Annonce
Nos produits Bike Café

AccueilNOS VÉLOSGRAVEL BIKEChiru Kunlun v2 : Le vélo de route endurance - all road...

Chiru Kunlun v2 : Le vélo de route endurance – all road 100% Titane !

Les lecteurs assidus de Bike Café connaissent bien la marque Chiru, qui propose des vélos en titane conçus par Pierre-Arnaud Le Magnan, le fondateur de la marque. Nous avons plusieurs fois testé ou évoqué ces vélos, comme le Kunlun première version bien sûr, mais aussi le Chilkoot, le Vagus, le Kegeti… Ces vélos créés pour l’endurance sur route ou sur piste n’ont donc plus de secrets pour vous.
Non content de faire évoluer ses modèles pour toujours plus de confort, de performance et de polyvalence, Pierre-Arnaud, le créatif et perfectionniste cycliste-ingénieur français basé à Hong-Kong, n’en finit pas d’inventer et de pousser plus loin encore l’exigence dans le domaine de l’endurance, en proposant désormais des fourches en titane en option pour équiper ses cadres.
Curieux de tester l’évolution ultime du Kunlun, de surcroît équipé d’une fourche en titane, j’ai remué ciel et terre pour être le premier cycliste européen à rouler ce vélo original et audacieux !

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium Mont Ventoux
Le tout premier Chiru Kunlun « 100% titane » à atteindre le sommet du Ventoux – photo Dan de Rosilles

Bande-annonce de la série

Pour mener l’expérience à bien et pousser le vélo dans ses derniers retranchements, je vais réaliser un test détaillé de longue durée, à la hauteur du vélo et de l’évènement que son arrivée provoque dans le petit monde de l’enduroad. Ce test sera publié sur Bike Café sous la forme d’une mini-série de trois épisodes.
Ainsi, dans ce premier article, je vous propose une description du montage et de la « prise en main » du vélo, qui s’est déroulée sur deux semaines, 1 200 km et quelques 10 000 m de dénivelé positif.
Suite à ce premier épisode, nous verrons ensuite comment je vais équiper et préparer le vélo pour participer à la Desertus Bikus, une course en autonomie complète et sans assistance à travers l’Espagne, sur plus de 1 000 kilomètres.
Enfin, dans le dernier épisode, je vous livrerai un compte-rendu de mon aventure, pour évaluer définitivement le comportement du vélo et de ses équipements en situation réelle.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder e gravel titanium forknduroad full titanium
Le vélo est bien arrivé et prêt à rouler, je piaffe d’impatience à l’idée d’aller l’essayer – photo Anne Fontanesi

Un cyclisme sur route en pleine mutation

Aujourd’hui plus que jamais, les fondements du « cyclosport traditionnel » sont bousculés par de nouvelles pratiques sur route. On parle d’enduroad, d’endurance, d’ultra-distance, de randonnée sportive… Les vélos et les pneus « allroads », « allrounders » évoluent. Plus grosses sections de pneus, vélos plus confortables, nouvelles technologies et nouveaux matériaux sont mis au service de nouvelles épreuves, plus longues, plus dures, où les cyclistes livrés à eux-mêmes se transforment en véritables « navigateurs terrestres ». C’est par exemple le cas de la fameuse course Transcontinental Race, que des milliers d’internautes suivent en « dot watching » grâce aux trackers GPS qui équipent les concurrents.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
La conception spécifique des haubans, en liaison directe avec les bases et les pattes CNC sont l’un des ingrédients de l’excellente rigidité latérale du Kunlun – photo Dan de Rosilles


C’est pour ce type d’épreuve qu’a été pensé le Chiru Kunlun, entre performance et confort, pour toujours plus d’efficacité. Ce vélo a été créé pour rouler plein gaz sur les routes les plus dures et les plus isolées. La souplesse verticale a été maximisée grâce à la conception spécifique des haubans, en combinaison avec les pattes CNC qui offrent une excellente rigidité en torsion : un parfait compromis confort/efficacité à l’arrière, désormais présent à l’avant aussi grâce à la nouvelle fourche titane.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
La rigidité latérale du combo cadre Kunlun+fourche titane+jantes CEC est excellente – photo Anne Fontanesi

Une fourche hors norme

La fourche titane #375T qui peut désormais équiper le Kunlun, est une fourche de route 100% titane, pensée et développée pour le cyclisme ultra-distance. Son dégagement généreux laisse passer un Hutchinson Overide de 35mm, ce qui permet des escapades gravel déjà très sérieuses. Elle est particulièrement versatile, avec ses passages intérieurs pour la durite de frein d’un côté et le câble d’alimentation du moyeu dynamo de l’autre. Elle est également pourvue d’emports : sur l’extérieur des fourreaux pour des cages, à l’intérieur pour installer un porte-bagage ou un garde-boue, et devant le pivot pour la lampe avant. Contrairement aux quelques fourches titane qui existent déjà, et pour lesquelles on utilise des tubes pour créer des fourreaux de fourche supportant les contraintes des freinages à disque, la technologie de soudage « secrète » utilisée pour les fourches CEC aux fourreaux en forme de lames augmente les caractéristiques mécaniques globales de la fourche et lui offrent une esthétique haut-de-gamme.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium fork serial number
Toutes les fourches CEC #375T reçoivent un numéro individuel de série – photo Dan de Rosilles

La rigidité avant et latérale a été optimisée pour offrir une sécurité et une tenue de route parfaite aux cyclistes ultra les plus exigeants. Précision de pilotage et douceur du « toucher de route » sont les maîtres-mots qui ont gouverné sa conception.
Jusqu’alors, beaucoup de fabricants et de concepteurs s’étaient cassés les dents à tenter de produire une fourche avec des fourreaux « en lame » capable d’encaisser les freinages puissants et asymétriques des freins à disque… Pierre-Arnaud a relevé le défi et affirme que sa fourche ne « broute » pas au freinage. La nouveauté technologique de cette fourche CEC #375T et son esthétique ne pouvaient pas me laisser indifférent ; je me devais de l’essayer !

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium fork
Les détails de finition de la fourche titane #375T sont irréprochables – photo Dan de Rosilles

Un début de parcours peu commun

Mon histoire avec le Chiru Kunlun a commencé de façon très particulière, car nous avions décidé avec Pierre-Arnaud de présenter le vélo sur la Desertus Bikus, qui commence le 22 avril. Or, le développement de la fourche titane ne fut pas une mince affaire, la période post-covid n’a pas aidé à trouver des pièces détachées pour équiper le vélo, et Hong-Kong n’est pas la porte à côté… Le compte a rebours a donc été très serré. Pour gagner du temps, le kit cadre+fourche titane et les jantes CEC (Pierre-Arnaud développe aussi des composants carbone sous la marque CEC) ont voyagé directement depuis Hong-Kong jusqu’à l’atelier secret de Frédéric Paulet, dans un village reculé des Cévennes Lozériennes ! Il y avait un embargo de communication sur la nouvelle fourche jusqu’à fin mars et il n’était pas question de publier des images du montage du vélo ou des premiers essais…

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
La ligne du Chiru Kunlun est sportive et ramassée, à l’image de ce passage de roue arrière. La géométrie du cadre, ainsi que l’ovalisation des tubes, a été minutieusement calculée – photo Dan de Rosilles

C’est donc au fin fond des Cévennes que je me suis rendu pour assister à la naissance du vélo, alors qu’une tempête de neige tardive s’abattait sur les sommets… Le montage des roues et des composants s’est déroulé dans une petite grange en pierres sèches, au coin du poêle à bois où crépitaient des bûches de châtaignier… Tout autour, les petites routes sinueuses, pentues et désertes et les DFCI schisteux ont été un terrain de jeu idéal pour les premiers tours de pédales. Un moment à la fois excitant et poétique, qui marquera à jamais mes débuts avec le Chiru Kunlun !

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
C’est Frédéric Paulet qui a assuré le montage des roues et du vélo dans le secret d’une petite grange cévenole – photo Dan de Rosilles

Le montage « à la carte »

Annonce
Annonce Assos

Pour ce montage luxueux, le Chiru Kunlun en taille S a été équipé d’un groupe électrique Shimano GRX Di2 RX815, un 2X11 avec 48-31 à l’avant et 11-34 à l’arrière. Ce choix d’un groupe initialement conçu pour le gravel et aux ratios « tranquilles » m’a paru cohérent pour mon usage spécifique, orienté vers des terrains très mixtes, des parcours imprévisibles et un vélo souvent chargé.
Pour les roues, j’ai fait confiance aux cercles carbone CEC #2435 « maison » de Pierre-Arnaud (24 mm de largeur intérieure et 35 mm de haut) en 24 trous, parfaits pour accueillir en tubeless mes pneus all-road en 32 mm préférés, les Sector de chez Hutchinson. L’idée était de pouvoir rouler longtemps et partout dans le plus grand confort, sur des parcours route mais entrecoupés de sections dégradées et de gravel roulant, situations communes sur mes traces habituelles et sur la Desertus Bikus.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium CEC carbon rims
Les jantes carbone CEC #2435 sont aussi larges que mes pneus Hutchinson Sector de 32 mm, ce qui permet d’optimiser leur confort et leur rendement – photo Dan de Rosilles

Ces jantes surdimensionnées (les pneus de 32 mm font la même largeur que l’extérieur de la jante !) assurent une excellente rigidité latérale de la roue, pour un meilleur transfert de puissance. Mais leur largeur permet aussi au pneu de prendre ses aises et assurer un moelleux et un touché de route semblable à celui d’un boyau. Sur les conseils de Frédéric Paulet, j’ai choisi un moyeu Hope RS 24 à l’arrière, un moyeu fiable et polyvalent, facile à réparer. Un moyeu-dynamo Son 28, une référence dans ce domaine, équipera la roue avant et fournira l’énergie pour alimenter les lampes et recharger GPS et smartphone.
La tige de selle CEC #400 a été surmontée d’une selle ISM PN 3.1. Le cockpit, intégralement Profile Design, est composé d’une potence 1/Zero Seven de 100 mm et d’un cintre DRV/A d’un drop de 105 et 40 cm de large. Plus tard, il devra pouvoir accueillir les prolongateurs (de la même marque) qui me sont nécessaires sur les longs parcours.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium CEC carbon seatpost
La jonction entre le cadre du Kunlun et de la tige de selle CEC, assurée par le collier de selle en titane CEC, est tout simplement sublime – photo Dan de Rosilles

Titane chic, tinane choc

La mise en ordre de marche de ce Chiru Kunlun n’a pas présenté de difficultés particulières, notamment pour l’intégration du groupe Di2 et de l’éclairage. Il faut dire que cette évolution du Kunlun présente des différences notables avec l’ancienne version. Certes, ce sont d’abord les différences esthétiques qui sautent aux yeux, avec ce nouveau polissage extrêmement élégant, les gravures au laser des inscriptions et le nouvel « head badge » de la marque, qui représente une tête d’antilope chiru, cette antilope du Tibet à la laine si douce et si rare.
Mais cette nouvelle version du Kunlun a aussi été repensée d’un point de vue technique, avec la possibilité d’intégrer dans le cadre les durites, gaines et câbles nécessaires au groupe électrique, au freinage et à l’éclairage.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Le polissage du titane et le badge frontal font de ce Kunlun un véritable objet de désir – photo Dan de Rosilles

Ainsi par exemple, la cage de boîtier de pédalier propose un renflement sur son pourtour pour laisser passer durites et câbles en interne autour du boîtier de pédalier. Des sorties de câbles et durites sont aussi prévues sur le cadre et la fourche, ainsi que des emports judicieusement situés pour fixer sacoches, cages, porte-bagages et garde-boue en fonction de la configuration et des usages choisis par l’utilisateur.
Pierre-Arnaud le Magnan, qui est lui-même un cycliste d’endurance expérimenté, prouve avec cette nouvelle version qu’il sait faire évoluer ses modèles en fonction de l’expérience qu’il a pu acquérir tout au long de ses périples.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Sous le tube diagonal, des emports permettent de fixer un troisième bidon. La cage de boîtier de pédalier permet le passage intégré des gaines et des durites – photo Dan de Rosilles

Un test intensif et sans concessions

Dès que j’ai pu avoir le vélo entre les mains, je me suis précipité sur les routes et les chemins pour assouvir mon impatience et ma curiosité. Il s’agissait aussi de tenir les délais d’un agenda serré, puisque de ces premiers essais dépendait la validation technique du montage, ainsi que ma confiance dans les capacités et les performances du vélo sur le terrain. Il fallait aussi boucler cette prise en main dans un délai raisonnable, pour pouvoir, après la « révision des 1000 km », équiper le vélo en vue des derniers tests avant l’échéance de la Desertus Bikus… Autant dire que je n’ai pas chômé, et j’ai renforcé mon programme cycliste pour enchaîner en moins de deux semaines des sorties longues, sur des profils de parcours variés, sur routes et sur chemin, pour pouvoir au plus vite me familiariser avec le pilotage du Kunlun et détecter d’éventuels problèmes ou limites d’utilisation.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Le rédacteur, ne reculant devant aucun sacrifice, gravit le Ventoux par Bedoin et redescend côté Malaucène, sans aucune garantie de tout faire à vélo – photo Adrien Moniquet

Premiers tests validés

Après plus de 1 200 km et 10 000 mètres d’élévation, je dois dire que le constat est sans appel… Certes, je n’ai jamais essayé l’ancienne version du Kunlun, ni un montage du Kunlun avec la fourche carbone. Je n’ai pas non plus souvent l’occasion de piloter des vélos en titane (les derniers en date furent des Caminade, le Allroad manchoné-collé et une version soudée). Mais j’ai été époustouflé par le rapport confort/performance qu’offre ce vélo 100% titane. Il est sans conteste plus confortable que mes vélos en acier, avec lesquels je roule avec les mêmes pneus aux mêmes pressions, et qui sont équipés de jantes alu, a priori bien plus souples que les jantes carbone CEC. Je peux donc sans problème me faire une idée précise des qualités filtrantes du Kunlun dans sa version « full titane ». Pour ce qui est de la performance, c’est très clair aussi, depuis que je roule avec, je n’arrête pas de battre des records personnels sur des parcours habituels où je connais les segments par cœur.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
En roulant 1 200 km en moins de deux semaines, le testeur du Chiru Kunlun « all titanium » n’a pas chômé – captures d’écran site web Strava

C’est vrai sur des segments longs, où les qualités de confort du Kunlun aident à la performance sur la durée, mais aussi sur des montées, où malgré ses 10 kg sur la balance, le vélo réagit à la moindre impulsion grâce à son excellente rigidité latérale et la légèreté des jantes CEC #2435.
Plus encore, j’ai beau être d’habitude un cycliste endurant, je me surprends sur ce vélo à accélérer en fin de sortie, après 150 ou 200 km. La filtration du titane fait merveille et préserve le cycliste, plus frais qu’à l’accoutumée en fin de journée. J’ai également pu constater une récupération plus rapide que d’habitude après les sorties longues.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
En montée, les 10 kg du Kunlun sont compensés par son exceptionnelle rigidité latérale et la légèreté des cercles CEC #2435 – photos Anne Fontanesi

Comportements et usage

L’autre qualité du Kunlun qui m’a sauté aux yeux après quelques heures de selle, c’est le sentiment de sécurité que j’ai éprouvé à son guidon. D’abord parce que le comportement du vélo et sain et facile à appréhender dans les descentes rapides et sinueuses sur route et dans sa capacité à encaisser les petits accidents du revêtement (nids-de-poule, bosses…). Autant je ne suis pas convaincu par les arguments qui accompagnent habituellement la communication des vélos « polyvalents » (je ne crois pas, par exemple, à l’usage courant d’un vélo avec deux paires de roues : re-règleriez-vous le centrage de vos freins et l’indexation de votre dérailleur plusieurs fois par semaine, en passant de vos roues en 700 à celles de 650B ?), autant, je me suis amusé à changer de terrain avec le Kunlun, comme si de rien n’était.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
En descente, j’ai « envoyé du lourd » sans jamais prendre en défaut la fourche titane du Kunlun – photos Anne Fontanesi


Pour peu que l’on accepte de s’aventurer sur des pistes de gravel avec des pneus all-rounders de 32 mm montés en tubeless (et c’est mon cas), le Kunlun équipé des jantes CEC #2435 et des Hutchinson Sector m’a permis d’alterner avec un bonheur égal des parties de routes parfaites, des B-roads très abîmées, des DFCI, des chemins agricoles… J’aime changer de surface plusieurs fois dans la même sortie, ce vélo et cette configuration collent à merveille à ma pratique et à mes terrains de jeu préférés.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Sur les descentes en gravel le Chiru Kunlun est à son aise (plus que le pilote) et la fourche titane montre sa vraie nature en absorbant les chocs – photo Anne Fontanesi

Pour des situations où le gravel dominerait en proportion par rapport aux segments routiers, il est possible, grâce au large passage de fourche, de monter à l’avant un pneu plus large et plus cramponné, comme l’Overide en 35 mm. cette configuration fonctionne très bien, c’est celle que je pratique à l’année sur mon fixe-gravel (un Cinelli Tutto), avec un Sector de 32 à l’arrière et un Overide de 38 à l’avant. C’est aussi le genre de configuration qu’a retenu mon compère Jean-François Veran sur son Open U.P. (Sector 32 à l’arrière et Overide 35 à l’avant) pour participer à la Desertus Bikus.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
La fourche en titane CEC #375T propose un passage de roue suffisant pour un pneu gravel Overide Hutchinson en 35mm – photo Dan de Rosilles


Même si le Kunlun a été pensé prioritairement comme un vélo de route, rien n’interdit de l’utiliser ponctuellement sur des portions gravel, voire quelques singletracks un peu techniques : il est confortable, agile et d’une solidité égale à celle des vélos conçus pour le tout-terrain.

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Le Kunlun permet aussi de s’évader loin de la route – photo Anne Fontanesi

Dans les prochains épisodes

Très excité par cette prise en mains prometteuse, je pense que le test doit se poursuivre sous une autre forme. Effectivement, le destin d’un vélo « enduroad » n’est pas seulement d’accompagner son pilote sur des sorties hebdomadaires. Il doit aussi être le fidèle compagnon d’aventures plus longues et audacieuses…
Pour ce faire, il est nécessaire d’équiper le vélo de façon un peu plus complexe et spécifique que pour une « simple » sortie de 100 ou 200 kilomètres autour de la maison. C’est ce que nous verrons lors du deuxième épisode de cette série.
Enfin, rien ne vaut un test « grandeur nature » pour aller au bout d’un test de vélo. C’est pourquoi un troisième épisode sera consacré au compte-rendu de ma participation à la Desertus Bikus, pour faire le point sur le comportement du vélo et savoir si l’équipement complémentaire et le matériel embarqué pour cette aventure se sont révélés à la hauteur…
Alors… Ne manquez pas les prochains épisodes consacrés au Chiru Kunlun full titanium !

Kit cadre Chiru Kunlun chez Boost Cycles 2290€

Distribué également par Sports Fusion

Fourche #375T 709€

Chiru Kunlun endurance bike allroad allrounder enduroad full titanium
Quand les pétales de cet amandier tomberont, je serai déjà en train de préparer le Kunlun pour la Desertus Bikus – photo Anne Fontanesi
Annonce
Dan De Rosilles
Dan De Rosilleshttps://www.strava.com/athletes/5149425
Dan vit à Arles et sur son vélo. Il concocte des itinéraires de route et de gravel aux petits oignons pour lui, ses amis et les membres des clubs Strava qu'il administre : Arles Gravel, Mi-Fixe-Mi-Gravel, Cyclistes Arlésiens Longue Distance (CALD) et Arelate Denta Rota Fixa. Il aime le pignon fixe, la longue distance, le bikepacking, la pêche à la mouche et la bière artisanale. Il produit des textes et des photos publiés sur Bike Café et plus ponctuellement dans la presse papier.

9 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, article très intéressant comme toujours.
    Mon attention a été retenue sur le mixte montage de pneus Overide 35 à l’avant et Sector 32 à l’arrière. Ca me parle.
    J’habite en Belgique et je possède un gravel acier réalisé par un cadreur belge Cycle Rouge Gorge/Deroy.
    Faisant plus de route que de chemins, je voulais essayer une configuration Gravelking Semi-Slick en 700×38 à l’avant et Gravelking Slick Plus en 700×35 à l’arrière.
    A votre avis, est-ce cohérent, selon votre expérience de ce genre de montage ? Merci d’avance.

  2. Hello Dan
    Perso je roule avec 2 paires de roues : des Fulcrum plus pour la route/gravel facile, avec des Schwalbe G-one speed 35mm, et des Mavic Allroad avec des wtb en 40mm pour le gravel engagé
    J’ai même des cassettes différentes : 11×34 sur les Fulcrum et 11×42 sur les Mavic (en GRX600)
    Aucun besoin de toucher à quoi que ce soit quand je permute mes roues, et je change de terrain comme si de rien n’était 😉

  3. Bonjour Dan ,je reste sur ma faim ,comment est obtenu cette magnifique tête de fourche!!!! et le cintrage de la partie terminale des haubans !!!! Hydroformage???
    Je n’ai jamais vu une telle finition !!! Et le retour que j’ai des fourches titane pour freinage à disque est a la longue l’apparition de fissures .

    • Salut Jean-Pascal,
      Toutes les infos que nous pouvons partager sur la fabrication de cette fourche sont dans l’article de Patrick à ce sujet :
      https://bike-cafe.fr/2022/03/nouvelles-fourches-titane-route-et-gravel-chez-cec/
      Je suppose que tout ce qui n’est pas évoqué dans cet article est affaire de secrets de fabrication…
      Pour ce qui est de la solidité/fiabilité, j’en suis à 2000 km d’utilisation intensive, et toujours aucun problème. Pourtant, inutile de te dire que je ne ménage pas le vélo, aussi bien sur route que sur chemins ! Bien sûr, si des fissures apparaissaient, je ne manquerais pas de t’en informer, ainsi que les autres lecteurs de Bike Café !

  4. Bonjour Dan, J’ai beau revenir plusieurs, je ne vois pas le compte-rendu de la Desertus Bikus avec ce vélo (que j’attendais avec impatience) ! Que s’est-il passé ? Casse matériel ? Défaillance ou casse du pilote ? (j’espère me tromper sur ce dernier point …)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez l'actualité de Bike Café chaque semaine dans votre boite mail !