Bike CaféComment éviter les superlatifs pour évoquer la qualité de cette nouvelle édition de « Tour de force ». Les dessins des « gueules » de forçats de la route et la mise en scène des ces histoires nous entraînent dans une époque pionnière du vélo.

Pas dérailleur sur ces lourdes machines qu’il fallait hisser en haut des cols sur un revêtement caillouteux … C’était déjà à l’époque du Gravel Bike … Avec Eugène « Le guignard », Léon « Tête de boyau », Bartoloméo « Fesses d’ange », … et tous les autres Frédéric Kinder nous fait entrer dans son univers coloré tant par le dessin que par la verve de ses textes.

Excellent …

Informations

Pitch de l’éditeur

Sur la route, le guidon est leur horizon
Guerriers de la route harnachés de boyaux et pédalant sur leurs lourdes et inconfortables machines, les « Forçats de la Route », comme les appelait Albert Londres, sont ces cyclistes des années 1920 qui ont fait du Tour de France un véritable mythe ! Mais derrière les légendes, il y avait des hommes avec leurs forces et leurs faiblesses dont le chemin s’est jalonné d’anecdotes des plus savoureuses. Des trajectoires de vie où la compétition forme le révélateur pas forcément reluisant de l’âme humaine, et que Frédéric Kinder raconte – parfois avec humour, toujours avec tendresse – telles les coulisses non officielles de l’épreuve avec un grand « E. »

Sa ligne claire stylisée et épurée et les perspectives de ses décors évoquant le Van Gogh d’Auvers-sur-Oise sont autant d’atouts qui font de ce Tour de force l’hommage infiniment graphique à un certain âge d’or du cyclisme, dont la présente réédition bénéficie de deux histoires courtes inédites !

À propos de l’auteur

Amateur de cyclisme, compétiteur et amoureux du cyclisme d’avant guerre, Frédéric Kinder est directeur artistique et illustrateur dans l’édition et la publicité. Il signe avec Tour de force (éditions Treize étrange) son premier album de bande dessinée.

LEAVE A REPLY