Annonce
Annonce Pass' Portes du Soleil - Gravel Morzine 2023

AccueilDÉCOUVERTESPetit guide pratique pour rouler la nuit

Petit guide pratique pour rouler la nuit

Lorsque vous en parlerez à vos amis qui ne connaissent rien au vélo, ils seront incrédules, mais vous pourrez l’affirmer : il y a des tas de bonnes raisons de pédaler la nuit. Que ce soit par obligation ou par plaisir (ou les deux !), tous les cyclistes confirmés ont déjà, plusieurs fois pour certains, régulièrement pour d’autres, roulé entre le coucher et le lever du soleil…

solo night ride urban cycling
Quand tout le monde est chez soi, certains font du vélo – photos compte Instagram dan_de_rosilles

Quand on vélotafe à longueur d’année, et que l’hiver il fait nuit avant 8h00 du matin et après 17h00, le vélo nocturne devient une banalité.
En été, après une fête à la campagne chez des amis, c’est un vrai bonheur de rentrer sous la pleine lune, accompagné par les stridulations des grillons s’il est tard, le chant des rossignols s’il est très tôt…
On pense aussi bien sûr aux cyclistes longue distance, qui enchaînent les kilomètres et les heures de selle, sans se soucier vraiment de savoir s’il est l’heure de rentrer les bêtes ou de se méfier du loup.

night ride fixed gear cycling group
Les occasions de rouler la nuit sont multiples – photos compte Instagram @dan_de_rosilles

Mais, dans la mesure du possible, le vélo de nuit ne s’improvise pas et nécessite des équipements particuliers et certains réflexes visant à assurer notre sécurité. Ce petit guide pratique vous propose donc de faire le point sur le matériel mis à votre disposition par les fabricants pour vous rendre plus visibles la nuit, mais aussi de vous donner quelques conseils qui vous permettront de vivre vos virées nocturnes avec encore plus de plaisir.

Fatbike snow cycling by night
Il n’y a pas de mauvaises raisons pour rouler de nuit – photo Florian

Un cycliste visible est un cycliste vivant

D’après le code de la route, pour pouvoir circuler la nuit, tout vélo doit être équipé de feux de position avant et arrière et de catadioptres arrières et latéraux.
En outre, le cycliste doit porter un gilet de haute visibilité homologué « CE » lorsqu’il se déplace hors agglomération. Sans ces équipements, le cycliste est passible d’une contravention de 1ère classe, c’est à dire une amende forfaitaire de 17€, pouvant atteindre 38 € après majoration.

Q36.5 rain jacket adventure cycling road
Un cycliste visible est un cycliste vivant – photo Anne Fontanesi

Dans les faits, les cyclistes intensifs appliquent rarement la loi à la lettre. Mais ils ont pleinement conscience du danger que représentent les voitures, aussi bien de jour et de nuit, et les fabricants réfléchissent sans cesse à des produits qui puissent faire le grand écart entre visibilité et bon goût. Aussi faut-il s’appliquer à mettre toute la visibilité possible de son côté, et ce, de tous les côtés ! Si vous prenez le temps de chercher, les possibilités d’équipements ne manquent pas, et, pour reprendre l’exemple du gilet, il y aura forcément quelque chose qui vous convienne d’un point de vue esthétique et qui réponde au pré-requis en matière de sécurité et de visibilité pour rouler la nuit.

Pour ceux qui souhaiteraient se documenter en détail sur la législation concernant la circulation nocturne des vélos, je vous renvoie à cet excellent dossier, régulièrement mis à jour, mis à la disposition de toutes et tous par la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette.

Fédération Française des Usagers de la Bicyclette FUB vélo cyclisme
La Fédération Française des Usagers de la Bicyclette propose un dossier complet sur la sécurité – capture d’écran pdf FUB

Habits de lumière

Les vêtements du cycliste nocturne ne sont pas forcément différents de ceux qu’on utilise de jour. Les marques proposent de plus en plus de vêtements tout fait fonctionnels et seyants qui offrent une bonne (et belle) visibilité nocturne. Pour le bas, on pensera à privilégier les cuissards et pantalons de cyclisme équipés de généreuses zones réfléchissantes sur l’arrière des jambes, ou a défaut sur les chaussettes et les chaussures. Il existe aussi des brassards de cheville qui peuvent dépanner lorsqu’on porte un pantalon de ville.

Q36.5 cycling pants apparel
En bas, on choisira des vêtements avec des zones réfléchissantes sur les jambes – photo Anne Fontanesi

En haut, on privilégiera bien sûr les parties réfléchissantes sur le dos et les reins, sans oublier l’extrémité de bras, gants ou mitaines qui sont très utiles visuellement lorsqu’on indique sa direction. Pour info, les vêtements jaunes, très efficaces en basse lumière et les jours de brouillard, ne sont pas particulièrement plus visibles de nuit qu’un vêtement de couleur sombre lorsqu’il est équipé de zones réfléchissantes de haute qualité, idéalement situées sur les parties du corps qui sont en mouvement.

reflex cycling apparel cycling women
Plus que la couleur du vêtement, les zones réfléchissantes sont primordiales pour la visibilité du cycliste – photo Dan de Rosilles

Enfin, la tête est une zone stratégique car elle domine l’ensemble de la silhouette. On privilégiera donc casques, casquettes ou bonnets pourvus de motifs réfléchissants. Pour les déplacements urbains, il existe désormais des casques avec éclairages intégrés ; en cas de besoin, on peut aussi équiper ponctuellement un casque sportif avec un support pour lampe arrière.

Assos Of Switzerland bib tight cycling apparel by night
La zone située en bas du dos est stratégique pour rendre le cycliste visible de nuit – photo Anne Fontanesi

Et la lumière fut : les lampes sur batterie

Il existe aujourd’hui un large choix de lampes avant et arrière alimentées par piles ou, mieux encore, par une batterie rechargeable via une prise USB. Il en existe de toutes les puissances, pour tous les budgets, de la mini lampe bouton premier prix aux énormes torches VTT à batterie externe, en passant par les lampes à batterie interchangeable, dont l’accu amovible permet aussi de recharger son smartphone.

night cycling rear and front usb light
Pour les trajets urbains, les éclairages sur batterie, compacts et rechargeables via USB sont très efficaces – photo Dan de Rosilles

Le principal avantage de ces lampes réside dans leurs différents modes d’éclairages, plus ou moins puissants, ce qui permet, en fonction des besoin, d’éclairer d’avantage ou de gagner en autonomie. Il faut noter que le mode clignotant est interdit à l’avant par le code de la route. On l’utilisera ponctuellement en zone urbaine s’il faut attirer l’attention des autres usagers que l’on croise ou que l’on suit.

night road cycling
Une bonne lampe avant doit avoir un champ suffisamment large pour éclairer les bas-côtés – photo Dan de Rosilles

Rien ne se perd, tout se transforme : les lampes sur dynamo

Avec les dynamos, c’est les roues en tournant qui fabriquent l’énergie nécessaire à l’alimentation des lampes. Implantées à l’avant (blanches) et à l’arrière (rouges), les lampes sur dynamo équipent les vélos situés aux extrêmes opposés de la palette : d’une part, les bicyclettes de ville, conçues pour les courtes distances et un usage occasionnel, équipées des dynamos sur pneus, connues de tous depuis l’enfance ; les montures des champions de la longue distance d’autre part, qui utilisent souvent un moyeu dynamo pour alimenter des nuits entières leurs lampes surpuissantes et recharger dans la journée gps et smartphones.

Le moyeu dynamo alimente les lampes avant et arrière, comme ici le modèle Busch and Müller IQ-XS, ainsi que le gps et le smartphone – photo Dan de Rosilles

L’avantage de ces lampes est bien sûr de ne pas avoir besoin de piles ou d’être rechargées via une connexion USB. Par contre, au delà de la satisfaction de produire soi-même l’énergie qu’on dépense, elles n’offrent pas de mode clignotant, ce qui est dommage en milieu urbain quand on veut signaler sa présence à l’avant et à l’arrière dans un contexte ou de multiples sources lumineuses nous font disparaître dans la masse, et gênant aussi sur les routes à grande circulation, où une lampe arrière clignotante avertit mieux les automobilistes qui vont nous doubler sous peu.
Mais dans ce dernier cas, on peut rajouter à l’arrière, en plus de la lampe fixe alimentée par la dynamo, une lampe clignotante sur batterie qui viendra renforcer notre visibilité.

La minuscule lampe arrière [my:] de Busch and Müller est extrêmement efficace – photo Dan de Rosilles

Réfléchis, je te dirai quel vélo tu as

En plus de l’éclairage, des équipements réfléchissants sont aussi obligatoires et indispensables sur le vélo, particulièrement en latéral, car les lumières situées à l’avant et à l’arrière on pas ou peu d’efficacité sur les côtés. C’est aussi la visibilité latérale qui représente un enjeu majeur dans les zones accidentogènes, puisque 44% des accidents ont lieu à des intersections en agglomération.

dirt roads night cycling
Rouler de nuit en agglomération est bien plus dangereux que sur des routes de campagne – photos Dan de Rosilles

Les meilleures parties du vélo à équiper d’éléments réfléchissants sont les roues, car elles sont en perpétuel mouvement. Pour ce faire, on dispose de plusieurs solutions :

Les pneus d’usage urbain ou de voyage sont souvent équipés sur leurs flancs d’une bande continue réfléchissante dite « reflex ». Ce dispositif est intéressant, mais il ne suffit pas à mon avis car la bande est continue, donc sans effet optique cinétique. De plus, cette bande a tendance à s’effacer au fur et à mesure de la salissure et de l’usure du pneu.

Les pneus de ville et de voyage sont souvent équipés sur leurs flancs de bandes « reflex » – captures d’écran site cycletyres.fr

Il y a aussi les gros catadioptres en plastique, coincés entre les rayons, qui équipent à l’achat les vélos de grande série. Mais ils sont disgracieux et ont du mal à rester en place lorsqu’on est équipé de roues de bonne qualité, aux rayons souvent fins et espacés.
Pour ma part, j’ai fait le choix de ces bâtonnets réfléchissants que je fixe sur deux ou trois de mes rayons. Il existe aussi un autre excellent système, des autocollants réfléchissants à coller de part et d’autre des jantes. Ces deux équipements sont légers, ne nuisent pas à l’aérodynamisme du vélo, ils sont discrets de jour et terriblement efficaces de nuit, c’est donc ceux que je préconise.

road cycling reflective items Q36.5 cycling apparel
Les bâtonnets réfléchissants fixés sur les rayons sont très visibles, même de jour – photo Anne Fontanesi

Dix conseils pour mieux rouler de nuit

1 – En ville, quand il y a de l’éclairage public qui vous permet de voir la chaussée, utilisez votre lampe avant en mode clignotant, pour être mieux repéré par automobilistes et piétons dans la masse circulante). Hors agglomération, passez en mode d’éclairage continu, pour mieux voir la route et les obstacles.

2 – Même si vous avez une lampe arrière puissante fixe alimentée par dynamo, doublez-la par une lampe clignotante lorsque vous circulez sur une route à fort trafic.

3 – Ayez une lampe frontale avec vous quand vous roulez la nuit, en plus des éclairages fixes du vélo. Elle vous aidera en cas de réparation, pour voir sur les côtés et les bas-côtés en tournant la tête et pas le guidon, pour fouiller dans vos sacoches… Il existe des frontales avec des adaptateurs pour les casques de vélo, sinon vous pouvez remplacer le bandeau frontal élastique par un peu de bande velcro pour la fixer au casque. Il existe aussi des adaptateurs de lampe avant pour casques de vélo !

dead animals road cycling
Beaucoup d’animaux tentent de traverser la route de nuit. Certains y parviennent, d’autres non – photos compte Instagram @dan_de_rosilles

4 – Méfiez-vous plus des animaux que des voitures : alors que ces dernières vous avertiront longtemps à l’avance de leur arrivée grâce à leur éclairage puissant, les animaux (renards et sangliers en particulier) ne craignent pas les cyclistes et ont tendance à traverser sans regarder. Tout en restant vigilant sur ce qui se présente dans le faisceau principal de la lampe au milieu de la route, gardez un œil sur les bas côtés, les yeux des animaux en train de traverser se repèrent aisément.

5 – Méfiez-vous aussi des obstacles inanimés sur le goudron : nids de poules, cailloux, débris végétaux, qui s’évitent machinalement de jour, pourront vous surprendre de nuit si vous les découvrez tardivement dans le faisceau de votre lampe. Essayez d’ailleurs de rouler moins à droite que vous ne le feriez de jour, car au milieu de la chaussée, vous trouverez moins de débris que près des bas-côtés.

Night ride cycling downhill road cycling
De nuit, il vaut mieux éviter de rouler tout au bord de la chaussée – photo @la_mistery_machine

6 – En général, on roule moins vite la nuit que de jour, parce qu’on est naturellement plus prudent et que la sensation de vitesse est décuplée par l’obscurité. Pour prévoir votre moyenne, enlevez 10 à 20% à vos moyennes habituelles.

7 – Les cols paraissent plus faciles (et sont très agréables) à grimper de nuit ! En général, la circulation automobile est nulle ou beaucoup moindre. Sans repères visuels, on s’écoute plus et on s’adapte mieux à la pente et à son propre rythme biologique. Les distances et les pentes sont moins impressionnantes ; de plus, les paysages nocturnes sont sublimes, en particulier les nuits de lune !

sunset road cycling
Ce n’est pas parce qu’il fait nuit qu’on ne voit pas les paysages – photo @la_mistery_machine

8 – Même en été, il peut faire froid la nuit, particulièrement au moment où la rosée « tombe » (en général entre 2 et 4h du matin) et au moment où le soleil se lève. Prévoyez donc des vêtements chauds (coupe vent, gilet isolé et gants fins en été, doudoune, bonnet et gros gants à la morte saison) en compléments de ceux que vous portez et emportez d’habitude. Pensez aussi que la fatigue, l’altitude et le vent ajouteront à la sensation de froid.
Rappelez-vous également que la nuit, il fait toujours plus froid hors agglomération qu’en ville, et que les plaines dégagées sont plus sujettes au vent et à l’humidité que les parcours boisés et couverts. Tenez compte de tous ces facteurs qui exacerbent la sensation de froid pour emporter les vêtements les plus adaptés à votre sortie nocturne.

Night riding cycling sunrise wind puffy jacket
Le lever du soleil et le vent exacerbent la sensation de froid pour le cycliste nocturne ; souvent, la doudoune s’impose ! – photos compte Instagram @dan_de_rosilles

9 – Quand vous roulez de nuit en groupe, évitez d’utiliser des lampes arrières clignotantes, c’est très gênant pour ceux qui vous suivent. Seul, le dernier du groupe, préposé à cette tâche, mettra sa lampe en mode clignotant. En tout-terrain (VTT et gravel), vous pouvez même éteindre vos lampes arrière… sans oublier de les rallumer quand vous rejoindrez la route, bien sûr !

10 – Si vous avez sommeil d’un coup, et que vous êtes équipé d’un bivouac minimum (lire à ce sujet mon petit guide du bivouac minimaliste), n’hésitez pas, trouvez un endroit de bivouac au plus tôt, sinon l’envie de dormir passera, mais pas la fatigue qui augmente les risques d’accidents.

Night riding cycling
Rouler de nuit est une expérience unique – photos compte Instagram @dan_de_rosilles

Bonus

Vous l’aurez compris, même si rouler de nuit ne s’improvise pas, c’est une expérience gratifiante et enrichissante, qui vous permettra d’étendre votre palette de compétences cyclistes, de redécouvrir des routes et des territoires que vous pensiez pourtant connaître par cœur, et de vivre une nouvelle aventure même à deux pas de chez vous
Si vous en avez très envie mais que vous hésitez à vous lancer, partez en groupe, pour une première fois ça sera sûrement plus drôle et restera un souvenir marquant, à partager autour d’une bonne bière !

Annonce
Dan De Rosilles
Dan De Rosilleshttps://www.strava.com/athletes/5149425
Dan vit à Arles et sur son vélo. Il concocte des itinéraires de route et de gravel aux petits oignons pour lui, ses amis et les membres des clubs Strava qu'il administre : Arles Gravel, Mi-Fixe-Mi-Gravel, Cyclistes Arlésiens Longue Distance (CALD) et Arelate Denta Rota Fixa. Il aime le pignon fixe, la longue distance, le bikepacking, la pêche à la mouche et la bière artisanale. Il produit des textes et des photos publiés sur Bike Café et plus ponctuellement dans la presse papier.

7 COMMENTAIRES

  1. L’avant clignotant en ville : non merci. Impossible de déterminer la vitesse et même le sens de marche du vélo. Et souvent éblouissant pour les cyclistes qui arrivent dans l’autre sens

  2. Merci pour cet excellent éclairage sur… l’éclairage (facile, merci..). Cependant je rejoins Rob sur les éclairages intermittents à l’avant car souvent mal réglés en hauteur et donc l’effet stroboscopique est plus souvent aveuglant pour les usagers arrivant en face. Pour ce qui est de l’arrière, la règle est d’avoir un rouge fixe sur le vélo (les interprétations des forces de l’ordre ne prennent pas forcément en compte les équipements sur les casques) et c’est ce que j’ai. Par sécurité j’adapte un rouge clignotant sur l’arrière du casque et en plus de la frontale à l’avant pour m’aider dans la lecture des panneaux de signalisation que ma lampe avant sur dynamo ne me permet pas de voir clairement.
    Quant à rouler la nuit, c’est effectivement une expérience sympathique et qui n’a rien à voir avec le jour. Question sécurité et dès lors qu’on est bien visible (équipement + éclairage) on n’est pas qu’un élément du décor pour les automobilistes qui prennent plus en considération notre espace vitale pour nous dépasser. On voit également arriver les véhicules en face, y compris dans des virages fermés, grâce au faisceau lumineux de leurs phares. Les rencontres avec la faune sauvage sont également plus fréquentes (y compris quelques chiens de troupeaux parfois qui font accélérer le rythme de pédalage !). La notion de paysage est bien sûr fonction de la densité de la nuit, mais même par nuit noire d’autres sensations (olfactives…) prennent le pas sur le seul aspect visuel.
    Roulez bien !

  3. Rouler avec une dispositif lumineux intermittent à l’avant du vélo est tout simplement interdit en France, en agglomération ou hors agglomération. De plus que ce soit pour l’avant ou l’arrière, les études menées sur des cyclistes dans différents pays : Danemark, Pays-Bas, montrent que les cyclistes sont mieux vus quand les lumières sont fixes plutôt que clignotantes.

  4. Je rejoinds les camarades précédents, les lumières clignotantes à l’avant sont interdites et tres désagréable pour ceux d’en face, car hypnotisant et aveuglant, d’ailleurs aucun vélo en libre service n’a de lumières clignotantes à l’avant vous le remarquerez. Ce serait bien de faire un petit up date de l’article en ce sens.

  5. Bonsoir à tous,
    Merci pour vos remarques sur l’éclairage clignotant à l’avant. J’ai modifié ce paragraphe en précisant l’usage ponctuel que je fais de ce mode dans certaines situations.
    Bonne année à vélo (de jour comme de nuit !),
    Dan

  6. Petite précision, dans le paragraphe « Par contre, au delà de la satisfaction de produire soi-même l’énergie qu’on dépense, elles n’offrent pas de mode clignotant, ce qui est dommage en milieu urbain quand on veut signaler sa présence à l’avant et à l’arrière (…) » il serait utile de préciser que le phare avant clignotant (ou a intensité variable) est interdit en France (art R313-25).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez l'actualité de Bike Café chaque semaine dans votre boite mail !