Lors de ma dernière villégiature estivale dans le Vaucluse, chacune de mes sorties vélo semblait déclencher le sourire narquois de ce « Mourre Nègre » qui m’observait du haut de ses 1100 m. Ce point culminant, baptisé « museau noir » en  provençal,  domine le petit et le grand Luberon, séparés par la combe de Lourmarin. Un petit air d’Everest local … qui m’inspirait une sorte de défi, comme on aimait se lancer étant enfant : « T’es pas cap … de grimper me voir en vélo » … semblait me dire ce sommet.

Alors un matin je me décide, je vais tenter de monter là-haut en Gravel, en solitaire, par la face nord, en plein mois de juin … Les plus grands défis ne se font pas à la légère et les préparatifs en sont les premières motivations.

Le parcours

Dans les grandes lignes, on part de Apt en empruntant la vélo-route du Calavon pour remonter jusqu’à Céreste. Direction Vitrolles-en-Luberon par la D31, que l’on quitte pour suivre la piste forestière des crêtes qui serpente sur la partie haute du massif. Après avoir atteint le Mourre Nègre, on prend la piste d’Auribeau qui descend vers Saignon pour un retour sur Apt. Mon outil préféré pour ces tracés reste toujours Openrunner. Avec cet outil j’ai la possibilité de chiffrer à grosses mailles la distance et le dénivelé de ma trace et d’en extraire un fichier GPX pour l’entrer dans un GPS. Le parcours choisi fait 66 km pour 1200 m de D+. Une montée en douceur sur un goudron sans voiture. Une piste forestière largement accessible en gravel, un peu plus technique  dans la descente sur Auribeau et un final route goudron.

La « carto » papier

Une classique top 25 – Apt 3242 OT – avec l’inconvénient du découpage trop souvent inapproprié. Sur le bas de celle-ci on s’arrête juste sur la ligne de crête du massif. Il manque donc toute la partie sud du Grand Luberon.

J’ai choisi le départ du tracé depuis le Mc Do de Gargas qui jouxte la commune d’Apt. L’avantage du lieu est multiple. L’endroit est facile à trouver et idéal pour y garer sa voiture sans inconvénient. Ce départ permet de découvrir cette sous-préfecture d’Apt par la hauteur plutôt sans voiture. Rien n’empêche de choisir le retour par le centre ville pour une pause mousse à l’ombre de l’une des nombreuses terrasses du centre ville.

Parcours Openrunner le Mourre Nègre en gravel

La précision de l’outil Openrunner est exemplaire mais le résultat dépend du soin apporté au moment du tracé (plus il y a de points plus c’est précis) et du GPS sur lequel la trace GPX sera transférée. Le kilométrage constaté peut donc être un peu différent.

Le vélo

Du haut de gamme puisqu’il s’agit d’essayer pour l’occasion le Gravel Terra d’Orbéa. Pression des pneus, ce sont des pneus de 40 on va faire confortable avec 3,5 bar, toujours avec le risque de pincement de chambre. Le vélo à été équipé de deux porte-bidons.

Bike Café
Le matos … photo PDM

Une sortie vélo trop prolongée dans ce Vaucluse au mois juin peut devenir éprouvante en raison de la chaleur. Je prévois cette sortie par une journée couverte même si la pluie n’est pas exclue. En tenant également compte de l’altitude on va compléter l’équipement par un coupe-vent et un maillot de rechange à enfiler au moment du pique-nique.

Bike Café
Maillot et casquette Ozio Bike Café, cuissard Santini, chaussures Vittoria, coupe-vent Rapha, vélo Orbéa Terra … photo PDM

Le vélo n’est pas équipé tubeless, je vais donc partir avec deux chambres à air, un multi-outils Topeak, l’Opinel de service, un jeu de démonte-pneus, une nouvelle mini pompe Topeak. Incidemment je me suis aperçu que l’embout de ma pompe pour la valve Presta était cassé et donc inutilisable. Je me suis procuré chez un vélociste d’Apt, cette nouvelle pompe qui a l’avantage d’être équipée d’un flexible qui coulisse en deux positions Schrader / Presta. Cela évite d’endommager au gonflage la fragile valve Presta. Dernière précaution, une boîte de rustines Zéfal, qui ne se décollent pas à la différence des produits de marques bon marché.

Tout ce matériel va se retrouver dans mon sac à dos de VTT Scott. Il m’accompagne depuis déjà un certain temps dans des activités diverses et variées, trail, vélo, … mais aussi reportages au Roc d’Azur pour les interviews du Bike Café. Multi-usages, il est équipé d’une poche à eau de 1,5 l, de sangles ventrale et poitrine, avec une contenance de 22 litres c’est le juste volume d’une journée de rando avec pique-nique.

Il convient de ne pas oublier la trousse premier secours : une couverture de survie, un jeu de pansements compressif. Mon appareil photos Lumix de Panasonic sera du voyage. Il a subit quelques outrages, il faudrait que je fasse nettoyer l’objectif, je ferais avec et j’emporte avec un « Gorilla pod » indispensable pour les selfies.

Portable, GPS chargés bien sûr lunettes de soleil. Sans oublier les nourritures terrestres. Fruits sec, amandes et noisettes, l’incontournable banane du cycliste et le pique-nique. Il n’y a pas encore de chalet d’altitude au sommet du Mourre Nègre. Me voilà paré …

Les « recos »

Préparer ! … Comme on l’a écrit précédemment, c’est indispensable. Alors j’ai fait en rando rapide pédestre un aller-retour au sommet depuis le village du Castellet et un aller-retour en vtc par le vélo-route du Calavon jusqu’à Céreste.

J – 1 : Après des jours de grosses canicules ininterrompues, la météo s’annonce médiocre avec quelques risques d’averses en fin de journée et peu de vent. Je prépare le sac, je vérifie le vélo et je mets le réveil à sonner pour 5 h.

J – 0 5 h :

La pression est forte, je me suis réveillé deux fois dans la nuit, craignant de n’avoir pas entendu sonner l’alarme du téléphone. A 5 h j’appuie sur le bouton de la cafetière, l’aube doucement éclaircit le ciel, il fait très frais, les nuages sont bien là mais pas la  pluie ni le vent.

Bike CAfé
Liaison Roussillon – Apt – photo PDM

Après un solide petit déjeuner la mise en jambe dans la descente de Roussillon sur Apt me conforte le choix de la veste coupe-vent Rapha. Il fait toujours aussi frais. Un champ de lavande compose la première photo de l’album, avec en arrière-plan l’objectif du jour : Le Mourre Négre qui porte aujourd’hui sa casquette de nuages.

KM 0 : McDonald’s Gargas – 209 m

L’accès au vélo-route est parfaitement indiqué dès le rond-point en contrebas du Mc Do. On entre dans le passé des premiers chemins de fer. Une voie unique qui partait de Cavaillon pour aller jusqu’à Volx. Construite pendant le second empire le dernier train l’a emprunté en 1970. Les petites maisons de garde-barrières, les vielles gares, les châteaux d’eau alimentant les locomotives à vapeur rappellent l’existence de cette voie ferrée désormais réservée aux piétons et aux vélos. Un tracé entre l’ancienne N100 située le long du Calavon. La seule rivière en France qui change de nom entre sa source, le Coulon et son confluent avec la Durance, le Calavon.

KM 2 : Gare d’Apt – 300 m

La première gare qui apparaît est celle d’Apt. Elle  héberge maintenant l’office du tourisme. Au passage apparaît la halle de marchandise et un vestige de fondation circulaire probablement celle du pont tournant. Le pont tournant, sur une voie unique, permettait  de retourner les locos dans le bon sens pour le retour.

KM 7,5 : Gare de Saignon – 300 m 

mourre-negre-801
Photo PDM

La gare suivante est celle de Saignon, si l’ouvrage est encore en état les façades par contre ont été retouchées par des graffitis.

mourre-negre-807
La Fabuleuz – photo PDM

On découvre sur cette vélo-route un lieu insolite : une guinguette Bike Café mais pour cyclistes peu matinaux si l’on en juge à la lecture des horaires d’ouverture

mourre-negre-840
J’aperçois le mâle qui guette l’arrivée du berger – Photo PDM

Km 11 : Le rocher aux Abeilles – 300 m 

La voie vient surplomber le canyon du Calavon au rocher aux Abeilles. Un troupeau de chèvres sauvages l’a colonisé. J’aperçois le mâle qui guette l’arrivée du berger qui vient à l’occasion pour améliorer l’ordinaire du troupeau avec des morceaux de pain.

KM 12,5 : D48 –  300 m

La vélo-route s’interrompt pour reprendre le circuit cyclo du Luberon sur la D48 mais également le GR du chemin de Compostelle, une autre histoire qui n’a rien à voir avec les chemins de fer.

KM 21 : D410 – 337 m

On passe sur la D410 qui conduit à Céreste

KM 24 : Céreste –  383 m

Il est  trop tôt pour passer chez le boulanger. Les temps changent, ce n’est plus lui qui allume la lumière le premier dans le village. On suit la D31 direction Vitrolles-en-Luberon. Aucune personnalité historique à honorer dans le cimetière de Céreste qui annonce une belle montée de 8 km jusqu’au col de l’Aire.

KM 37 : Col de l’Aire 696 m

mourre-negre-907
On quitte le goudron pour affronter la piste forestière des crêtes – Photo PDM

En face, avant le premier lacet de la route goudronnée, la piste forestière des crêtes et le poteau balise  du PR « Aire de Mascas »: le Mourre Nègre 8,7 km. Il reste encore un peu moins de 400 m de D+. On quitte le goudron pour affronter la piste forestière des crêtes.

mourre-negre-908
Photo PDM

La piste va serpenter autour des rognons de la crête en croisant régulièrement le GR9 qui tire tout droit sur celle ci. On alterne les panoramas côté nord, côté sud et la végétation qui l’occupe, pins parasols, pins noir d’Autriche, hêtres, … à travers une lande d’altitude et ses pelouses sèches.

KM 45 : le Mourre Nègre – 1125 m 

mourre-negre-920
Photo PDM

Impossible de rater le sommet malgré les nuages qui jouent à cache cache avec l’antenne hertzienne marquant ce sommet. Il faut y monter pour découvrir l’ensemble du panorama.

Ce sera la pause photo et pique-nique.

mourre-negre-921
Photo PDM

J’hésite beaucoup sur l’arrière-plan des photos du Terra. Côté sud la montagne Sainte Victoire, les massifs de l’Étoile et de la Sainte Baume. Côté ouest, le petit Luberon et les Alpilles. Côté nord le Mont Ventoux, la montagne de Lure, le plateau du Vaucluse.

Cerise sur le gâteau, après déjà plusieurs photos, c’est le troupeau de moutons qui arrive pour les pâtures d’estive avec un nouvel arrière-plan. Les nuages qui montent et qui descendent, les rayons du soleil à travers, les moutons qui traversent cette lande d’altitude, difficile d’imaginer mieux.

Je ne suis pas dans un film. J’engage la discussion avec la jeune bergère conduisant le troupeau. Elle est raccord avec ce qui l’entoure, la nature est vraiment belle. Les moutons sont là jusque juillet car après ils n’y a plus rien pour eux à manger.

Plusieurs troupeaux sont présents sur cette montagne, des abris aménagés permettent aux bergers(ères) de garder les troupeaux bien que le loup n’ait pas encore été signalé sur ce territoire.

Il y a suffisamment de photos dans l’appareil, c’est le temps du casse-croûte. Pain beurre, cornichons jambon de Parme. Il est temps de reprendre la piste des crêtes. L’arrivée de la pluie reste à craindre à cet endroit. Conquérir un sommet est une victoire, en revenir en est une autre.

mourre-negre-933
Photo PDM

KM 48 : Carrefour des 4 chemins, poteau balise Amourrlhadou – 953 m

Très belle vue sur la chapelle et le Château fort de Saint Pierre du 12ème siècle. Je regarde une seconde fois la Top 25, je descend à vue vers Auribeau.

mourre-negre-934
Zut, c’était ma fête et j’ai raté St Pierre – Photo PDM

KM 51,5 : parking D48 – 598m

Je retrouve le goudron sur la D48 à la sortie du parking qui va me conduire à Saignon.

KM 56 : Saignon – 509 m

mourre-negre-938
Saignon entre dans la catégorie des villages perchés du Vaucluse – Photo PDM

Saignon entre dans la catégorie des villages perchés du Vaucluse. A l’exemple d’autres, il est accroché comme une moule à son rocher. Ses petites ruelles privilégient une circulation douce et le vélo s’y trouve à l’aise. Je retrouve les premières terrasses de café que je n’avais plus vu depuis le départ. Un beau panorama m’attends côté nord sur le Ventoux et le plateau du Vaucluse. On quitte Saignon et suivre le fléchage routier direction Apt.

mourre-negre-902
Un beau panorama m’attends côté nord sur le Ventoux – Photo PDM

KM 63 : Apt – 209 m 

C’est le final avec en option la traversée de la vieille ville.

J’ai fait le Mourre Nègre en gravel, le vélo est vraiment une aventure.

LEAVE A REPLY