AccueilMatosMesdames, rouler confort et sans rebond, c'est possible : deux brassières au...

Mesdames, rouler confort et sans rebond, c’est possible : deux brassières au banc d’essai

Tous les cyclistes savent combien le choix de l’équipement peut être déterminant. Aussi, pour les femmes, il existe un élément crucial, essentiel pour toute activité physique, mais souvent négligé : la brassière. Trouver la perle rare, celle qui allie confort et maintien, devient un défi de taille, tant les références sur le marché sont nombreuses. L’importance de cette quête ne se limite pas à une simple question de confort pendant l’effort, mais s’étend également à la préservation à long terme de la santé de la poitrine. Pour vous aider à trouver LA brassière qui vous garantira un soutien optimal à chaque coup de pédale, foulée, saut ou mouvement, Jeanne et Sabine ont testé pour vous deux modèles des marques Thuasne et Anita. Après le test effectué par Virginie d’une brassière BV Sport, retrouvez dans cet article, ces deux brassières au banc d’essai. D’abord, la brassière Top’Strap X-Back de chez Thuasne, puis le soutien-gorge Sport Performance de chez Anita.

La brassière « Top’Strap X-Back », de chez Thuasne, testée par Jeanne.

Créée en 1847, l’entreprise française Thuasne a une très forte expérience dans la fabrication textile, et notamment dans la conception de dispositifs médicaux : maux de dos, traumatismes musculaires, squelettiques, lymphatiques, veineux… La marque met également son expertise au service des sportifs : récupération et prévention des blessures mais également le maintien de la poitrine des femmes pour plus de confort dans leur pratique.

logo Thuasne sport
Annonce
Annonce Trek

Il est plus que primordial de prendre soin de cette partie du corps des femmes. Pour se donner une petite idée et se convaincre, lors de l’effort sportif, la poitrine peut peser jusqu’à cinq fois son poids ! Thuasne propose alors une gamme complète adaptée aux différentes morphologies et avec trois niveaux d’impact : maintien normal, supérieur et extrême. J’ai eu l’occasion de tester un modèle extrême, la version Top’Strap X-Back, pendant plusieurs semaines et lors d’entraînements running et vélo, plutôt typés nature et accidentés. Habituée à porter des brassières de la marque Anita, je suis curieuse de découvrir de tester autre chose.

Brassière Thuasne Top’Strap X-Back
Modèle phare de Thuasne : la brassière Top’Strap X-Back

Un design simple et efficace mais haut en technicité

Plusieurs points essentiels sont à observer dans le choix de sa brassière de sport : la taille, les bretelles, la bande de maintien sous la poitrine, le tissu et les coutures. Le style ne doit pas être le premier critère à prendre en compte. C’est parfait puisque Thuasne ne fait pas dans la fantaisie : un look minimaliste avec seulement trois coloris disponibles assez classiques : noir, blanc ou rouge.

Brassière Thuasne détail petits pois
La brassière dans son coloris noir : un basique indémodable

Mais si on regarde de plus près, on peut voir des petits détails sympas comme la petite bande à pois bleus sur la version noire que je teste, l’intérieur bleu nuit du tissu ou encore les inserts du logo en impression silicone (que je trouve très réussi et parlant) à deux reprises. Immédiatement, on sent qu’on a entre les mains un textile purement technique. Sur le devant, la brassière fait une jolie poitrine et derrière, le dos nageur avec ses bretelles croisées est plutôt harmonieux.

Brassière Thuasne intérieur bleu nuit classe
Intérieur bleu nuit très classe

Le confort, une histoire de taille

Pas facile de trouver une brassière à sa taille, mais pour la marque Thuasne que je trouve extrêmement bien taillée, je recommande de prendre une taille correspondant à celle de ses soutiens-gorge habituels. Le mieux reste de prendre ses mesures, de se reporter au guide des tailles très bien réalisé sur leur site internet, mais surtout, un peu comme pour les chaussures, de les essayer !

brassière Thuasne Top’Strap X-Back guide tailles

Un confort maximal pour se faire vite oublier

Tout de suite, j’apprécie beaucoup le fait que la brassière soit assez flexible pour pouvoir se passer sans dégrafer les attaches. Ces dernières semblent spécifiques à la marque et ressemblent à des papillons. Une fois le coup de main pris, elles sont vraiment faciles à enclencher. Le contact du dos avec les agrafes, qui sont très fines, presque plates, ne révèle aucune gène.

Brassière Thuasne attaches_papillon
Attaches de type “papillon” bien pratiques

Le tissu effet seconde peau semble être de très bonne qualité, quoique peut-être un peu épais sur le devant. Le dos en mesh permet d’évacuer l’humidité et la transpiration assez rapidement. On retrouve ce mesh aéré sur le devant sous les bretelles. Lors de mes tests, je n’ai jamais eu de frissons dus à la sensation d’une brassière trempée. La matière est très agréable et le contact sur la peau est super doux.

Brassière Thuasne dos nageur aéré
Dos nageur avec un tissu mesh très aéré

J’ai vraiment apprécié les larges bretelles matelassées qui ne laissent aucune marque sur les épaules. Super confort sur ce point. Réglables, elles permettent un ajustement parfait à sa morphologie.

Brassière Thuasne bretelles matelassées
Bretelles larges et matelassées au confort optimum

Zéro frottement

Les bonnets doublés enveloppent parfaitement la poitrine et ont l’avantage d’être sans coutures : aucune irritation ou frottement désagréable à déplorer. Lors de mon premier test, j’avais tout serré au maximum pour être certaine d’être bien maintenue. Pourtant, je n’ai pas eu le moindre échauffement, ni sur les épaules, ni sous la poitrine, ni sous les aisselles. Malgré les séances longues et intensives de course à pied ou de vélo, j’ai pu pratiquer sans être dérangée. Même après les nombreux lavages sur deux mois de pratique, je n’ai pas eu besoin de la réajuster car elle n’avait pas bougé d’un iota. A voir sur le très long terme…

Brassière Thuasne bonnets enveloppants
Très peu de couture et des bonnets bien enveloppants

Un maintien extrême pour pratiquer en toute sérénité

Dès les premières foulées, la brassière se fait vite oublier. La respiration n’est pas gênée et la poitrine, une fois les bons réglages trouvés, n’est pas compressée. Le dos nageur croisé permet une amplitude parfaite dans les mouvements. Sauter, courir, accélérer : on se sent totalement libre et on bouge naturellement grâce au dos et aux bretelles totalement réglables apportant un ajustement parfait.

Brassière Thuasne dos réglable
Dos réglable comme les bretelles

Le maintien est excellent dans tous les types de mouvements de la poitrine : verticaux, horizontaux et latéraux. En plus de l’élastique placé sous la poitrine (environ 25 mm de large), on sent une large bande de contention placée au-dessus de la poitrine (environ 35 mm de large) qui apporte une sensation de sécurité rassurante lors des accélérations. Le maintien est homogène et aucune zone n’est oubliée.

Brassière Thuasne bande de contention au dessus de la poitrine
Bande de contention au dessus de la poitrine avec le joli petit motif pointillé bleu

En résumé, ce que j’ai aimé

  • Adaptée aux sports à impact particulièrement élevé
  • Ultra facile à enfiler
  • Bretelles matelassées particulièrement confortables
  • N’engendre pas de frottements
  • N’occasionne pas de douleurs aux cervicales
  • Maintien renforcé grâces aux bandes de compression
  • Séchage rapide grâce à son tissu aéré
  • Liberté de mouvement grâce au dos nageur
  • Excellent rapport qualité / prix
  • Nombreux réglages possibles pour un ajustement optimum

Conclusion

Je dois accorder un sans faute pour cette brassière de la marque Thuasne que je n’avais encore jamais essayée. Si vous êtes à la recherche d’une brassière offrant à la fois un excellent maintien lors de la pratique de sports à fort impact, tout en étant confortable, respirante et parfaitement ajustable, le modèle Top’Strap X-Back est un indispensable. Testée surtout en trail sur de courtes comme de longues distances avec sac d’hydratation sur les épaules, j’ai apprécié également son utilisation en VTT pour soutenir la poitrine lors des grosses secousses.

Informations complémentaires

  • Composition : 70% polyamide, 21% élasthanne, 9% polyester
  • Tailles : disponible du 85A au 105E
  • Couleurs : noir, rouge ou blanc
  • Prix : 53 €

Page produit Brassière Top’Strap X-Back

Le soutien-gorge « Performance », de chez Anita, testé par Sabine.

Retrouvons maintenant, sur ce banc d’essai brassières, un modèle de la marque Anita. La marqué a été fondée en 1886 à Dresde, en Allemagne. Au fil des décennies, elle s’est imposée comme une référence incontestable dans l’univers de la lingerie. On connait Anita en particulier pour sa lingerie sportive, grâce à sa marque Anita Active. En effet, Anita Active conçoit des soutiens-gorges et des brassières dédiés aux activités physiques. Anita Active a su allier savoir-faire traditionnel et innovation technologique pour répondre aux besoins spécifiques des femmes actives. Depuis sa création, la marque n’a cessé d’évoluer. Ainsi, Anita Active propose aujourd’hui non seulement des brassières, mais aussi des culottes, et même des leggings. Ces articles sont adaptés pour tous les types de sports, y compris ceux à très fort impact. Enfin, les brassières s’adressent à toutes les tailles du bonnet AA au bonnet K !

Le soutien-gorge « Performance », en pratique

J’ai pu tester, pendant plus de deux mois, un des modèles au plus fort maintien de la marque (« maximum support ») : le modèle « Performance ». J’ai testé la brassière dans des conditions variées : sorties de course à pied, trail, gravel, randonnée, renforcement musculaire et CrossFit.

La brassière Anita Performance vue de face
La brassière Anita Performance à rude épreuve, ici après une session de crossfit (photo Olivia Martinez)

Le maintien est vraiment le critère le plus important pour moi quand je choisis une brassière. En effet, si je ne me sens pas maintenue, il m’est juste impossible de courir, sauter ou rouler. C’est le cas, je pense, de toutes celles qui ont une poitrine généreuse. Par contre, si on pense à l’état de notre poitrine dans quelques années, le maintien est l’affaire de toutes, quelle que soit sa taille. Pour moi, le confort vient après. Mais, si une brassière peut cocher les deux conditions, c’est mieux. En effet, le confort est d’autant plus important quand je m’aventure sur le longues distances, par exemple en ultra-trail. Le modèle « Performance », de chez Anita, coche bien les deux critères ! Il maintient parfaitement la poitrine, tout en restant confortable, sans sensation de compression.

Brassière Anita Performance Maximum Support
La brassière Anita Permance, classée Maximum Support, disponible en bonnets A à G (photo Sabine Barrat)

Maintenue, mais pas comprimée

Le maintien est assuré par un large élastique sous poitrine, des bonnets préformés, des bretelles larges, une fermeture par 3 agrafes, une forme très enveloppante et un séparateur de bonnets qui remonte assez haut.

Enfin, deux coutures latérales, reliant chaque bonnet au dos du soutien-gorge, semblables aux armatures qu’on l’on peut trouver sur les soutiens-gorges à fort maintien classiques, viennent renforcer le maintien. Ces coutures n’ont pas d’armature ni de guide vertical mais participent quand même au maintien.

Brassière Anita Performance profil
Une couture latérale, reliant le bonnet au dos du soutien-gorge, que l’on aperçoit très bien de profil, renforce le maintien (photo Olivia Martinez)

Confortable et léger

Plusieurs détails techniques et ergonomiques participent au confort de ce soutien-gorge. Le soutien-gorge est sans armature et les bonnets sans couture, ce qui limite le risque de frottements ou blessures. De plus, la matière est légère et sèche rapidement. Le motif perforé, en plus de participer à la légèreté de la matière, ajoute une touche tendance. Les bretelles sont larges, en partie rembourrées et surtout, la largeur de chaque bretelle est échelonnée, elle n’est pas la même en tout point de la bretelle, pour mieux s’adapter aux épaules et rendre le soutien-gorge encore plus confortable.

Enfin, le soutien-gorge s’enfile comme un modèle classique, grâce à un système de 3 agrafes au dos, ce qui le rend facile à enfiler et à enlever. Ainsi, fini les contorsions et c’est tant mieux car on manque parfois un peu de souplesse après une sortie longue 😅.

Brassière Anita Performance dos
Fermeture classique facile par 3 agrafes dans le dos : fini les contorsions ! (photo Olivia Martinez)

En résumé

J’ai aimé

  • le maintien élevé sans sensation de compression
  • la matière qui sèche rapidement, ce qui en fait une très bonne candidate pour le triathlon !
  • les bretelles larges partiellement rembourrées
  • l’enfilage et le déshabillage facile
  • le choix des couleurs
  • le motif perforé

J’aurais aimé

  • du tissu éponge à l’intérieur des bonnets, pour encore plus de douceur, comme sur le modèle Momentum
  • des bretelles rembourrées tout du long
  • un dos nageur pour rester invisible sous certains débardeurs

Conclusion

J’ai l’habitude de porter des brassières au maintien irréprochable, mais qui compriment… au point d’avoir du mal à respirer, du moins pendant les premières minutes. Avec le soutien-gorge Anita Performance, j’ai découvert la sensation de maintien sans compression. Ma poitrine ne bouge pas pendant l’effort et je n’ai pas ressenti de douleur post effort. Pas de frottement à signaler non plus, même sur longue distance… mais je mets toujours de le crème anti-frottements sur le long ! Pour conclure, cette brassière allie confort, maintien et légèreté. Certes, une brassière de qualité a un coût, mais celle-ci vaut le coup et vos seins vous remercieront !

Informations complémentaires

  • Composition : 62% Polyamide, 21% Polyester, 17% Élasthanne
  • Tailles : disponible du 85A au 110G
  • Couleurs : noir/bleu piscine, anthracite/rouge fiesta, dark oliv/noir, noir/anthracite, rose élégant
  • Prix : 49,95 €

Page produit Anita Sport Performance

Annonce
Sabine
Sabine
Je me suis mise au vélo sur le tard, en 2018, à la suite d’une blessure en course à pied. J’ai commencé par le vélo de route, ai de suite accroché et ai vite augmenté les distances et varié les plaisirs : velotaf, triathlon, et me suis essayée au VTT. J’ai découvert le gravel en 2021 : dès les premiers tours de roues, le bonheur : pas de voitures, des beaux paysages , du chemin roulant, les km qui défilent, un peu de vitesse quand on veut, quand on peut, le partage avec les copains, les pauses cafés et + si affinité. Bref, le vélo comme je l’aime.

1 COMMENTAIRE

  1. Intéressant pour celles qui persistent à « soutenir artificiellement » leur poitrine.

    De mon coté, j’ai 55 ans et ça fait 8 ans que je ne porte plus aucun soutien pour ma poitrine pourtant assez généreuse (Bonnet D) et depuis elle n’a pas tenté de rejoindre mes pieds !

    Évidemment elle tient moins bien qu’à mes 25/30 ans, c’est sur.

    Mais depuis que j’ai arrêté toute forme de soutien, dans la première année j’ai noté un très léger « remontage » !

    Il ne faut pas oublier qu’il y a des muscles au niveau de la poitrine (chez les femmes comme chez les hommes) et qu’ils servent (chez les femmes) à la maintenir au mieux. Si on les rends fainéants en portant un soutien quelconque, ils se relâchent et deviennent inutiles.

    Les premières semaines ont été difficiles, tellement habituée à avoir un soutif (ou assimilé), que le moindre frottement de tissus, ou encore les chocs dû à la marche/course/vélo étaient ressentis avec souvent de la gêne et parfois de la douleur.
    Mais au bout de moins de 4 mois déjà j’ai cessé de sentir comme une gêne/douleur le contact des tissus que je portais et les chocs légers et modérés ne posaient plus de problème. Il a fallu attendre pas loin d’un an pour que les chocs plus « durs » soient vécus sans gêne ni douleur.

    Dorénavant je ne suis plus engoncée avec ces engins de torture, je respire sans aucune gêne, je ne me tortille pas pour mettre ces « machins », en clair je me sens libre puisque libre je suis.

    En été ou quand il fait chaud, il m’arrive de mettre une bande de tissu sous mes seins pour éponger la sueur qui s’y forme, mais jamais plus je ne mettrai un soutif ou assimilé.

    Je suis très heureuse d’avoir persisté dans ma décision d’arrêter d’en porter, j’ai retrouvé une forme de liberté, même si au début j’ai failli en remettre car les sensations étaient désagréables. Heureusement j’ai insisté et dorénavant je ne voit que des avantages à cette situation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur