Parmi les créateurs de vêtements de cyclisme haut de gamme, Rapha s’est toujours distingué par une constante volonté de mettre en valeur le cyclisme féminin, en produisant des vêtements spécifiquement adaptés aux femmes et en inventant des événements tels que la Rapha Women’s 100. En s’associant avec la marque américaine de vêtements techniques pour le loisir Outdoor Voices, Rapha affirme à nouveau cette spécificité dans un monde du vélo traditionnellement masculin. Habituée et assez fan des équipements Rapha, je n’ai pas hésité une seconde à tester cette nouvelle collection, issue d’une collaboration originale.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Dan un univers du vélo traditionnellement masculin, Rapha se singularise en affichant une forte volonté de promouvoir le cyclisme au féminin – photo Dan de Rosilles

Troublante esthétique

La dotation que j’ai reçue se compose d’un cuissard, d’un jersey, d’une veste coupe-vent, de chaussettes et d’une casquette. J’ai été très surprise des couleurs, plutôt différentes des palettes habituellement utilisées par Rapha, la dominante bleu-vert des étoffes s’opposant franchement au blanc halogène de la veste. C’est sobre, c’est élégant mais pas obligatoirement gai, assez strict finalement, la veste apportant une touche décalée et trouble, un peu comme l’étrange esthétique qui se dégage d’un film de David Lynch.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Avec un look à la fois sobre et élégant, féminin mais strict et un peu fou, cet ensemble me trouble et me donne l’impression de me glisser dans un film de David Lynch – photo Dan de Rosilles

C’est ça, la veste à la fois belle et inquiétante, translucide, secrète, me fait penser à Mulholland Drive et Lost Highway, deux films hypnotiques et précieux de Lynch, et au ruban ininterrompu d’une route en Californie. D’ailleurs, le blanc de cette veste est nommé « Alyssum » sur le site d’Outdoor Voice, ceci n’est-il pas une référence explicite à « Asylum » (asile en anglais) et aux froides infirmières en blouses blanches qui peuplent tour à tour les cauchemars et les fantasmes de ces messieurs ? Mais trêve d’asiles, d’Alice au Pays des Merveilles ou de films de Lynch, je ne suis pas Naomi Watts ou Patricia Arquette, et comme je n’ai ni l’envie ni le temps de m’envoler pour la Californie, je m’en vais plus modestement tester cette tenue en vélo à pignon fixe sur le chaud asphalte des Alpilles.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Me voilà lancée en pignon fixe sur les routes des Alpilles. Dans la fraîcheur du matin, le coupe-vent s’impose – photo Dan de Rosilles

La vitesse génère du vent, coupons nous-en

Même en été, aux premières lueurs de l’aube, les routes des Alpilles sont fraîches. D’abord fermée puis ouverte, la veste blanche et immaculée (très visible et c’est tant mieux) tient parfaitement son rôle de modérateur thermique. Cette étonnante veste est à coup sûr la pièce maitresse de la collection et recèle quantité de détails pratiques : le rabat du panneau arrière offre une excellente respirabilité à ce coupe-vent et lui confère de la sobriété.

Rapha + Outdoor Vices wind jacket women cycling apparel
Qu’y a-t-il dans le sac des filles ? Les hommes ne le sauront jamais, mais la transparence de la veste laisse deviner le porte-monnaie dans la poche dorsale – photo Dan de Rosilles

Sa poche fourre-tout, son petit porte-monnaie et son anneau élastiqué servant à retenir une couche de plus permettent de transporter tout ce dont on a besoin sur le vélo. Au dos, je découvre un pan repliable à motif moucheté réfléchissant qui protège des projections en cas de route mouillée. Avec les premiers rayons brûlants de ce début août, je chiffonne ce coupe-vent et le fourre sans soucis dans la poche centrale du maillot. De blanc, me voilà désormais de vert vêtue.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel jersey pocket
Le soleil ne tarde pas à darder ses rayons, la veste, très compacte, se fait alors oublier dans la poche centrale du maillot – photo Dan de Rosilles

Le jeu des regards croisés

Une autre pièce de la collection m’a impressionné : le cuissard, qui au déballage m’avait intrigué par son bleu a priori banal, se révèle être un formidable allié de la cycliste. En fait, au jeu de la lumière, la couleur rayonne, la maille est souple et solide, bon Rapha ne saurait mentir, tout est pensé et conçu dans l’élégance et la commodité. Le pad est hyper confortable, même pour une longue journée de vélo, les poches cargo en filet sont hyper pratiques et surtout la partie haute intégrale en body croisé dans le dos permet de rouler jersey grand ouvert ou même sans jersey lorsqu’il fait vraiment très chaud. C’est smart, c’est classe.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Le haut « body » du cuissard permet, au plus fort de la chaleur, de rouler jersey ouvert – photo Dan de Rosilles

J’enchaîne les montées et les descentes, cet ensemble est irréprochable d’un point de vue sportif. Avec la chaleur je transpire, je souffle, je râle même, mais pas contre mes vêtements, bien au contraire. Le jersey est très agréable à porter, léger, il ne colle pas à la peau, j’adore son motif extrêmement subtil composé de mouchetages, le leitmotiv également présent sur le coupe-vent et le plastron du cuissard sur un tissu finement gaufré.

Rapha + Outdoor Voices cycling apparel jersey bib short
Le mouchetage extrêmement subtil du jersey est parfaitement complémentaire de celui du plastron du cuissard – photo Dan de Rosilles

À la ville comme sur la route

Cet ensemble est pratique, mais finalement très habillé. Comme toujours chez Rapha, tout se joue sur de petits détails qui vont typer le vêtement et affirmer sa fonction. Ici, il s’agit de pouvoir changer d’univers sans changer de vêtement, et un test dans les rues de ma ville d’Arles et absolument convaincant. Tout tient aux couleurs finalement assez sobres de l’ensemble, à la hauteur de la chaussette, à la rigueur de la coupe. Rapha est une marque anglaise, et ça se voit.

Rapha + outdoor Voices women cycling apparel Arles
Dans une pratique urbaine, plus décontractée, la tenue Rapha + Outdoor Voices se révèle parfaitement adaptée – photo Dan de Rosilles

Arles est une ville touristique, très fréquentée en été, et je ne m’y promènerais pas en tenue de sport sans me sentir mal à l’aise. Avec cet ensemble Rapha + Outdoor Voices, je me suis amusée à monter en danseuse autour des arènes, à flâner à la terrasse de mon bar à bières artisanales préféré sans le moindre scrupule. J’arbore ma tenue sportive avec aplomb, je me surprends à l’oublier, je suis bien dedans tout naturellement. Personne n’a d’ailleurs eu l’air de sourciller, ce qui à mon avis est une évaluation probante.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel socks
Tout tient à de petits détails, la rigueur de la coupe, la hauteur de la chaussette – photo Dan de Rosilles

Une collaboration audacieuse, mais pertinente

Suite à une rencontre il y a deux ans sur l’île de Majorque, les créatifs de Rapha et d’Outdoor Voices ont commencé à travailler ensemble sur l’idée que « le cyclisme semble parfois se prendre un peu trop au sérieux, mais vraiment : il ne faudrait pas ! Rouler sur son vélo c’est une aventure, une conversation, un moyen d’échapper à la réalité« . Derrière cette belle idée, il y a aussi une excellente complémentarité de deux marques qui ne sont pas en concurrence.

Rapha + Outdoor Voices bib short women cycling apparel
Les bretelles du cuissard « Crossback », croisées dans le dos, sont un clin d’œil aux code du yoga et de le gym en salle, sans rien enlever à l’efficacité pour la pratique cycliste – photo Dan de Rosilles

L’ADN de Rapha est 100% vélo, alors que celle d’Outdoor Voices est au cœur des salles de gym et sur les tapis de yoga. Mais les deux marques ont aussi pas mal de points communs: Outdoor Voices, prône, au delà de la pure pratique sportive, l’idée de « faire des choses », de façon décomplexée et ludique, de s’amuser, de faire le lien entre les activités physiques et les activités de la vie de tous les jours. Et ces valeurs là, Rapha les partage aussi.

Adrien Moniquet Silversmith jewelry Alpilles craftsman Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Dans l’atelier du créateur de bijoux Adrien Moniquet à Maussane-les-Alpilles la tenue Rapha+Outdoor Voices est naturellement de circonstance – photo Dan de Rosilles

Je profite de ma sortie dans les Alpilles pour rendre visite à Adrien Moniquet, créateur de bijoux et forgeron d’argent dans son atelier de Maussane. Il doit finaliser pour moi un bracelet constitué d’un fil d’argent et d’un maillon de chaîne de pignon fixe. À la ville comme sur la route, la tenue Rapha+Outdoor Voice met à l’aise partout.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel
Le vélo ce n’est pas seulement du sport et de la performance, c’est aussi la vie de tous les jours, la convivialité, les histoires – photo Dan de Rosilles

Girly et un brin provoc

La collection créée sur cette ligne directrice est donc résolument conçue pour toutes les femmes, débutantes ou aguerries sur le vélo, pour que rien n’entrave leur liberté de rouler, mais aussi de se sentir bien sur le vélo et sous le regard des autres. L’alchimie est complexe, la palette est large : un peu de sérieux et beaucoup de composants techniques pour les compétitrices et celles qui vont vite à l’instar du jersey, absolument irréprochable et 100% Rapha jusqu’au bout de la fermeture à glissière.

Rapha + Outdoor Voices women cycling apparel cap
Les pans croisés de la casquette rappellent ceux des bretelles du cuissard. Une large ouverture est prévue pour la queue de cheval – photo Dan de Rosilles

La collection Rapha+Outdoor Voices permet d’assumer sereinement sa féminité sur le vélo, de pédaler tout en confort et se sentir bien en toutes circonstances. Tout est affaire de détails, de finesse de réalisation, de choix de matériaux, de couleurs, de coupes, de motifs… Cette collection s’impose avec naturel, et fait le lien entre la femme, la sportive et la cycliste. Rapha+Outdoor Voices c’est une alchimie réussie, une élégance anglaise, un style de vie américain, une belle collaboration entre deux marques qui savent s’adresser aux femmes.

Rapha + Outdoor Voices women cycling Apparel Alpilles
Rouler, tout oublier, en profiter – photo Dan de Rosilles

 

LEAVE A REPLY