussi. Certaines cages proposent une glissière absolument libre, mais ici les différents emplacements permettent de choisir précisément où on veut les sangles, tout en les maintenant au bon endroit lorsqu’on enlève le chargement. Les cages « Large » conservent un bon équilibre entre poids, rigidité et solidité. Elles sont très ajourées, mais j’aime aussi le look très technique et en même temps discret de ces cages.

Tailfin bikepacking modular system removable L chip cage large
Le support en L des cages (qui fait aussi office de décapsuleur) est amovible – photo Dan de Rosilles

Le support en L amovible est aussi une excellente idée, pour des transports d’objets très longs, comme par exemple mes étuis de cannes à mouche de voyage, qui ne manquent pas de m’accompagner lors de mes « vacances de gravier » dans les Cévennes ou au bord des étangs de Camargue. Les concepteurs de chez Tailfin ne manquent pas d’humour, puisque ce support sert aussi de décapsuleur ! Ce détail un peu anecdotique est tout de même un exemple de plus du soin apporté à toutes ces cages Tailfin, qui, de la « Mini » à la « Large », sont en aluminium massif, sans pièces en plastique, pour une solidité optimale et un look élégant.

Tailfin bikepacking modular system large cages
On voit ici un exemple de montage « à la carte » des cages Tailfin – photos Dan de Rosilles

Le porte-bagage

Je n’ai pas eu l’occasion de tester le porte-bagage moi-même, mais deux de mes camarades d’aventure, Jean-François Veran et Adrien Moniquet, ont utilisé ce porte-bagage à l’occasion de la Desertus Bikus. Je leur ai demandé de me parler de leur expérience avec cet équipement. Voici ce qu’ils en disent :

Tailfin rack drybags road cycling
Avec un chargement situé derrière les cyclistes, le porte-bagages garantit une bonne pénétration dans l’air – photo Dan de Rosilles

Adrien : « J’ai choisi cette option du porte-bagage car avec deux grands bidons je n’avais pas de place dans le triangle pour une sacoche de cadre. Ce chargement à l’arrière n’est pas idéal pour l’équilibre du vélo et du pilotage sur les secteurs gravel, mais dans les longues lignes droites face au vent sur la plateau de la Mancha, ce chargement à l’arrière est très aérodynamique. Les sacs sont super étanches : Dans les déserts de Gorafe et de Tabernas sous la pluie, mon matériel était couvert de boue et de sable et même après un lavage au jet d’eau, mes affaires étaient parfaitement préservées. Attention toutefois lors du montage à bien serrer les vis et les vérifier de temps en temps : à la fin de la Desertus Bikus j’ai perdu la vis qui solidarise le porte bagage avec la tige de selle, heureusement j’ai pu me dépanner avec un collier en plastique ».

Tailfin bikepacking modular system rack panniers Desertus Bikus Gorafe Desert
Jean-François Veran (à g.) et Adrien Moniquet (à d.) ont utilisé des porte-bagages Tailfin pendant la Desertus Bikus (ici dans le Désert de Gorafe) – photo Dan de Rosilles

Jean-François : « J’ai découvert ce système grâce à Adrien ! On reçoit le porte-bagage en kit, mais le montage, pour le piètre bricoleur que je suis, n’a pas posé de problème. Habitué des sacoches de selles traditionnelles, j’ai été séduit par l’idée qu’il n’y aurait pas de ballotage lors des montées en danseuse. J’ai eu l’occasion de le vérifier : Les pourcentages en Espagne sont rudes et certains cols interminables : Le chargement ne bouge pas d’un millimètre… La stabilité du chargement est intéressante aussi en gravel, rien ne bouge, même si idéalement il faut équilibrer le vélo en chargeant aussi l’avant. Avec le recul, je regrette la sacoche de dessus, fixée à demeure sur le porte-bagage. J’aurais dû opter pour la version déclipsable, c’est parfait par exemple pour monter dans sa chambre d’hôtel avec sa sacoche à la main, comme avec les sacoches latérales, qui se démontent en une seconde. D’ailleurs, installer et désinstaller le système complet sur le vélo se fait pratiquement de façon instinctive… C’est pratique par exemple dans le stress du démontage du vélo 20mn avant de prendre le train ! »

Tailfin bikepacking modular system rack mounting panniers
Jean-François Veran monte en quelques minutes sur son Open U.P. le porte-bagage Tailfin reçu en kit – photos Adrien Moniquet

Durabilité et chic Britannique

Pour atteindre son objectif d’excellence, Tailfin s’appuie sur une une solide équipe de recherche et développement et l’expertise de testeurs cyclistes de très haut niveau, comme Lachlan Morton, Josh Ibbett ou James Hayden.
Bien évidemment, la qualité de fabrication et la recherche et développement se répercute sur le prix des produits, qui ne sont pas donnés. Le porte-bagage en carbone coûte plus de 400€ ou la paire de cages « Large » avec leurs sacs étanches et leurs sangles vous reviendra à 270€. Mais les cyclistes intensifs qui doivent transporter leur équipement sans négliger la sécurité (la leur et celle de leur matériel) et garder du plaisir pendant l’activité (aussi bien en terme de pilotage que d’intendance) savent à quel point la qualité et la fiabilité du système de portage est primordiale. Tous les utilisateurs des équipements Tailfin que j’ai interrogés et ma propre expérience, m’amènent à la conclusion que le système Tailfin est parfaitement conçu. À vous de voir, selon votre niveau et intensité de pratique, si la proposition Tailfin est adaptée à vos besoins… et à votre portefeuille.

Tailfin bikepacking modular system Camargue gravel
Le système modulaire Tailfin est cher, mais durable et fiable – photo Anne Fontanesi


Tailfin Cargo cage Mini 25€


Tailfin Cargo cage large 50€

Porte-bagage version carbone avec supports latéraux à partir de 440 €

Annonce
Annonce Zefal Shield G50

Annonce
Dan De Rosilles
Dan De Rosilleshttps://www.strava.com/athletes/5149425
Dan vit à Arles et sur son vélo. Il concocte des itinéraires de route et de gravel aux petits oignons pour lui, ses amis et les membres des clubs Strava qu'il administre : Arles Gravel, Mi-Fixe-Mi-Gravel, Cyclistes Arlésiens Longue Distance (CALD) et Arelate Denta Rota Fixa. Il aime le pignon fixe, la longue distance, le bikepacking, la pêche à la mouche et la bière artisanale. Il produit des textes et des photos publiés sur Bike Café et plus ponctuellement dans la presse papier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez l'actualité de Bike Café chaque semaine dans votre boite mail !