Depuis les années 70, la marque GT, fondée par Gary Turner, n’a eu cesse de nous faire rêver. Même si l’ADN reste ancré dans le BMX, GT a été un des précurseurs dans le milieu émergent du Mountain Bike aux USA. Je suis l’un de ceux qui rêvaient dans les années 90 sur le ZASKAR et son cadre triple triangle, ce fameux VTT à tout faire qui domina sa génération, et dont le nom figure toujours au catalogue, au rayon XC et Trail.

 

Gary Turner (crédit photo : Jeff Zielinski)
Gary Turner (crédit photo : Jeff Zielinski)

L’épisode routier de la marque californienne est bien moins connu (du moins en Europe), mais non dénué d’intérêt, avec notamment une course à l’innovation perpétuelle, particulièrement visible avec les vélos « Aéro » de l’équipe américaine aux jeux olympiques.

L’histoire des vélos de route GT
L’histoire des vélos de route GT

Tout cela nous amène en 2014 où la firme présente le concept du Grade. GT met alors en avant une pratique sur toutes les routes, quelque soit le revêtement, et avec la notion centrale d’endurance. On est donc absolument pas dans une démarche d’adaptation d’un cyclo-cross, mais bien dans un projet totalement nouveau, que GT baptise Enduroad.  

Le Grade de 2015 en carbone n’était d’ailleurs pas homologué pour les épreuves UCI. Une approche globale dans un timing parfait : la pratique Gravel commence doucement à s’exporter hors des pistes américaines. La force du réseau de distribution, la réputation de GT, et la large gamme du GRADE pour (presque) toutes les bourses fera le reste : le succès est mondial et durable. Le GT GRADE devient un des tout premiers Gravel « de masse », que l’on retrouve aux quatre coins du monde, dans de nombreuses déclinaisons en aluminium et carbone. Au sein du team Bike Café, nous sommes d’ailleurs trois à avoir commencé le Gravel sur un GT Grade : Sébastien et Philippe sur le Carbone, et moi-même sur un aluminium. Notre équipe l’a également utilisé sur la première épreuve du Roc Gravel en 2016. Un vélo sur lequel il est facile de trouver sa bonne position, qui permet bien des fantaisies grâce à une géométrie très bien pensée, et qui se veut avant tout rassurante et confortable.

Une bête de somme aussi robuste que polyvalente, que j’ai amené aussi bien au sommet du Ventoux, qu’en cyclo-cross, que sur des épreuves Gravel chronométrées ou bien sûr en vélotaf.

Un nouveau GT Grade très attendu 

Test du nouveau gravel GT Grade
Le nouveau GT Grade – photo Laurent BIGER

Remplacer un best-seller n’est jamais chose facile, tant il faut concilier l’héritage du précèdent tout en le réactualisant. Si le précédent Grade flirtait entre les pistes roulantes et le domaine de l’endurance route, son remplaçant déplace le curseur bien plus du côté de l’Off-Road. Une volonté dans l’air du temps et finalement tout à fait conforme au savoir faire de GT, indéniablement reconnu dans ce domaine. Le concept maison du triple triangle semble cette fois libéré de toutes contraintes, en se permettant de ne plus toucher le tube de selle. C’est esthétique, mais surtout, comme nous allons le voir, diablement efficace.

Les haubans, particulièrement fins, sont d’une composition spécifique mélangeant deux types de fibres légères : le carbone et la fibre de verre. Le noyau en fibre de verre assure la résistance et l’amortissement tandis que les couches externes en fibres de carbone contrôlent la rigidité, ce qui créé la technologie dite Dual Fiber Dynamics.

Test du vélo de gravel GT Grade
La technologie GT du Triple Triangle. Le concept maison du triple triangle semble cette fois libéré de toutes contraintes, en se permettant de ne plus toucher le tube de selle – photo – Laurent BIGER

Cette souplesse verticale des haubans se traduit par un amortissement supérieur, que GT traduit littéralement par « bases flottantes ». Un qualificatif qui n’est pas exagéré, puisque l’on arrive sans peine à déformer à la main les haubans, et nous verrons plus bas que le test terrain confirmera cette souplesse verticale recherchée.

Si le tube de selle du Grade originel était classique, celui du nouveau est particulièrement travaillé dans sa forme, avec notamment une partie inférieure permettant aussi bien un flex enviable, qu’un dégagement confortable pour le pneumatique arrière.  Ce tube est également prévu pour accueillir le câblage destiné à la tige de selle télescopique, de série sur cette version Pro. 

Plus en avant, la fourche est l’autre changement majeur de cette nouvelle version. Si celle du premier Grade ne pouvait accueillir un pneumatique de plus de 38 mm, celle-ci accepte officiellement du 700 x 42 mm ou 650 x 47 mm. Livré monté en 700 x 40 mm le vélo possède une clearance généreuse, et permet ne pas redouter les terrains gras.

Test du vélo de gravel GT Grade
Un dégagement confortable (Photo Laurent BIGER)

La fourche de ce nouveau GRADE embarque une technologie permettant de faire le choix entre plusieurs déports, en l’occurrence de 55 mm ou 70 mm. Le système est très proche de celui vu chez RONDO, mais GT communique différent sur le concept. Alors que la marque polonaise joue sur le choix entre nervosité et stabilité, la firme américaine préfère aborder ce changement de déport vis-à-vis de l’utilisation et surtout du chargement du vélo.

L’objectif étant de retrouver, même lourdement chargé, des réactions prévisibles et saines dans la direction. On est cependant sur des technologies extrêmement proches, avec sensiblement les mêmes opérations techniques à effectuer. Le système RONDO agit cependant sur un plan plus vertical, notamment sur l’angle de direction, le GT reste plus sur un plan horizontal et quasi exclusivement sur la variation du déport de la fourche. Le temps pour passer de l’un à l’autre est à peu prés similaire au système RONDO, comptez environ 15 minutes. La variation de comportement est assez flagrante, mais sans réel intérêt si vous ne voyagez pas « chargé », la position « vélo non chargé » restant de loin la plus polyvalente pour la plupart d’entre nous.

Test du vélo de gravel GT Grade
La fourche Flip Chip, ici dans son réglage « non chargé » (photo montage Laurent BIGER)

Avant de quitter cette fourche, il est intéressant de noter que celle-ci est conçue pour accueillir un disque de 160, mais aussi de 180 mm. Dans un but cohérent avec le système Flip Chip : pouvoir freiner efficacement, même lourdement chargé. Vous l’aurez compris : la vocation bikepacking ou Aventure est clairement mise en avant. Et c’est également visible partout sur le cadre, avec de très nombreux inserts filetés permettant une multitude de combinaisons d’aménagements.

À noter également que GT a choisi de conserver le routage externe des gaines. Un choix clairement expliqué par GT, qui privilégie la facilité de maintenance. Autre avantage, que j’avais remarqué sur le Grade premier du nom : les trois gaines passant sous le tube oblique protègent efficacement celui-ci des projections de la roue avant.

Test du vélo de gravel GT Grade
Le GT Grade prêt pour le voyage en mode bikepacking (photo GT)

Si le tube de selle du Grade originel était classique, celui du nouveau est particulièrement travaillé dans sa forme, avec notamment une partie inférieure permettant aussi bien un Flex enviable, qu’un dégagement confortable pour le pneumatique arrière.  Celui est également prévu pour accueillir le câblage destiné à la tige de selle télescopique, de série sur cette version Pro.  Un tube de selle incliné autour des 74 degrés, associé à une géométrie dans l’air du temps malgré des bases relativement longues (445mm !), mais qui seront ainsi plus propices à exploiter la filtration des haubans « flottants ». Une logique d’endurance avant tout.

Test du vélo de gravel GT Grade
Géométrie et dimensions du gravel GT Grade

La tendance à l’allongement du Reach se confirme sur ce Grade. Il en résulte nécessairement une potence plus courte. Une approche très actuelle, qui marque une importante évolution en comparaison de la précédente génération.

Test du vélo de gravel GT Grade
Stack et Reach du GT GRADE en comparaison du modèle 2015 et de vélos concurrents

Les équipements

Côté équipement, cette version PRO est le haut de gamme, mêlant habilement un groupe Shimano GRX 800, une cassette Shimano de la gamme XT de 11-42 dents, et un valorisant pédalier Praxis Zayante Carbon-S armé d’un unique plateau de 42 dents.

Test du vélo de gravel GT Grade
Pédalier PRAXIS Zalente Carbon sur ce gravel GT Grade Pro (photo Laurent BIGER)

Cette version PRO du GT GRADE n’était pas encore équipée de la manette gauche Shimano, incluant la commande de la tige de selle télescopique (TransX). Ce qui explique le montage d’un petit levier de type VTT sur le dessus du cintre. La version livrée en clientèle sera bien équipée du levier adéquate … Les roues ne sont pas en reste avec un montage de la marque Stan’s NoTubes, constitué de jantes Crest MK3 et de moyeux Neo, bien évidemment en axes traversants. La largeur interne de 23 mm de ces cercles, au profil très bas, favorisera là aussi la filtration et la robustesse. La monte pneumatique est assurée par WTB, et leurs bien connus NANO en 700 x 40 mm.

Test du vélo de gravel GT Grade
Roues STAN’S CREST MK3 (photo Laurent BIGER)

Côtés périphériques, je retrouve avec plaisir l’excellente selle Fabric Scoop Shallow Elite, que mon postérieur appréciera tout au long du test. Le cintre est estampillé GT, identique au cintre de la première génération de Grade. Il offre un très bon compromis dans ses angles et dimensions. Ah oui, j’allais oublier ce détail : le collier de selle (Promax) est exactement le même que celui du précédent GT. La potence n’est pas un exemple de finition, sur cette version Pro, on serait en droit d’attendre un effort sur ce point. Même remarque pour la tresse de guidon du cintre, très basique et bien trop fine pour un usage sérieux sur les pistes.

En selle maintenant…

Après les quelques réglages habituels, il est grand temps de passer à la phase dynamique de ce test, en essayant autant que possible de rester objectif ! Un test hivernal d’environ 500 km sur les pistes et sentiers qu’offre le champ de batailles historique de Verdun. J’ai choisi pour cet exemplaire de test de prendre strictement la même taille que la génération précédente de Grade, que je connais bien : 55.

L’allongement du Reach est flagrant une fois en selle, et même si la potence est plus courte de 20 mm à taille de cadre équivalente, je suis encore trop « loin ». J’en arrive déjà à un jugement, précoce, mais qui finalement ne se démentira pas jusqu’à la fin du test : GT aurait dû aller au bout de cette démarche de longer reach en montant directement une tige de selle sans déport (qu’elle soit télescopique ou pas) ! Connaissant les NANO de WTB et leurs flans plutôt souples, je les ai légèrement et volontairement sur-gonflés afin de mieux ressentir le comportement du cadre face aux aspérités rencontrées. Le ressenti est immédiat: sur des routes puis des pistes que je connais bien, le Grade filtre très efficacement les irrégularités du terrain et se permet même d’améliorer significativement ce qui était déjà le point fort de la précédente génération. Un confort de roulage redoutable !

Test du vélo de gravel GT Grade
Le Gravel de GT offre une filtration redoutable (photo Fabrice Boddaert)

Ce concept de « bases flottantes », grâce au triple triangle, permet non seulement d’apporter ce confort de filtration, mais également d’améliorer la motricité grâce à ce triangle arrière qui est plus souvent en contact avec le sol. Là où certains cadres carbones, peu permissifs rebondissent, avec pour conséquences non seulement une détérioration du confort mais aussi une perte de motricité, de vitesse, et donc de rendement, le GT Grade s’en sort beaucoup mieux.

GT semble maitriser parfaitement son concept : le Grade est particulièrement confortable, tout en restant d’une redoutable efficacité en relance et accélération brutale. C’est presque étonnant au regard des cotes particulièrement longues de ses bases ! Les roues ne sont bien évidemment pas étrangères à cet excellent dynamisme … Sur la route, les pneus d’origine WTB NANO sont clairement trop énergivores, bruyants, gommant un peu l’excellent dynamisme intrinsèque de ce vélo.

Test du vélo de gravel GT Grade
Le GT Grade à son aise sur les pistes Gravel de Verdun (photo Fabrice Boddaert)

Dans les descentes, j’ai apprécié la bonne rigidité de la fourche, qui reste suffisamment confortable malgré tout. Le guidage est précis, et l’arrière du vélo suit bien la trajectoire grâce à ses belles qualités d’adhérence, évoquées précédemment. Le freinage du groupe Shimano GRX reste un régal de dosage : impérial et rassurant. Le grip des WTB NANO est appréciable, et renforce le sentiment de sécurité et d’assurance au guidon de ce Grade. Un guidon où une guidoline plus qualitative et plus épaisse aurait été néanmoins appréciée.

Dans les étroits sentiers forestiers, le Grade reste joueur et efficace, même si l’on trouve des vélos de Gravel bien plus habiles dans cet exercice: le Grade étant finalement bien éloigné d’un cyclo-cross. La transmission est restée imperturbable malgré des conditions parfois très difficiles durant ce test en Lorraine.

Test du vélo de gravel GT Grade
Une transmission imperturbable, malgré des conditions parfois très difficiles durant ce test en Lorraine. (photo Laurent BIGER)

Dans les sentiers, on use régulièrement de la tige de selle télescopique dans les descentes. Une fois descendue, et le centre de gravité avec, le Grade devient encore plus joueur, et plus efficace aussi, en permettant bien plus de mobilité sur le vélo. Ma dernière saison de VTT XC en compétition remonte à 2018, et les automatismes pour utiliser cette tige de selle télescopique reviennent très vite : on la baisse à l’abord de la descente, puis on la remonte ensuite pendant que l’on relance derrière en danseuse.

Une gymnastique bien rôdée par les VTTistes, qui seront ici en terrain connu. Cette tige améliore drastiquement les capacités de franchissement en descente. Sur ce point, il n’y a pas débat : c’est d’ailleurs l’évolution majeure de ces dix dernières années en VTT. Libre à chacun ensuite, en fonction de sa pratique, de son expérience, et de sa localisation de déterminer si un tel accessoire à sa place ou pas sur son vélo de Gravel.

Test du vélo de gravel GT Grade
Tige de Selle télescopique du GT Grade (photo Laurent BIGER)

Pour conclure …

C’est avant tout le confort qui surprend sur ce GT Grade. Ne nous méprenons pas, le confort n’est plus un argument associé exclusivement à la pratique cycle de loisir, ou utilisé pour convaincre des pratiquants blessés ou plus âgés. Non ! De nos jours, le confort est essentiel dans la quête de la performance.

Une monture plus confortable, en ménageant son hôte, lui permettra de rester « frais » plus longtemps. L’inconfort n’a pas qu’un impact psychologique il agit également sur le physique. Le corps encaisse des sollicitations nuisibles aussi bien à sa santé, qu’à sa performance globale, à cause de cet inconfort énergivore. Si l’on écarte les quelques détails de périphériques, ce GT Grade en est le parfait exemple : une géométrie moderne, au confort exceptionnel, tout en étant d’une redoutable efficacité.

Caractéristiques :


Tailles48,51,55,58,61
CadreGT Grade Carbon, EnduRoad design, triple triangle avec bases flottantes, support amovible pour garde-boue, compatible Shimano Di2 et tige de selle télescopique à routage interne, étriers flatmount comptabiles avec disques jusqu’à 180 mm Inserts pour sacoche (toptube), portes-bidon (fourche, downtube et tube de selle) Axe traversant 12×142 mm
Fourche Carbone, pivot conique carbone, axe traversant 12×100 mm Compatible garde-boue et porte-bagages (6 inserts) Axe flip chip (2 positions)
ChaineShimano HG601, 11-speed
PédalierPraxis Zayante Carbon-S, 42 dents
Boitier de pédalierPraxis M30 en PressFit
DérailleurShimano GRX RX810 Shadow Plus
LeviersShimano GRX 800
CassetteShimano XT, 11-42 dents, 11 vitesses
RouesStan’s NoTubes Crest MK3, 28h, Tubeless Ready
PneusWTB Nano TCS Light, 700 x 40c, Tubeless Ready
Moyeux avantStan’s NoTubes Neo 12×100, 28h, Centerlock
Moyeux arriéreStan’s NoTubes Neo 12×142, 28h, Centerlock
RayonsAcier, 14g
FreinsShimano GRX 810 Hydro Disc, 160/160mm MT800 Rotors
CintreGT DropTune Super Light, Double Butted 6061 Alloy, 16° Flare
PotenceGT 3D Forged SL Alu, 31.8mm, 6°
GuidolineGT Gravel Grip Premium Tape
Jeu de directionFSA No.44, Integrated, Sealed Bearing (UPR: 1-1/8 in, LWR: 1-1/4 in)
SelleFabric Scoop Shallow/ Elite, Cr-Mo Rails
Tige de selle télescopiqueTransX YSPI01, débattement de 50mm, 27.2mm
Poids maximal total:
Poids du vélo (vérifié):
129 kg (cycliste et son chargement)


8.9 kg (sans pédales ni portes bidons, avec liquide préventif)


Infos sur le site GT Bikes (gtbicycles.com)

Prix du modèle testé : 3 299,00 € TTC

Campagne Radio Cyclo Trail

2 COMMENTAIRES

  1. Beau vélo mais attention à la transmission.
    Le pédalier Praxis Zayante a un axe de 30mm côté droit et 28mm côté gauche pour une question de rigidité, je crois. Donc boitier de pédalier spécifique 30mm-28mm qui ne permet pas de changer de marque sans changer le pédalier avec.
    Or le boitier de pédalier à des roulements de piètre qualité. J’ai ce pédalier en double plateaux avec boitier Praxis M30 BSA qui s’avère très fragile malgré un entretien rigoureu. Je n’ose imaginer sa durabilité en pressfit.

  2. Bonjour ,
    Je me pose la question de l’ utilité carbone pour le gravel . Quid pour la vente si impact cadre , ou chute . Toujours intéressé par un gravel mais toujours pas choisi ( covid obligé ) , je me pose la question sur le matériau . Pour moi , velotaf , arrêt , sorties le weekend , itinérant . Je pose mon vélo partout, d’ ou l’ hésitation du matériau . Sans oublier le vol si vélo trop pimpant .
    Toujours un bonheur de lire bise café et votre philosophie . Bien a vous .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here