Après un an de bons et loyaux services  en Ile-de-France et dans le Massif des Maures (cf article  Bike café : La Rage du Gravel) il fallait bien songer à changer les pneus de mon Leon La Rage. À l’arrière l’usure commençait à être significative et 3 crevaisons successives récentes, rapidement colmatées sans encombres par le préventif, constituaient un signal d’alarme.

Track & News
Le massif des Maures en G-One avec chambres à l’époque – selfie Fabrice

S’il est bien un domaine qui génère des discussions âpres (sinon sans fin) sur les forums Gravel c’est bien le chapitre des pneus : chacun y va de son avis, sur le calibre, la matière, le dessin, la texture, le fabricant, le type de pratique, …

Chacun argumente et je suis entouré de gravelistes, tous plus experts que moi. Au Bike Café et sur Gravel Bike France cela ne manque pas. Au moment de l’achat de mon La Rage le choix était plus limité. J’ai tout simplement suivi les conseils, toujours judicieux, de David Robert (Cycles Leon ) qui m’avait proposé les G-One de Schwalbe en 35 en première monte. Les G-One font globalement l’objet d’avis unanimement positifs et je dois dire que ce choix était parfaitement judicieux. Depuis, plusieurs fabricants se sont mis à la fabrication de pneus dédiés à la pratique du Gravel. Après mes débuts avec chambres le choix du montage tubeless m’avait montré les avantages indéniables de cette formule en terme de confort et de fiabilité à tel point que j’arrivais à convertir définitivement Pierre, le chef d’atelier du Bike Café, à passer lui aussi en tubeless après ma crevaison mémorable lors de la Gravel du Paris Bike festival.

L’esprit humain est versatile, et bien que ravi de mes G-One il m’était venu l’idée de changer.  Au Bike Café les bikers émettaient des avis positifs sur les modèles de différents fabricants : Schwalbe pour le G-One mais je les avais déjà utilisés, Hutchinson pour les excellents  Overide  38 équipant les « chevaux d’acier » Caminade de Patrick et de Martial, Vee 40 pour le légendaire Philippe passé depuis aux Maxxis Rambler 40 sur son La Rage full Titane.

Bike Café
photo Fabrice

Les choix sont fait de compromis et naissent parfois d’un esprit de contradiction voire de rébellion vis-à-vis des mes potes experts adeptes de pneus texturés sinon « cramponnés ». J’optais donc pour l’option radicale avec des  pneus qui se démarquent du reste du marché et qui en ce moment font couler sinon beaucoup, du moins un peu d’encre (c’est pourquoi j’en rajoute une couche avec ce papier). Un élément dans le choix était aussi d’avoir des pneus qui permettent de monter quelques cols sans avoir à changer comme je l’avais fait dans le Ventoux au cours de l’opération « Le Ventoux avec les bras » ou par peur de ne pas arriver au sommet avec les G-One je les avais troqué contre des pneus route (Conti GP 4000 s2 de 25, je sais c’est petit mais bon…).

Bike Café
Le pneu Compass Barlow Pass 38c – photo Fabrice

J’en arrivais donc à l’idée des « fameux » Compass, dont on parle beaucoup en ce moment, des pneus particuliers, légers, peu texturés, super performants sur le papier et selon l’avis d’experts sur GBF (Gravel Bike France), coûteux, et radicaux destinés semblerait-il à des gravelistes « pointus », french dividers et autres performers, avaleurs de longues distances et autres bouffeurs de dénivelé, … bref tout le contraire de moi. Mais bon après après tout qui peut le plus, peut le moins. Donc c’est parti ce seront des Compass, et tiens  pour se démarquer des autres Bikers du Café  des Compass à flancs  beiges … Na ! …

Bike Café
Il y a du choix en Compass chez 2.11 – photo Fabrice

Un montage en 5 minutes

Rendez-vous pris par téléphone chez 2.11 Cycles avec JP Ferreira importateur et distributeur des Compass qui en plus habite près de chez moi. J’ai suivi les conseils du « patron » en optant pour des Compass Barlow Pass de 38 option Extra light. Tant qu’à se démarquer de mes collègues du Bike Café équipés de « lourds » pneus à crampons, autant y aller carrément. J’avais pensé que la monte de ses boudins high-tech serait longue et fastidieuse et je doutais de la promesse téléphonique JP d’un temps de montage de 5 minutes par pneus, et donc opté pour un rendez vous matinal à 6 h 30 chez 2.11 cycles avant de partir en vélotaf vers Paris …

Bike Café
Le pneu qui claque en quelques coups de pompe à pied Zéfal – photo Fabrice

Promesse tenue montage en 5 minutes par pneus, malgré les valves sans obus démontable montées sur mes super jantes Duke Road Runner. Le pneu qui claque en quelques coups de pompe à pied sans aucun besoin de compresseur et autres accessoires. Pas la moindre fuite ! … Il faut dire que JP a un peu l’expérience sur le sujet mais quand même …

Bike Café
JP – photo Fabrice

Voilà mon Léon chaussé de ses boudins à flancs beige (2,4 bars à l’avant et 2,9 bars à l’arrière selon les préconisations de JP adaptées à mon « poids d’hiver » 71 kg faut vraiment que je maigrisse si je veux faire la « Résistance » en septembre.

Et bien roulez maintenant

Le test peut commencer (le lecteur de cet article doit faire ouf : enfin …). Première phase : « évaluation esthétique » avec un vote impartial sur la page facebook de GBF sans citer les marques et dépouillement des votes après 48 h de scrutins par l’impartial Martial Prévost.  Et là bien que « black » soit bioutifoulle et que Leon La Rage soit toujours beau quels que soient les pneus qu’il chausse, ce sont les flancs beiges qui l’emportent haut la main (scrutin et photos consultables sur Gravel Bike France…).

Bike Café
Avant (au-dessus) et après … les votes ont plébiscité les Compass pour leur esthétique – photo Fabrice

Évidemment d’aucun diront que l’aspect esthétique n’a pas d’importance etc, … etc … mais je pense que ce sont des hypocrites : en effet ils  n’achèteraient pas une guidoline vert pomme en promotion à -50% car il trouvent (à juste titre et c’est bien normal…) que la noire ou la grise payée plein tarif et montée sur leur Gravel Bike chéri est bien plus seyante et leur va mieux au teint. Voilà c’est dit !…

Bike Café
Compasse et Maxxis Rambler … une sacré différence dans le grip – photo Fabrice

Concernant l’usage sur route d’abord à l’arrêt on sent que, bien que la texture des Compass soit relativement lisse (cf photo) la gomme à un certain grip : « ça couine un peu comme dans les parkings souterrains ». Plus de 100 km en mode vélotaf pour s’en rendre compte sur le bitume : ça roule comme un pneu route avec un confort Pullmann en plus sur les cahots ralentisseurs et autres aspérités sur lesquelles on roulerait volontairement presque par plaisir rien que pour voir ce que ça fait. On aimerait que la chaussée se dégrade rien que pour le fun … Évidemment on a peu de mérite à être confortable sur le bitume avec des pneus de 38 et un cadre en titane mais quand même … Des kilomètres effectués in matin sous une pluie battante m’ont permis de confirmer l’impression bon Grip et bonne accroche latérale sur route mouillée sinon détrempé. 

Quelques kilomètres de sous-bois et à travers champs au retour de Vélotaf pour s’apercevoir que l’amorti, l’élasticité et le confort moelleux et réactif des Barlow Pass perdure et permet de rouler plus vite et plus fluide qu’à l’habitude sur des secteurs connus.

Bike Café
Photo Fabrice

Passons en mode « Gravel chemins »  en forêt de Montmorency et à travers les champs et sentiers alentours, sur terre, gravier, herbe, et quelques passages plus engagés avec l’ami Philippe, poisson pilote, GPS vivant et pédaleur métronomique quels que soit le dénivelé et les accidents de terrains. La première impression (toujours avec 2,4 bars à l’avant et 2,9 bars  à l’arrière) sur ces terrains divers est là encore cette sensation de confort assez incroyable, avec des rebonds dynamiques et moelleux en même temps (désolé les gars je ne maîtrise par les adjectifs utilisés par les hyper techniciens du Gravel). En descente ça tabasse moins qu’avec les G-One malgré des pressions de gonflage plus élevées. Les mains en bas sur le cintre Ritchey Venture Max c’est royal !  Cela peut être évidemment mis sur le fait que je disposais auparavant des G-One en 35 mais quand même les sensations sont  différentes. J’ai l’impression (avec mes capacités techniques limitées, pour le physique n’en parlons même pas …) de pouvoir passer plus vite avec plus de sécurité. Est-ce la souplesse du pneu qui fait qu’il se conforme mieux aux aspérités du sol, comme si le pneus épousait le terrain ? le type de gomme ? la souplesse des flancs ?  je n’en sais trop rien et je laisse cela aux spécialistes mais bon…

En ce qui concerne le grip en montée sur la selle ou en danseuse j’ai la même impression d’un rendement optimisé et de moins de perte en frottement ou micro-pertes d’adhérence sur le sec qu’avec les G-One. Un bon test est le passage d’un bref raidillon ou d’habitude je pose le pied par perte d’adhérence et là, comme par miracle, ça passe !…

Bien sûr il faudra pondérer tout cela par un test longue distance et une évaluation de la solidité et de la résistance à l’usure de ces Compass mais la première impression est vraiment excellente. Il est évident qu’il s’agit d’un pneu typé terrain sec et qu’il serait intéressant, par curiosité de voir si sur terrain humide les G-One reprendrait la tête en terme d’adhérence, bien qu’ils avouent aussi leurs limites en condition boueuse. D’ailleurs un modèle plus « cranté » vu chez 2.11 cycles sera bientôt dispo pour une monte hivernale ou terrain plus typés VTT…

Bike Café
photo Fabrice

Le seul bémol évidemment reste le coût du produit mais le but de ce test rapide était avant tout de savoir si le choix de ces pneus affichés comme des pneus plutôt typés «compétiteurs» sur le papier s’avèrent pertinent pour le commun des gravelistes, promeneurs, pigistes, photographes, vélotafeur dont je suis hé bien la réponse est OUI !!!

Description

Le nom de ce pneu vient de celui du col Barlow (720 m) qui fait partie de la « Mountain loop Highway » au coeur des « Central cascades » aux USA. Sa large route gravillonnée requiert une stabilité optimale pour affronter les descentes et les 38 mm du pneu Barlow Pass sont un réel atout sur ce terrain.

  • Tringle soupe.
  • Flancs « Tan »
  • Faible résistance au roulement
  • Excellent grip
  • Grand comfort
  • Légers (359 g)
  • Look classique
  • Pression max 70psi /4.8bars

La carcasse extra-light réduit le poids du pneu mais améliore également la souplesse globale et donc la vitesse et le confort offerts par ce pneu. Le pneu Barlow Pass est désormais Tubeless Compatible.

Infos sur le site de 2.11 Cycles 

Prix : 84,00 €

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour
    Merci pour le post. Je vois que vous avez un cintre tres particulier, C est quel modèle?. Il vous apporte quoi de plus qu un cintre de route plus classique ? J ai l impression que les cocottes sont de travers par rapport à l axe dès avant bras, C est utile dans quelle circonstance !?
    Merci d avance pour vos reponse ét … Bonne route gravelisée 🙂

  2. Bonjour ou plutôt bonsoir, je roule avec un Genesis CDF acier et après avoir utilisé des pneus Challenge Gravel et Strada Bianca et connu une gamelle pour cause de dérapage avec ces derniers, j’ai opté pour des Compass Bon Jon Pass en 35mm. Confort et rendement sont au rendez-vous de même que le grip, à tel point que j’envisage de les garder pour l’hiver afin de les tester sur sol gras et meuble (normalement je monte des pneus x-cross pour l’hiver). Installés depuis juillet, ils n’ont que 700km,mais sans signe d’usure et je pense qu’ils peuvent assurer un nombre de bornes justifiant leur surcoût par rapport aux autres.
    Quant au cintre Ritchey, je l’utilise depuis 6 mois, en remplacement d’un cintre plat (style VTT) et après une période d’adaptation hésitante, je suis aujourd’hui parfaitement à l’aise que ce soit en terrain accidenté ou sur route.

LEAVE A REPLY