Annonce
Annonce Brutal Salety Energy Holyfat

AccueilDÉCOUVERTESLa contrainte du confinement et le jeu de l’épuisement : Wandrer Earth

La contrainte du confinement et le jeu de l’épuisement : Wandrer Earth

 C’est long un confinement. Et que dire de deux, trois ?… Alors on peut tenter d’en jouer, d’en profiter pour réfléchir à ce que ces contraintes nous suggèrent. Par exemple avec l’épuisement progressif et réducteur du territoire, tel qu’il pourrait se visualiser. Cette surveillance des endroits inexplorés est possible avec Wandrer Earth.

Wandrer Earth est un nouveau venu dans ma palette d’applications « vélo ». Je l’ai découvert en regardant les enregistrements Strava d’un athlète Berlinois, Gérald Hildebrandt, il y a un mois environ. Gérald est un bon cycliste, avaleur de kilomètres  puisqu’il a terminé 24ème du dernier Paris – Brest – Paris. Régulièrement je voyais s’afficher des chiffres ridicules : « 👍 1.54 new kilometers »… Cela me semblait une poursuite bien vaine et lente pour un cycliste de sa trempe. J’étais interloqué et dubitatif.

C’est quoi Wandrer Earth ?

Wandrer Earth se définit comme un jeu d’exploration où on gagne des points lorsqu’on va où on n’était pas allé auparavant. Découvrir des coins cachés, maîtriser son territoire en une quête infinie …

Avec le second confinement est revenue la contrainte 1h / 1km, désormais bien connue et tellement détestée. Du coup, j’ai compris l’intérêt de Wandrer Earth devant cette contrainte oulipienne. Et j’ai donc créé mon compte, pour voir.

Wandrer Earth se nourrit généreusement de Strava et le nourrit, (sommairement) en retour. Toutes les activités « vélo » sont récupérées. Et le territoire se couvre peu à peu des routes parcourues, pour mieux visualiser également ce qui reste à découvrir. Le jeu devient un beau prétexte en période confinée, du coup.

La création du compte est gratuite. Vous êtes limité à vos 50 courses les plus récentes. Pour obtenir vos trajets complets (et plus de fonctionnalités) il en coûtera 30 $ US / an . Il faudra juste autoriser dans Strava l’accès à la nouvelle application et c’est parti. La première fois, lors de la création du compte, il faut quelques minutes, (des heures peut-être pour les comptes ayant plus d’ancienneté et de kilomètres que moi ?) pour alimenter Wandrer Earth. Puis, une fois l’importation terminée, on a accès à ses cartes…

La carte s’enrichira à chaque sortie enregistrée sur Strava. Et c’est dans le détail que l’expérience s’enrichit. À chaque sortie de vélo ayant donné l’occasion de parcourir de nouvelles routes, Wandrer vous le signale, chiffres et couleurs à l’appui :

Et peu à peu, le pourcentage parcouru sur la commune augment. Au début, arriver à « finir » un territoire semble facile. On va chercher les petites rues oubliées, les sections encore en rouge.. On va tracer des parcours qui iront traquer ces zones encore vierges de nos coups de pédales… Les obstacles arrivent rapidement : Petits bouts de chemins infranchissables, routes « privatisées »…

Annonce

Wandrer Earth
Cette petite icône multi-feuilles permet de choisir d’afficher seulement les routes parcourues (en bleu) ou également les routes restant à découvrir (en rouge) …

C’est drôle, ça fait découvrir des coins qu’on ne connaissait pas. Une sorte de « geocaching des routes »… Et puis il y a les routes qu’on pense découvrir, pour se rendre compte qu’en fait on y était déjà passé il y a quelques années.

Alors : pourcentage d’épuisement ou d’enrichissement ? Tourner en rond ou explorer aussi loin que possible ?

En tout cas, on se régale à lire et relire ces courbes, ces traces, rouges ou bleues.

L’incroyable quête de Gérald

Wandrer Earth
Impressionnante vision du territoire sillonné par Gérald

Et puis il y a les champions. Les dingues de l’épuisement. Les perfectionnistes, comme Gérald Hildebrandt.

Wandrer Earth
Gérald a repeint sa ville en bleu …

Wandrer Earth
En cherchant bien il reste quelques traces de rouge

Voici par exemple ses traces Wandrer Earth. Il est est en train de réussir un exploit formidable en épuisant peu à peu TOUT Berlin !

François Méroth

Annonce
Rédaction Bike Caféhttps://bike-cafe.fr
La rédaction de Bike Café vous propose de nombreux articles issus de communiqués qui nous parviennent via les agences de presse des marques, de organisateurs, des clubs, ... et de tests réalisés par nos rédacteurs. Nous en faisons une sélection pour vous informer régulièrement de l'actualité.

6 COMMENTAIRES

  1. Étant toujours a la recherche de nouveaux chemins, je trouve l’idée très sympa. Mais est il possible de définir certains tronçons comme inaccessibles pour éviter les frustrations et tenter l’impossible pour les parcourir ?

  2. De la part de François : Bonjour. Merci de votre commentaire et de votre remarque, fort judicieuse. Craik Durkin, qui gère les fonctionnalités de Wandrer Earth, est réactif et attentif aux remarques. Nous lui avons demandé comment « signaler des portions de routes » comme impraticables et nous indiquerons la réponse en commentaire sur cet article, dès que nous aurons un retour.

  3. Bonsoir.
    J’ai obtenu la réponse de Craig Durkin, que je traduis ici :
    « (…) La meilleure façon de le faire est de changer la route sur OpenStreetMap lui-même: https://openstreetmap.org – (…) aller à la route en question sur OpenStreetMap et ajouter un « accès »=> »privé » tag.
    Toutes les données de Wandrer proviennent d’OpenStreetMap, et je fais régulièrement des mises à jour de la base de données routières pour apporter de nouveaux changements. La prochaine mise à jour est prévue pour le 2 décembre.
    Merci
    Craig

  4. Très sympa pour découvrir des trajets autrement, explorer des coins que l’on rate souvent, et ce même a quelques rues de chez vous… Mes trajets vont s’allonger de jours en jours!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez tous les lundis matin l'actualité de Bike Café dans votre boîte aux lettres !

Merci pour votre inscription !