Nous avons souvent envisagé de refaire le montage d’une roue, mais chaque fois nous avons repoussé le projet à plus tard … Il faut dire que cela parait a priori compliqué et que du point de vue économique ça semble discutable. Il y a du vrai … et du faux face à cette apparente complexité.

Bike Café
Ces beaux moyeux Campa piste vont recevoir de nouvelles jantes à pneus … – photo ©PDM

Suite au troc d’une paire de jantes neuves contre quelques pièces qui étaient en surnombre dans un tiroir, l’interrogation s’est à nouveau posée. Nous n’aimons pas trop les jantes à boyaux au Bike Café, par contre nous adorons les anciens moyeux. Des Campa grandes flasques « pista », montés sur une paire de ces roues boyaux accrochées depuis un moment à un clou de l’atelier, nous faisaient de l’œil. Ces petits bijoux ne pouvaient rester plus longtemps à attendre dans la poussière. Ni une, ni deux : on démonte, on nettoie et on remonte l’ensemble sur les jantes neuves.

En préambule à cette cérémonie de mariage entre ces beaux moyeux et ces jantes récupérées, il convient de vérifier qu’ils sont faits pour vivre ensemble en s’assurant de la parité des perçages. La réutilisation des anciens rayons peut passer pour un pari. La roue que l’on démonte, c’est ici le cas, a été peu utilisée, les rayons ne sont pas en acier zingué ordinaire, ce sont des DT Swiss inox encore en parfait état. La hauteur de jante étant identique, on jouera la carte du réemploi des rayons.

Avec un jeu de rayons neufs de bonne qualité, une paire de jantes et des moyeux d’occasion auxquels il convient d’ajouter quelques heures de main d’œuvre : les quelques euros d’écart ne sont pas forcément incitatifs par rapport à des roues neuves. Mais peut-on comparer à l’offre actuelle le plaisir de rouler « vintage » ?

Travail compliqué ?

Il existe de nombreux sites expliquant par le détail le montage d’une roue. Nous avons une préférence pour celui de Sheldon Brown. Bien structuré, il est clair et complet aussi bien sur les aspects pratiques que théoriques … et en plus il a été traduit en français : http://mgagnon.net/velo/roue_montage.fr.php

Cet article n’a pas l’ambition de rivaliser avec le savoir-faire d’un professionnel, son objectif est d’expliquer simplement le principe de construction et le processus de montage dans le cadre d’une application pratique.

Avant de démarrer l’aventure …

Les jantes : inutile de perdre votre temps avec une jante qui a trop vécu. On élimine les jantes dont les pistes de freinage sont creusées et dont les bords sont tordus. Ce sont celles que l’on trouve trop souvent d’occasion.

Les rayons : si l’on joue la réutilisation des rayons, une vérification de la longueur est indispensable par rapport à la nouvelle jante.

On s’assure que tous les écrous se vissent correctement sur chaque rayon (attention aux filetages ou aux rayons endommagés ou encore aux pas de vis incompatibles)

Deux sites parmi d’autres permettent un calcul automatique de la longueur des rayons dans le cas de l’achat :

Il est recommandé de relever soigneusement les cotes afin d’en déterminer la bonne longueur. Vous aurez besoin de rayons de différentes longueurs suivant la roue avant ou arrière, côté droit ou gauche.

Les moyeux : là aussi, on évitera de remettre dans le circuit un moyeu qui a trop vécu. Une remise en état complète s’impose toujours (voir notre article sur le sujet)

Un peu d’outillage, quelques fournitures …

Une clé à rayons, un jeu de clés à cônes, un banc de centrage fait maison à partir d’une fourche. En option un tensiomètre à rayons que l’on peut emprunter. Quelques spécialistes s’en passent sur un montage classique, mais maintenant cet outil est devenu presque indispensable pour vérifier les tensions recommandées par les constructeurs.

Du côté des produits, il faut prévoir un dégraissant, un pinceau, une brosse, un récipient et des chiffons. Un tube de graisse pour le montage des rayons. Chez Alex Singer, tradition oblige, les rayons sont enduits de suif sous la tête et sur le filet.

Suivant le cas on démonte …

Sur la roue avant rien à démonter avant de séparer la jante du moyeu. Ce n’est pas le cas de la roue arrière où il faut toujours démonter la cassette avant toute autre opération. Dans le cas du réemploi des rayons une petite goutte d’huile à la burette va faciliter le dévissage sinon on prend l’option cisaille. La jante se trouve séparée du moyeu. Le moyeu que l’on va conserver va entrer dans la phase de remise en état.

Tout est prêt : on remonte …

Quatre bottes regroupent les rayons par longueur. Sur le plan de travail : la jante, le moyeu, les rayons, les écrous de rayons, un stylo feutre et une clé à rayon. Le feutre permet de repérer l’emplacement des rayons par nappe préalablement au montage.

Rayons de tête et rayons de queue

Bike Café
croquis ©PDM

Si vous avez lu Sheldon, vous avez compris qu’il y a 4 nappes de rayons par roue. Deux nappes d’un montage différent côté droit de la roue, deux autres côté gauche. Les rayons se croisent en plusieurs endroits, mais aussi peuvent passer l’un au dessus de l’autre ainsi on parle de « tissage » ou de « laçage » suivant les manuels.  Le côté droit du vélo est celui où se trouve la chaîne.

Deux nappes sont en opposition de chaque côté de la roue : nappe de rayons de tête et nappe de rayons de queue. (on parle sur certains manuels de « rayon tracteur » ou « rayon pousseur ».Terme plus que discutable car un rayon ne pousse rien.

Si l’on tire chacun des rayons par leurs écrous, les rayons de queue vont entraîner le moyeu dans le sens inverse de rotation de la roue, les rayons de tête dans le sens de rotation de la roue. Les nappes rayons de tête sont extérieures au moyeu et leurs têtes sont à l’intérieur. Les nappes rayons de queue sont à l’intérieur du moyeu, leurs têtes à l’extérieur. Cette disposition facilite le montage, réduit le risque de frottement entre rayons et pignons au moment de l’effort. Mais certains monteurs font l’inverse.

Rayon maître

Parce qu’il faut bien commencer : c’est toujours par la nappe droite des rayons de queue et du rayon maître que l’opération débute. Le rayon maître, par construction est toujours dans cette nappe. C’est le premier rayon qui devra être monté. Vous n’avez pas de droit à l’erreur sur la position de ce rayon maître, elle est déterminante pour la suite. Mal positionné : le trou de valve sera difficile d’accès pour la pompe, les rayons seront en croisement entre jante et moyeu et n’assureront pas une bonne tenue de la jante. La position du rayon maître est déterminée par le type de perçage de jante, perçage à droite ou perçage à gauche.

Jante perçage à droite, à gauche

Jante perçage à droite, perçage à gauche - croquis ©PDM
Jante perçage à droite, perçage à gauche – croquis ©PDM

Les trous qui reçoivent les têtes de rayons sont percés alternativement à droite et à gauche de part et d’autre de la ligne médiane du fond de jante. Si le trou pour la valve est bien sur cette ligne, suivant l’emplacement où il a été percé on obtient deux modèles de jantes : jante percée à droite, jante percée à gauche. La conséquence est une position différente du rayon maître par rapport au trou de valve. Une grande majorité de jantes sont produites maintenant avec perçage à gauche. Cela n’a pas toujours été le cas. Une vérification s’impose. Certaines jantes sont percées en leur milieu comme le trou de valve. La position du rayon maître doit être respectée lorsque les trous on un perçage orientés, si c’est un œillet par convention on positionne le rayon maître comme pour une jante percée à gauche. L’étiquette se trouve en principe sur le fond de jante.

Moyeux

Track & News

Sur les moyeux, les perçages dans les flasques droite et gauche sont décalés. Un rayon glissé dans l’un des trous d’une flasque viendra buter sur la flasque opposée. Le moyeu est marqué sur sa partie centrale (gravure ou étiquette).

Nous avons passé en revue toutes les pièces déterminantes et leur singularité. L’assemblage est classique, il est décrit pour une roue de 36 rayons « croisés à 3 « . Les points différents pour une roue montés en 32 rayons sont précisés.

À droite, à gauche …

Attribuer le côté droit à une roue c’est définir son sens de rotation. Facile pour le moyeu arrière puisque le filetage supportant la roue libre détermine la droite, c’est un détrompeur infaillible. Pour le moyeu avant s’il n’y a pas de frein à disque (fixé sur le côté gauche) c’est le marquage qui va décider du sens de montage.

Les marquages

Gravures ou étiquettes, la bonne position des marquages est l’indice d’un travail professionnel. Par convention les marquages jantes et moyeux doivent être lisibles par le côté droit du vélo, pour certains monteurs par l’avant. Le marquage de la partie centrale du moyeu doit être visible par le trou de valve. Pour les jantes, on doit pouvoir lire la marque, dans le bon sens de lecture, par le côté droit et les mains sur le guidon. A défaut de marque, un coup de feutre par convention sur un bord de jante ou sur un côté du moyeu deviendra le repère du côté droit. Il évitera par la suite la confusion lors du montage.

La position du rayon maître

Bike Café
La position du rayon maître face au côté droit de la roue – croquis ©PDM

Sur le moyeu : on commence par enfiler le rayon maître par l’extérieur du moyeu dans l’un des trous de la flasque. Le trou est choisi pour qu’une fois le rayon tendu et le moyeu en position, la marque du moyeu soit lisible par le trou de valve. La tête se retrouvera à l’extérieur du moyeu.

Sur une jante percée à droite : le rayon maître devra passer par le premier trou à droite de celui de la valve .

Sur une jante percée à gauche : le rayon maître devra passer par le second trou situé à droite du trou de valve.

Par conséquence, ce rayon maître sera bien en tension sans croisement droite/gauche entre moyeu et jante.

Montage des rayons de queue côté droit

Bike Café
Montage des rayons de queue côté droit face au côté droit de la roue- croquis ©PDM

Le rayon maître est positionné. il vous reste à monter huit autres rayons avec leurs écrous. Pour une roue de 32 rayons il en restera 7.

Les rayons dans la flasque du moyeu sont placés avec un trou d’intervalle. Sur la jante ils sont placés avec 3 trous d’intervalle ( pour une roue de 32 rayons c’est 4 trous). Les têtes de rayon sont extérieures.

En voici terminé pour la nappe rayons de queue de droite et son rayon maître, on passe avec la seconde nappe rayons de queue côté gauche de la roue.

Montage des rayons de queue côté gauche

Bike Café
Position du premier rayon de queue gauche face au côté gauche de la roue. – croquis ©PDM

Position du premier rayon de queue côté gauche :

Elle est différente suivant que la jante est percée à gauche ou à droite.

Pour une jante percée à gauche :

Le moyeu : le rayon sera enfilé dans la flasque par l’intérieur et dans le perçage sur la droite du rayon maître situé sur la flasque de droite.

La jante : le rayon passera dans le premier trou à droite du rayon maître.

Pour une jante percée à droite :

Le moyeu : le rayon sera enfilé dans la flasque par l’intérieur et dans le perçage sur la gauche du rayon maître situé sur la flasque de droite.

La jante : le rayon passera dans le premier trou à gauche du rayon maître.

« Le premier rayon étant positionné : la suite est une formalité« 

Comme pour la nappe précédente chaque rayon dans la flasque du moyeu est placé avec un trou d’intervalle. Sur la jante il est placé 3 trous d’intervalle ( pour une roue de 32 rayons c’est 3 trous).

Montage des rayons de tête côté droit

Bike Café
Montage des rayons de tête côté droit face au côté droit de la roue – croquis ©PDM

Nouvelle épreuve : le montage de la nappe des rayons de tête côté droit, sans se mélanger dans le croisement avec ses confrères. Ce sont les trous qui restent sur ce côté du moyeu et qui doivent croiser en 3 endroits les rayons de queue. Les deux premiers croisements se font par le dessus le dernier par le dessous. Il ne reste plus qu’un trou de libre en intervalle.

Montage des rayons de tête côté gauche

Face au côté gauche de la roue.

On termine le montage par la dernière nappe, rayons de tête côté gauche. Ce sont les trous qui restent sur la jante et sur le moyeu.

Pour définitivement conclure sur ce chapitre

Vous ne serez pas à l’abri d’un démontage de quelques rayons et parfois d’une nappe complète. L’erreur est toujours frustrante. Une aide appréciable – après avoir positionné le rayon maître – sera apportée par l’usage d’un jeu de feutres de couleur pour marquer l’emplacement des rayons suivant les différentes nappes, utile précaution pour éviter l’erreur fatale (démontage).

Quoi qu’il arrive, on garde son calme et on n’hésite pas à aller au frigo ou à la cafetière pour faire une pause. On en a fini du montage et on peut reprendre la suite sur l’article de Sheldon.

L’alignement et la mise en tension

Pas forcément le plus facile, mais parfaitement expliqué dans le tuto de Sheldon ainsi que la suppression des contraintes résiduelles. Ce sera peut-être l’objet d’un prochain article …

Bike Café

LEAVE A REPLY