C’était la grande annonce dans le petit monde du gravel en juin dernier : Cannondale vient de revisiter complètement son modèle « Allroad » : le Topstone. En effet, ce modèle en alu relativement abordable, a été l’oiseau rare du marché du gravel en France et en Europe … Il vient d’évoluer vers une version carbone, mais peut-on encore parler d’évolution pour ce vélo ? Il serait plus juste d’évoquer une révolution.

Ce modèle « Carbon » est un nouveau vélo, qui annonce chez Cannondale, le crépuscule du Slate qui va être arrêté. Avec son extrême polyvalence, ce petit nouveau risque même de venir manger des parts de marché au Synapse.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon, un vélo dont on va entendre parler en 2020 … Allez, on se jette à l’eau, on va l’essayer – photo Bike Café

Nous n’allons pas revenir sur ce que nous avions dit le 20 juin, en reprenant les infos diffusées par Cannondale au moment du lancement de ce vélo. On va supposer que vous les avez lues, et que vous avez atteint le niveau pré-requis, pour aborder cette suite. Les arguments marketing avancés par Cannondale, sont néanmoins intéressants à connaître, pour voir si les promesses sont atteintes.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon … il va falloir que je me force pour dire du mal de ce vélo … photo Bike Café

On va encore dire que je suis bienveillant lors de mes tests. Si vous attendez de moi des critiques sur ce vélo, je vous invite à arrêter ici la lecture de cet article, car je l’ai trouvé particulièrement réussi ce Topstone.

Kingpin n’est pas vraiment une suspension

On va tout de suite mettre les choses au point : le système Kingpin, qui est la principale nouveauté de ce Topstone Carbon, n’est pas pour moi une suspension. C’est un des arguments auquel je veux tout de suite tordre le cou. Ce mot a tellement de sens, qu’il en devient très flou : points de suspension, lustre accroché au plafond, arrêt de paiement, … Je vous sens vous même suspendus à ce que j’explique 😉

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Le système Kingpin, n’est pas pour moi une suspension.- Photo Bike Café

Dans le vélo, comme en automobile, une suspension est un système mou muni d’un rappel … basé sur des amortisseurs. Si vous appuyez de tout votre poids sur la selle de ce Topstone, la base arrière du vélo ne va pas s’enfoncer. Et pourtant je peux tout de suite vous faire part de mon gros coup de coeur pour le confort et la motricité de ce vélo qui sont réellement là et c’est totalement bluffant.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – Avec ses pneus de 37 ce vélo offre vraiment un confort que l’on ne peut obtenir qu’avec des pneus ayant une section bien plus large – photo Philippe Aillaud

Je ne peux expliquer ce mystère, et pourtant, avec ses pneus de 37 ce vélo offre vraiment un confort que l’on ne peut obtenir qu’avec des pneus ayant une section plus large. Là encore le marketing de Cannondale embellit l’histoire, annonçant un confort équivalent à celui obtenu avec un pneu ayant une section de 9mm plus large monté sur un vélo plus classique. Je vous laisse faire la part des choses : tout dépend du vélo et des pneus, ce n’est pas si évident.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – Alors si il n’y a pas de suspension pourquoi un tel confort ? .- photo Bike Café

Mais il faut avouer que on perçoit ce gain sur le Topstone, et on s’en réjouira car du coup, sur des pistes plates et sur route, cette section de 37 offrira un meilleur rendement. L’autre mystère, dont je n’ai pas encore la réponse, est la modulation selon les tailles du vélo, des couches de carbone annoncée au niveau du point d’ancrage du Kingpin. Quelle en est la tolérance, sachant qu’en taille M par exemple on aura des différences de poids notables entre les cyclistes ? Je pèse 65 kg et je roule en M, mais j’en connais qui ont 20 ou 25 kg de plus que moi. Quel sera l’apport de cette modulation en fonction de ces 2 poids différents ?

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon : le « flex » du tube de selle associé au design des bases arrières – photo Philippe Aillaud

Alors si il n’y a pas de suspension pourquoi un tel confort ? … Tout s’explique par le « flex » du tube de selle qui grâce au savoir-faire de Cannondale en matière de travail sur le carbone, qui a su articuler autour du pivot de ce Kinpin, les éléments du cadre qui subissent le plus les irrégularités du terrain. Cela représente à mon sens, au moins 70 % du gain de confort. Pour le reste, c’est le design des bases arrières qui améliore la filtration. L’expérience de Cannondale acquise sur le Scalpel a certainement profité à ce Topstone.

Un vélo techniquement à jour

Cannondale n’a pas hésité sur ce vélo, en adoptant les technologies les plus récentes. On va trouver notamment des axes traversants « Speed release » créés par Mavic que nous avions présentés sur Bike Café. Fini l’axe à retirer et à poser on ne sait où, lors d’une crevaison.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon : un vélo techniquement à jour – photo Philippe Aillaud

Cannondale n’a pas lésiné sur les supports d’accessoires. Il y a ce qui faut si on veut voyager et cette abondance démontre la recherche de polyvalence, souhaitée par Cannondale sur ce Topstone. Il existe des emports pour trois porte-bidons, des emports pour rack lowrider sur la fourche, des fixations pour des garde-boues à l’avant et à l’arrière, et un dernier emport sur le tube supérieur pour un sac d’alimentation.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – De nombreux points d’emports existent sur le cadre. Le cheminement des câbles en interne a été bien pensé au travers du généreux tube qui descend vers le pédalier – photo Philippe Aillaud

Le cheminement des câbles en interne a été bien pensé au travers du généreux tube qui descend vers le pédalier. La câblerie est guidée de bout en bout et si vous en souhaitez une tige de selle téléscopique, ce sera possible.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – Ce boîtier noir, est en fait un capteur de vitesse sans fil – photo Philippe Aillaud

Sur le moyeu avant on distingue un boîtier noir, qui est en fait un capteur de vitesse sans fil. Développé en partenariat avec Garmin. Ce capteur se synchronise via ANT + ou Bluetooth. Il se connecte à l’appli pour smartphone de Cannondale qui permet notamment d’enregistrer tous les kilomètres réellement effectués pour vous faire penser aux rappels de maintenance.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – Le serrage de la tige de selle caché dans le coin du cadre – photo Philippe Aillaud

Le dernier détail est le serrage de la tige de selle caché dans le coin du cadre et qui donne de l’élégance à cette partie du vélo.

Alors Topissime ou pas ?

L’essai s’est déroulé pendant 15 jours sur les pistes autour de la Sainte Victoire sur des parcours que je connais bien et qui m’offrent des points de comparaison avec d’autres vélos essayés ici sur les mêmes terrains.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – Philippe a pu également le tester – photo Bike Café

La prise en main de ce vélo est facile. Le premier constat est sa légèreté et sa vivacité dès les premiers coups de pédales. Je sors du Press Camp Mavic où j’ai roulé sur mon Caminade qui affiche 1 kg de plus, malgré les belles roues Mavic Allroad en carbone qui l’équipe. La différence est notable en relance, et sur les effacement de petites grimpettes.

Test du Cannoæ©ndale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – la montée de la tête du Marquis pour tester une montée instable – photo Bike Café

La géométrie du vélo n’est pas révolutionnaire si on examine ses cotes et ses angles. Elle est assez proche de celle d’un vélo de route d’endurance. La recherche de polyvalence chemins / route, est un compromis. Ce qui est certain, et je le constate rapidement dans les premières bosses, c’est qu’il n’y a pas eu de concession sur la rigidité latérale. Le tube descendant vers le pédalier est une belle « poutre » qui vient bien verrouiller le boîtier de pédalier.

Autant vous l’avouer je n’ai pas roulé dans la boue … En juillet il faisait très chaud ici à Aix, et j’ai surtout ramassé de la poussière sur les pistes rugueuses. J’ai attaqué la fameuse montée du Tholonet vers Bibémus (18%) sur terrain instable. Bien assis sur la selle, le vélo grimpe très bien : un bon point par rapport à d’autres vélos testés récemment. Dans les descentes, malgré les pneus de 37, le vélo passe les obstacles.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – La montée du Tholonet vers Bibémus (18%) sur terrain instable – photo Bike Café

L’avant n’est pas aussi confortable que l’arrière. On aura peut-être un jour des « Flexstem » sur nos gravel, pour économiser nos bras. Décidément, je préfère les freins Shimano aux Sram, je les trouve plus progressifs. L’Ultégra RX fonctionne parfaitement et le saut du 30 au 46 et inversement se passe très bien même au dernier moment.

Je me régale dans les montées et le confort est vraiment là. Sur les portions roulantes le vélo file, on attend presque avec plaisir les relances dans les petites bosses. J’ai voulu faire un test route en sortant avec mon club Cyclo Sport. Ce vélo se débrouille très bien il y a juste le 46 qui devient un peu petit si on veux tenir les roues dans un peloton de furieux. La polyvalence a un prix et il faut penser à l’usage voyage vélo chargé et dans ce cas le 46 sera mieux qu’un 50. Au passage, je précise que j’adore le look du pédalier Spidering de Cannondale.

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Le magnifique pédalier Spiderring – photo Philippe Aillaud

En conclusion

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon – On a le sentiment que ce Topstone peut nous emmener partout, comme ici sur le bords du canal de Marseille – photo Bike Café

Un des meilleurs vélo de gravel que j’ai pu rouler jusqu’à présent. Une parfaite polyvalence qui peut nous donner l’idée de lui donner le rôle d’une vélo unique pour la plupart des cyclistes : gravel, route, voyage, … On a le sentiment que ce Topstone peut nous emmener partout. J’aurais juste une réserve sur le guidon. Je pense que l’équipement cockpit SystemBar monté sur le modèle supérieur est bien meilleur. Son guidon en carbone fixé sur potence en aluminium offre de plus un beau look, et sans doute plus d’amorti sur des terrains cabossés…

Je pense que ce vélo va faire un « carton » dans le monde en pleine effervescence du gravel en France. Même si il reste un vélo « Américain » dans le concept, lié à l’usage sur les longues pistes US, il est tolérant sur nos parcours français plus accidentés. Les prix sont corrects, et même bien placés, donc ça devrait marcher pour Cannondale en 2020. Le vélo est déjà en commande dans les shops de la marque et il devrait séduire un public très large. Nous en tout cas il nous a séduit …

Galerie photos

Caractéristiques

Le modèle testé

Test du Cannondale Topstone Carbon - Bike Café
Test du Cannondale Topstone Carbon modèle Ultegra RX – Bike Café
  • Groupe Shimano ULTEGRA RX, 2 × 11, 46/30 Hollowgram SpideRing
  • Freins Shimano ULTEGRA Hydro 160/160 mm
  • Roues HollowGram HG22 Carbone, pneus de 25 mm de large
  • Pneus WTB Riddler TCS  700x37C
  • Tige de selle Cannondale SAVE Carbon, 27,2 x 350 mm (XS) L), 400 mm (XL)
  • Guidon Cannondale 3, alliage 6061 renforcé, flare de 16 degrés
  • Tige Cannondale 2, alliage 6061, 31,8, 6 °
  • Prix 3 799 € pour le modèle essayé
  • Tailles XS (48), S (51), M (55), L (58), XL (61)
  • Color Minuit (MDN)
  • Capteur de vitesse dans la roue avant

Infos sur le site 

9 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Patrick,
    Pourriez-vous me donner votre taille?
    Je mesure 1.83m et me suis posé sur le M et le L chez mon vélociste.
    Je trouve le L trop grand et suis mieux sur le M et mon vélociste est du même avis mais comme je suis de nature un peu « me pose trop de questions », pourriez-vous me donner votre ressenti avec ce Topstone après votre essai concernant la taille M?

    Le M ne serait pas plutôt un 56 ( Top tube de 56.1 cm) comme le prétend mon vélociste, revendeur Cannondale depuis 30 ans?

    Merci.

    Bien à vous et BIKE Café, super, je dévore chaque article 🙂

    Bien à vous.*
    *Laurent

    • Personellement je fais 1m78 / 65 kg … Hauteur de selle à partir de l’axe 74,5 … La tige de selle était déjà bien sortie (voir les photos) … Trop la sortir serait une erreur le flex se faisant sur le Twinpin et les bases arrières. Pour 1m83 le M devrait être limite mais voir votre poids et la hauteur de jambes. Votre vélociste est votre meilleur conseiller il convient de l’écouter.

      • Bonjour

        1,81 et 85 cm d’entrejambe.
        Sur le M il me reste 3 cm avant la limite de la tige de selle.
        La position sur le vélo est bien plus redressée qu’en route, conduite sur les cocotte avec priorité à la maniabilité.
        Sur le L, position plus plongeante type course, maniabilité bien redite, pas assez pour un gravel.
        Ce sont mes ressentis pour avoir essayé les deux en statique chez un revendeur. Son avis : le M

  2. Bonjour Patrick,
    Apres le test semaine dernière du Graxx y a t il moyen de départager ces deux velos sur la caractéristique du confort ? J’avoue que mon coeur balance entre ces deux machines entre la petite entreprise française et le geant Cannondale. Par contre avez vous pu peser le Topstone Carbone il n’y a aucun poids donne sur le site de Cannondale. Merci encore de vos articles et vos avis toujours pertinents.
    Amitiés cyclistes.

    Emmanuel

  3. Bonjour,
    Merci pour ce test complet !

    Comme mentionné un peu plus haut par une autre personne, serait il possible d’avoir un comparo entre ce topstone et le graxx d’origine ?

    Merci d’avance

    • Je n’aime pas faire des tests comparatifs pour plusieurs raisons la principale étant que je n’utilise pas ces vélos en même temps sur les mêmes parcours. Le Graxx je l’ai eu 3 semaines et j’ai fait une épreuve gravel avec dans les Maures. Le Topstone seulement 15 jours sur des sorties balades dans le massif de la Sainte Victoire et sur la Routo. Bike CAfé n’a pas les moyens de faire du comparatif honnête. Nous n’avons pas les moyens humains et financiers. Désolé de ne pas pouvoir répondre à votre demande. J’ai aimé ces 2 vélos je n’ai pas eu assez de temps sur le Tostone j’aurais voulu faire une bikepacking avec par exemple …

  4. Je comprends tout a fait.
    Merci d’avoir pris le temps de répondre cela dit !

    Ma question concernait surtout la polyvalence des ces deux machines : Dans votre test du Graxx il est mentionné un comportement proche de l’open U.P (qui est une référence en matière de polyvalence selon moi). C’est le principal argument que je recherche d’ou ma question puisque l’on est sur le même segment de marché avec ces deux vélos.

LEAVE A REPLY