Lorsque je regarde l’horizon de mon balcon, je distingue nettement le « Pilon du Roi », point culminant à 710 m de la chaîne de l’Étoile. Cette dent rocheuse, posée sur une crête, est visible de très loin. Elle rappelle, en version « modèle réduit », la Pierra Menta … Cela fera sans doute pouffer de rire mes amis Beaufortains, car l’Étoile n’est qu’un tout petit massif, situé entre Marseille et Aix-en-Provence. Selon Frédéric Mistral, le nom Mountagno de l’Estello en provençal (« montagne de l’Étoile » en français), proviendrait de l’orientation de ce massif par rapport à Marseille. Situé au nord géographiquement de la cité phocéenne, il indique la direction de l’étoile polaire.

Bike Café
La carte issue de Openrunner annonce un sérieux dénivelé – openrunner.com

Je n’ai rien contre cette dent qui accroche mon regard depuis deux ans lorsque je suis sur ma terrasse, mais lorsque Sébastien nous a proposé d’aller la conquérir en gravel bike, le projet m’a enthousiasmé. Je vais enfin aller voir là-haut ce qui se passe … Sur la carte, issue d’Openrunner, je découvre que cette conquête de l’Étoile ne sera pas une promenade de santé et qu’elle sera suivie d’une belle grimpette dans le Garlaban, la montagne chère à Marcel Pagnol (un dénivelé annoncé de 1600 m).

Bike Café
Le chef d’orchestre de cet opéra gravel est Sébastien Paradowski …

9 h nous voilà réunis sur le parking de l’école de musique de Cabriès. Nous sommes 15 cyclistes à avoir bravé la météo maussade de ce dimanche matin. Le chef d’orchestre de cet opéra pour gravel est Sébastien Paradowski … vous savez : l’homme qui arpente les cols muletiers des Alpes du sud : Parpaillon, Cayolle, Valbelle, Moutière, … ou encore le Ventoux en version piste, chevauchant son GT Grade.

Après un petit café servi par notre guide accompagné de la dégustation d’un gibassier (1) croquant nous partons sur 5 kilomètres de route en guise d’échauffement, avant d’attaquer les sentiers par les drailles de Simiane. Je connais la piste pour avoir couru le trail empruntant celle-ci qui, progressivement, nous amène au pied de ce fameux Pilon.

Bike Café
Les drailles de Simiane

Le ton est donné : les plus jeunes se lancent furieusement à l’assaut des 350 m de D+ et avec Philippe nous allons constituer l’arrière-garde. Je passe le 42 x 42 et je mouline sortant par moment la caméra de ma poche arrière pour capter quelques images de l’ascension. Il me semble que la montée était plus facile lorsque je l’ai faite en courant …

Bike Café
Le fameux rocher est atteint

KM 13 : le fameux rocher de calcaire baptisé « Pilon » est atteint … On pourrait préparer  une Aïoli géante avec … Malheureusement la météo venteuse et ce ciel gris plombé gâchent notre plaisir.

Bike Café
Une météo malheureusement pas favorable à la contemplation

KM 15 : nous passons le col Sainte-Anne pour attaquer une superbe descente sur Allauch. Cette route, qui reliait autrefois Mimet à Allauch n’est plus empruntée par les automobiles et les poules sont venues y faire leurs nids. En voyant la taille des trous on peut même imaginer que ce sont des dindes … Le pilotage de nos montures devra être précis dans cette pente pour les éviter.

Bike Café
Une superbe descente sur Allauch

KM 24 : arrivés au Logis neuf, Sébastien nous propose un peu de route pour reposer nos bras secoués par la rugosité de la piste étoilée. Le gravel c’est aussi de la route et nous partons dans une longue montée qui va nous conduire au pays du château de la mère de Pagnol.

Boke Café
Un bout de piste plate qui annonce le gros dénivelé

KM 30 : c’est à l’auberge des Pichauris que nous retrouvons la terre de la piste qui va bientôt devenir de la pierraille.

Bike Café
La montée est raide : 17% par endroit.

KM 35 : la pente est raide : 17% … Philippe mouline son braquet devant moi et je décide en le voyant s’éloigner que mon prochain achat sera un plateau de 38 pour remplacer mon 42 … Sur le final je mets pied à terre pour souffler et pour filmer un peu le panorama qui nous dévoile dans la grisaille la Sainte-Victoire et plus loin le Luberon. Magnifique dommage que le soleil soit aux abonnés absents …

Bike Café

KM 39 : nous sommes au Mont des Marseillais et il est temps de faire une pause casse-croûte. À la recherche de l’abri du Mistral que l’on ne trouvera pas, on se pose à côté d’une troupe de randonneurs aux tempes grises. Nous n’allons pas y rester longtemps le Mistral nous pénètre, il faut vite se remettre en route …

Bike Café

À peine partis, une nouvelle crevaison (la 3ème) va séparer notre petit groupe … On attaque la descente très raide vers la D7 … 100 m de goudron et on repart sur la piste. Avec Philippe on se perd un moment, nos compagnons ont filé à coups de pédales rageurs devant nous et nous hésitons. On appelle la troupe et on se regroupe pour passer Cadolive.

Bike Café
La fanfare passe à Saint Savournin pendant que l’on répare la 3ème crevaison de Philippe.

KM 50 : 3ème crevaison pour Philippe … C’est la 5ème de notre groupe depuis le départ. Je lui donne ma chambre et on décide avec Philippe de rentrer accompagnés par la fanfare d’Aubagne venue animer le Carnaval. On va prendre la route en coupant la fin de parcours qui aurait dû nous emmener dans le pays minier de Gardane … dommage.

On fait donc un « tout droit », face au vent, par la route pour passer Mimet, Simiane et Bouc Bel Air par la D8 et arriver les premiers sur le parking.

Bike Café
Une petite IPA pour conclure cette journée riche en crevaisons : 5 au total …

Une demi-heure plus tard les rescapés de la piste de l’Étoile arrivent. Il est temps d’ouvrir les bières, déguster la tarte aux poires préparée par Dan et partager les diverses victuailles apportées par chacun.

Bike Café
Le réconfort la tarte aux poires a eu du succès …

Un grand merci à Sébastien, « traceur » de ce parcours spectaculaire, qui nous a fait découvrir une diversité de paysages incroyables que jusqu’alors je voyais d’en bas au loin sur la route … Désormais, sur mon balcon, mon regard sur ce fameux Pilon du Roi sera différent. Il me rappellera les efforts qu’il m’aura fallu déployer pour atteindre son sommet. L’Étoile n’a pas été filante pour moi ce jour-là … je rentre à la maison plutôt fatigué et transis de froid.

La vidéo …

Lire le récit de Dan sur le blog de Arles Gravel

(1) Le gibassié, ou gibassier, est le nom provençal d’une galette dont le corps gras est de l’huile d’olive légèrement fruitée.

4 COMMENTAIRES

  1. Gibassié : son nom viendrait du provençal giba, signifiant « bosse ».
    Prémonitoire de la journée qui nous attendait ?
    Où on allait en bouffer toute la journée…

  2. Merci pour ce récit .. une très belle journée gravelistique … pour ma part j étais très content d être en Cannondale Slate pour ce type de parcours
    Merci à Sebastien pour ce parcours

  3. Bonjour à vous et merci pour ce super reportage.
    Est-ce que vous pouvez me donner soit la trace GPX soit la Ref du parcours sur Openrunner ? Je vais régulièrement prés du Garlaban et j’aimerai faire ce parcours.
    Merci d’avance et continuez à nous fournir d’excellents articles.
    Manu

LEAVE A REPLY