Photo Philippe Aillaud

Quel cycliste ne rêverait pas de rouler sur un Victoire ? … Après plusieurs occasions manquées, je vais enfin pouvoir rouler sur un Versus, la version vélo de gravel de la marque Victoire. Et quel décor n’est pas le plus approprié pour ce test, que les routes et chemins du pays d’Aix où trône majestueusement la montagne Sainte Victoire ? Cela semble évident et ce territoire est parfait pour tester ce Versus dans un contexte de polyvalence d’usage qui est ce qu’on recherche le plus dans un gravel bike.

Je passe rapidement sur l’histoire de la marque Victoire, créée par Julien Leyreloup. Si vous ne connaissez pas les Cycles Victoire, regardez cette petite vidéo réalisée récemment lors du MIF expo, Julien vous dit tout.

Le Versus est arrivé un beau midi par transporteur … J’ai démailloté le paquet rapidement, impatient de voir la merveille. Grâce à Philippe venu m’aider, nous avons résolu un petit soucis de cassette sur la roue libre. Je ne connaissais pas la transmission Campagnolo, et je dois dire que c’est la première fois que j’en vois une, montée sur un gravel. Mais voilà ce n’est pas n’importe quel gravel, et question équipements, ils ont fait fort nos amis de Clermont-Ferrand.

Victoire Versus review
Victoire Versus le splendide pédalier White Industries – photo Bike Café

Côté pédalier, il est équipé d’un super double White Industries qui fait un grand écart de 20 dents entre son grand et son petit plateau. Côté dérailleur, je l’ai dit, on est sur du Campa … Les derniers dérailleurs Campa que j’ai utilisé sont des modèles Super Record dans les années 80. Une petite surprise m’attend avec les manettes.

Victoire Versus review
Victoire Versus équipé d’un dérailleur Campa – photo Bike Café

En effet je découvre ces petits leviers mécaniques sur lesquels il faut appuyer (énergiquement) pour descendre les pignons de la cassette d’un côté, et de l’autre descendre sur le petit plateau, quand la pente devient sévère. Je m’étais confortablement habitué à mon Di2 et à mon Sram Force mono qui me demandent aucun effort physique ni intellectuel pour changer de braquet ; là il faut que je cogite.

Victoire Versus review
Victoire Versus 1 cm plus basses les manettes auraient été plus faciles à atteindre mains au fond du guidon – photo Bike Café

La surprise passée on s’y fait, et certains cyclistes me disent adorer cette ergonomie. Si le coureur André Greipel manipule à l’aise ces bidules dans les sprints les plus délirants, je n’ai pas la même aisance, surtout mains au fond du cintre où mon pouce a du mal à atteindre la manette flanquée sur le côté du cintre. Peut-être qu’un montage des manettes 1 cm un plus bas sur le cintre aurait suffit.

Poursuivons le tour du propriétaire (enfin plutôt celui de l’utilisateur temporaire que je suis) … Les roues sont des Mavic Allroad Pro. La selle est une Brooks Cambium C13 Curved que j’ai trouvée un peu molle. J’ai perso une C13 non Curved que je préfère. Mais question selle chacun se fera son idée.

Victoire Versus review
Victoire Versus – photo Bike Café

Les pneus sont des WTB Riddler en 37. Il sont parfaitement polyvalents route, gravier, cross, … Ils sont passés partout durant cet essai réalisé sur toutes les surfaces.

Mais tout cela c’est de l’équipement. Chez Victoire on vous proposera des montages à la carte. Le diamant de ce bijou de vélo reste avant tout le cadre, furieusement sobre dans sa robe d’inox brossé de chez Columbus. Les soudo-brasures maison confèrent un look incomparable à ce cadre. Du premier coup d’oeil, en voyant le vélo je me suis dit ce qu’il devait bien rouler.

Victoire Versus review
Victoire Versus – Le diamant de ce bijou de vélo reste le cadre – Victoire Versus – photo Bike Café

Il n’y a rien de partial dans ce propos, d’ailleurs les nombreux cyclistes d’expérience autour de moi qui ont pu voir ce vélo, ont eu cette même impression. Le génial avionneur Marcel Dassault avait coutume de dire « Pour qu’un avion vole bien, il faut qu’il soit beau … » Il avait sans doute raison, et cette devise pourrait s’appliquer aussi au vélo. De ce point de vue ce Versus me semble réussi mais roulons avec pour voir.

Plusieurs centaines de kilomètre et une épreuve gravel

Victoire Versus review
Victoire Versus – Je me suis immédiatement senti à l’aise sur ce vélo – photo Eric Delattre

Passé la surprise des manettes Campa, auxquelles je me suis habitué, je me suis immédiatement senti à l’aise sur ce vélo. Je roule régulièrement sur de l’acier et du titane et sur des vélos de test très différents en carbone ou en alu. J’ai, depuis un moment, cessé d’écouter les poncifs qui affirment que le carbone c’est raide et que l’acier c’est confortable et que le titane encore plus confortable. Je dirais plutôt qu’il a de bons vélos aux géométries bien pensées, et d’autres qui sont moins bons. Il y a aussi de bonnes roues qui arrangent parfois les choses. Mais néanmoins ma préférence va à un bon cadre bien dessiné, en acier ou en titane, fait main plutôt qu’un cadre moulé, plus impersonnel.

Je ne vous ferais pas le relevé de cotes de ce vélo car les cadres Victoire sont fabriqués sur mesure. Pour celui-ci du Columbus Inox XCr la gamme la plus prestigieuse du manufacturier Italien.

Victoire Versus review
Victoire Versus sentier sec et rocailleux – photo Bike Café

Le reach de ce Versus est très court et dans un premier temps cela me demande de revoir légèrement ma position et mes réglages habituels. Après une sortie réglage de 30 km sur route, la première vraie sortie gravel se fera sur la Sainte Victoire sur des pistes et un sentier GR reliant le barrage de Bimont à Bibemus. Je suis stupéfait par la tenue en descente de ce vélo. On est sur un vrai rail un peu comme si on était dans un manège de « Grand 8 ». Le vélo me met en confiance, et je sens qu’à tout moment je peux fermer une courbe, sans me laisser emporter vers l’extérieur. Les pneus WTB tubeless de 37 gonflés à 2,5 bar sont à l’aise sur route comme sur mes chemins parfois empierrés. J’ai constaté juste des pertes d’adhérences au freinage pourtant progressif sur les disques de 160. Qui dit vélo monté sur un rail, pourrait induire une certaine difficulté à le manoeuvrer. Là encore : surprise le vélo zigzague comme un vrai cyclo-cross pour éviter les pierres. Mais comment font-ils chez Victoire pour offrir cette polyvalence ? …

La suite de ce test sera une participation à la Dirt’Issaka à Montpellier. Temps de chien et barrages sur les routes, c’est pas gagné pour aller au départ. Le vélo est très remarqué par le groupe de cyclistes présents au départ. Je roule un moment avec un autre participant, lui-même sur acier Salsa, et qui a lorgné du côté de chez Victoire pour son futur destrier.

Victoire Versus review
Victoire Versus sur la montée de la Gardiole – photo Bike Café

Le prix et les délais sont souvent évoqués. Il faudra savoir attendre ce vélo désir si vous le voulez. Ce qui est sûr c’est que, même 14 mois après votre commande, votre vélo sera toujours à vos mesures et il sera toujours actuel tant les Victoire sont intemporels et construits pour durer toute une vie de cycliste.

Cette sortie gravel de 90 km à Montpellier nous emmène, mon Versus et moi, sur un échantillon de terrain purement gravel. Dans tous les registres le vélo va se montrer à la hauteur même dans la boue des sentiers de vignes où il sait, là encore, rester en ligne sans partir en crabe dès que je me prend un sillon. Je suis aussi agréablement surpris par les WTB Riddler : agréables et rendant bien sur la route, accrocheurs sur la pierre, dans la boue et même sur le pavé glissant de rues piétonnes à Montpellier lorsque nous sommes revenus.

Cycles Victoire Versus gravel
Cycles Victoire Versus gravel

Depuis j’ai enchaîné quelques sorties gravel toujours avec le même plaisir m’amusant même à lâcher les mains du guidon dans les descentes et pourtant je suis loin d’être un acrobate sur le vélo. Le vélo est sûr et archi fiable.

Victoire Versus review
Victoire Versus photo Bike Café

Conclusion

J’ai testé depuis 4 ans pas mal de vélo de gravel de toutes sortes. Il y a  l’intérieur de cette famille un peu « bordélique », comme le dit mon ami Dan, des variantes qui vont du Bombtrack Hook ADV – qui se rapproche du Monster cross – au frêle gravel carbone de moins de 8 kg. Chacun de ces vélos, en fonction de son ADN urbaine, routière ou MTB vous conviendra ou pas selon votre pratique ou votre vision du gravel. Pour le Versus, je dirais que c’est un vélo polyvalent et élégant par excellence. Ses gènes viennent plutôt de la route mais c’est un faux semblant, car je vous l’ai dit : il est surprenant de manoeuvrabilité sur les chemins. Il peut être un bon cyclo-cross, il roule bien sur la route et sans être furieux sur les parties techniques, il s’en sort plutôt pas mal. Vous avez compris que ce vélo possède la polyvalence nécessaire à un très bon gravel.

Son identité artisanale et française lui confère une classe empreinte de sobriété. On sait qu’il a été soudé tube après tube et que ses brasures ont été patiemment limées à la lime douce. Ce vélo apporte de l’émotion, et rouler sur un Victoire est un moment exceptionnel.  Il faudra accepter d’attendre, car les délais sont longs et de casser sa tirelire car le prix est à la hauteur du temps passé pour fabriquer ces oeuvres uniques.

J’ai aimé :
• La classe empreinte de sobriété,
• La sureté et la précision de pilotage,
• Le confort et la sécurité.

Un peu moins :
• La transmission Campa super classe mais moins pratique qu’un mono Sram pour mon usage sur mes pistes du sud,
• La guidon trop road,
• Les délais de livraison.

Ces remarques négatives portent sur des choix d’équipements. C’était un vélo de test monté dans un esprit road et éventuellement chemin. Vous pourrez configurer votre machine comme vous l’entendez. Les fixations, emports et autres détails sur le cadre seront à définir avec Victoire au moment de la conception.

Galerie de photos

Caractéristiques du vélo essayé

  • Cadre Versus (option disque) en tubes inox Columbus XCr
  • Fourche carbone Futura Gravel
  • Jeu de direction Chris King
  • Pédalier White Industries (50 x 30)
  • Transmission Campgnolo Chrorus
  • Freins à disques Camognolo
  • Roues Mavic Allroad Pro UST
  • Pneus WTB Riddler 37
  • Selle Brooks C13 Curved

Prix à partir de 5300 €

Infos sur le site

3 COMMENTAIRES

  1. J’ai décidé de casser ma tirelire ! … Zut, elle était vide. Mais quel beau vélo, en effet ! Du rêve pour commencer l’année 🙂
    (Petite remarque orthographique : c’est « empreinte » de sobriété et non « emprunte ».)

  2. Ce vélo est en effet très beau. Une question sur la géométrie : je suis étonné que le cadre ne soit pas plus sloping. Cela me parait nécessaire pour des vélos où, en cas de chute dans une descente un peu technique, on risque de se faire mal sur le tube horizontal.

LEAVE A REPLY