Plus de 800 cyclos ont participé samedi 12 mars à la 1ère édition du Paris-Nice Challenge. Un défi que nous avons relevé sur le grand parcours dans un décor fabuleux ! Baptême réussi pour cette première édition. Avec une participation de 500 cyclos sur le parcours de 123 km et un peu plus de 300 sur le parcours de 96 km, l’objectif est atteint.

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Le concept de ce Paris-Nice Challenge consistait à parcourir l’essentiel de la dernière étape du Paris-Nice, la veille de la course des pros. Une sorte d’ « Etape du Tour » du début de saison avec toutefois une nuance de taille : le Paris-Nice  Challenge était une randonnée avec juste 2 ascensions chronométrées (les montées de Duranus et de Peille) alors que l’étape du Tour est une véritable cyclosportive avec un classement à l’arrivée. La nuance est d’importance car certains n’étaient même pas informés de cette particularité. Ils l’ont appris lors du retrait des dossards au village de la course. Avec plus d’une trentaine d’exposants, de nombreuses animations et un écran géant pour suivre le direct de la course pro, ce village permettait déjà de mesurer la portée de l’événement.

Deux départs séparés d’une heure

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Pour notre part, nous avions choisi – une fois n’est pas coutume – de nous confronter au grand parcours. L’hiver a été relativement doux, l’entraînement correct et puis 27 km de différence entre les deux parcours, ne semblait pas insurmontable. C’est donc à 8 h que le départ a été donné de la promenade des Anglais par Christian Estrosi, le Maire de Nice et récent Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, comme pour les pros le lendemain …

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Les concurrents du parcours de 96 km avaient le droit à une heure supplémentaire de sommeil puisque le coup d’envoi était fixé à 9 h. L’épreuve semblait bien née puisque c’est sous le soleil que toute la randonnée allait se dérouler ! Autre fait marquant : 20% de ces cyclos inscrits étaient étrangers, représentant 25 nationalités différentes ! Les Anglais, les Belges et les Italiens étant les plus nombreux au départ.

Pros, ex-pros et athlètes au départ

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Le départ du circuit longeait la mer le long de la promenade des Anglais et la platitude du tracé laissait craindre un départ sur les chapeaux de roues. D’aurant plus que l’on relevait parmi les partants, la présence du pro de la FDJ Yoann Offredo, de l’ex-pro Christophe Le Mével ainsi qu’une escouade de journalistes étrangers et français venus tester les dernières roues Mavic. Heureusement il n’en était rien, l’allure restait comprise entre 35 et 40 km/h et l’on se surprenait même à pouvoir discuter. Fait rarissime sur les cyclosportives … Il faut aussi dire qu’en plus de l’absence de classement, il régnait un fort vent de face pour remonter la plaine du Var. Suffisant pour calmer les ardeurs de ceux qui voulaient conserver des forces pour les ascensions chronométrées.

Sur le second parcours, c’étaient les anciens athlètes Stéphane Diagana et Marc Raquil – ambassadeurs de prestige de l’association Mécenat Chirurgie Cardiaque – ainsi que l’ancien cycliste pro Geoffroy Lequatre qui étaient les participants les plus connus.

La course des pros en toile de fond

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Très vite, les premiers faux-plats menant vers Utelle allaient disloquer les pelotons. Surtout qu’une première chute se produisait lors d’un rétrécissement avant le passage sous un tunnel. Ils étaient tout de même encore près d’une centaine à aborder en tête les 3,9 km à 4,3 % de la montée de Duranus. Bien sûr, avec un tel patronyme, ceux qui n’étaient pas trop essoufflés s’en sont donnés à cœur joie pour exprimer leur humour …

Mais très vite, la descente exigeait une grande concentration. Les virages en épingle se succédaient et les plus « lourds » et les plus adroits prenaient un malin plaisir à faire la course même si bien sûr, aucun enjeu ne justifiait ces prises de risques. Mais après tout, le maître mot de cette randonnée était le plaisir alors … Les ravitaillements étaient nombreux et bien situés et finalement on arrivait très vite à l’épouvantail de la journée : la grimpée de Peille, où la course pro promettait de se décanter demain.

Un décor exceptionnel

Track & News
photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Avec ses 6,5 km à 6,9 %, cette ascension était de loin la plus exigeante des 2 circuits. D’autant plus qu’elle survenait en fin de parcours. Si le lendemain, Contador s’est envolé sur ces pentes, pour notre part, nous sommes restés collés au bitume sur un braquet de 34 x 28… Il est vrai que le circuit de Longchamp dans le bois de Boulogne ne constitue pas le meilleur entraînement pour ce genre d’escalade… En revanche, une fois au sommet, quel décor ! Le village perché de Peille est tout simplement splendide et la longue descente vers Nice allait encore nous réserver un point de vue inoubliable avec le village d’Eze qui se superpose avec le bleu de la Méditerranée. Et contrairement aux pros, nous n’avions pas à grimper le fameux col d’Eze. Il nous restait juste à profiter de la longue descente sur la moyenne corniche pour rallier Nice et sa fameuse promenade.

Bref, pour cette première cyclo de l’année, les participants ont pu profiter d’une découverte exceptionnelle de cette « French Riviera » sous une météo printanière et dans une ambiance conviviale puisque l’absence de chrono en a détendu plus d’un …

Track & News
A l’arrivée une belle médaille attendait les « finishers » …

A l’arrivée une belle médaille attendait les « finishers » mais sans la traditionnelle « pasta party » comme sur l’étape du Tour. Il est vrai que le tarif d’inscription était bien moins cher (25 et 30 euros). On a donc qu’une hâte, être de nouveau au rendez-vous de la seconde édition, en mars 2017 !

Des coureurs de 400 qui ont un sacré coup de pédale

Track & News
Marc Raquil et Stéphane Diagana ont participé au Paris – Nice Challenge sous les couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque – photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Marc Raquil, ambassadeur de Mécénat Chirurgie Cardiaque : « Je fais du vélo depuis longtemps et je suis très fier de représenter l’association Mécénat Chirurgie cardiaque sur le parcours de Paris – Nice Challenge. Le vélo est un effort pur et très sollicitant physiquement, je pense qu’il y a beaucoup de similitudes entre ce sport et notre association. Je me sens privilégié de pouvoir faire une partie de la course que les pros emprunteront demain car je suis admiratif de ces champions ».

Stéphane Diagana - photo ©A.S.O/J.Everaerdt
Stéphane Diagana – photo ©A.S.O/J.Everaerdt

Stéphane Diagana, ambassadeur également de Mécénat Chirurgie Cardiaque est passionné par le vélo. Il pratiquait déjà ce sport alors qu’il était encore athlète de haut niveau sur 400 m haies. « En fait j’ai découvert le vélo comme beaucoup d’athlètes lorsqu’on est blessé notamment au niveau des mollets et que l’on veut garder sa condition cardio. Le vélo c’est formidable pour cela et je l’ai utilisé même lorsque j’étais athlète de haut-niveau. En 2003 alors que j’étais encore en activité sur le tour de piste j’ai fait la traversée des Pyrénées avec 3 potes. Aujourd’hui je roule 5 à 6000 km par an et j’ai participé l’an dernier à l’étape du Tour cyclo organisée par A.S.O. »  

Voir l’interview de Stéphane réalisé par Patrick et qui témoignage de sa passion pour le vélo.

 

Plus d’informations sur www.parisnicechallenge.com

Campagne Radio Cyclo Trail

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here