L’an dernier ils étaient une poignée sur les pistes catalanes. Pour cette deuxième édition c’est une bonne cinquantaine de cyclistes qui sont venus cette année en débattre sur la Gravel 66. Avec l’apparition de manifestations du même type en métropole et surtout une épreuve de Gravel au Roc d’Azur on ne peut que constater la montée en puissance de cette nouvelle discipline dans le monde du vélo.

Track & News
Le départ de la Gravel 66 – photo ©Jide

Reprenant le principe du vélo en toute liberté, la société Caminade proposait un événement gratuit. Pas de balisage, ni de ravitaillement juste une trace GPS mise à disposition de chaque inscrit. Cette année les organisateurs avaient prévu 2 parcours. Le premier de 66 miles (106 km) et près de 3100 m de D+ pour les plus gourmands  et l’autre de 66 km pour les plus pressés.

Un savant mélange entre pistes DFCI, sentiers, singles et de belles routes de transition fort agréables dans les descentes.

Track & News
Sous le regard bienveillant du Canigou enneigé – photo ©Jide

Avec un temps un peu frais au départ mais qui s’est réchauffé au long de la journée, ils ont pu profiter d’un beau soleil et du magnifique massif du Canigou, en oubliant même parfois la Tramontane

Contrairement à l‘année précédente où il y avait eu un départ commun avec les vététistes les participants du deuxième gravel 66 partaient seuls le samedi matin, alors que la Garoutade était proposée le dimanche matin.

Track & News

Un départ en commun à 9 heures pour une course en totale autonomie. Chacun son allure, sans chronométrage, ni classement. Tous les participants avaient reçu le tracé GPS de la part des organisateurs lors de leur inscription. Ensuite, les groupes se sont formés au gré de la forme et du bon vouloir de chacun. Heureusement, tous sont arrivés en bonne santé et à bon port pour partager en commun un bon repas chaud au retour de la randonnée.

Une visite des ateliers de la société Caminade était même organisée le soir à 18 heures.

Track & News

C’est donc une grosse cinquantaine de concurrents venus d’un peu toute la France, et même d’Espagne et de Belgique, dont 6 féminines qui ont répondu à l’appel de Brice Epailly et Sylvain Renauf que l’on retrouvait présent sur leur vélo « Expresso » au milieu du groupe pour partager cette nouvelle expérience. Un beau peloton composé à 90% de vélos typés « gravel » ce qui est une preuve supplémentaire de l’essor de cette pratique.

Des participants et des organisateurs enchantés …

Vincent Rippe

Track & News
Vincent Rippe  D+BIKE LE SOLER (66) qui roule sur un Genesis « Croix de fer » en acier – photo ©Jide

« J’ai fait le parcours de 70 km, il était vraiment top et correspondait bien à ce que l’on attend du gravel ; de belles pistes bien roulantes, des petites routes sinueuses, un petit single le long du canal mais roulant et surtout les paysages magnifiques. Vraiment une belle journée et une belle édition et en plus cette année nous étions un vrai peloton, contrairement à l’an dernier où nous n’étions qu’une poignée.« 

Track & News

NOTA : Vincent m’a donné l’autorisation de mettre sa vidéo sur le site pour illustrer l’article

Wilfried Biosca

Track & News
Wilfried Biosca  de  Corbères  66, le local de l’épreuve, roule sur un Giant Cyclo Cross TCX Carbone, un peu rigide à son avis – photo ©Jide

« C’est un très beau circuit, idéal pour la pratique du gravel. Il faut dire que depuis quelques années le conseil départemental a ouvert beaucoup de pistes DFCI nous offrant ainsi un terrain de jeu parfaitement adapté à cette discipline. C’est vrai que pour moi ces circuits font parti de nos classiques à l’entraînement, mais pouvoir les partager avec les autres est un grand moment de bonheur. Profiter de ces nombreux panoramas sur le Canigou enneigé a enchanté les participants venus des diverses régions de métropole. En plus, un juste équilibre entre chemin et route ; avec des tronçons peu nombreux et surtout pas trop longs, juste pour faire une liaison pour retrouver une piste ou un single. Je pense juste qu’il faut faire attention aux développements des vélos car le dénivelé a fini par piquer au bout d’un moment. L’année dernière nous étions une poignée, cette année plus de cinquante ce qui me fait dire que le gravel se découvre petit à petit et représente l’outil idéal pour passer partout. Ce vélo me permet de découvrir nos régions de France (côte basque côte d’opale, la région parisienne, Strasbourg, Allemagne, Corse…). en enchaînant routes, chemins et pistes cyclables. C’est un peu un « vélo couteau suisse ». »

Benjamin Girardin

Track & News
Benjamin Girardin – Rambouillet 78 – qui roule sur un Haibike Noon cadre alu fourche carbone sur lequel j’ai installé des roues tubeless équipé en Shimano 105 et disc mécaniques. – photo ©Jide

« Tout s’est très bien passé, les gens du coin étaient très agréables et très accueillants. En plus j’ai enfin eu du beau temps avec du soleil et les parcours étaient majestueux, avec un vrai équilibre entre les différents revêtements. Tout était au rendez-vous, tout était parfait pour me donner envie de revenir l’an prochain et cette fois de prolonger le séjour. Car cette année, j’ai juste fait l’aller retour de Paris en train. J’ai juste eu le temps de visiter l’atelier de Caminade avant de prendre le train de nuit pour rentrer, sûrement plus fatigant que la randonnée. »

Fred Caulier

Track & News
Gaëlle Caccia et Fred Caulier – MRG Bike Leucate 11 – qui roulent tous les deux sur Cannondale Slate en aluminium – photo ©Jide

Gaëlle

« C’était un grand baptême pour moi car troisième sortie avec le Gravel et quelle sortie. Je crois ne pas avoir fait plus de 40 km avec 300 d+ avant ça. Sinon les paysages étaient magnifiques avec le Canigou en toile de fond, l’air de la montagne, les amandiers et je crois des cerisiers en fleurs roses … un régal pour les yeux !

J’ai quand même, je l’avoue, un peu (beaucoup) souffert et c’était dur mais je suis fière de l’avoir terminé et d’avoir partagé ça avec mon amoureux. Je pense revenir oui ! Pour une fois qu’il y a un événement dans ma région et à 1 heure de chez moi ça serait bête de ne pas y aller. En plus c’est l’occasion de découvrir de nouveaux parcours et de rencontrer des passionnés de la pratique !

La répartition des revêtements  était idéale. On a alterné de belles pistes, des portions bitumées ou type Gravel,  des descentes rapides et pas trop techniques non plus, un single amusant, technique, joli … je rêvais d’une longue descente en bitume sur la fin car je commençais à fatiguer et mon vœu s’est exhaussé.

Pour ma part c’était dur. Je ne suis pas forcément en super forme en ce moment mais c’est tout de même exigeant de part le dénivelé et en Gravel 106 km ça commence à faire d’autant plus que même en descente on laisse un peu d’énergie (crispée, concentrée). Les parties sur le bitume faisaient du bien pour récupérer un peu. J’ai eu du mal avec le 36 car il y avait des parties raides par moment.

Mais, vivement le prochain. »

Fred 

« Belle sortie, joli parcours j’ai eu une crevaison de la roue avant dans la descente la plus caillouteuse au 45ème km , j’ai mis une chambre à air et ç’est reparti, même pas besoin de démonter la roue car j’ai une Lefty. Au niveau de la répartition des revêtements j’ai trouvé cela complet, un peu de tout, principalement des pistes roulantes en montée avec des forts pourcentages des fois, des descentes sur bitume principalement, mais une sur piste bien caillouteuse pas gênant pour autant, ça a un côté fun !!! Et un joli single le long du petit canal d’irrigation qui était très sympa et joueur.

Au niveau de la difficulté du parcours cela reste un parcours exigeant car un d+ de 2450 et 106 km cela commence à faire pas mal en Gravel ; il vaut mieux être un minimum préparé. Je retiens que c’était dur mais surtout qu’il y avait des paysages sublimes et de toute beauté avec le Canigou enneigé et ce soleil : trop beau … Et aussi un  parcours varié et des gens sympathiques sur l’ensemble du parcours. À refaire pour ma part »

Brice Epailly

Track & News
Brice Epailly (à gauche)  – organisateur qui roule sur un Expresso Caminade acier. photo ©Jide

« Je suis très satisfait de cette édition qui est pour moi une belle réussite. Et oui, on va effectivement reconduire la gravel 66 en 2017 d’autant que le phénomène monte en puissance. Nous allons aussi continuer nos autres évènements sur Paris ; ce sera bientôt la Gravel Grand Paris n°4  qui attire aussi régulièrement une cinquantaine de personnes. Nous allons aussi réfléchir sur un autre évènement Gravel dans le département quand les températures seront plus clémentes. Et puis nos ateliers Caminade sont ouverts à tous dans la semaine à Ille-sur-Têt pour parler du beau vélo à la française. »

Dominique Grégoire

GREGOIRE
Dominique Grégoire de Massy  91 – photo ©Jide

« Je suis venu en train de Paris avec mon Caminade Expresso en acier tout neuf, juste pour la Gravel 66. C’est vraiment un vélo adapté à ce type de terrain et à cette discipline. En plus on a eu le soleil et les paysages étaient magnifiques.« 

1 COMMENTAIRE

  1. Pour les adeptes de cette nouvelle discipline, je recommande la Caretera Austral au Chili , que je viens de parcourir ! Voir mon blog  » henripatagonie.blogspot.com » , une vraie epreuve pour le materiel et pour le bonhomme!

LEAVE A REPLY