L’offre en matière de « Gravel Bike » s’étoffe de façon importante. Rares sont les fabricants qui n’ont pas encore intégré ce type vélo à leurs catalogues ou à minima adapté à moindre coût un de leur modèle cyclo-cross existant. Cependant, venant de NS BIKES, cela reste une surprise de taille, bien plus connue pour ses modèles de DIRT ou encore de DH, où la marque possède une solide réputation grâce à sa présence au niveau mondial, que ce soit en UCI ou lors des « Red Bull Rampage ».

Mais revenons un peu en arrière… NS BIKES a été fondé par Szymon Kobylinski, ancien leader du groupe de rock les « Blenders », qui sévissait dans les 90’s avec un certain succès.

Szymon Kobylinski
Szymon Kobylinski Crédits NC

Outre la scène, Szymon Kobylinski a été un des précurseurs du DH en Pologne. Désireux de mettre un nom sur les machines que ses amis et lui assemblaient, NS BIKES était né. Si vous désirez en savoir plus sur cet atypique dirigeant, je vous conseille cet interview récent et très complet.
Depuis, Szymon Kobylinski est directement à l’origine de deux autres marques, CREME et RONDO. Cette dernière étant bien plus connue dans le milieu du gravel (voir le test du Rondo Ruut). D’ailleurs, le cadre de ce RAG+ ne vous rappelle-t-il pas cet autre vélo polonais ?

Ne cherchez plus, il partage les mêmes gênes que le Rondo Ruut Al. Seul le cheminement des gaines a été revu sur le Rondo, avec une intégration plus poussée. Revenons à ce RAG+. L’ADN de la marque se sent dans l’esthétique, plutôt urbaine et branchée. Qui s’en plaindra ? Certainement pas moi, fatigué par l’esthétique « BIO » de beaucoup de gravel aux couleurs pastel. Couleurs tranchées, sérigraphie soignée et détails cosmétiques assumés : ce RAG+ a de la gueule.

NS Bikes RAG + gravel bike
L’ADN de la marque se sent dans l’esthétique – photos Laurent

Le gravel de NS BIKES n’est pas uniquement actuel dans le look, puisqu’il se pare des derniers standards, avec notamment des axes traversant aussi bien à l’avant (15 x 100) qu’à l’arrière (en 142 x 12), les fixations d’étriers de freins au standard « Flatmount », et la compatibilité avec des roues de 27’5.

NS Bikes RAG + gravel bike
RAG + les fixations d’étriers de freins au standard « Flatmount » – photo Laurent

La fourche n’est pas en reste, intégralement en carbone et dont la « clearance » est généreuse… Le fabriquant annonce 43 mm en roues de 700 et jusqu’à 2.2 en 27’5, ce qui correspond à des pneus VTT de XC ! Livré avec les excellents Panaracer Gravelking en 43 mm, nul doute que même en 700 on peut envisager un peu plus en conditions sèches…

NS Bikes RAG + gravel bike
Le RAG + est livré avec les excellents Panaracer Gravelking en 43 mm – photo Laurent

La géométrie du cadre n’est pas aussi simple que l’on pourrait le penser au premier regard : bases courtes et asymétriques, tube de selle creusé… Le RAG+ a un postérieur compact et complexe.

NS Bikes RAG + gravel bike
La géométrie du cadre n’est pas aussi simple que l’on pourrait le penser – Photo Laurent

Question équipement, on est en terrain connu avec le groupe mono APEX de chez SRAM.  Groupe presque complet, puisque la (grosse) cassette de 11-42 vient de la firme Sunrace. NS Bikes distribue ses propres moyeux et c’est logiquement qu’on les retrouve ici, avec des jantes Alex Rims. Là aussi, nous sommes dans les tendances actuelles, avec l’élargissement avec une cote interne de 21 mm, évidemment « Tubeless Ready ». Le tout est donc cohérent avec la généreuse monte pneumatique.

Pour les voyageurs et autres « vélotafeurs », il est à noter que le cadre et la fourche disposent d’inserts pour la fixation de garde-boues et de porte bagage à l’arrière. Le cintre est typé gravel, avec un flare de 16 degrés. Comme les autres périphériques, c’est un Octane One, autre acteur du cycle polonais, qui réalise bon nombres de cadres et équipements dans le milieu du freestyle. C’est donc un design cohérent avec l’esprit du vélo, résolument branché, et plutôt bien fini.

Avant de passer en selle, je jette un œil sur les données du fabriquant concernant la géométrie. L’impression visuelle est confirmée : les bases sont courtes (420 mm), tout comme l’empattement général (1007 mm en taille M).

NS Bikes RAG + gravel bike
NS Bikes RAG+ gravel bike

Avant de vous donner mon ressenti sur ce gravel polonais, quelques données sur les conditions de ce test. Celui-ci a totalisé 850 km, en utilisation vélotaf en semaine, et gravel le weekend, avec en prime une épreuve en relais destinée aux VTT à l’occasion du dernier Téléthon.

Ce qui frappe en premier lieu est avant tout la grande agilité du RAG+. La géométrie le présageait, la pratique l’a confirmé : ce vélo est un régal dans les « single track », ou encore pour éviter les pièges de la jungle urbaine.
La plus grande surprise a été son comportement dans les descentes. Alors que je m’attendais à une certaine instabilité, au regard de son agilité surprenante ; je découvre une impressionnante stabilité. Au point d’améliorer certains temps de références que j’ai sur de larges pistes rapides que l’on peut dévaler facilement à plus de 45 km/h.

NS Bikes RAG + gravel bike
1er vétathlon du Château des Bormettes

Alors oui, l’excellente monte pneumatique (que j’ai  bien sûr monté en tubeless) n’est pas étrangère à cette sérénité, mais pas que. À l’instar de l’évolution des VTT actuels, un cadre à l’arrière compact, permet d’avoir une partie avant plus longue, à l’angle de direction plus ouvert, ces points apportant facilité et stabilité dans le « technique ». La fourche, intégralement en carbone, n’est jamais mise en défaut et affiche une belle rigidité. Sur le plat, les relances sont franches et conformes à ce que je m’attendais avec des bases si courtes. En côte, une certaine inertie dans les relances me laisse à penser que ces roues ne sont pas si légères…  Je reviendrai sur ce point.

NS Bikes RAG + gravel bike
Photo Laurent

Côté freinage, comme souvent chez SRAM, c’est très progressif tout en apportant la puissance nécessaire si besoin. Le confort est au rendez-vous, bien que là aussi la monte pneumatique pardonne beaucoup. Cependant, la position relativement sportive peut nécessiter certains ajustements au niveau de la potence ou du déport de la tige de selle pour ceux qui envisageraient pratiquer de « l’endurance » avec ce RAG+.

Je n’ai pas eu l’occasion de pouvoir le tester avec des roues de 27’5. À n’en pas douter, chaussé de cette façon avec de grosses sections, ce RAG+ doit être impérial sur les pistes très dégradées. Au vue de ses performances déjà étonnantes dans ce domaine avec la monte en 43 mm, avec des pneus en 2.1 et 27’5, on doit clairement se rapprocher d’un comportement d’un VTT de XC. Chacun l’adaptera en fonction de ses besoins, et c’est bien là le point fort de ce RAG+ que de pouvoir offrir tant de configurations différentes.

NS Bikes RAG + gravel bike
La transmission APEX a le mérite d’être très fonctionnelle – Photo Laurent

La transmission APEX a le mérite d’être très fonctionnelle, à défaut d’être rapide. Normal me direz-vous, c’est l’entrée de gamme de chez SRAM. Le plateau de 42 dents est à mon sens le bon compromis. Avec la cassette en 11-42, on peut donc opter pour un rapport de 1, ce qui permet déjà l’ascension de beaux murs ! Comme j’aime à le rappeler, la transmission idéale n’existe pas : elle est la conséquence de la géographie environnante et surtout de la puissance développée du cycliste, extrêmement variable dans notre pratique gravel, où les prétendants viennent d’horizons très divers, d’anciens coureurs  de cyclo-cross « Elites » au randonneur du dimanche en passant par le cycliste urbain branché bien plus efficace pour le choix de ses tenues que pour descendre rapidement une piste boueuse… Ces deux points essentiels admis, cela évite ainsi bien des débats stériles. La transmission de ce RAG+ conviendra donc à 90% des cyclistes. Les 10% restants étant les compétiteurs qui pourraient envisager eux un plateau de 44 dents, mais aussi une montée en gamme afin d’avoir des changements de rapports plus rapides.

Revenons aux roues. J’ai participé avec ce RAG+ à une épreuve de VTT en relais, et c’était l’occasion de monter sur ce gravel la paire de roues en carbone artisanales STORM que j’utilise habituellement pour les cyclo-cross et autres épreuves Gravel, comme la Mavic Gravel Race du Roc d’Azur. Ainsi équipé, le RAG+ dévoile vraiment son potentiel. Cet ensemble cadre/fourche est décidément efficace. Toujours impérial en descente, il est maintenant redoutable en côte, où les relances sont maintenant bien plus vives.

NS Bikes RAG + gravel bike
1er vétathlon du Château des Bormettes sur le RAG+

Poussé dans ses retranchements dans cette épreuve destinée avant tout aux VTT, le RAG+ ne se désunit pas dans les descentes, même chaussé pour l’occasion de frêles pneus en 34 mm (conditions boueuses). La position sportive oblige à bien déporter le poids du corps vers l’arrière dans les descentes les plus engagés. Nous avons obtenu une 8 éme place sur 25 équipes, sur un parcours typé XC relativement varié, alternant pistes roulantes, singles en côte techniques, le tout le plus souvent dans la boue. Si dans certaines descentes le RAG+ n’a pas pu évidemment tenir le rythme de certains concurrents, sa motricité et son agilité ont permis de jouer de belles passes d’armes face aux VTT durant cette course. Relativisons toutefois, nous sommes dans ces conditions bien au-delà du domaine d’utilisation prévu pour ce NS BIKES ! Mais qui peut le plus peut le moins, et en cela le RAG+ est un digne membre de la famille NS BIKES, qui rappelons-le, est issue d’une lignée de « Mountain Bikes » plutôt engagés à l’ADN freeride affirmé. Son look a d’ailleurs séduit bon nombres de VTTistes présents à cet évènement…

NS Bikes RAG + gravel bike
Photo Laurent

En conclusion, pas facile de trouver des points négatifs à ce Gravel, même si j’ai identifié quelques points qui selon moi sont à revoir : le routage des gaines n’est pas forcément très fonctionnel, occasionnant des frottements excessifs à certains points du cadre. D’autres parts j’ai trouvé le collier de selle, de type classique à levier, bas de gamme et incohérent avec les autres périphériques qui sont plutôt valorisants. Pour le reste, c’est un vélo bien fun, au comportement épatant et assorti d’un look sympa qui tranche avec le reste du marché.

Il en résulte un gravel à l’identité affirmé, presque exclusif par sa diffusion plutôt confidentielle dans l’hexagone, qui le rend attachant à rouler et même à regarder. Distribué en France par SDG DISTRIBUTION (https://www.sdgdistribution.fr/fr/ns-bikes-3/ ) le RAG+ est également proposé en kit cadre, dans une nuance de couleurs sombres plus facile à harmoniser.

Pour 2019, des coloris différents apparaissent et une version plus accessible sera proposée. Elle diffère par des freins à disques mécaniques TRP et une monte pneumatique moins prestigieuse.

Lien site international : http://www.ns-bikes.com/rag,109,pl.html

Lien du site français avec sa boutique en ligne. Un code spécial (BIKECAFERAG10) pour les lecteurs de Bike Café vous permettra d’obtenir une remise de 10% sur la commande de votre Rag+.

 

2 COMMENTAIRES

  1. Ce doit être un des rares gravels acceptant des roues au standard classique vtt. Cela lui ouvre un très grand parc de roues performantes à prix « réduit » (occasion).

LEAVE A REPLY