Canyon a marqué mes débuts dans le domaine du gravel. Sur les conseils de mon regretté ami Jean-Denis Gely, j’avais fait l’acquisition d’un Canyon Inflite en 2015. Rétrospectivement je mesure le côté héroïque de mes chevauchées sur les DFCI des Bouches-du-Rhône, chaussé à l’époque en pneus Continental de 28. Depuis les pneus de mes vélos de gravel ont pris du ballon, et le nouveau Grail que je viens de recevoir pour un test est chaussé en 40.

Un OVNI (Objet Vélo Non Identifiable)

Les choses ont bien changé depuis 2015 lorsque j’ai commencé à rouler sur mon Inflite perso. Depuis j’ai testé en 2017 le CF SLX 8.0, qui possédait déjà de sérieux arguments pour séduire les amateurs de gravel performants. Il a d’ailleurs à sa sortie reçu un Red Dot Design Award qui récompensait le côté innovant apporté par Canyon dans ce segment où les marques ne se bousculaient pas à l’époque. Depuis, le dessin original du cadre de ce vélo a été copié par d’autres. En 2018, Canyon remet ça en présentant le Grail avec ce fameux guidon révolutionnaire, qui a fait faire des « glups … » à bon nombre de cyclistes. On déteste ou on adore, mais le design de ce Grail ne laisse personne indifférent. Une vrai OVNI dans le monde du cyclisme conventionnel. L’élément le plus caractéristique de ce vélo est son guidon, mais pas seulement.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
On déteste ou on adore, mais le design de ce Grail ne laisse personne indifférent – photo Philippe Aillaud

Sa géométrie évoque des gênes plutôt cyclocross. Par rapport au Graax d’Origine, GT Grade, WishOne, … les bases sont plus courtes de 5 mm mais l’angle de direction +1° (72°5 et les autres 71°5) ce qui se ressent en terme de direction que l’on trouve plus vive. Cela lui donne un esprit plus route/gravel, que gravel/gravel comme à l’opposé le BMC URS qui est à 70°.

Certains esprits moqueurs ou rétrogrades ont brocardé ce Grail en 2018 sur les réseaux sociaux, lorsqu’il a été présenté. Les « trolls » du net se sont alors défoulés et depuis, ce vélo plein d’astuces a tracé sa route, ou plutôt son chemin. Entre des mains expertes, je peux vous dire que c’est une sacrée machine de guerre. J’ai eu l’occasion de rouler avec Stève Chainel qui sait lui donner vie sur les chemins.

Un guidon révolutionnaire

Un guidon comme celui du Grail c’est du jamais vu, avec cette fameuse double barre. La partie supérieure est reliée en son centre par une jonction flexible destinée à absorber les vibrations. L’ergonomie est étudiée pour avoir bien en main les poignées de freins mains en bas du guidon. L’appui sur les bases légèrement évasées permet un pilotage précis. Ce guidon est révolutionnaire par sa forme et la présence de cette double barre permet d’envisager différentes positions de mains.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Cette double barre sur le Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP permet d’envisager différentes positions de mains – photo Bike Café

Le combo cintre/potence est une sacrée innovation technologique, mais il faut reconnaître qu’il induit à priori d’importantes contraintes ergonomiques, avec moins de souplesse d’adaptation, notamment pour l’inversion de la potence qui devient impossible, le changement de longueur de potence et de largeur de cintre, l’inclinaison du cintre et une adaptation sera nécessaire à la prise en main de ce cintre. À chacun de faire le bilan entre les plus et le moins : l’essai nous permettra d’exprimer notre avis. Aux yeux des VTTistes que l’on croise sur les DFCI, on passe déjà pour des mecs bizarres avec nos guidons « tordus », mais là pour le coup ils vont croire qu’on s’est échappé de l’asile.

Le modèle reçu

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Présentation du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP

Chez Canyon le Grail constitue une gamme avec des modèles ayant des niveaux d’équipements différents. Celui qui a retenu mon attention est le Grail CF SL 8.0 ETAP. Je l’avais repéré lors du Roc d’Azur et j’étais très attiré par la transmission SRAM avec le nouveau dérailleur X01 Eagle AXS électrique (A) qui balade sa chaîne sur une cassette 12 vitesses XG-1275 Eagle 10-50 (B). Le pédalier Force en 42 laisse imaginer des escalades sur des pentes incroyables grâce au 42 x 50.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Le pédalier Force en 42 laisse imaginer des escalades sur des pentes incroyables en 42 x 50 – photo Philippe Aillaud

La couleur bleue est superbe et c’est une sacrée évolution du côté des couleurs chez Canyon qui nous avait habitué à des harmonies teutonnes plus austères. Mon ancien Inflite était vert « army » et le CF SLX testé en 2017 était couleur charbon.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
La fameuse selle du Test du Canyon Grail – photo Philippe Aillaud

Pour le reste les freins sont des Sram et les roues sont les nouvelles DT Swiss G1800 Spline db de 25 (C) chaussées des Schwalbe G-One Bite 40 mm que nous avons testé en 2018 sur Bike Café. La selle est une Fizik Aliante R5 et nous avons le droit à la super tige de selle Canyon S15 VCLS 2.0 CF (D). On reviendra sur cette tige de selle en carbone de 220 g car elle apporte, grâce à son flex exceptionnel, une excellente filtration lorsqu’on roule sur des surfaces irrégulières. Toujours pour le flex le serrage de la tige se fait à l’intérieur du tube …

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Un sacré guidon sur le Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP – Le fameux guidon double barres qui a tant fait parlé – photo Philippe Aillaud

La cerise sur ce beau gâteau bleu étant bien sûr ce fameux guidon (E) double barres dont on m’a tant parlé, et que je n’avais pas encore eu l’occasion de prendre en main sur des pistes.

Un petit mot sur la sortie de boîte

Canyon est le roi du commerce de vélos sur le net. On commande sur le site et on reçoit le vélo en boîte. L’aspect livraison et emballage est donc une priorité pour la marque, car ce sera finalement notre première rencontre avec notre vélo. Le transporteur est de niveau +++ : un appel pour fixer le rendez-vous et un chauffeur qui vous aide à réceptionner votre colis. Ça change de certains qui vous jettent le carton et qui partent comme des voleurs. Après on ouvre le carton et là tout est rangé, calé, … nickel. La conception de l’intérieur du carton a été étudiée pour que votre précieux vélo ne souffre pas du voyage. On a tout dedans y compris les clés nécessaires au montage avec un outil possédant une poignée dynamométrique pour respecter les couples de serrages.

Je ne vous dirais pas que le montage du guidon est simple. Il nous a fallut comprendre le truc nous n’étions pas habitués, Philippe et moi, à ce type de cockpit intégré. Restait à mettre en charge la petite batterie du Eagle AXS et hop le vélo était prêt à rouler. Tout fonctionne nickel côté dérailleur, et les freins ne « lèchent » pas les disques. Les roues tubeless ready sont montées avec des chambres pour mieux voyager. Nous allons les garder ainsi pour l’essai, mais je vous conseille de passer vite fait en tubeless, c’est quand même plus confort de rouler en basse pression.

Essai : objectif filtration

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP sur les pistes de la Sainte Victoire – photo Bike Café

La grande qualité d’un gravel est de faire cohabiter le confort vertical avec une certaine rigidité latérale. Du côté vertical Canyon offre avec le guidon / potence une réponse côté bras et pour l’arrière les haubans et la tige de selle seront là pour filtrer. La rigidité latérale et obtenue par une base boitier de pédalier fortement dimensionnée.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Sur le Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP le superbe design du cadre, efface le côté imposant du généreux dimensionnement de la jonction des tubes au niveau du pédalier – photo Philippe Aillaud

Le superbe design du cadre, efface le côté imposant de ce généreux dimensionnement. C’est gros mais superbement bien traité. Le vélo reste bien en ligne et les relances en danseuse ne partent pas dans une « godille » de la base du vélo.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Lors du test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP nous sommes passés sur nos pistes habituelles – photo Bike Café

Nous sommes passés sur nos pistes habituelles. Beaucoup de DFCI, du sentier en sous-bois et de la route. Le comportement du vélo est bien dans tous ces domaines. J’ai moins aimé le côté un peu trop joueur et sportif du pilotage sans doute lié à l’angle de direction plus typé cyclo-cross de ce vélo. Cela évidemment concerne ma façon plus « pépère » de piloter un gravel, et cette sensibilité de pilotage conviendra à beaucoup. Il ne faut pas oublier que ce vélo cible plutôt des pratiquants sportifs que des « contemplatifs » cherchant confort et sécurité. J’ai adoré le flex arrière de ce vélo. La tige de selle y est pour beaucoup, mais également le serrage bas de cette tige dans le tube qui est breveté par Canyon.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP … Pour le guidon je dirais qu’il y a des avantages et des inconvénients – photo Bike Café

Pour le guidon je dirais qu’il y a des avantages et des inconvénients. Ce n’est pas une réponse de normand, mais dans chaque vélo il y a du pour ou du contre ! … Pour les avantages : le flex de ce guidon est intéressant, le débattement d’environ 1 cm permet d’effacer les impacts sur les pierres et procure une filtration douce sur les pistes bosselées. Le fait de pouvoir plonger un peu plus fond de cintre, offre une position plus basse intéressante en descente. Le maintien avec le pouce coincé entre les deux barres permet de bien serrer le guidon dans les passages difficiles. J’ai aimé aussi la position mains en bas posées sur la forme ovoïde des bouts de guidon. Côté inconvénients, celui qui m’a plus gêné est la transition difficile entre la position des mains en fond de cintre, pouces engagés entre les 2 barres, à celle de la montée sur le haut des cocotes. Le pouce est coincé et cette transition s’avère moins facile que sur un cintre conventionnel. Ensuite les autres inconvénients sont plutôt liés aux réglages fins impossible de la longueur de potence et de la hauteur pour laquelle il faudra des bagues spéciales. La fixation de supports de guidons peut également poser des problèmes à cause de la forme. Pour la fixation du GPS l’accessoire proposé au catalogue Canyon semble être la meilleure solution.

Fixer son GPS

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Support de GPS Garmin pour le guidon du Canyon Grail – photo Canyon

C’est bien joli ce guidon mais comment je fais pour y accrocher mon support de GPS ? … On peut comme je l’ai fait utiliser une fixation avec les élastiques. C’est moyen, car le guidon est en forme de lame, mais ça marche quand même. Sinon on peut faire l’acquisition du support spécifique vendu sur le site de Canyon. C’est plus propre.

Conclusion

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
A la fin des tests, une toilette s’impose avant le retour du vélo – photo Bike Café

Vous l’avez compris ce Canyon Grail est un vélo de gravel sportif. Il est la synthèse de ce que j’aime chez Canyon qui ose, qui innove et qui propose des vélos de qualité, bien équipés à des prix raisonnables. La transmission électrique du Sram Etap est une vrai bonheur : pas de fils, une ergonomie « gauche/droite » sur les manettes manœuvrables facilement même avec des gros gants : génial. Avoir 12 vitesses c’est un plus même si je n’ai pas sorti souvent le 50 dents. C’est bien pour l’esprit de savoir qu’on là au cas où. Je n’ai pas chargé en bikepacking le vélo mais effectivement si on charge la mule le 50 évitera peut-être de mettre pied à terre dans les montées.

Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP
Test du Canyon Grail CF SL 8.0 ETAP

Ce vélo est un gravel sportif qui apporte des solutions innovantes à la filtration sur les terrains rugueux. Il faudra savoir maîtriser la fougue de ce vélo qui peut s’apprivoiser sans crainte. Ce n’est pas un vélo de raid conçu pour la longue distance, il n’y a que 2 emports pour les bidons. Il est relativement polyvalent route / gravel et pourra, pour beaucoup de cyclistes, être le vélo unique performant sur sentier et sur le bitume.

Canyon offre des produits qualitatifs et bien équipés et ce Grail en est l’exemple avec en bonus les bénéfices d’une recherche d’innovations qu’il convient de saluer.

Prix : 3599 €

Infos sur le site

10 COMMENTAIRES

  1. Merci pour le test, ça me rassure sur mon achat!
    Petit conseil pour ceux qui utiliseraient leur montre GPS en guise de compteur: le support Suunto est parfait pour s’adapter à la forme particulière du cintre!

  2. Merci pour ce test complet de ce grail qui m’intriguait depuis un moment.
    Par contre pour avoir un commuter de chez canyon en tant que velotaf, je ne serai pas aussi dithyrambique sur cette marque, de mon côté il y a quand même quelques points sur lesquels je trouve à redire :
    – Vélo livré par UPS, avec la qualité de la livraison qui va avec, dans la norme mais pas exceptionnel. Le livreur a effectivement appelé… car il était face à une porte fermée vu que je n’ai pas été averti de la date de livraison
    – SAV incapable d’indiquer le modèle de freins installé (la référence indiquée dans leur description n’a jamais existé chez tektro)
    – Obligation de renvoyer le vélo entier à Canyon à ses frais si on veut obtenir le remplacement d’une ampoule en SAV
    – Qualité de l’assemblage à la livraison assez approximative (en particulier les garde-boue qui frottent sur les pneus)

    Par contre au-delà de ces quelques points négatifs je suis très satisfait de ma machine que je trouve très bien pensée et parfaitement équipée au regard de sa destination. J’ai l’impression qu’il en va de même avec ce grail.

  3. Très content de ce vélo.
    Et pour ceux qui recherchent une plus grande polyvalence Route/Chemins, le montage GRX double plateaux 31/48 avec cassette 11-34 est une excellente solution.

  4. Je possède le Grail depuis janvier 2019, ce n’est que du bonheur. J’ai le même ressenti que sur votre test. C’est un gravel polyvalent avec un cadre suffisamment rigide pour faire de la route et un côté joueur sur les gravier. J’avais hésité entre le Canyon Grail et l’Origine Graxx et je ne regrette pas mon choix. Le Grail est pour une pratique sportive alors que le Graxx est pour une pratique en mode contemplatifs, car nous n’avons pas les mêmes qualités de cadres.

    • Bonjour Fred, quand tu dis ne pas avoir les mêmes qualités sur le Graxx, je pense que tu parles de géométrie, car question « qualité » il n’est pas inférieur au Grail. Pour avoir vraiment roulé sur les 2, je ne ferais pas une telle différence entre ces deux vélos. Le Graxx n’a rien d’un vélo pépère d’ailleurs Gabriel l’a bien démontré sur la Mavic Gravel Roc. Par ailleurs il a des qualité de polyvalence plus large dans le bikepacking notamment sur du « long » grâce à sa capacité d’emport et un guidon plus classique. Content d’avoir conforté ta certitude de choix.

  5. Bonjour, merci pour ce test très complet. Ma question est la suivante, je suis hésitant entre un montage GRX double et un mono SRAM 12 vitesses, que je n’ai jamais testé (excepté en vtt), ni même un 11 vitesses. D’après votre essai Sram, quel est votre ressenti? Pourrait on parler de polyvalence? Suffirait il a une utilisation route (col de montagne) et chemin (piste), ou doit on se tourner obligatoirement vers un double?
    Merci de vos réponses
    Cordialement

    • Eternel dilemme entre mono et double. Avec 12 vitesses, Sram augmente le potentiel de sa transmission. Néanmoins, et pour ma part, pour une plus grande polyvalence je préfère le « classique » double avec un pédalier sub-compact. Le GRX par exemple est un très bon choix si la route vous attire les braquets sont plus linéaires et sur les sentiers ça fonctionne très bien. Je préfère également le freinage Shimano qui est plus progressif. Pour le mono (GRX ou Sram) je l’apprécie plus dans un contexte plus exclusif gravel.

  6. Bonjour Patrick et bravo pour ce chouette article. Devant la taille des vélos Canyon (par rapport à nos référentiels habituels), je me pose la question de la taille qui me conviendrait. Je roule en 52 (Spe Tarmac) avec sortie selle 725mm mais j’ai un petit buste donc j’ai besoin d’un cadre assez compact. J’ai l’impression que le S correspond quasiment à un 54 en longueur et malheureusement les côtes données par Canyon Reach+ et Stack+ n’aident pas à comparer pour être sur d’etre bien posé. Pouvez vous nous dire de votre expérience et de votre morphologie (Entre-Jambes et taille) et le grail en taille S ou M que vous avez essayé. Merci d’avance et continuez ainsi !!
    À très vite sur les chemins de la Ste. Nico de Meyreuil

    • Bonjour Nicolas … Je mesure 178 cm et ma sortie de selle, revue récemment suite à mon étude posturale sur Idmatch, est de 73. Sur les vélos d’essai venant de différentes marques je roule sur du M ce qui était le cas de ce Canyon. J’ai donc des jambes courtes par rapport à mon buste et malgré ça ma position sur ce Grail était plus sportive. Elle l’est encore plus lorsque l’on plonge les mains au fond du cintre. Je pense avoir expliqué dans l’article que ce vélo est « sportif » dans sa conception et que le fait de ne pas pouvoir jouer sur des réglages de potence / guidon sera un inconvénient. Tu es à la limite du M et le S sera sans doute mieux car en gravel le « pilotage » est important et l’éloignement bras tendus de l’avant du vélo ne sera pas une bonne chose. Après tout dépend de ta pratique sportive ou rando.

  7. Super vélo. Très heureux de cet achat en version 7 en double plateaux Shimano 105. C est vraiment top.
    Seul regret, au niveau de l insertion des câbles dans le cadre sur la partie gauche, le petit plastique qui ferme cet accès ne cesse de sauter. C est dû aux câbles un poli trop court je pense.
    Sinon très très satisfait

LEAVE A REPLY