Nous avons rencontré David Robert sur le stand des cycles LEON lors du dernier Roc d’Azur. La marque n’est pas inconnue des lecteurs de Bike Café car Fabrice, un possesseur de vélo de Gravel La Rage, nous avait fait un article élogieux sur son beau vélo en titane fin août dernier.

Les vélos que nous avons vus sur ce stand du Roc d’Azur sont superbes. Il n’a a pas à dire le titane ça a quand même de la gueule ! Martin Heinrich Klaproth, le co-découvreur de ce métal au 18ème siècle, lui a donné ce nom s’inspirant des « Titans » de la mythologie grecque : le mythe n’est pas près de s’éteindre.

Les montages que nous découvrons lors de notre visite sont de haut niveau. Il y a par exemple un superbe vélo de Gravel, équipé d’une fourche lefty, qui est suspendu derrière nous lorsque nous rencontrons David qui nous parle avec passion de la marque qu’il a créé il y à peine un an et qui est l’aboutissement d’un projet imaginé il y a 2 ans.

Bike Café
David dans son magasin de Metz – photo – ©Phil

David a toujours été dans le milieu du sport depuis 1991 : responsable de magasin chez Veloland, Directeur de magasin chez Go Sport, agent commercial, Team manager Miles Man, … avant de créer les Cycles LEON. Il a été influencé et inspiré par le célèbre cadreur suisse Alain Ferraroli qu’il a bien connu.

On n’achète plus un vélo auquel on s’adapte on construit un vélo qui s’adapte à la personne.

Bike Café
Du « custom » certainement sur ce beau cadre titane Explorator équipé d’une fourche Lauf – photo ©Phil

David est revenu à sa passion : le vélo, avec l’idée bien précise de faire du « custom » pour ses clients. On part de modèles de base que l’on adapte pour le client. »On achète plus un vélo auquel on s’adapte, on construit un vélo qui s’adapte à la personne … » nous déclare David. Des cadres exclusivement en titane et des équipements de qualité. « J’ai été coureur et j’ai roulé sur de l’acier longtemps. L’acier a de grandes qualité mais sur un cadre acier très léger il y a une notion de fragilité à l’impact et au vieillissement qui m’at

amené à choisir le titane. » Éternel débat du choix des matériau, mais David assume parfaitement l’orientation qu’il a prise sur la base de son expérience d’autant qu’elle correspond à la demande de clients exigeants. Le coût de fabrication d’un cadre titane donne le niveau du positionnement des vélos LEON qui sont à classer dans le haut de gamme.

Dans l’atelier … il n’y a rien à vendre …

Bike Café
photo ©Phil

Si vous allez dans l’atelier de LEON à Scy Chazelles proche de Metz, comme l’a fait récemment Philippe, vous serez surpris car il n’y a rien à vendre … Pas de vélos déjà construits avec l’étiquette du prix accrochée aux vélos. Pas de vélo que l’on essayera de vous vendre pour déstocker. Non, car le principe des cycles LEON est de bâtir avec vous le projet. Un questionnaire préalable à l’étude sera à remplir et permettra de définir les grandes lignes. « Il me faut un feed-back pour que le client explique ce qu’il veut, nous parle de son expérience du vélo … À partir de là je lui dessine un cadre je lui adresse le plan et on fonctionne par échanges … » précise David.

Il propose également une étude posturale qui permettra d’affiner le projet pour livrer un vélo réglé sur mesure pour le client. Les délais ensuite sont de 2 mois et demi … Les tubes sont achetés chez TIMET, un des leader de la distribution des produits titane, ils sont soudés selon les plans fournis par LEON dans un atelier en Asie (HTTC). Chaque vélo est fabriqué sur-mesure sans supplément et les cadres sont garantis 50 ans … Peinture et montages sont ensuite réalisés en France. Les différents modèles de vélos LEON ont obtenu une certificat d’essai réalisé par les Laboratoires d’analyses industrielles Pourquery à Lyon.

Bike Café

Si j’avais eu un garçon c’était Léon …

Nous étions un peu intrigué par le nom de la marque : LEON. En effet, ce prénom qui fleure bon le vélo « vintage » n’a rien à voir avec la production qui est résolument moderne : ce n’est donc pas ça. Alors, cela a peut-être un rapport avec le cri d’appel du paon, ce magnifique oiseau qui est capable de faire une roue avec son plumage de queue … roue, vélo, Léon : pourquoi pas ! … Et bien non, David nous donne la réponse « J’ai eu deux filles et si j’avais eu un gars je l’aurais appelé Léon … Alors je me suis fait mon gars tout seul … » Cette naissance n’est donc pas issue de la procréation « in vitro » mais c’est la gestation « in titano » … qui a fait naître ce petit Léon.

La vidéo interview de David Robert

Quelques belles réalisations

Bike Café
Un modèle Genus à la ligne particulièrement élégante – photo ©Phil

Parmi toutes les belles réalisations vues aux cycles LEON comme les superbes machines de chrono qui font des merveilles entre les mains des champions du Team, notre oeil a été particulièrement attiré par les modèles « All Road ». Evidemment le modèle La Rage comme celui de Fabrice mais aussi le modèle Explorator qui peut recevoir une fourche Lauf.

Concevoir votre vélo LEON

Si vous avez décidé de faire l’acquisition d’un vélo LEON voilà comment ça va se passer. Le mieux est de passer à Scy Chazelles proche de Metz, c’est ce qu’à fait notre ami Philippe. « Prise de rendez-vous avec David, trajet en TGV au départ de Paris, David m’attend à la gare de Metz, on commence par faire connaissance. » nous explique Philippe. Il faut  quelques minutes ensuite pour arriver à la boutique qui est en même temps un atelier, un show-room avec accueil client. C’est aussi un « bike café » avec un décor accueillant qui fleure bon la convivialité. Un canapé des tables et des vélos en cours de montage, des vélos d’essais.

Bike Café
Cycles LEON : un canapé des tables et des vélos en cours de montage, des vélos d’essais – photo ©Phil

Lorsque Philippe arrive sur place il découvre une ambiance conviviale, çà discute de vélo avec les deux clients déjà sur place et son mécano Ghislain, un acrobate du vélo : détenteur du record mondial du nombre de pogos sur la roue avant.

« David sort alors une dizaine de feuilles et l’interrogatoire commence … » nous précise Philippe. La démarche est à chaque fois la même : David se plonge dans le passé cycliste de ses clients, il essaie de déterminer le fond de chaque projet en cherchant à découvrir la pratique actuelle de chacun mais également en essayant de se projeter vers le futur.

Après avoir noirci quelques pages, David présente le matériel : les tubes utilisés, les types de fourches. Il présente également quelques vélos de tests; montre la qualité des soudures. Il explique de façon très objective les différences entre acier, alu, carbone et titane. Pareil pour le sujet des composants, pas de dénigrements ni de choix liés à des contrats commerciaux …

« Lors de ma visite j’ai compris que l »ADN de David était de faire pour ses clients un vélo alliant confort, rendement et transmission … Il ne fait pas deux vélo pareil même si les modèles proposés semblent identiques. Il va jouer sur les bases, les angles, les différents diamètres de tube en fonction de chaque client. » explique Philippe.

Pour Philippe, les premiers critères apparaissent : base courte de 410 … petit diamètre du tube … tube de selle cintré. David aime concevoir des vélos pour ses clients, mais il se réserve le droit de refuser la réalisation d’un vélo si il ne sent pas le projet …

Bike Café

Pour présenter à Philippe une idée de la forme de son vélo, David n’a pas hésité à lui simuler l’apparence de sa future monture sur les bases d’un cadre client en cours de montage et d’une fourche titane. Philippe a choisi des passages de câbles intégrés : pas de soucis c’est sans supplément.

Philippe reprend son TGV rassuré. Dans quelques jours il va recevoir par mail le détail du projet, le dessin du cadre avec ses cotes qui prendra en comptes ses mesures relevées lors de sa visite à Metz. Il sera encore possible de faire des modifications pour affiner le projet. Après accord et versement d’un acompte de 50%, Philippe attendra 8 à 10 semaines pour recevoir son cadre pour un prix tout compris de 1618 €.

Le retour a été rapide dès le mardi suivant Philippe recevait la proposition suivante :

  • Tubes en 34.9 pour les 2 tubes principaux compte-tenu du poids de Philippe mais également de son utilisation,
  • Bases raccourcies pour un gain de dynamisme au détriment d’un tout petit peu de confort 
  • Tige de selle en diamètre 27.2 afin de garder un peu de flex.

Cette géométrie devrait pouvoir te permettre de redescendre en section de pneu assez rapidement. Le déport de fourche de 47 mm apportera une très bonne stabilité au vélo. Le pivot droit et non conique permettra de conserver un bon confort sur les chocs toujours en relation avec le poids léger de Philippe. Il ne sera pas nécessaire de « verrouiller » l’avant du vélo.

Le passage des câbles et des gaines se fait en interne, cadre et fourche.

Ces commentaires était accompagné d’un plan détaillé du cadre et de la fourche avec toutes les cotes et les mesures angulaires.

Voir infos sur le site des cycles LEON

LEAVE A REPLY