H, c’est la première lettre du mot hippie. Chez Pirelli, c’est plutôt l’abréviation de « Hard Terrain », la version « terrains durs » du pneu gravel spécifiquement développé par la firme italienne. Pour offrir ma contribution à la communauté des cyclistes, j’ai décidé de me faire un long trip avec ce pneu, jusqu’au bout de la piste, puis de rapporter minutieusement cette expérience. Alors, kif ou pas kif ?

Pirelli Cinturato Gravel H Cycling Tyre tire
De longs rides sur tous types de surfaces avec le Cinturato Gravel H : Y a-t-il matière à kiffer ? – photo Dan de Rosilles

La famille s’agrandit

La famille Cinturato, qui se composait jusqu’alors de l’enfant unique « Velo », un pneu endurance/Allroad que nous avons testé récemment, s’élargit avec la sortie des deux « Gravel », le H (pour « Hard Terrain ») et le M (pour « Mixed Terrain »). Mais notez bien que ces deux pneus, développés spécifiquement pour la pratique du gravel ne sont pas les frères, mais plutôt les cousins du Velo : alors que ce dernier est doté de la gomme SmartNet Silica, initialement conçue pour les sports automobiles, ses cousins Gravel sont composés du Speedgrip Compound. Certes, le Velo et les Gravel ont une carcasse de 127 TPI, des renforts anti-crevaison en nylon à haute densité de tringle à tringle, mais Velo dispose aussi d’un renfort en fibres d’aramide dispersées dans la chape (la construction Armour Tech), alors que les Gravel sont équipés d’une carcasse qui favorise la déformation du pneu pour davantage de rendement, d’adhérence et de motricité en situation tout-terrain.

Test des Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu
Des crampons latéraux procurent l’accroche nécessaire dans les prises d’angle – photo Dan de Rosilles

Autre différence, bien visible, le Velo est quasi-lisse, alors que le Gravel H possède une bande de roulement constituée de crampons bas et rapprochés qui favorisent la vitesse et des crampons latéraux plus prononcés qui procurent l’accroche nécessaire dans les prises d’angle. Le Gravel M arbore, quant à lui, des crampons nettement plus imposants qui lui donnent un air de pneu VTT. À l’évidence, Pirelli ne s’est donc pas contenté de commercialiser, sous le même nom de famille, des déclinaisons du même pneu, mais l’équipe « Recherche & Développement » a visiblement travaillé sur des pneus très différents, adaptés aux pratiques spécifiques auxquelles ils sont destinés.

Test des Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu
Le Gravel H est vraiment cool à monter, rien à déclarer – photo Dan de Rosilles

Goûtons au H

Mes chemins de prédilection, les DFCI dans la garrigue autour d’Arles ou les pistes forestières des Cévennes sont essentiellement caillouteux, donc je me suis attaché à tester la version H en 40 mm. Le pneu existe en plusieurs diamètres, tous tirant vers le gros : 35, 40 et surtout un 45 mm, qui illustre bien la tendance actuelle des « Monster Cross ». Mais mon vélo ne permet pas de passer des pneus plus gros que 40 mm, et c’est dommage, car j’aurais bien essayé la plus grosse section, cinq millimètres de plus… par curiosité. Notez que le pneu existe aussi en 650b, avec un 50 et un 55 mm. Bravo aux concepteurs de Pirelli qui ont su s’adapter à la tendance actuelle des vélos à gros pneus, fort intéressants à rouler en gravel.

Test des Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu
Sur les cailloux, comme ici sur les pistes pentues des flancs du Mont Ventoux, le Gravel H est vraiment à sa place et à son aise – photo Dan de Rosilles

Initiation, détente

Je choisis pour débuter ce test mon « parcours base », au départ d’Arles, sur un circuit qui alterne pistes en terre battue, single tracks en forêt, bords de canaux et chemins dans la garrigue. Ce premier contact est plutôt sympa : j’ai l’impression que je connais le pneu depuis longtemps, il est rassurant, régulier quelque soit la surface et la vitesse. Très vite, j’ai envie de le dégonfler, surtout à l’avant, et de passer un demi-bar en dessous des valeurs recommandées par Pirelli. Le pneu se détend, il est beaucoup plus confortable et accrocheur mais reste extrêmement franc dans les descentes et lors de virages serrés.

Pirelli Cinturato Gravel H cycling tyre tire pneu
Mes chemins secrets dans les bois de l’Ilon, avec, leur terre lisse et un tapis de feuilles mortes m’accueillent dans leur intimité, toutes branches ouvertes, pour un premier test des pneus fraîchement montés – photo Dan de Rosilles

Ici les flancs « ceinturés » font le job, les Cinturato n’usurpent pas leur nom de baptême. Mon programme gravel d’automne, dans les semaines à venir, est riche et varié : Alpilles, Mont Ventoux, Lozère, Ardèche, Camargue… ces pneus vont m’accompagner partout, et je sens qu’on va faire la paire, tous les trois.

Easy rider

Lors des deux premières semaines de test, la météo a été ensoleillée, il n’a pas du tout plu cet été et en ce début d’automne et où que j’amène les Cinturato, les terrains sont très secs. J’essaie de varier au maximum les surfaces très vite, je constate son excellent rendement sur terre battue, tapis de feuilles, graviers de tous calibres. Je me fais cependant quelques frayeurs sur de courts passages de limon, sable meuble, flaques de boue un peu profondes. Ce n’est pas que le pneu ne peut y passer, mais je dois m’astreindre à réduire ma vitesse et à raffermir ma tenue de cintre.

Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu cycling
Ce pneu « easy rider » est à l’aise partout – photo Dan de Rosilles

Mais globalement, ce pneu est « easy rider » : le sourire aux lèvres, on se sent ultra-stable, sur un train de pneus franc et réactif. Même si ce n’est pas le meilleur en traction dans les pourcentages sévères, il est à l’aise partout.

Speed

Le Cinturato Gravel possède une bande de roulement constituée de crampons bas et rapprochés qui priorisent la vitesse. C’est le moment d’appuyer sur les pédales et d’aller tester le rendement – photo Dan de Rosilles

C’est le moment d’appuyer un peu plus sur les pédales et d’évaluer le rendement du Cinturato H sur surfaces rapides. Sur terre dure, gravier tassé, sols compressés de toute sorte, ce rendement est excellent. Sur le goudron par contre, par exemple dans les épingles à cheveux que j’ai essayé d’enchaîner au plus serré et au plus vite dans la descente du Mas de La Barque, entre Gard et Lozère, le pneu se révèle un peu décevant. Sensation confirmée dans la descente sur tarmac plus large et plus lisse, comme sur les routes du Ventoux en descendant vers Malaucène. En fait, plus le revêtement est lisse et rapide, plus le pneu me déçoit, avec le sifflement caractéristique des pneus cramponnés. Malgré ses crampons très bas et sa presque-bande de roulement, ce pneu reste, pour ce qui est des surfaces goudronnées, à ranger dans la catégorie des pneus « à crampons ». Ici, Pirelli n’a pas réussi de miracle, non, le pneu absolument polyvalent n’existe pas encore…

Pirelli Cinturato Gravel H Snaky road tyre tire cycling
Dans les épingles de la descente du Mas de la Barque, entre Gard et Lozère, le rendement sur goudron se révèle quelque peu décevant – photo Dan de Rosilles

Suivre sa voie

Pirelli Cinturato Gravel H Tyre tire pneu
Le Cinturato Gravel est bluffant de précision, le pilote décide, le pneu s’exécute – photo Dan de Rosilles

Mais réduisons la largeur de notre point de vue, quittons les autoroutes à vélo pour nous faufiler dans des passages plus étroits. Les singletracks des Alpilles ou des forêts ardéchoises nous ont permis d’en savoir un peu plus sur les capacités manœuvrantes du Cinturato H. En se faufilant entre les arbres, sur des sols forestiers entre terre et cailloux, on découvre un pneu bluffant de précision, aidé en cela par sa capacité à rester réactif et rigide-mais-pas-trop des flancs malgré de basses pressions. Épaulé par ses crampons latéraux petits et serrés mais plutôt agressifs, on peut attaquer franchement et choisir des trajectoires que le pneu respecte à la lettre.

Pirelli Cinturato Gravel H
Les dalles calcaires un peu humides ne gênent en rien la précision du pilotage – photo Dan de Rosilles

Ce n’est pas une terre plus meuble qui perturbe le plaisir du pilotage, au contraire, le changement de surface, comme le passage en montée sur des dalles calcaires un peu humides près de la chapelle Saint-Gabriel à Saint-Étienne du Grès ne change pas la donne. En descente, sur terre battue ou meuble, dans les graviers, sur les petits cailloux qu’ils soient calcaires, granit ou schiste, ce pneu est un régal pour piloter en finesse.

Pirelli Cinturato Gravel H Tyre tire pneu singletrack monotrace
Sur terre, battue ou juste meuble, ce pneu est un régal – photo Dan de Rosilles

Expériences alternatives

Il y a aussi les exceptions, les moments où on ne peut pas faire autrement, les situations imprévues sur un secteur que l’on connait pourtant bien. Inondations de la piste due au débordement d’un canal d’irrigation, dépôt de ruines de travaux du bâtiment pour remblayer une piste agricole un peu trop creusée, tas de lisier chut d’une benne agricole et qui barre complètement le passage, labour intense de la piste par des sangliers au détour d’un virage, un bon pneu de gravel doit pouvoir aussi répondre à des situations où ce n’est pas la beauté du geste de pilotage qui compte, mais l’efficacité et le pragmatisme pour passer l’épreuve et reprendre le cours normal de son activité cycliste. Je peux dire que, lors du test, en ses occasions « accidentelles » aussi rares qu’impromptues, le Cinturato H ne m’a pas laissé tomber et m’a bien aidé à me sortir d’affaire.

Pirelli Cinturato Gravel H Tyre tire pneu
La spécialisation « Hard Terrain » n’interdit visiblement pas un excellent comportement en zones inondées – photo Dan de Rosilles

Vivre sans temps-mort et jouir sans entraves

On a coutume de voir des images des grands festivals où, comme à Woodstock, la pluie a transformé la prairie qui accueillait le public en un immense champ de boue. Parfois, on s’habille pour un Summer Of Love, mais la météo nous précipite à Waterloo… Quid du Cinturato Hard Terrain si la pluie s’en mêle et que nos terrains de jeux favoris changent brusquement de nature ? Honnêtement, je n’aurais pas de moi-même poussé l’expérience aussi loin si la météo durant ce test ne m’y avait pas obligé. Mais une semaine de pluie intense ne m’a pas vraiment laissé le choix, si ce n’est de changer le train de pneus pour écrire un article sur les pneus de cyclocross, ou continuer avec celui-ci, quitte à piloter avec des pneus pas ou peu adaptés à la situation. Les a priori ont la peau dure, et si Pirelli a dit « Hard terrain », est-ce-que la spécificité de ce pneu ne lui permet pas d’autre usage ?

Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu tubeless
Dans la boue, le Gravel H ne s’en tire pas si mal. Les crampons bas ne font pas de miracle, mais ils chargent très peu et finalement le pilotage reste sain – photo Dan de Rosilles

Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de me régaler dans la boue, sur les feuilles, les pierres  et les racines mouillées… avec ces pneus Hard terrain. Bien sûr, j’ai dégonflé un peu plus, j’ai roulé plus prudemment ; bien sûr, le pneu n’est pas au top comparé aux situations sèches et dures, et j’ai évité les zones de boue pure et vraiment collante, mais globalement le pneu a dépassé mes attentes. Les crampons bas chargent vite, mais sur une couche assez fine qui n’alourdit pas vraiment le pneu et ne crée pas de glissades rédhibitoires. De plus, les crampons bas débourrent aussi vite qu’ils ont chargé dès qu’on sort de la boue et qu’on passe dans une flaque ou sur des végétaux. En particulier, je ne constate aucun « bouchon » au niveau des bases du vélo ou sous les câbles de mes mini V-brakes, ce qui aurait rendu ces pneus inutilisables dans la boue.

Pirelli Cinturato Gravel H cycling tyre tire
Pierres et végétaux mouillés, racines… Sur sols mouillés, n’en déplaise aux étiquettes, je me suis régalé avec ce pneu – photo Dan de Rosilles

Au fur et à mesure, je réalise qu’il ne faut pas se méprendre sur le terme « Hard Terrain » : Le pneu est bon sur terrains durs, qu’ils soient secs ou mouillés. « Hard » ne veut pas dire sec… Et les qualités du Cinturato Gravel H sur terrains durs ne lui interdisent pas d’être plus qu’honorable sur terrains meubles !

Et l’herbe ?

Pirelli Cinturato Gravel H tyre tire pneu cycling
Ok c’est interdit de rouler sur les greens de golf, mais j’ai fait la photo uniquement pour illustrer le fait que ce pneu, c’est de la bombe sur l’herbe – photo Dan de Rosilles

Herbe, ça commence aussi par un H, et les coïncidences sont les bienvenues en ce qui concerne cette version du Cinturato Gravel, car l’une de bonnes surprises de ce test c’est l’excellent rendement du pneu sur cette surface qui pourtant est généralement pénible à rouler. Dans les Cévennes, entre Ardèche, Gard et Lozère, j’accompagne mes amis Lucie et Fred lors d’un week-end mi-sec mi-humide de début octobre. Sur la plaine du Tarn, un plateau tourbeux à plus de 1300 m d’altitude, l’herbe est dense, avec par endroits de lisses rochers de granit affleurant au beau milieu du singletrack. Ici on fonce, même si par endroit l’herbe est assez haute, drue et mouillée. On passe les petites mares d’eau retenue par la tourbe avec une assurance déconcertante. Sur ce terrain atypique, a priori pas inscrit dans le cahier des charges du pneu, le Gravel H tient son rang.

Pirelli Cointurato Gravel H pneu tyre tire cycling
Sur la Plaine du Tarn, entre les genêts, les touffes d’herbe drue des tourbières et les plaques de granit affleurant, le Cinturato Gravel H tient son rang – photo Dan de Rosilles

Méditation

Vraiment, le pneu Cinturato Gravel H de chez Pirelli est cool. C’est un pneu polyvalent et fiable, qui sera à l’aise sur tous les terrains durs et secs, particulièrement sur terre, où il se révèlera rapide, très rapide, et dans les singletracks où il excellera par la précision qu’il donne au pilotage. Supportant des pressions particulièrement basses (bien en dessous des valeurs préconisées par Pirelli) grâce à ses renforts latéraux, il est indécrochable en courbe, et saura vous étonner même sur terrains humides et mouillés : dalles, racines, gravier… qui ne lui poseront aucun problème. Il se révèlera d’ailleurs surprenant sur l’herbe, même grasse. Attention toutefois à éviter les terrains meubles : sable, boue… mais son cousin « M », fortement cramponné, est fait pour ça. Petit bémol cependant : ce pneu n’est pas le plus rapide sur la route et manque de traction dans les montées sèches sur gravier. Mais ces petits défauts seront compensés par son prix contenu et sa résistance quasi indéfectible face aux risques de crevaisons.

Le Pirelli Cinturato Gravel H chez notre partenaire Cycletyres

Méditation, juché sur des Gravel H… photo Dan de Rosilles
Méditation gravel, juché sur des Pirelli Cinturato… photo Dan de Rosilles

1 COMMENTAIRE

LEAVE A REPLY