Garmin vient de livrer une deuxième version de sa montre Fénix, montre GPS destinée aux pratiques « Outdoor et Multi-activités ».  Le nom et le boîtier reste inchangés, mais pour le reste tout change : interface et commandes liés aux boutons. Et franchement c’est une très bonne chose tant l’utilisation de la Fénix, première du nom, m’avait semblé peu intuitive.

La Fénix 2 se repositionne sur le marché des montres GPS, concurrence oblige, et elle n’est plus destinée uniquement aux « baroudeurs » mais peut très bien convenir aux coureurs et triathlètes, pour preuves la possibilité de programmer des entraînements complexes sur Garmin Connect et de les transférer sur la Fénix, de compter les longueurs de bassin ou de mesurer une sortie en eau libre.

Une montre complète, pleine d’astuces, facile à utiliser et, comme c’est le cas aujourd’hui pour la plupart des modèles de ce type, qui doit être mise à jour régulièrement pour corriger des bugs résiduels, le lot semble-t-il d’une montre qui ne se contente plus de donner l’heure…

Découverte du produit

Test GARMIN Fenix 2 – Découverte du produit
Test GARMIN Fenix 2 – Découverte du produit

Dans la boîte d’emballage

Pas de surprise et toujours le minimum dans la boîte : la montre, un guide de démarrage rapide, un connecteur USB pour la recharge et le transfert des donnée, un adapteur secteur et pour finir un bracelet scratch en tissu avec les outils pour changer le bracelet. Pas de ceinture cardio pour le modèle testé, j’ai utilisé une ceinture cardio compatible ANT+. Il restait un peu de place dans la boîte pour caser au moins un support vélo, dommage…

Test GARMIN Fenix 2 – Prise en main
Test GARMIN Fenix 2 – Prise en main

Fonctionnalités, capacité et autonomie

La liste est longue, voici les fonctionnalités essentielles :

  • Montre Gps
  • Altimètre, Baromètre, Boussole et Température. La montre affiche des graphiques de variation sur une période variable pour la pression, la température et l’altitude.
  • Multi-activités : natation piscine et eau libre, randonnée, trail, cyclisme, course à pied, ski de rando, ski de fond, alpinisme, multi-sports (exemple : enchainement natation-cyclisme-course à pied avec prise des temps de transition). Les champs de données de chacune des activités sont modifiables.
  • Navigation le long d’une trace GPS (accepte les traces au format GPX)
  • Planification d’entraînement complexe sur Garmin Connect
  • Connexion Bluetooth pour partage sans fil via les applications BaseCamp et Garmin Connect Mobile. Permet également de faire un suivi « LiveTrack » de ses proches et amis (si réseau cellulaire disponible).
  • Capacité de stockage de 20Mo pour les activités, plus 6Mo alloué au logiciel interne.
  • Autonomie annoncé :
    • 16 heures en mode GPS normal (fréquence d‘enregistrement d’une activité positionnée sur 1s)
    • 50 heures en mode GPS Ultra Trac (enregistrement par défaut d’un point par minute)
    • 5 semaines en mode montre

Prise en main

Le boîtier est robuste, cela reste avant-tout une montre « Outdoor », difficile de faire plus léger que les 85g mesurés. Le bracelet est large, assurant un bon maintien, je n’ai utilisé que le bracelet monté par défaut sur la montre. Je ne suis pas un fan du tissu, surtout quand la montre va dans l’eau. Le guide de démarrage rapide de la Fenix 2 est succinct, ce n’est pas une nouveauté pour Garmin. Mais il faut reconnaître que ça suffit pour débuter avec la montre. Comme je l’indiquais en préambule, l’interface et les commandes de la Fénix 2 ont été entièrement repensées. Pour ma part, habitué d’un modèle concurrent, j’ai retrouvé la même façon de faire :

  • Sélection d’une activité
  • Démarrage de l’activité
  • Démarrage d’une navigation si besoin
  • Verrouillage.
Test GARMIN Fenix 2 – Démarrage d'une activité
Test GARMIN Fenix 2 – Démarrage d’une activité

De plus il est possible d’accéder à d’autres fonctionnalités durant l’enregistrement d’une activité : par exemple, les coordonnées géographiques d’un point dans le système UTM pour se localiser précisément et facilement sur une carte IGN Top 25 (compatible GPS). Ou encore changer le niveau de zoom et se déplacer sur le parcours à suivre, un vrai avantage…

Pour aller plus loin avec le produit, il faut télécharger le manuel utilisateur sur le site internet de Garmin.

Les tests

Cela fait deux mois que je teste la montre, natation en mer, en lac, en piscine, randonnée, cyclisme, trail, navigation le long d’un parcours, suivi d’entraînement en course à pied, transfert sans fil via Bluetooth, il faut du temps pour faire le tour de la Fénix 2… Le bilan est globalement très positif, des promesses tenues mais aussi des petites déceptions, notamment sur le transfert sans fil. Et comme je l’indiquais, avec autant de fonctionnalité la présence de bugs est hélas toujours possible, il vaut mieux être attentif aux mises à jour et s’y tenir.

Pour illustrer mes derniers propos, je prends l’exemple de mon premier test qui a été effectué en mer, avec la Fénix 2 au poignet gauche et l’Ambit 2 de Suunto au poignet droit. Le ciel était dégagé, la réception satellite bonne. Après 34 minutes dans une eau à 17-18°C (la combinaison était de sortie), la Fénix 2 affichait une distance de 3.64 km, soit une moyenne de 56’’ au 100m. Quant à l’Ambit 2, la distance mesurée était de 1.92 km, très proche de la distance réelle.

Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en mer
Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en mer (en noir parcours effectué le premier jour, en rouge, trace enregistrée le premier jour, en bleue trace du second jour)

Pas besoin de pousser très loin l’analyse pour me rendre compte que la Fénix 2 a été très très généreuse. Je n’avais effectué aucune mise à jour logiciel et en connectant la montre à Garmin Express (logiciel utilisé pour le transfert Montre – Ordinateur) j’ai pris connaissance de ce problème, qui avait déjà été constaté, remonté et corrigé. Le lendemain, nouvelle sortie en mer sous un ciel légèrement voilé avec une Fénix 2 mise à jour. Sur un parcours a peine plus court (en bleu ci-dessus), la Fénix 2 me donne 1.92km pour un même temps de déplacement. Cette nouvelle distance et cette vitesse moyenne de déplacement correspondent à ce que j’ai l’habitude de faire. Merci pour cette mise à jour…

Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en mer
Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en mer après mise à jour du logiciel de la montre

Un point que j’apprécie sur Garmin Connect, c’est le temps déplacement et la vitesse moyenne de déplacement. Je n’utilise jamais l’auto-pause, pas assez précis à mon goût et surtout le calcul effectué après transfert sur Garmin Connect a l’avantage de fournir le temps de pause total. Toujours intéressant quand on fait une course longue avec des arrêts prolongés aux ravitaillements.

Pour continuer avec les tests en natation, cette fois pas de besoin de GPS, la Fénix 2 va compter mes longueurs de bassin de 50m (le paramètre « longueur » est bien entendue modifiable). Pas besoin non plus d’étalonner la montre pour qu’elle reconnaisse le type de nage, elle le fait automatiquement. Concernant la distance, ça fonctionne plutôt bien, il faut simplement veiller à mettre la montre en pause à chaque fois que l’on marque un arrêt prolongé au mur, sinon rapidement des longueurs sont ajoutées au cumul total. Pour ce qui est de la reconnaissance de nage, quelques hésitations sur le papillon, pour les autres : la brasse, le dos crawlé et le crawl, ça fonctionne bien. Pour ma part ce n’est pas le plus important, ce que je recherche c’est surtout mon temps de nage lors de séries de 100m, 200m, 400m ou plus et la Fénix 2 le fait bien.

Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en piscine
Test GARMIN Fenix 2 – Séance de natation en piscine

Pour chaque séance de natation un coefficient au nom de « SWOLF », contraction de SWimming et gOLF, est calculé. C’est un indice qui permet de connaître son efficacité de nage. Evidemment sur le papier c’est intéressant, mais dans la réalité, avec les petites erreurs de mesure de longueurs, le changement de type de nage, je ne vois pas trop la pertinence de cette donnée pour un entraînement varié. De plus c’est une donnée disponible uniquement lors de séance en piscine, car elle est calculée à partir d’un nombre de coups de bras/ longueur et du temps mis pour parcourir cette longueur. Je préfèrerais que Garmin Connect m’affiche le nombre de coups de bras pour chaque longueur, libre à moi d’en faire une interprétation.

Test GARMIN Fenix 2 – Analyse d'une séance de natation
Test GARMIN Fenix 2 – Analyse d’une séance de natation

Les tests se poursuivent en dehors de l’eau par une marche rapide/course en terrain vallonné avec un suivi de parcours. Un point fort de la Fénix 2.

J’ai planifié un parcours d’une dizaine de km sur Openrunner et l’ai transféré sur la montre. Le ciel était couvert, avec un plafond bas une légère pluie…et quelques rares éclaircies pour finir. L’enregistrement de l’activité lancée, je démarre également la navigation et me focalise sur l’écran présentant le parcours. A première vue le niveau de zoom est fixe, la solution ne se trouve pas dans le guide de démarrage rapide mais dans le « Manuel d’utilisation ». Non seulement les niveaux de zoom sont très nombreux, une échelle allant de 800km à 5m, mais il est aussi possible de recadrer l’affichage, très impressionnant. Je positionnerai le niveau de zoom sur 80m lors de cette activité, suffisant pour lever les doutes sur la direction à prendre lorsque plusieurs chemins se croisent.

Test GARMIN Fenix 2 – Navigation sur des sentiers
Test GARMIN Fenix 2 – Navigation sur des sentiers

La montre recadre automatiquement l’affichage du parcours en centrant sur la position courante, une ligne symbolise le parcours effectué et un autre style de ligne symbolise le parcours à effectuer.

Test GARMIN Fenix 2 – Navigation sur des sentiers
Test GARMIN Fenix 2 – Navigation sur des sentiers

Attention il n’y a pas de fond de carte sur la Fénix 2, la précision des données en entrée est importante. Une trace préalablement enregistrée par exemple, est une bonne base pour effectuer la reconnaissance d’un trail ou d’une épreuve VTT. Il est bien sûr recommandé d’emporter avec soi une carte papier, d’autant plus qu’il est possible d’afficher sa position géographique dans le système de coordonnées UTM (le quadrillage UTM est affiché sur les cartes IGN Top 25 compatibles GPS). Pour cette sortie, il y avait parfois un décalage entre le parcours transféré et la trace enregistrée. Des différences qui ne traduisaient pas une réalité sur le terrain, il n’y avait bien qu’un seul passage.

Test GARMIN Fenix 2 – Rando rapide - Planification et suivi d'un parcours
Test GARMIN Fenix 2 – Rando rapide – Planification (rouge) et suivi d’un parcours (en bleu la trace enregistrée par la Fénix 2)

Pour les parcours sur route, les données disponibles aujourd’hui sur internet (Google Maps, Open Street Map, etc.) sont suffisantes pour arriver à suivre de façon quasi-certaine un parcours même sans fond de carte, j’en reparle un peu plus tard lors d’une activité « vélo ».

Au niveau des données enregistrées, je constate un écart assez conséquent entre les distances mesurées par la Fénix 2 : 12.70 km et par l’Ambit 2 : 11.91 km. Après transfert sur Openrunner, j’obtiens 12.15 km pour le parcours Garmin et 11.92 km pour le parcours Suunto. Au niveau des relevés d’altitude (dénivelé positif total), les deux montres disposent d’un altimètre barométrique, les mesures sont très proches, 789 m pour la Fenix 2 et 756 m pour l’Ambit 2. Par contre après transfert sur Garmin Connect une correction d’altitude est appliquée et le dénivelé total descend à 673 m, ce qui me parait un peu faible au final. Qui a tort, qui a raison? Impossible de trancher sur un terrain montagneux, sous un ciel couvert avec des passages en sous-bois, la distance est dépendante de la qualité de la réception GPS, une moyenne me semble raisonnable, quant au dénivelé j’aurais tendance à conserver la valeur mesurée par l’altimètre barométrique, même si le temps a un peu évolué pendant cette sortie de 3h.

Place maintenant à la course à pied sur route, autre gros point fort puisque la Fénix 2 dispose d’une fonctionnalité qui m’avait vraiment emballé lorsque j’avais testé la Garmin Forerunner 220. A savoir, la planification d’un entraînement complexe sur Garmin Connect, le transfert sur la montre et la réalisation sur le terrain. J’ai réalisé une petite séance de test pour voir dans quelle mesure cette Fénix 2 pouvait être utilisée pour la course à pied.

La programmation se fait toujours facilement sur Garmin Connect par un système de glisser/déposer. Combiner distance, durée et zone de fréquence cardiaque ne pose aucun problème, le transfert non plus.

Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied - Planification d'un entraînement
Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied – Planification d’un entraînement
Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied - Transfert d'un entraînement planifié
Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied – Transfert d’un entraînement planifié

Pour la réalisation, même principe qu’avec la Forerunner 220, des temps « libres » définis lors de la planification peuvent être interrompus quand nous sommes prêts à passer à l’étape suivante, toujours intéressant pour les transitions entre plusieurs séries, la période d’échauffement et la récupération en fin de séance.

A chaque début d’étape, un rappel de ce que nous devons réaliser, puis des alertes par vibreur si les zones ne sont pas atteintes ou dépassées (paramètre modifiable : entrée de zone, sortie de zone, …). Le seul point négatif concerne l’affichage des alertes et des intitulés d’étape, c’est un peu trop rapide à mon goût et la taille des caractères est trop petite. Je viens de tester plusieurs montres qui ont une symbolique propre : flèche ou couleur pour indiquer une sortie de zone.  Cela peut être un point à améliorer, même si je bien conscient que c’est avant tout une montre « Outdoor » et multi-sports, avec un affichage un peu rustique sur certains points mais qui a le mérite de disposer de superbes fonctionnalités avancées pour la course à pied.

Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied - Réalisation d'un entraînement planifié
Test GARMIN Fenix 2 – Course à pied – Réalisation d’un entraînement planifié

J’observe à nouveau des écarts sur la distance, la Fénix 2 toujours plus généreuse, en y regardant de plus prêt la trace enregistrée comporte un nombre énorme de points (plus de 2700) pour seulement 7 km parcourus, malgré la présence de nombreuses lignes droites (ce qui devraient alléger le nombre de points). Pour comparaison, la trace GPS de l’activité cyclisme, le test suivant, comporte un peu plus de 3000 points pour 103 km. Sur une activité de randonnée, ce seront plus de 7000 points pour 8km parcourus et une durée totale de 2h45.

Un autre point d’amélioration concerne Garmin Connect, les graphes de fréquence ne sont vraiment pas à la hauteur de ce qui se fait actuellement, faire apparaître les zones de fréquence avec des codes couleurs, un résumé pour chaque zone, etc. ne me semble pas être trop demandé à Garmin. A noter que l’interface doit être mise à jour, mais le support n’a aucune date à avancer…

Test GARMIN Fenix 2 – Graphique de fréquence cardiaque
Test GARMIN Fenix 2 – Graphique de fréquence cardiaque

J’ai réalisé deux sorties vélo, ne disposant pas d’accessoires compatibles (capteur de puissance Vector, capteur de cadence), ces séances m’ont surtout permis de tester la précision de la mesure sur une voie verte balisée tous les 500 m, l’autonomie de la Fénix et la navigation sur route avec l’ajout de point d’intérêt (POI).

Pour ce qui est de la distance mesurée, l’écart est très faible cette fois-ci comparé avec les données de mon compteur et le marquage des bornes kilométriques.

Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme - Contrôle de la distance mesurée
Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme – Contrôle de la distance mesurée

L’autonomie annoncée semble être correcte, après une séance de 4h05, le niveau de charge de la montre est passée de 90% à 63%, soit un potentiel de plus de 15h, contre 16h annoncé (je considère pour cette extrapolation que la baisse de charge est linéaire).

Enfin, j’ai planifié un parcours en ajoutant un point d’intérêt, le passage d’un col, pour tester la navigation sur route.

Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme - Planification et suivi d'un parcours
Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme – Planification et suivi d’un parcours

Avec les niveaux de zoom disponibles, c’est vraiment adapté même s’il n’y a pas de fond de carte,  aucune hésitation pour les croisements et rond-points. Le cap à suivre est indiqué par deux indicateurs situés en bord d’écran. Ils sont sensés indiquer la direction à suivre pour rallier le prochain point de passage qui, dans mon cas, était tout le temps le point d’arrivée, je ne suivais donc pas cette indication. J’avais également transféré la trace sur mon fidèle Etrex Vista Hcx , au cas où… Il ne m’a pas été d’une grande utilité, enfin si mais ce n’était pas prévu…

Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme - Navigation sur route
Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme – Navigation sur route
Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme - Navigation sur route
Test GARMIN Fenix 2 – Cyclisme – Navigation sur route

Ce que je n’avais pas prévu, c’est le blocage de la Fénix 2. Et n’ayant pas connaissance de la procédure pour débloquer l’affaire (appuyer pendant 25’’ sur le bouton « Light » pour éteindre la montre, puis rappuyer 1’’ sur ce même bouton pour la mise en marche, cela est détaillé dans le manuel d’utilisation), j’ai fini la séance avec un objet inutile au poignet… Heureusement que l’Etrex était là. Pour l’heure pas de remonté de ce cas au support Garmin, qui me suggérait que cela pouvait venir de la trace GPS. Pourquoi pas, mais cela fait des années que je transfère des traces sur différents appareils sans souci. Cela m’est arrivé une seule fois avec la Fénix 2, mais c’est arrivé, le support est au courant et cela n’enlève rien à la qualité de cette montre, elle est simplement perfectible, affaire à suivre…

J’ai réitéré la navigation lors d’une autre sortie vélo, même principe, un parcours planifié sur Openrunner avec la présence d’un POI. Cette fois tout s’est bien déroulé, entre temps j’avais à nouveau procédé à la mise à jour de logiciel de la montre. Est-ce lié ???

Pour terminer avec la navigation, lors d’une randonnée j’ai testé  la fonction de TrackBack qui, activée à mi-parcours, permet de suivre le chemin parcouru à l’aller et de rentrer à la maison. Aucun souci rencontré, je ne me suis pas perdu.

Test GARMIN Fenix 2 – TrackBack
Test GARMIN Fenix 2 – TrackBack

Pour finir je me suis intéressé à la connexion sans-fil via Bluetooth. J’avais imaginé pouvoir décharger dans le smartphone les activités enregistrées sur la montre. Un stockage externe qui permettrait d’éviter de supprimer les données enregistrées lors d’une itinérance par exemple où la mémoire de la montre peut être saturée après quelques jours. Ce qui m’est arrivé l’an passé en Corse sur le GR20. Impossible toutefois de transférer une activité de la Fénix 2 à Garmin Connect Mobile sans une connexion à un réseau cellulaire ou wi-fi, pas toujours évident à trouver en montagne…  encore un point à améliorer selon moi. Certes, avec un espace mémoire de 20Mo alloué pour l’enregistrement des activités, le stockage est toutefois bien conséquent.

Autres fonctionnalités

Je n’ai pas testé les fonctionnalités liées aux activités en salle et à la « Chasse au trésor ». La montre peut également faire office de télécommande pour une caméra Garmin Virb.

Conclusion

Certes, tout n’est pas (encore) parfait avec la Fénix 2, mais je trouve que cette montre est vraiment impressionnante sur bien des points. Les fonctions de zoom et de recadrage lors d’un suivi de parcours, les mesures  en natation (piscine et eau libre) et la planification d’entraînement en course à pied constituent une base solide. Il y en a d’autres et parmi elles la précision des mesures instantanées. La vitesse ascensionnelle, par exemple me paraît très réaliste par rapport à d’autres modèles. Les points négatifs sont liés au logiciel de la montre et à une version de Garmin Connect qui n’est plus en phase avec les produits de la marque. Garmin semble également avoir oublié les fonctions les plus basiques, en effet la Fénix 2 ne dispose pas de fonctions simples telles que le chronométrage et le compte à rebours. Si  tous ces petits problèmes logiciels sont résolus dans un avenir proche, nul doute que cette montre deviendra un produit phare de la marque…

Eric

Prix public

  • Fénix 2 : 399€
  • Fénix 2 Performer (avec ceinture cardio HRM-Run) : 449€

Site constructeur

www.garmin.com/fr-FR

9 COMMENTAIRES

  1. Bon visiblement je ne suis pas le seul à avoir eu le « gel » de l’écran. Sauf que pour moi la procédure de reset avec l bouton light n’a marché qu’une fois branché sur le secteur. J’avais la ceinture cardio HRM-RUN qui s’est arrêté de focntionné au bout de 4 ou 5h. La montre elle a tenu 8h. Du coup, j’ai fait une demande au support Garmin. Je me demande si ce n’est pas simplement un problème d’autonomie quand on utilise la ceinture qui envoie beaucoup de données (cardio mais aussi accéléromètre pour la dynamique de course).

    Sinon, on peut mettre des fonds de cartes openStreetMap avec les outils Basecamp. J’ai le lien sur la procédure pour le faire quelque part dans mon article : http://endomorfun.fr/2014/05/test-garmin-fenix2/. J’ajoute d’ailleurs le lien vers ton test, plus complet sur les aspects précision (moi je pars du principe qu’aucune mesure GPS dans une montre n’est précise, pas plus chez Suunto que chez Garmin ou autre).

  2. Bonjour, Merci pour ce super article.
    Peut on même temps , suivre un itinéraire précédemment téléchargé , regarder de temps en temps l’altimètre et bien entendu enregistrer son parcours avec le chrono ??? ( en course par exemple )

    • Bonjour Christophe,

      Oui bien sûr, on peut passer d’un écran à un autre lors de l’enregistrement d’une activité. De plus, les écrans de données sont modifiables (choix des données à affiche).
      Eric

  3. Bravo pour ton test très complet. J’aurais un petit bémol concernant l’optimisation de l’autonomie qui est assez restrictif. Apparemment, il n’est pas possible de paramétrer le mode Ultratrac pour une activité « Navigation ». De plus, sur une autre activité, le choix du mode Ultratrac désactive les capteurs Ant+. Pourrais-tu me confirmer cela ? En te remerciant par avance.
    Eric

  4. « J’ai planifié un parcours d’une dizaine de km sur Openrunner et l’ai transféré sur la montre.  »

    Hello, je suis nouvel utilisateur des produits Garmin et heureux propriétaire d’une Fenix 2. Peux tu m’éclairer sur cette procédure, s’il te plait ? Le manuel d’utilisation est assez succinct. Merci d’avance.

  5. Bonjour Eric,

    Merci pour la qualité tests que tu nous fais partager, surtout en ce qui me concerne les 3 test suivants :
    – Garmin 220
    – Garmin Fenix 2
    – Suunto Ambit 3

    Mon ancien polar est HS et je souhaite le remplacer.
    Je pratique les sports suivants : Vélo 5000 km / an – CAP 800 km à 1000 / an route mais de plus en plus du Trail – Natation surtout en lac – Ski de fond – et rando en famille.
    Pour le Vélo j’ai reçu en cadeau il y a un peu plus de 2 ans le Garmin EDGE 800 et j’en suis parfaitement content.
    Pour archiver toutes mes sorties, j’utilise l’appli STRAVA gratuite et très convivial.
    Un ami m’a prêté son cardio Garmin 220. Je l’ai utilisé de la mi-septembre à mi-décembre. (300 km).
    Grâce à tes commentaires sur ce produit j’ai facilement trouvé mes repères. Je la trouve simple d’utilisation – la programmation des séances sur garmin connect est très facile. La connexion BLUETOOTH avec le Smatphone Galaxy 4 est appréciable. Les données GPS sont précises pour la CAP sur route et les fractionnées autour d’un stade.
    Cependant j’ai l’impression qu’elles sont complètement fausses lorsque je cours dans le mont Veyrier.
    Donc je confirme ta conclusion que cette montre est un excellent produit mais dédié exclusivement à la CAP.
    Je souhaite maintenant à me racheter une montre multi sport et dont les mesures GPS seraient précises surtout lors des sorties en montagne et j’hésite entre ces 2 modèles :
    – Fenix 2 ou Suunto Ambit 3.
    Merci de m’éclaircir sur les interrogations suivantes :

    o Est-ce que les données GPS de ces 3 montres seront plus précises que la garmin 220 lors d’ une séance en montagne ?
    o Est-il possible de programmer facilement une bonnes séance de fractionnées sur ces 2 montres depuis leur site ?
    o Avez-vous des infos depuis la date de votre test si Suunto a amélioré son site et s’il est possible d’utiliser l’appli sous android ?
    Par avance, merci.

  6. Bonjour,

    Merci pour votre excellent test !!

    J’ai une question : comment avez vous fait pour ajouter un point d’intérêt sur votre trace à velo ? Ça m’intéresse beaucoup !!

    Merci 🙂

    Maxime

LEAVE A REPLY