Cannondale avec son Slate avait ouvert le bal de la suspension. Depuis le fantasme du gravel suspendu revient épisodiquement. il plane comme une envie poétique de gravel-TT qui aurait peut-être inspirée les Lamartine du sentier défoncé « Ô temps, suspends mon gravel … » que je puisse m’envoyer les pistes défoncées …

Au Bike Café, nous avons plutôt l’esprit ouvert, et il est vrai que nous avions apprécié il y a 3 ans déjà le Slate testé dans l’Estérel. Nous avions remarqué son aisance, dès que le gravier devenait rocaille. Par contre, sur les passages route et chemin plus lisses le Slate, chaussé large sur ses roues de 650, perdait du dynamisme et avait du mal à suivre la cadence du Bombtrack Hook en acier et du Spé Diverge en carbone qui filaient sur leurs roues de 700.

Le Slate que nous avions testé en 2015 - photo Bike Café
Le Slate que nous avions testé en 2015 – photo Bike Café

La question est la suivante : que souhaitez-vous faire avec votre gravel ? La lefty du Slate, la fourche MRP du Hook ADV, la fourche Lauf, la fourche Fox gravel, … peuvent vous aider à répondre à votre besoin, si vraiment vous voulez gommer les terrains difficiles. Est-on en train de réinventer le VTT ? … Que nous apportent ces suspensions ?

Ima Su, modérateur du groupe facebook Gravel Bike France, qui réunit presque 7000 membres, s’est livré à une expérience intéressante sur la base d’un Santa Cruz Stigmata sur lequel a été monté une Fox gravel AX.

Gravel bike suspendus
Chat alors ! … Ima Su avec une fourche à suspension sur un gravel carbone …

InFOX ou Intox ?

« Ce Santa Cruz Stigmata est équipé de la fourche Fox gravel AX avdventure cross avec 40 mm de débattement et de roues Easton 90 SL. C’est un montage à la carte réalisé sur ce beau vélo sur lequel j’ai pu rouler 3 jours. Je peux le comparer avec les 2 Rondo que j’ai essayés juste avant », explique Ima.

Voici le retour d’Ima sur cet essai

En statique, le cadre carbone est gros, mais moins que le Rondo carbone. Il est aussi légèrement moins slooping. Son poids est de 9,2 kg avec les pédales et la fourche. Il est plus léger que le Rondo carbone, mais son équipement est plus haut de gamme, surtout les roues montées avec des pneus Maxxis tubeless, plus légers que les Panaracer du Rondo. Les périphériques sont également de meilleure facture que sur le vélo polonais .

Je pars donc refaire le circuit de référence sur lequel je pourrais comparer les vélos. Au début j’évolue sur une piste vallonnée, mélange de terre et graviers avec quelques passages sur de petites pierres. J’ai roulé fourche bloquée et avec les pneus de 40 je n’ai pas ressenti le besoin de débloquer la fourche .

Ce gravel Santa Cruz est rigide et nerveux : un vélo comme j’aime. En montée on accélère et ça répond immédiatement. C’est particulièrement dans ces conditions que je ressens véritablement la différence du poids roulant. Les Easton sont vraiment plus légères et plus dynamiques, c’est un régal de relancer le vélo.

Sur le 1er secteur, après la partie piste, c’est la montée de 4,4 km sur route. J’ai presque tout fait en danseuse avec un bon braquet et c’était aussi efficace qu’avec mon Colnago SS. Et le chrono le confirme : meilleur temps sur cette montée avec 14’25 contre 15’29 », pour le Rondo carbone, 17’27 » pour le Rondo acier et 18’22 » pour le Fat. La fourche à suspension bloquée n’est donc pas pénalisante en montée quand on a un cadre et surtout des roues légères.
Pour le 2ème secteur « chrono », j’y suis allé cool car j’avais mal aux jambes suite aux jours précédents. Le 3ème secteur à profil descendant avec quelques secteurs de piste en faux plat montant avec des cailloux bien bloqués dans la terre battue. Cette partie secoue pas mal. Derrière, il y a une longue descente effectuée fourche débloquée.
25’13 » avec le Fat, 25’02 » Rondo acier, 26’08 » Rondo carbone et 23′ avec le Santa.
J’ai pu rouler à fond sur la partie défoncée sans me poser de questions et sans se faire brasser et dans la descente. Pas besoin de chercher à éviter les cailloux et j’étais beaucoup moins crispé sur les freins.

Ensuite j’effectue quelques kilomètres sur route pour constater qu’il file bien, que ce soit sur le plat ou en montée. Niveau comportement ce Santa est moins joueur que les Rondo ( peut être plus long ) il a un super rendement même avec la fourche suspendue. Il faut le brusquer pour en tirer le meilleur.

Gravel bike suspendus
Entre Fat et gravel titane vintage … ce Santa est tout aussi original

Niveau matos : il est équipé de pédales  Crankbrothers Candy c’est la 1ère fois que je les utilisais ( j’ai plutôt un petit faible pour les Egg beater chez Crankbrothers ). On sent bien la différence, le pied est posé plus stable dessus. Bonnes pédales pour faire du VTT mais aussi gravel.

Les roues Easton, constituent une grosse différence avec les modèles alu sans marque montées sur les 2 Rondo. Le poids en moins sur des roues, ça change tout ( mais ça on le sait ). J’aimerai bien tester les Rondo avec de bonnes roues légères.

Les pneus Rambler sont aussi efficaces que les Panaracer Gravel king sur le sec et aussi dans la terre légèrement humide / meuble ; que ce soit en motricité ou en tenue latérale dans les virages. Ils sont plus légers 377 g contre 488 g pour le Panaracer .
Autre différence, le Panaracer et plus dans le style On/Off : il tient en virage longtemps puis décroche, alors que le Rambler commence à glisser doucement, la glisse est plus facile à gérer. Je trouve que cela est peut être même un avantage dans les virages serrés.

Concernant l’intérêt d’une fourche à suspension sur un gravel, j’étais vraiment sceptique avant d’avoir essayé … J’ai refait le même tour mais en sens inverse le lendemain. Je suis super bien monté, j’ai même fait mon meilleur temps depuis que je fais ce circuit. Ensuite sur la partie faux plat défoncé, fourche débloquée, j’ai mis du braquet et j’ai seulement appuyé sur les pédales, je ne me suis pas posé de question pour éviter les pierres, ornières et pas besoin de ralentir car on se sent trop secoué.

Du coup pour moi cette fourche a de l’intérêt dans 2 cas : si on veut avoir 1 seul « beau »vélo pour faire de la route et piste / chemin avec du confort, cela peut se comprendre. L’autre intérêt est – si on aime ou si on veut rouler vite – aussi bien sur de mauvaises pistes ( on va dire, il y a les VTT pour ça ) que sur route ( dans ce cas un VTT est largué). C’est peut être « la » solution pour faire la différence en compét gravel par exemple.

Imma Su

8 COMMENTAIRES

  1. Il enfonce un peu des portes ouvertes non?! Etre moins secoué grâce à la fourche à suspension quand ça envoie, on le savait déjà!! Attention, l’eau ça mouille, sauf si on y touche pas.
    L’exercice méritait d’être fait et partagé néanmoins…

  2. Perso avant d’avoir un vélo orienté plus « route » j’utilisais un VTT en 26″ (11.5Kgs) pour des sorties mixtes autour de Grenoble avec par exemple 70 km de route pure, et 30km de chemins et singles, 2000m de dénivelé, je rentrais vraiment séché tellement le VTT était un « veau » sur les routes. Alors je serais curieux de connaitre le « compromis idéal » entre un vélo pas trop « mou » pour être bon sur route et pas trop « raide » pour ne pas être rincé par les passages TT…

    il est clair aussi qu’on ne parle pas du même niveau de gamme 😉

  3. J ai acheté un gravel cannondale slate il y a quelques mois avec une fourche monobras de 3 centimetres de débattement et des roues en 650b. Je dirais que la fourche apporte beaucoup de sécurité dans les descentes au terrain à accidenté. Je viens du monde du vtt mais j en avais marre de ramer avec des gros peux et une fourche qui pompe.. avec ce type de montage je peux tout faire même si j en ai une
    Utilisation plutôt basée sur des sorties courtes max 80km sur des sentiers cotier pleins de racines.

  4. Mise à part la forme du cintre, il n’y a pratiquement plus de différence avec un VTT semi rigide. Un « Cannondale F-Si Carbon » avec des pneus légers est tout aussi efficace même sur le bitume.

  5. Effectivement peu de différence entre ce gravel et un vtt semi rigide en 29P, pour ma part j’ai choisi vtt semi rigide léger et vélo de route carbone, je pense que le gravel sans suspension n’est pas adapté à ma région (vosges)

  6. Oui c est vrai mais je trouve le concept vélo à tout faire intéressant qd le terrain n est pas trop défoncé. Ds les single track et les mains en bas, la sensation de vitesse est bien plus intéressante qu en vtt..
    Pour moi c est parfait car je suis à 30 % sur les chemins accidentés mais pas défoncé et le reste du temps sur la route.

LEAVE A REPLY