Accueil NOS VÉLOS GRAVEL BIKE Gravel MW Cycles et Sensah : la simplicité avant tout

Gravel MW Cycles et Sensah : la simplicité avant tout

1
MW Cycles Sensah
Le gravel MW Cycle dans les Ocres du Vaucluse (photo Stéphane Pochat)

 

MW Cycles est une petite société fondée par Martin Weisser, de nationalité allemande, qui est installé depuis 1994 en France. Son atelier est situé dans le beau village de Méthamis, dans le nord du Vaucluse. C’est là que j’ai eu la chance de rencontrer Martin en juin dernier. Il m’a présenté avec passion le vélo que j’allais pouvoir tester, dans mon département natal.

Martin Weisser devant son atelier dans le Vaucluse (photo Laurent BIGER)

Martin commence par m’expliquer sa démarche, qui se veut particulièrement pragmatique : proposer un vélo simple, peu onéreux, et qui puisse correspondre à une multitude d’utilisations. Le mot Gravel est rapidement lâché. La géométrie de ce cadre a été dessinée par Martin dans cet esprit de rationalité et de polyvalence. Des caractéristiques qui n’ont pas échappé aux passionnés locaux, puisque c’est ce vélo qui a été choisi pour peupler le parc de Gravel en location au Centre Départemental de Plein Air et de Loisirs de Rasteau que nous vous avions fait découvrir dans un article précédent.

Martin m’explique ses choix, toujours orientés vers la simplicité et la robustesse (photo Laurent BIGER)

Un cadre  intégralement en Acier Chromo 4130 « double butted », tout comme la fourche d’ailleurs. Il est fabriqué en Asie, plus précisément à Taiwan, comme l’immense majorité des cadres. Une fois arrivés en France, Martin les emmène à Saint-Saturnin-les-Avignon, toujours dans le Vaucluse, pour les faire peindre par la société Thermolaquage Vauclusien.  Une peinture réalisée par thermolaquage en deux couches. La géométrie est classique, mais on notera des bases assez courtes et bien dessinées, permettant une monte pneumatique généreuse aussi bien en roues de 700 qu’en 650b.

Géométrie du cadre MW Cycles Gravel

Si la finition est globalement sans reproche, le rendu des couleurs n’est pas vraiment flatteur. Notamment sur cet exemplaire d’un bleu bien pâle. En revanche, j’ai pu voir d’autres exemplaires, notamment dans une couleur « sable » bien plus réussie ! Pas de pivot de direction conique ici, mais un pivot droit 1-1’8  pour contenir la fourche en acier équipée de quelques inserts rendant possible la pose d’équipements spécifiques. Celle-ci est conçue pour accueillir un axe traversant de 12x100mm et un étrier de freins au standart flatmount.

Des solutions simples mais des standards modernes (photo Laurent BIGER)

Il en est de même pour le cadre qui arbore ces mêmes standards modernes, axe traversant et étrier de frein flatmount, ce qui est une vrai bonne surprise sur ce type de vélo. Le boitier de pédalier est fort logiquement au standard fileté BSA, gage de simplicité, à l’image du vélo. Le passage des différentes gaines se fait évidemment de façon externe.

Boitier fileté pour simplifier la maintenance. Notez la discrétion des soudures…  (photo Laurent BIGER)

La transmission s’articule autour du groupe chinois SENSAH SRX Pro. Groupe bien connu des amateurs d’équipements cycles exotiques, c’est en revanche bien plus rare de trouver cette marque en monte d’origine, comme le fait MW. Un groupe 1 x 11 vitesses, associé à un pédalier Prowheel DMA. La finition de ce groupe est plutôt basique, mais pas non plus dénuée de charme avec notamment des leviers bien dessinés. Ils actionnent des étriers de freins à tirage mécanique TRP Spyre, un classique dans le milieu.

Transmission SENSAH SRX Pro en 1×11 vitesses (photo Laurent BIGER)

Les périphériques RED sont d’une finition acceptable, et permettent de ne pas faire grimper trop la facture de ce vélo. Le cintre est d’un flare très (trop à mon goût) prononcé et participe à l’esthétique baroudeur de ce gravel MW Cycles.

Des périphériques simples mais bien adaptés à la pratique Gravel (photo Laurent Biger)

Les roues sont montées par Martin lui-même. Pour cela, il utilise des moyeux Novatec et des jantes RYDE Edge. Si mon exemplaire de test est équipé de jantes de 22mm de largeur interne, Martin préconise désormais un modèle plus large de 26mm de largeur interne.

Annonce

La clearance du cadre et de la fourche permettent de grosses sections: 42mm en 700 et 50mm en 650b.

Un cadre et une fourche à la clearance généreuse. Notez les inserts sur la fourche (photo Laurent BIGER)

Vous l’avez certainement déjà remarqué, nous sommes ici sur une monte en 650B et non pas de 700, même si les deux sont compatibles sur ce cadre et fourche. Pour équiper ces modèles, c’est actuellement les Hutchinson TOUAREG en 650b x 47mm qui ont été retenus, le tout monté en tubeless.

À l’essai

Une première sortie mixte entre route, pistes mais aussi sur des singles track parfois défoncés, a déjà mis en évidence des points marquants de ce modèle. En premier lieu, le confort est bel et bien au rendez-vous avec une filtration verticale qui préserve utilement son hôte.

Le gravel MW Cycle dans les Ocres du Vaucluse (photo Stéphane Pochat)

C’est une remarque valable aussi bien pour le triangle arrière que pour la fourche. Il est vrai que la généreuse monte pneumatique en 650B x 47mm n’est pas étrangère à cette remarque. Le lendemain, je file à Orange pour participer à Orange is the New Gravel, une randonnée organisée par mes amis Fabien, Dan et Pascal. Un parcours de 80 km, qui a par moment traversé des sentiers bien cassants où j’ai pu conforter mon premier avis sur ce vélo : c’est un remarquable descendeur !

Ce Gravel MW Cycles est un remarquable descendeur (photo Laurent Biger)

C’est presque une surprise de constater la précision de guidage, malgré le frêle pivot droit. Le MW s’affranchit facilement des obstacles et me permet de descendre à vive allure, y compris sur les sentiers les plus dégradés. De quoi réellement prendre du plaisir dans les passages les plus techniques.

Le Gravel MW sur la randonnée Orange is the New Gravel (photo Pascal Colomb)

Quelques jours plus tard, je remonte à son bord pour me rendre au point de départ du Tour du Ventoux de More Gravel. Cela sera ma dernière sortie avec ce MW, et pas des moindres avec 2.800 m de D+ et 110 km sur les versants exigeant du « Géant de Provence ». Un ambitieux programme pour ce MW Cycle, et surtout pour son cavalier… Le dénivelé de cette sortie, massif, rappelle le poids de ce MW, autour de 11,7 kg à vide dans cette configuration. Comparé à la plupart des machines que j’ai pu tester, c’est évidemment supérieur, mais finalement plutôt bien placé au regard de la concurrence « tout acier entrée de gamme ».

Le MW Cycles sur les pistes Nord du Mont Ventoux (photo de Denis Cauvin lors du Tour du Ventoux More Gravel)

Cependant la rigidité latérale est tout de même perfectible, et il est désormais évident que beaucoup de mes watts se dispersent un peu trop à mon goût. Il faut dire que sur ce parcours très exigeant, je n’ai pas entre les jambes la machine idéale pour me préserver au mieux…

Freins mécaniques TRP SPYRE : pas trés puissant mais relativement endurant… (photo Laurent Biger)

Le freinage mécanique n’est pas un modèle de puissance et de progressivité, mais son endurance est tout à fait acceptable, même sur un parcours aussi montagneux. Le groupe SENSAH est d’un fonctionnement connu puisque l’on retrouve un simili système double-tap tel que l’on peut le rencontrer sur les groupes SRAM. Le touché est cependant plus souple, et malheureusement moins précis aussi. Cependant, ce groupe basique s’est révélé fiable lors de mon essai et finalement pas si désagréable une fois que l’on en a compris les faiblesses. La cassette 11-46 dents associée au plateau de 40 dents permet un belle polyvalence. L’ensemble leviers / dérailleur n’est pas d’une grande rapidité mais remplit sa fonction. Je trouve cependant le ressort de rappel de la chape trop faible, même dans sa position la plus tendue (3 réglages différents possible). Les leviers sont un peu étroits à mon goût: la surface d’appui offerte aux mains est plutôt mince, ce qui nécessite un temps d’adaptation quand on est habitué à de larges leviers Shimano GRX par exemple. La finition est elle plutôt correcte au regard du prix imbattable de ce groupe… 

Un Gravel très à l’aise dans les singles tracks (photo Laurent Biger)

Pour conclure.

Ce vélo est finalement assez éloigné des machines que je teste la plupart du temps qui sont plus légères, et à vocation plus « sportives ». Néanmoins, j’ai pris plaisir à rouler au guidon de ce vélo tout en acier, à la géométrie très bien pensée, qui en fait d’ailleurs un remarquable « franchisseur » dans les parcours techniques. Martin Weisser aime à rappeler que ce n’est là qu’un exemple de montage possible, et en rien une configuration imposée. Très à l’écoute, et en véritable passionné, il n’hésites d’ailleurs pas à conseiller aux clients de ne lui acheter que le kit cadre et fourche, afin que chacun puisse concevoir « sa » machine ou à les orienter sur le montage idéal en fonction de l’utilisation envisagée.
Si ce Gravel MW n’est clairement pas taillé pour la performance, c’est en revanche un vélo simple, confortable, très polyvalent, et qui se paie même le luxe d’être ludique au pilotage ! Grâce à ses qualités, il répondra à de nombreux usages comme le vélotaf, la randonnée (pas trop sportive…), et même pourquoi pas le voyage à vélo. 

Caractéristiques :

  • Cadre: Acier Chromo 4130 « double butted », axe traversant 12x142mm, fixation étrier flatmount (Poids du cadre: 2,3kg en taille M)
  • Peinture: Thermolaquage en deux couches, par la société Thermolaquage Vauclusien. Plusieurs coloris au choix
  • Fourche: Acier Chromo 4130 « double butted », axe traversant 12x100mm, fixation étrier flatmount (poids de la fourche: environ 1 kg), équipée de plusieurs inserts, pivot droit au standard 1 1/8″.
  • Pedalier / boitier de pédalier : Prowheel DMA 40 dents / Boitier de pédalier fileté Prowheel
  • Groupe transmission (leviers et dérailleur): SENSAH SRX Pro (1×11 vitesses)
  • Cassette: SENSAH 11-46 dents
  • Périphériques (cintre, potence, tige de selle et selle): Red Cycling 
  • Jantes: Ryde Edge 22
  • Moyeux: Novatec
  • Pneus: Hutchinson Touareg 650b x 47mm
  • Poids du modèle testé: 11,7 kg (taille M)

Prix du kit cadre: 490 € TTC avec axes traversants, jeu de direction et collier de tige de selle fournis

Site internet : Velo De Voyage | Mw-cycles

 

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,

    Intéressant d’avoir un avis sur ces périphériques qui sont effectivement bien connu mais qu’on a rarement eu l’occasion de pratiquer.

    Le vélo complet dans cette configuration n’est pas encore disponible sur le site de MW Cycles, est-il prévu une date de dispo ? Et un prix ?

    Merci !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Quitter la version mobile