« Baisse la tête t’auras l’air d’un coureur ! ». C’est sans doute une bonne idée mais en milieu urbain c’est la meilleure manière de se suicider. Avoir l’air d’un coureur n’est pas une obligation ; mais ne pas avoir l’air d’un coureur n’est pas une solution si l’on veut conserver un certain confort et une liberté de mouvement pour s’adonner au vélotaf dès que le trajet excède 10 km matin et soir.

Bike Café
Trajets quotidiens – photo Fabrice

Pour mes trajets professionnels  (20 km matin et soir 3 fois par semaine) je pourrais ne pas porter de cuissard, mais mon confort (périnéal) n’a pas de prix. Donc cuissard long, court ou knicker mais cuissard ! … Bien sûr, pour me fondre dans la cité et ne pas avoir trop l’air d’un coureur, je préfère tout de même porter un short ou un pantalon par-dessus. Un « look casual urbain, sportswear classe fashion et branché » serait l’idéal mais bon je suis plutôt court sur pattes et un peu enrobé. Et puis le matin je ne me regarde pas dans la glace, je n’ai pas que ça à faire quand je suis à la bourre …

Bike Café
Quand il n’est pas à la bourre Fabrice aime prendre des photos sur le trajet … photo Fabrice

T’as pas envie de changer ?

Cette histoire de look et le test qui suit sont partis de rien ou presque : une remarque de ma fille chérie qui, en me voyant tantôt vêtu d’un Lévis 501, tantôt d’une tenue « moule bite » cuissard  long  ou  pas, confortable, avec sur-short tantôt étanche Goretex, tantôt Fox Modèle Sergent à fond tanné digne d’un clochard … Elle me dit « Papa, tu n’as pas envie de changer ? Tu as toujours les mêmes jeans. En plus ils ne te vont pas ! La coupe est trop  large ! Tu devrais mettre des trucs plus slim, des trucs qui te mettent en valeur  … (elle est mignonne …)  »

Je mets des 501 depuis 40 ans ! … Je me tourne vers ma femme espérant un peu de soutien de sa part « Ils ne me vont pas … qu’en penses-tu ? ». Sa moue me fait vite comprendre qu’il y a beaucoup de non-dits sur le sujet des fringues dans la famille, et qu’elle n’est pas loin de penser la même chose que ma fille …

J’encaisse en silence mais me voilà marqué par le fer rouge de la disgrâce vestimentaire. La vengeance est un plat qui se mange tiède, aussi je ne laisse pas refroidir l’affaire. D’un coup de scooter rageur, en escapade subreptice, je me rends en secret, vexé comme un pou, au Levistore le plus proche pour essayer le fameux modèle 511 capable de ringardiser dans l’instant mes vieux 501.

Bike Café
Grosse surprise le 511 existe en stretch ! … Photo de ma fille chérie

Essayage du fameux 511 … Grosse surprise le 511 existe en stretch !… La révélation : classe et confort, j’en prends 2 et me voilà lancé dans l’idée d’un test vélotaf qui pourrait s’intituler : « Peut-on faire du vélotaf en jean ? ». Entre temps l’approbation des filles, devant la coupe de mes 511 m’avait rasséréné mais aussi convaincu que j’étais vraiment le dernier des ringards pour avoir laissé trainer cette affaire pendant 40 ans. Mais revenons à nos moutons et laissons tomber les boutons puisque contrairement au 501 le 511 possède une braguette zippée et non boutonnée. Par grand froid et envie pressante nous serons plus rapidement « remballé » …  mais pas trop vite, pour éviter la zippite ! …

Les tests précédents en vélo avec mes 501 historiques non stretch m’avaient convaincu de l’inadaptation de l’historique 501 à la pratique du vélo. Les cuisses remontent au pédalage et sont vite trop serrées au point de vous comprimer les jambons en moins de 2 (kilomètres). Le 501 était donc recalé. Évidemment, le (lonesome or not) Cowboy ne ressentait sûrement pas cet inconvénient dans la mesure où il était rarement amené à pédaler sur son destrier, sauf peut être en cas de cuite carabinée le samedi soir à la sortie du saloon.

Bike Café
Photo de ma fille chérie

Le test avec les 511 stretch sont beaucoup plus probants et je peux dire après 500 km d’essais : ils sont validés. Assez moulants, mais suffisamment élastiques pour permettre de rouler en vélotaf. Pas question de réaliser un contre-la-montre, mais pour un usage à mon rythme c’est parfait ! Perso je les utilise en les associant à un mini cuissard short Décathlon sans bretelle et c’est parfait.

Mais peut-on mieux faire ?

En cherchant sur le site de Levis je vois qu’il existe toute une gamme de fringues siglées Commuter spécialement pensées pour les jeunes cyclistes urbains branchés que je ne suis pas. N’étant pas branché donc, je découvre au passage le terme « commuter ». Je l’avoue sans honte, car faute avouée est à demi pardonnée … Rien à voir avec computer, commutateur, communicateur… but : “Bicycle commuting is the use of a bicycle to travel from home to a place of work or study — in contrast to the use of a bicycle for sport, recreation or touring”. Dire que je faisais de la prose en le sachant, mais que je « commutais » sans le savoir ! …

Bike Café
Sur le site de Boost Cycles je tombe sur un pantalon commuter Twin-Six Four Quarter Black (le pantalon des commuters ! …).

Les limites du 511 stretch sont atteintes si l’idée saugrenue de mettre un cuissard long en-dessous vous effleure l’esprit. La liberté de mouvement que vous procure ce modèle n’est pas infinie non plus. Le hasard d’un article sur Bike Café nous faisant découvrir l’excellent site Boost Cycles (boostcycles.com) je tombe sur un pantalon commuter Twin-Six Four Quarter Black (le pantalon des commuters ! …). Un petit  détour chez Boost Cycles où l’accueil chaleureux de Sébastien et l’essayage d’un modèle taille 32/32 suffisent à me convaincre de passer au test.

Bike Café

En pratique dans la « vraie vie » : 500 kilomètres de Vélotaf plus tard, par grand froid avec ou sans petits flocons je suis convaincu par la pertinence de ce produit. Très confortable, douillet même, extrêmement souple, fin, léger et pratique même avec un cuissard hiver long Ozio en-dessous.

Bike Café
Le petit revers avec bande fluo apporte un surcroit de sécurité.

Plus confortable qu’un 511 stretch sous lequel il n’est pas idéal  de mettre un cuissard  long hiver (ici pas de problème…) et surtout assez déperlant pour faire face aux événements floconneux des derniers jours et à une petite pluie fine.

Un bon  produit, bien conçu et de qualité, qui devrait trouver sa place car il répond à un besoin et concerne de plus en plus de Vélotafeurs … euh… je voulais dire de « Commuters ».

Bike Café
La naissance d’un « commuter » …

Caractéristiques :

Ce pantalon est hyper technique et polyvalent. Il conviendra aux sorties urbaines et aux déplacements à vélo en mode décontracté. Il permet d’être élégant sur le vélo comme à pied.

Il est confectionné dans un tissu très élastique : 91% Polyester – 9% Spandex pour un maximum de confort au pédalage, mais également hydrophobe, respirant et très résistant.

Pour rendre les kilomètres encore plus agréables, vous pouvez porter facilement un cuissard sous ce pantalon Four Quarters. Des coutures spéciales sont positionnées au niveau des genoux pour procurer une meilleure aisance au pédalage.

Bike Café
Avec ses nombreuses poches très pratiques.

Il intègre 5 poches dont 3 avec fermetures par zip : 2 poches arrières et 1 poche latérale. Plusieurs éléments réfléchissants pour un maximum de sécurité : un passant de ceinture et des bandes au bas des jambes qui apparaissent avec un revers.

Nous vous conseillons de prendre votre taille habituelle pour les vêtements de ville. La coupe est droite sans être trop ajustée. Voici la correspondance des tailles : S = 30×32, M = 32×32, L = 34×34

À commander sur le site de Boost Cycles

10 COMMENTAIRES

  1. Ahh en vélotaf, pas facile de trouver le pantalon idéal. D’ailleurs tu nous dis que le 511 est validé par les Fashionistas de la famille mais tu oublies de nous informer sur l’accueil réservé par les gourous du look que tu côtoies au sujet de ton pantalon le twin-six four Quarter black! elles approuvent?
    Je ne l’ai pas vu en vrai mais sur tes photos ça ressemble tout de même beaucoup à un pantalon de trekking. Pourquoi pas mais personnellement, pour le garder au taf, je ne suis pas certain d’être un grand fan.
    Par contre je suis d’accord avec toi, le jean non stretch, c’est pas très agréable, tout comme n’importe quel chino 100% coton. Ni agréable lors du mouvement des cuisses, ni agréable dès qu’il pleut. Personnellement la solution idéale je l’ai trouvé au rayon « golf ». Le top (selon moi) pour environ 150/180km de vélotaf par semaine c’est le chino « dry » proposé par Uniqlo, designé par un golfeur professionnel. Cela fait 2ans qu’ils m’accompagnent au quotidien et c’est parfait du 1er janvier au 31décembre.
    Enfin, je ne crois pas avoir des fesses en cuir de buffle, mais je me suis habitué à commuté sans cuissard ni caleçon particulier. Je commute sur un vélo de course, avec donc une selle à priori pas très accueillante. (Par contre l’un de mes plaisirs lors de mes sorties du week-end, est effectivement de poser confortablement mon fessier sur la selle, avec le cuissard rembourré.

  2. J’ai aussi pris l’habitude de choisir mes vêtements en fonction de leur compatibilité avec le vélo , tout en conservant une tenue casual qui ne laisse pas deviner que je me déplace à vélo.

    Beaucoup de marques de jeans proposent des pantalons avec de l’élasthane y compris pour les hommes (is un vendeur m’avais indiqué que cela était plus répandu pour la gamme femme que pour la gamme homme). Les coupes slim ont un avantage de look sur la silhouette et un avantage pour les cyclistes de limiter les salissures de graisse côté transmission.
    Il existe même des modèles avec élasthane chez la marque naked and famous pour un de ces modèles en toile selvedge .

    Le chino est aussi un bon choix , ils sont majoritairement en coupe slim, les modèles en élasthane sont moins répandus que pour les jeans. La marque carhartt propose un de ces modèles premier prix avec un mixte coton/élasthane/polyesther ,plus résistant, et plus rapide au séchage que du 100 % coton.

  3. Cher Sorrel,
    Merci pour ce chouette commentaire et pour ton partage d’expérience sur un sujet où tu est très affûté. Aucun gourou du look à la maison rassure toi !
    Ma fille approuve le look du Twin Six mais bon elle m’aime …. et ma femme (qui m’aime aussi…) n’interfère pas dans le domaine qui a trait au vélo.
    Pour ce qui est de l’élégance de ce type de pantalon je la mets en second derrière le critère confort. Et puis il y a taf et …. taf : je ne suis pas cadre dans une banque et je porte une blouse au travail donc ce pantalon est pour moi utilisé sur mon lieu de travail comme tel.
    J’imagine et en cela tu as parfaitement raison qu’un pantalon de golf doit donner un look bien plus classe. Je ne connais pas la marque que tu cites mais c’est sans doute une bonne idée. Cela dit je « Vélotaf » en partie en mode « Gravelotaf » pas uniquement sur du bitume et je m’autorise quelques chemins de traverse ou le cuissard est bienvenu. Tu peux formuler ton expérience sur Facebook pour ouvrir la discussion sur le sujet et en faire profiter d’autres.
    Bonne route et bons chemins
    Bien Cordialement
    Fabrice

  4. J’ai plusieurs modèles de pantalon pour vélotafer en fonction des situations (distance et possibilité de se changer sur place). Je précise que je n’aime pas trop arriver en cuissard au boulot.
    Les Levi’s 511 commuter (jean ou toile, existe aux US en plein de couleurs) sont confortables pour rouler même sur 20km mais ne permettent pas de mettre un cuissard je confirme (juste un caleçon rembourré que l’on trouver chez Décathlon). Ils permettent de rentrer en réunion en descendant du vélo sans se faire remarquer (en dehors de la couture de renfort au fessier). Les plus polyvalents.
    Le pantalon déperlant Endura (assez proche du Twin six), ultra stretch permet de mettre un cuissard, rouler sous une pluie fine assez longtemps ou dans le froid. Par contre il est limite question look (mais ça dépendra du contexte de chacun). Très bien plutôt en automne-hiver pour des trajets longs (mes 40km A/R une à deux fois par semaine).
    Pantalons Rapha Randonné et City : en dehors du renfort au fessier, le style chino permet de passer inaperçu. Idéale pour les petits déplacements, les rdv plus formels ou pour « cruiser » en ville le week end.
    Les marques que cite Brunru sont bien également.
    Attention par contre à l’usure de certaines toiles sur la selle. Ça peut vite marquer.

  5. Bonjour,
    Pas facile de trouver le bon pantalon 🙂
    Je viens de remplacer mon vénérable pantalon scott complétement usé par un Specialized Demo pro.
    à la base c’est un pantalon de… descente mais parfait pour le vélotaf, coupe slim bien ajustée au niveau des chevilles, ça touche pas la chaine. très élastique, très confortable, et pas trop tape à l’oeil… (je me change quand même au bureau)
    pour la grosse pluie j’utilise un pantalon décathlon d’équitation, faut pas hésiter à aller voir ailleurs…
    Mathias

  6. Merci à Tous pour vos retours d’expérience qui seront complétés par d’autres à n’en pas douter. On pourra sans doute publier vos retours si vous êtes d’accord pour compléter mon papier. A suivre …
    Bien à Vous Tous
    Fabrice

  7. Fabrice et tous,
    le futal est un vrai sujet pour les commuters! plus difficile de bien choisir qu’une veste ou gilet qui s’enlève une fois au taf (le pantalon? peu de tafs permettent de s’en passer, à moins d’être Maitre-Nageur).
    le uniqlo que je mentionne sort, hors promo, dans les 40€. C’est très raisonnable je trouve. Après oui, chacun doit composer avec son environnement. J’ai la chance de pouvoir me saper comme je veux au boulot, donc l’été le bermuda n’est jamais bien loin. Ce qui est certain, un chino (peu importe la marque) est presque passe partout. bonne route. (et aucun souci à relayer tout ceci sur facebook si le coeur vous en dit, mais je vous laisse faire!)

  8. En pantalon pensé pour la ville et pour toutes les météos je recommande vivement ceci :
    https://spoke-london.com/products/bullet_new_navy
    (vente uniquement en ligne mais leur site permet de se faire une très bonne idée de ce qui va ou ne va pas)
    Parfois il y a d’autres couleurs mais les stocks sont très vite épuisés.

    Qui est une sorte de Levis commuter avec une toile déperlante et de bien meilleures finitions et qui offre un excellent compromis look/confort à vélo car en fait on ne fait aucun compromis sur les deux.
    Attention la toile déperlante suffit pour 90% des situations pluvieuses mais cela ne vaut pas non plus un pantalon de pluie en matière d’isolation.

LEAVE A REPLY