Annonce
Annonce Zefal

AccueilDécouvertesBelle virée dans le Vaucluse avec la bagagerie Deuter

Belle virée dans le Vaucluse avec la bagagerie Deuter

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas roulé dans le nord du Vaucluse. Avec Philippe, photographe pour Bike Café, nous avons décidé de tracer un itinéraire au départ d’Apt, avec en point d’orgue les magnifiques Gorges de la Nesque.

Philippe a profité de cette belle virée pour faire une longue sortie avec le gravel électrique Mondraker Dusty RR, tandis que j’étrennais un nouveau vélo, le Kona Libre, un modèle de gravel en aluminium sur lequel je reviendrai avec plus de détails dans un prochain article. Pour emmener notre matériel de réparation, textile de rechange, nutrition ainsi que le nécessaire pour simuler une nuit en bivouac (matelas de sol et sac de couchage), nous avons utilisé la nouvelle ligne de bagagerie de bikepacking Deuter Cabezon.

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Voici nos montures équipées pour affronter à peu près toutes les conditions. Philippe avec le Mondraker électrique et moi sur le Kona alu musculaire.
Annonce
Annonce Selle San Marco

Photos : Philippe Aillaud et Matthieu Amielh.

Les Grands reportages sont des commandes passées à l’équipe rédactionnelle de Bike Café par des marques qui souhaitent présenter leurs produits (vélos, équipements, vêtements ou accessoires) dans un contexte original. Ce grand reportage a été réalisé avec le soutien de Deuter France.

En route pour les Gorges

Philippe et moi nous étions donc donnés rendez-vous à l’ouest d’Apt, sur un petit parking déjà écrasé par la chaleur alors qu’il n’est que 9h30 du matin. La journée va être chaude ! Très exactement, nous sommes partis du pont Julien, un point romain, traditionnellement daté de l’an 3 avant J.C, « au débouché du défilé de Roquefure, à 5 km au nord de Bonnieux et à 8 km à l’ouest de la ville d’Apt » (source : Wikipedia).

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Le Kona Libre en mode bikepacking sous le pont Julien.
Annonce
Annonce Cycles AJP

Une fois le parcours tracé sur OpenRunner, chargé sur nos Garmin et nos sacoches Deuter montées sur les vélos, nous voilà partis en direction de Saint-Saturnin-Lès-Apt !

Le début de la balade est parfait pour se mettre en jambes avec des petites routes bitumées très tranquilles, plates et sans aucune circulation automobile, nous nous arrêtons simplement pour renseigner un couple de cyclistes qui cherche son chemin.

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Philippe était « coincé » sur le 40/19 lors de la sortie en raison d’une batterie déchargée. Cela ne l’a pas empêché de bien rouler.

La trace créée par Philippe sur Openrunner présente une difficulté principale : le col de la Liguière et ses 9,5 km d’ascension à près de 6,5 % de moyenne. Philippe se cale sur mon rythme et nous avançons progressivement tout en nous hydratant régulièrement car il fait déjà près de 30°C et il y a très peu d’air pour se rafraîchir.

Annonce
Annonce Trek Madone 8e Gen

Voici la trace de notre parcours tracé dans le Vaucluse, au départ d’Apt. Intégration i-frame Open Runner.

Arrivé au sommet (998 m) où le Ventoux se dévoile au travers de la végétation, nous empruntons une belle descente qui nous amène gentiment à Sault, une des 3 voies pour grimper le Mont Ventoux et la plus facile également. Je l’avais déjà constaté sur des sorties plus courtes mais le Kona Libre est un vélo hyper agréable à piloter, se prenant facilement en main et c’est un régal de le piloter en douceur sur les lacets faciles nous ramenant sur le plat. Dans la descente, je ne sens pas la sacoche arrière balloter malgré la prise au vent importante et l’enchaînement rapides des virages, aucun souci de ce coté-là !

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Arrivée dans le village de Sault, il est temps de trouver un endroit pour casser la croûte !

Une fois passé le village de Saint-Jean, nous poursuivons au Nord en direction de Sault qui est la commune la plus étendue du Vaucluse avec ses 11 000 hectares. Il est midi passé et nous avons déjà roulé plus de 40 km, la montée nous a ouvert l’appétit et nous nous arrêtons dans un petit restaurant sympathique de Sault avec son menu cycliste à 12 euros ! Petit clin d’œil au passé : c’est sur la terrasse de cet établissement que j’avais fait un somme, avec mon pote Olivier, en préparation de ma première Born to Ride (Les Monts). C’était en 2017, de très bons souvenirs et une première expérience en longue distance !

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
L’arrivée sur Sault est magnifique. Ce village est posé sur un plateau calcaire en limite du plateau d’Albion, entre pierres, forêts et champs de lavande.
Annonce
Annonce Garmin Edge 1050

Requinqués après un plat de lasagnes maison et un bon dessert, nous repartons confiants et motivés vers Les Gorges de La Nesque. Les gorges démarrent au sud de Monieux, juste après le plan d’eau et à une altitude de 625 mètres, pour finir au pied du bourg de la commune de Méthamis, à une altitude d’environ 270 mètres. Certaines falaises mesurent plus de 200 mètres de hauteur.

Philippe et moi nous arrêtons au magnifique belvédère du Castellaras surplombant les Gorges. Ces gorges ont été chantées par le félibrige Frédéric Mistral et une stèle en son honneur a été dressée en 1966. Le poète parle de son voyage et de la découverte des Gorges avec deux de ses amis du Félibrige dans son livre Mes origines : mémoires et récits de Frédéric Mistral (publié en 1915). Une traduction de la version provençale donne ceci :

« Cette Nesque s’engouffre dans une gorge anfractueuse et sombre ; et vient ensuite un point où le roc brusquement et incroyablement se cabre… C’est du Rocher du Cire qu’il s’agit : Ni chat, ni chèvre, ni satyre, Je vous en réponds bien, jamais n’y grimperont ! »

Frédéric Mistral, Mes origines : mémoires et récits (1915)
Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Vue spectaculaire sur le début des Gorges de la Nesque.

Frédéric Mistral n’avait surement pas pensé à l’époque que des cyclistes puissent traverser cette barrière naturelle… Philippe et moi profitons du spectacle grandiose tout en faisant attention à la circulation, encore limitée à ce moment de la saison. Nous croisons quelques cyclistes qui remontent les gorges à contre-courant, la montée doit être également agréable car la pente ne dépasse pas les 5 % de déclivité.

La route taillée dans le flanc des gorges et les surplombant est étroite et serpente le long de la falaise. Philippe et moi nous laissons glisser sur ce joli bitume tout en profitant de ce fantastique paysage. La partie la plus spectaculaire des gorges est au début de la descente, sur environ 3 ou 4 kilomètres, quand vous avez une vue totalement dégagée sur ce « Grand Canyon à la provençale ».

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Une vue à couper le souffle quand vous descendez les Gorges. Ne faites pas comme le cycliste, roulez bien à droite ! Derrière moi, en forme de croix, le Rocher de Cire, autour duquel une légende est née…

En bas des gorges, nous traversons le village de Villes-sur-Auzon, qui sera le point où nous bifurquons vers le sud. Nous retrouvons de petits chemins et routes agréables près de vignes. Le Vaucluse semble être passé à l’heure de la sieste et nous ne croisons pas âme qui vive sur les routes provençales.

Des cerises plein les sacoches…

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Les vignes, le Mont Ventoux, les petites routes, un paysage typique du Vaucluse.

A la sortie de cette localité, le mur de Méthamis (300 mètres à 13 %) est un joli raidard à monter, en plein soleil pour corser le tout. Ma transmission Sram 1×11 tout à gauche, j’arrive à le grimper en me mettant en danseuse dans la portion terminale de la difficulté. Je sens un peu la sacoche de selle balloter mais rien de perturbant. Au « sommet », nous retrouvons une petite route qui monte régulièrement pendant une dizaine de kilomètres. Je me cale dans la route de Philippe et trouve mon rythme entre 15 et 20 km/h. J’aurai bien besoin de sucre car je me sens un peu faible… On dirait que le ciel m’a entendu car surgissent alors comme par magie des cerisiers en bord de route ! Philippe et moi nous régalons des fruits sucrés à point… parfois, le hasard fait bien les choses !

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Le temps des cerises… Fruits garantis sans pesticides !

Nous redescendons sur le village de Lioux (km 100) où une fontaine datant de 1892, d’après l’inscription sur la pierre, nous permet de refaire le plein d’eau. Je n’ai pris qu’un seul bidon et cela s’est révélé insuffisant. Comme souvent, la sacoche de cadre est gênante pour installer un porte-bidon sur le tube vertical mais le problème peut être résolu en installant les bidons sur la fourche, ce qui est possible grâce aux inserts présents sur celle du Kona Libre.

En arrière-plan de la première photo, l’impressionnante falaise de la Madeleine du haut de laquelle on peut apercevoir les Monts du Luberon et le Ventoux par temps clair.

Notre sortie touche à sa fin et nous passons par le village de Roussillon, avec ses magnifiques falaises d’ocre. Au 19e siècle, six entreprises d’ocre employaient 1 500 ouvriers à Roussillon. L’usine Mathieu (aujourd’hui Écomusée de l’ocre) produisait environ 1 000 tonnes d’ocre par an entre 1921 et 1963. Après avoir traversé la localité, heureusement encore peu fréquentée par les touristes, nous enroulons du braquet sur les 5 derniers kilomètres pour rejoindre notre point de départ près d’Apt.

Deuter Cabezon sacoches bikepacking
Les falaises d’ocres de Roussillon seront la cerise sur le gâteau de notre beau circuit vauclusien.

La bagagerie Deuter Cabezon utilisée dans ce reportage

Au cours de ce grand reportage, nous avons utilisé les produits suivants :

Sacoche de selle Deuter Cabezon SB16

J’ai apprécié le fait que cette sacoche soit en deux parties : une partie fixe ou base venant se fixer sur le tube selle avec deux larges velcros et sur le chariot de selle avec deux sangles clipsables et une partie amovible composée d’un sac étanche avec rabat roulé à double fermeture par boucle. Bien vues : la valve de purge permettant de chasser l’air quand on comprime les affaires avant de fermer et la sangle rabat qui vient assurer un serrage dans le sens vertical.

Sacoche de cintre Deuter Cabezon HB14

La sacoche de cintre s’installe facilement sur le cintre mais il faut bien la serrer en utilisant les 3 lanières velcro (deux lanières se fixant autour du cintre et une autre passant sous la potence). Un mauvais serrage crée du ballottement et présente le risque de la voir toucher le pneu avant du vélo…

Sacoche de cadre Deuter Cabezon FB6

La sacoche de cadre m’a été envoyée en dernière minute par Deuter. Elle a tenu la route mais mériterait une lanière supplémentaire pour venir l’attacher sur le tube horizontal. Elle s’installe rapidement et le zip d’ouverture est facile à manipuler. D’une contenance de 6 litres, elle aussi en volume de 4 litres (Deuter Cabezon FB4).

Annonce
Matthieu
Matthieu
Matthieu rejoint l’équipe Bike Café en 2020 où il endosse le dossard de rédacteur-en-chef. Journaliste salarié puis pigiste depuis plus de 10 ans dans l’édition, il est spécialisé dans l'industrie du cycle (marques, distributeurs et magasins) et pratique le vélo de route, le gravel ainsi que le bikepacking. Il collabore aujourd'hui avec différents journaux et magazines (Cyclist, BIKEéco, Geo, Vélo Magazine, Le Figaro,...).

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour l’équipe Bike Café, merci pour ce publi-reportage, et surtout le coup de projecteur sur cette magnifique région ou le vélo sous toutes ses formes trouve sa place. effectivement, les ailes de saisons sont certainement plus agréables à rouler pour éviter une chaleur intense. je me permets une petite remarque concernant votre photos avec des cerises dans les mains… ce n’est pas une bonne idée de véhiculer l’idée que ces fruits sont en libre disposition… les agriculteurs comptent sur leurs récoltes pour vivre, et nous devons respecter leur travail. Apprécieriez vous que je me serve de fruits sur un arbre dans votre jardin ? Même si ce n’est qu’une poignée, 160000 cyclistes font l’ascension du Ventoux chaque année entre le 15 avril et le 15 novembre, si tous prennent une poignée… ne donnez pas le mauvais exemple, n’incitez pas cette pratique svp ! Les tensions sont réelles sur certains secteur avec la cueillette sauvage. Bonne continuation et bonnes balades. Sportivement. Fred.

  2. J’ai un cube nuroad, excellente monture, et ai acheté le système deuter. Le fb 6s’est avéré trop long et j’ai dû le remplacer par un fb 4. Avant de commander, il faut s’assurer de la longueur de la barre, la taille du sac étant indiquée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur