Les innovations dans le vélo sont permanentes. C’est d’ailleurs étonnant de voir qu’un système qui semble si simple, constitué d’un cadre, de 2 roues et d’une transmission, … peut inspirer autant de créativités. C’est tout aussi étonnant de voir comment de nouveaux matériaux, inventés par l’homme pour tout autre chose, arrivent sur nos vélos ! … Il y a eu la grande période de l’aluminium, qui correspondait à son introduction dans la construction des avions. Le carbone a pris la suite permettant le moulage de formes complexes. La céramique est également arrivée et depuis quelques années de nouvelles matières aux propriétés étonnantes pointent le bout de leurs fibres.

Cet emballement technologique m’a toujours étonné. Je reste un pied bien ancré dans le vintage avec mes vieux vélos en acier : nostalgie oblige et besoin de remonter de temps en temps aux sources du vélo et relativiser ainsi cette avalanche de nouveautés, dont certaines sont parfois discutables. Cela ne m’empêche pas, poussé par la curiosité, d’aller à la découverte des nouveautés rendues possibles par les capacités de la R&D de plus en plus pointues.

Le sujet du jour concerne les roues, éléments essentiels dans la performance et le confort d’un vélo. On dit souvent qu’une bonne paire de roues peut transformer un vélo moyen en étalon de course. C’est pas faux  ! …

Avoir la fibre

Avant de devenir une forme rigide et compacte, comme celle d’un cadre, d’une jante de vélo, d’une selle, d’un pédalier, … le carbone se présente sous la forme d’une fibre. Je vous invite à visualiser cette vidéo de Merida, un des plus gros fabriquant mondial de cadres en carbone, pour comprendre comment on passe de la fibre à une pièce conforme à ce que les ingénieurs ont imaginés à l’aide de leurs outils de modélisation.

Le carbone possède d’énormes qualités et aujourd’hui les techniques de nappage des fibres et le positionnement stratégique d’éléments différents à certains endroits, permettent une subtile ingénierie de conception. En résumé les ingénieurs pourront choisir les emplacements qui doivent être rigides et ceux qui doivent être plus souples pour le confort. Ces progrès ont mis fin à une ancienne légende qui consistait à dire qu’un cadre carbone par exemple était raide comme un « bout de bois ». Les légendes dans le vélo ont la peau dure et certains n’ont pas fait les « mises à jour » de leurs connaissances sur ce sujet.

Pour les roues c’est un peu pareil. Longtemps la rigidité du carbone a été un argument contre face aux jantes en aluminium. Depuis, et pour les mêmes raisons que pour les cadres, ces allégations concernant le carbone sont de l’ordre du passé.

Si on pousse plus loin

Autrefois pour une jante carbone le frein à son usage généralisé était aussi le frein 😉 Quand je dis le frein, c’est plutôt l’action de ce patin de frein sur la jante, qui avait bien du mal à freiner le vélo par temps de pluie sur sa bande de freinage carbone plutôt glissante. Avec les freins à disques, ce désavantage disparait. Les jantes dites « fusionnées » qui mélangeaient carbone et alu pour la bande de freinage ne sont plus nécessaires. À l’origine sur des jantes carbone on ne pouvait monter que des boyaux. Les progrès dans leur fabrication ont permis de réaliser des jantes à tringles et sans crochets pour recevoir des pneus gonflés à haute pression et des pneus montés sans chambre (tubeless).

La généralisation des jantes carbones est donc en bonne voie malgré leur coût. Elles possèdent pas mal d’avantages par rapport à l’alu et le travail des concepteurs va permettre d’apporter des réponses produits aux différents besoins (VTT, Route, Gravel, …). On sait par exemple qu’un gain aérodynamique sera apporté par le dessin du profil, dans ce cas le carbone peut répondre facilement tout en restant léger. On sait également maintenant, que pour les épreuves longues, le confort apportera un gain de performance. Le combo jante carbone, pneus tubeless plus larges en basse pression répondra à ces besoins. Dans le monde du gravel, que je connais mieux, j’ai vu les cercles carbone arriver sur des montages vélo de qualité. Nous avons en 2019 découvert les nouvelles roues Mavic AllRoad Pro Carbon SL dont le rendement et la solidité sont vraiment intéressants en « Allroad ». La fourche carbone s’est généralisée, même sur des vélos accessibles (le Triban GRVL 120 en test actuellement à 600 € en est doté), en sera-t il de même pour les roues avec jantes en carbone ?

De nouvelles fibres

Au fil de nos recherches l’an dernier nous avons découvert et testé sur Bike Café les roues carbone équipées de rayons en fibre Dyneema de CEC (Carbon Endurance Component). La même année et dans un autre contexte, celui du test d’un vélo conçu pour la longue distance : le Kunlun, j’ai roulé sur des roues Carbone / Innegra.

C’est quoi l’Innegra ?

L’Innegra (polypropylène de haut poids moléculaire) est une fibre hyper légère  « qui ne casse pas ». Son comportement ductile (peut s’allonger sans rupture) s’oppose au comportement fragile de la plupart des autres fibres. Par ailleurs sa faible densité (0,87) la rend particulièrement légère. L’idée de l’associer avec des fibres de carbone permettra d’augmenter certaines épaisseurs sans impacter le poids. L’ajout d’Innegra permet également de modifier le comportement à l’impact en améliorant les facultés d’absorption.

En cas de rupture catastrophique de la jante, elle pourra conserver une certaine intégrité et ne se séparera pas en morceaux éparpillés.

Les roues CEC W2244S

 

Carbon Endurance Component CEC roues Carbone/innegra - photo Philippe Aillaud
Carbon Endurance Component CEC roues Carbone/innegra – un design très graphique – photo Philippe Aillaud

Le tissu utilisé sur les roues CEC est un composite de Carbone 1700 et d’Innegra Textreme 1162. La technique de tissage employée est le « Spead Tow », soit un peignage spécifique des filaments permettant par leur disposition de réduire le « crimp » (rapport entre la hauteur de la fibre et la longueur). Cela permet d’obtenir un revêtement moins épais tout en apportant une résistance spécifique accrue, pour un composite 20% plus léger que le carbone (moins de résine nécessaire entre chaque filament).

Le tissu Textreme utilisé sur les roues CEC
Le tissu Textreme est utilisé sur les roues CEC

Grâce à l’utilisation de ce tissu, CEC obtient une déformation verticale de la jante supérieure à une jante 100% carbone permettant ainsi une meilleure absorption des chocs. Cet avantage sera particulièrement apprécié sur des roues à usage d’endurance.

Les avantages sont :

  • Une meilleure dissipation des vibrations,
  • Une meilleure résistance aux dommages sur la jante (Crack),
  • Une meilleure résistance à la fatigue,
  • Une meilleure traction sur route dégradée.
Carbon Endurance Component CEC roues Carbone/innegra - photo Philippe Aillaud
Carbon Endurance Component CEC roues Carbone/innegra – Mon vélo version route endurance avec les CEC W2244S – photo Philippe Aillaud

La fibre Innegra restera blanche dans le laminé ce qui permet d’utiliser le contraste de couleur pour donner à la jante un certain look.

Carbon Endurance Component produit des équipements carbone classiques, mais une partie de sa production utilise ces assemblages carbone et fibre. Grâce à l’esprit pionnier du créateur de la marque : Pierre-Arnaud La Magnan, nous pouvons explorer ces nouveaux domaines d’utilisation. Pierre-Arnaud, qui est également le boss de Chiru Bikes, teste lui même ses nouveaux produits, lors d’aventures extrêmes à vélo. Ce sont des « bancs test » pour lui qui sont sans doute plus réalistes que les robots de laboratoire servant à certifier les produits.

Roues CEC 650B avec rayons en Dyneema au poids de 1,030 kg - photo Bike Café
En version gravel avec les roues CEC 650B avec rayons en Dyneema au poids de 1,030 kg – photo Bike Café

Ma modeste expérience, dans l’usage de ce matériel est moins engagée que celle de Pierre-Arnaud, mais je confirme l’intérêt de ces nouvelles technologies. Pour moi les rayons en Dyneema m’ont apporté confort et souplesse en gravel sur nos pistes locales très rugueuses.

Pour les jantes Carbone / Innegra je dispose d’un peu plus de rigidité, moins de vibrations et donc une meilleures filtration. Sans être d’une essentielles toutes ces améliorations ne sont pas de l’ordre du détail et j’ai craqué sur mon nouveau WishOne pour une paire de roues CEC W2244S que j’ai monté avec des pneus Pirelli Cinturato de 32 en tubeless.

Caractéristiques :

  • Jantes en Carbone/Innegra
  • 700C, 22mm intérieur,
  • Profil H : 44mm,
  • Moyeu avant CEC 100×12, 24 rayons.
  • Moyeu Arrière 142×12, 24 rayons. (SAPIM CX Ray),
  • CDR Shimano road,
  • Fixation 6 trous,
  • Poids : 1,3 kg la paire
  • Prix : 1407 €

Ces roues sont vendues en France chez Boost Cycles. Elles ne sont pas sur le site faites une demande via contact.

LEAVE A REPLY