Département : 13  Distance : 86 km  Dénivelé + : 700 m  Difficulté  : Moyenne

 

Pour beaucoup l’étang de Berre est avant tout un endroit industriel, berceau pollué de la pétrochimie. Cette image ne reflète pas le paradoxe d’un endroit où l’on peut trouver des « spots » de nature magnifiques et découvrir des endroits particulièrement curieux. Le photographe Franck Poucel l’a surnommé, dans son ouvrage de photos, « La petite mer des oubliés », expression qui décrit parfaitement cet étang que l’on voit en passant sans s’y arrêter. Pour aller à la rencontre de ce paysage contrasté, quoi de mieux que nos vélos de Gravel qui nous permettent de nous faufiler partout. Entre marais, sous-bois, parcs, routes (parfois nationales), passages les pieds dans l’eau, … voici le récit d’une découverte pour le groupe de 14 cyclistes réunit à l’initiative du groupe Arles Gravel.

Bike Café
Le pouce levé de Dan de Rosilles résume ce que l’on a tous pensés de ce magnifique Gravel Trip autour de l’étang de Berre. photo ©BC

Eric, qui a organisé cette sortie gravel, est un mordu de vélo. Il est loin d’avoir un physique à la Froome avec un chiffre sur la balance qui s’arrête du côté de 90. Cet ancien rugbyman est tombé amoureux du vélo : VTT, Fat-bike, Fixie et Gravel Bike. Nous nous sommes rencontrés sur le Tour de Camargue en juin dernier. Il chevauchait alors son VTT et depuis, séduit par nos Gravel plus à l’aise sur les parties route, il s’est acheté un Giant Revolt 1 pour aller traîner du côté de Sausset les Pins et de l’étang de Berre. Il nous avait promis alors une découverte surprenante de son étang : il ne nous avait pas menti.

La vidéo

14 au départ … 14 à l’arrivée

14 cyclistes ont répondu à l’appel lancé sur Strava par le Groupe Arles Gravel. Nous nous retrouvons sur le parking du parc de Figuerolles … Les équipements vélo des participants sont très hétéroclites : VTT, Gravel Bike, Pignon fixe, vélo de CX, vélo bricolés, … L’organisateur, Eric, avait bien précisé que cette sortie s’adressait à des cyclistes confirmés … C’était le cas …

Le principe des sorties que le groupe propose est simple : on profite, on découvre, on s’attend, … Même si parfois on avance bon train, la moyenne horaire n’est pas notre obsession. L’idée reste de se faire plaisir et surtout, si l’un d’entre-nous crève ou connaît un souci mécanique, il est assuré de ne pas se retrouver seul au milieu de nulle part. Nous sommes partis 14 et nous sommes revenus au parking à 14 avec tous une « banane » énorme.

Bike Café
14 au départ … 14 à l’arrivée

L’étang de Berre : une histoire qui pourrait manquer de sel …

En plein coeur de ce paysage méditerranéen l’étang de Berre constitue, avec le canal du Rove et l’étang de Bolmon, un hydrosystème interconnecté et relié à la mer Méditerranée par le chenal de Caronte. Ce chenal a été creusé par les légions romaines pour abaisser les eaux de l’étang, ce qui aurait pu faire émerger l’actuel cordon sableux du Jaï séparant l’étang de Berre de l’étang de Bolmon. Au 12ème siècle cet étang est devenu un lieu de pêche avec l’aménagement des premières bourdigues entre les étangs de Berre et de Bolmon. Ces communications permettaient de piéger les poissons qui passaient d’un étang à l’autre.

Bike Café
©Photo de Franck Pourcel – étang de berre : la petite mer des oubliés

Les communications entre l’étang de Berre et la Méditerranée ont été réduites suite au comblement naturel du chenal de Caronte. Au début du 20ème siècle le chenal de Caronte est approfondi afin de permettre le passage de navires à fort tirant d’eau. En 1926 ce sera l’ouverture du tunnel et du canal du Rove. Une communication hydraulique supplémentaire entre l’étang et la Méditerranée (anse de l’Estaque) est ainsi aménagée, garantissant une continuité fluviale entre le port de Marseille et le Rhône. En 1963 suite à l’effondrement du tunnel du Rove, les échanges via ce tunnel sont totalement interrompus.

En 1966 aura lieu la mise en service de la chaîne hydroélectrique de la Durance qui utilise l’étang de Berre comme réceptacle. De considérables quantités d’eau douce et de limons, provenant du détournement de la Durance, y sont alors déversées. En 1993 une importante mobilisation pour la réhabilitation de l’étang, impose les premiers quotas au concessionnaire de l’aménagement hydroélectrique (EDF).

Ce qu’il faut retenir de tout cela, c’est que l’homme a modifié cet environnement naturel et que cet apport d’eau douce a considérablement modifié la biodiversité de l’endroit. Une prise de conscience écologique dans les années 90 tente de corriger cette dérive industrielle mais, le lieu qui devait autrefois être idyllique et autoriser des pêches miraculeuses, a souffert.

Notre périple en Gravel va nous permettre de découvrir à vélo un étang de Berre différent et nos a priori vont être modifiés à notre retour de ce tour de l’étang de Berre.

Roadbook

Nous laissons nos voitures à 8 h 30 sur le parking du Parc de Figuerolles et, après un petit briefing de l’organisateur, on s’engage sur le premier sentier qui va bien nous secouer – histoire de nous réveiller – pour nous conduire du haut de Figuerolles vers le bord de l’étang. Quelques portages seront nécessaires pour franchir des passages particulièrement techniques en descente. Nicolas, en pignon fixe (équipé de deux freins quand même), est handicapé tout comme moi et je me calque sur sa prudence pour mettre pied à terre à temps avant une éventuelle catastrophe. Les vététistes du groupe sont plus à l’aise sur cette partie … on se vengera sur la route. On contourne Saint-Mitre-les-Remparts et ces premiers 7 km seront parcourus à petite vitesse.

Bike Café
photo ©Dan

Km 7 : premier panorama sur l’étang après Patorgue. Nous découvrons une plage et autour des habitations basses plutôt modestes qui font penser à des cabanons de vacances où il doit faire bon y passer des moments paisibles en regardant les flots. Nous sommes loin de l’image des industries chimiques et pétrolières qui colle à la peau de cet étang. Un peu plus loin nous découvrons les pêcheries du Ranquet.

Km 13 : à Istres nous revenons sur une route plus large et nous longeons l’étang, sur une partie plutôt plate. De l’autre côté on aperçoit l’étang de l’Olivier.

Km 19 : la route est belle et bordée à droite de beaux arbres qui nous laissent entrevoir la belle lumière sur l’étang de Berre.

Bike Café
Bernard nous fait découvrir les Cyprès chauves – photo ©Dan

Km 21 : nous quittons la route pour aller vers la « Poudrerie royale » de Saint-Chamas. Un lieu extraordinaire un peu à l’abandon mais qui recèle de nombreuses curiosités que notre guide Bernard, qui y travaille, nous fera découvrir. Il y a notamment ces fameux Cyprès chauves, arbres incroyables importés de Louisiane, qui trônent dans une sorte de Mangrove située dans la partie humide du lieu.

Bike Café
photo ©BC

Km 26 : nous passons le port de Saint-Chamas pour découvrir sur la gauche, nichés dans la falaise, des habitats troglodytes qui bénéficient d’une vue magnifique sur les bateaux de pêche et l’étang. Nous avons perdu Dan, victime de son GPS qui lui a infligé une grimpette supplémentaire. Il nous rejoint et nous poursuivons par un chemin vers la « Petite Camargue ».

Km 29 : nous arrivons au milieu d’un « modèle réduit » de la Camargue … C’est comme un clin d’oeil à notre sortie du mois de juin.

Km 34 : après une séance de manivelles avec un vent qui commence sérieusement à forcir nous quittons la piste cyclable de la D10 après être passés devant la fameuse centrale électrique qui déverse l’eau de la Durance dans l’étang.

Km 38 : nous voilà arrivés à Mauran après avoir longé les marais du Sagnas. Nous traversons le pont qui enjambe l’Arc. Le paysage est plat et le vent souffle de plus en plus.

Bike Café
C’est l’heure de faire la pause casse-croûte – photo ©BC

Km 46 : superbe arrivée dans un lieu qui ressemble au Paquier d’Annecy …Si il n’y avait pas ici des palmiers, on pourrait confondre. Il manque juste les pédalos … Nous sommes à Berre l’Étang qui nous propose cette ambiance de ville touristique à deux pas de la raffinerie et de l’usine chimique : total paradoxe. C’est l’heure de faire la pause casse-croûte : ça tombe bien nous sommes morts de faim : les émotions ça creuse. nous nous installons sur les bancs de repos posés ça et là sur cette esplanade et nous mangeons au soleil. Eric avait prévu la pause à cet endroit : bien vu …

Bike Café
Passage les pieds dans l’eau du lac … Eric nous aura tout fait … photo ©BC

KM 54 : nous remontons sur nos selles pour contourner une partie de l’étang appelée étang de Vaïné. On redescend vers l’étang tout près de l’eau pour arriver dans une base nautique et un passage les pieds dans l’eau du lac … Eric nous aura tout fait … Étonnant … on vient de passer une zone pétro-chimique on va bientôt arriver à l’aéroport international de Marignane et on est là les pieds dans l’eau le long des roseaux.

Bike Café
Le long de l’aéroport – photo ©BC

Km 60 : nous longeons les parkings de l’aéroport … Malheureusement, n’ayant pas déposé de plan de vol, la piste que nous aurions pu emprunter pour traverser plus rapidement la zone nous est refusée … Après avoir roulé un peu fort face au vent sur une sorte de rocade de routes à grande circulation (pas le dimanche), nous nous arrêtons pour attendre Nicolas qui mouline son pignon-fixe. Nous en profitons pour voir un avion atterrir juste au-dessus de notre tête.

Bike Café
Le Jaï, curieuse bande parfaitement rectiligne – photto ©BC

Km 67 : nous admirons le spectacle des Kite surfs et des planches à voile lancés à toute vitesse poussés par un Mistral qui souffle maintenant à 80 km/h. A deux pas de l’aéroport, l’étang nous propose la vision d’un lieu qui ressemble à la côte sauvage de la presqu’île d’Oléron. Nous traversons l’étrange digue de sable séparant l’étang de Bolmon à gauche de l’étang de Berre à droite. Le Jaï, cette curieuse bande parfaitement rectiligne aurait émergé du temps des Romains suite au creusement du chenal de Caronte. Poussés latéralement par un fort Mistral, nous recevons la « neige » d’une mousse d’écume fabriquée par les vagues de l’étang. On ne va pas attendre la « soirée mousse » au bord de l’eau, on file le long de la mer en traversant ce décor balnéaire.

Km 74 : notre parcours, qui nous fait passer du « coq à l’âne », nous fait traverser la ville de la Mède … et là c’est le cas de le dire : « C’est la Mède … » avec les raffineries et cette odeur ambiante d’hydrocarbure. On vient de quitter un lieu aux allures de vacances avec cette longue plage du Jaï, et nous voilà en plein coeur de la caricature de l’étang de Berre.

Bike Café
On admire notre approche sur Martigues par un sentier au bord de l’eau. – photo ©BC

Km 78 : heureusement notre guide Eric a tout prévu, et après avoir emprunté un petit bout de sens unique, nous replongeons sur les bords de l’étang par un petit chemin raide qu’il a découvert lors de sa reco. Un peu de portage sur un passage difficile et hop on est à nouveau au bord de l’étang et on admire notre approche sur Martigues par un sentier au bord de l’eau.

Km 80 : après être passés par le port de l’Annonciade nous franchissons le pont du chenal de Caronte à Martigues.

Km 84 : nous voilà revenus en contre-bas du Parc de Figuerolles : il va falloir grimper là-haut où sont garées les voitures. Le Parc a totalement changé d’ambiance depuis notre départ matinal. Il est noir de monde, et cette animation matinale a rempli le parking : nous sommes arrivés.

Bike Café
Bravo à Eric qui a tracé pour nous ce parcours – photo ©Bike Café

86,4 km de plaisir pour 685 m de D+ … Bravo à Eric pour le tracé de ce parcours qui nous a fait découvrir un étang de Berre particulièrement insolite. Et comme cet homme à le sens de l’organisation, il avait prévu pour l’arrivée quelques bières et de quoi nous ravitailler.

C’est promis on remettra ça … Toujours dans cet esprit convivial où l’on s’attend ou chacun veille sur l’autre … Pas de chrono juste une bonne camaraderie et le plaisir d’une découverte que cet article, je l’espère, vous aura fait partager.

Je vous invite à visiter la page du Arles Gravel Club sur laquelle chaque mois une idée de sortie gravel est proposée.

La trace

Sur Openrunner la trace exacte de notre sortie. Vous pouvez télécharger le gpx : ATTENTION le trajet rentre dans la poudrerie qui n’est ouverte au public que 2 dimanches par mois.

http://www.openrunner.com/index.php?id=6754450

 

 

Bibliographie :

Si le sujet vous intéresse vous pouvez vous procurer le livre de photos de Frank Pourcel légendées par les excellents textes de Jean-Louis Fabiani.

Bike Café

Infos sur : http://www.becair.com/livre/la-petite-mer-des-oublies/


PARTAGER
Article précédentEscapades en Gravel dans les monts du Vaucluse
Aix-en-Provence - Après la création de Running Café, la co-fondation de Track & News Patrick remonte sur le vélo en créant Bike Café. Il adore rouler sur route et sur les chemins du côté de la Sainte-Victoire. Il collabore en freelance à la revue Cyclist France. Affectionne les vieux vélos et la tendance "vintage" et depuis peu la pratique du vélo de "gravel".