Le confort sur le vélo est devenu un vrai sujet. C’est encore plus le cas en gravel où la polyvalence d’usage nous amène à rouler sur différents terrains et donne ainsi plus d’importance à ce paramètre. Le confort, quand on roule sur un cadre rigide, passe beaucoup par les roues. Le débat sur le choix du matériau constituant le cadre existera toujours, et on n’est pas près d’y mettre un terme, mais l’interface amortissante la plus importante entre le terrain et le cycliste reste le train roulant : roues et pneus.

Un sacré coming out pour passer de 28 à 48 …

Lorsque j’ai débuté en gravel mes premiers vélos étaient équipés de pneus de 32 sur un Giant Anyroad puis de 28 sur un Canyon Inflite … J’ai très vite compris que cela ne suffirait pas sur les sentiers caillouteux du sud sur lesquels j’évoluais. Ce cheminement vers des sections de pneus plus larges est difficile à admettre pour un routier. Il risque, à l’inverse de l’être aussi pour un VTiste qui passe au gravel, qui lui devra admettre de redescendre.

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
La lente progression de 28 à 48 pour arriver à la sérénité – photo Bike Café

Je suis ensuite passé au 35 sur un Caminade cadre acier. Puis enfin à des tubeless de 40 … Cette progression dans la section du pneu et son mode de montage, se justifiait par la nature de mes terrains. Par la suite, et toujours sur mon Caminade, j’ai adopté les nouvelle roues Allroad Mavic Élite en 650 chaussées de pneus WTB Byway en 47. Le gain a été énorme et la motricité nettement améliorée dans les montées sur terrain instable. Il n’y a pas de réponse toute faite et chacun doit évaluer la réponse pneumatique qui conviendra le mieux à son usage et à son terrain. Il y a 4 ans on cherchait désespérément des pneus de gravel dans les allées de l’Eurobike, aujourd’hui le choix est large et presque pléthorique.

J’ai peut-être trouvé le graal …

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
Il s’agit simplement d’une association entre une roue et un pneu : le Switchback Hill 650 de Compass sur une roue CEC extraordinaire en carbone avec des rayons en Dyneema – photo Bike Café

Aujourd’hui je pense être arrivé au bout de ma quête en matière de confort. J’ai atteint, en ce qui me concerne le graal du montage en réalisant un curieux croisement … Il n’y a aucune manipulation génétique dans ce que je vais vous raconter, il s’agit simplement d’une association entre une roue et un pneu. Le montage que je vais évoquer est atypique, et malheureusement pas très économique. Il faut, pour l’admettre, oublier quelques préjugés : rayons textiles, ça doit être fragile et manquer de rigidité … pneus légers et lisses, ça n’accroche pas et tu vas crever au premier caillou.

Dans mon travail journalistique, qui m’amène à tester de nouveaux produits, j’ai eu l’an passé l’occasion d’évaluer des roues de 650 montées avec un cercle en carbone et des rayons en fibre Dyneema. J’ai été totalement bluffé par le rendement de ces roues et le confort qu’elles me procuraient. J’avais fait pour ces roues un article élogieux  sur Bike Café et également dans la revue Cyclist France pour laquelle je travaille.

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
photo Bike Café

Par le plus grand des hasards, ces roues, qui devraient tourner en test auprès de plusieurs journalistes, me sont revenues suite à un imbroglio de routage de colis. Bref … je me suis dit, je vais en profiter pour refaire quelques sorties avec sur mes sentiers : plateau de Vitrolles, Sainte Victoire, … Chaussées des superbes pneus Terrene Elwood je me suis refait plaisir grâce à la légèreté de ce train roulant et son confort absolu. Du coup j’ai demandé à Pierre-Arnaud Le Magnan de CEC si il accepterait de me vendre ces roues de test plutôt que je les renvoie à Hong Kong. Il m’a donné un prix et j’ai cassé ma tirelire et depuis je ne regrette pas.

Whaou ! avec des Compass

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
Avec des Compass

J’avais roulé la Résistance gravel sur un MR4 en 2017 avec les pneus Compass. Ces pneus ne laissent pas les cyclistes indifférents. Certains ne les aiment pas, et d’autres les adorent. Il se trouve que, parmi ceux qui les adorent, je connais quelques cyclistes « tête de série » de la longue distance ou encore quelques cyclistes émérites qui ne peuvent plus s’en passer en gravel comme sur route. Ces pneus ont également démontré l’an dernier leur qualité lors du MR4 Tour car Jean-Philippe Ferreira, le patron de 2.11 Cycles, qui distribue ces pneus en France, avait équipé tous les vélos de sa marque qui ont participé aux épreuves majeures d’ultra biking du calendrier 2018 : la Malteni Gravel Bootleggers (en avril), la Gravel Tro Breizh (en mai), la Born to Ride (en juin), la French Divide (en août) et enfin, la TCR (en juillet). Parlez-en aux pilotes de ces vélos, ce sont les meilleurs ambassadeurs des Compass.

Bike Café
Mon expérience sur la Résistance avait été assez bonne – photo Bike Café

De mon côté, l’expérience assez courte avec les Compass tubeless et basse pression, avait été plutôt bonne sur la Résistance en 2017. J’échange régulièrement avec Jean-Philippe sur des sujets vélos et bien sûr je lui fait part de l’article sur mes roues aux rayons en polyéthylène. Il me propose de les tester avec des pneus Compass. Pourquoi pas ! …

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
Vont-ils résister à la caillasse des DFCI sur lesquelles je vais traîner ? – photo Bike Café

Je reçois donc une paire de pneus Switchback Hill 650 x 48b extra-light. Extra-light effectivement : 413 g encore plus légers que mes Terrene 650 x 47b déjà super light : 430 g. Est-ce que ces pneus, qui semblent si fragiles, vont résister à la caillasse des DFCI sur lesquelles je vais traîner ? La réponse, depuis quelques mois est oui … Pas une crevaison depuis le montage. David, d’AJP cycles, qui me les a monté a utilisé le liquide préventif anti-crevaison Orange Seal Endurance fourni par Mohawks Cycles.

Les Terrene étaient très bien et ils possèdent une très bonne accroche, restait à voir si une bande de roulement aussi lisse que celle des Switchback Hill pourrait suffisamment agripper sur mes terrains souvent instables. C’est avant tout une affaire de basse pression. Le pneu s’écrase bien avec ses flancs très souples. Il enrobe le caillou et la roue reste plaquée au sol pour procurer un maximum de motricité. Le comportement sur route est identique. La surface au sol est bien plus importante qu’avec d’autres pneus, mais du coup le pneu rend très bien et restitue par son accroche un maximum de rendement.

Gravel avec pneus Compass et roues CEC
Mon vélo Caminade a été transformé par ce nouveau train de roues – photo Bike Café

Alors bien sûr tout cela a un prix, et il est temps de parler chiffres. Pour les roues CEC carbone avec rayons en Dyneema (> à 2000 € la paire) il faudra trouver un Père Noël particulièrement blindé et si vous ajoutez ces supers Switchback Hill (90 € l’unité) ça fera des roues très chères. Elles sont néanmoins dans la norme des roues légères très haut de gamme auxquelles, on pourra les comparer. Mon vélo Caminade a été transformé par ce nouveau train de roues. J’ai gagné 1 kg sur l’ensemble roulant et surtout j’ai considérablement amélioré la motricité et le confort … et ça n’a pas de prix. Pour info les roues nues pèsent 1,030 kg la paire.

Infos sur :

2 COMMENTAIRES

  1. Article très intéressant. Merci.
    Je pense que comme les disques durs et la mémoire sur nos smartphone, quand on rajoute, on l’utilise, on s’habitue et le curseur se déplace sur le minimum vital nécessaire.
    Pareil pour le confort. Meilleur est le confort, plus on s’écarte du bitume et on sort des chemins roulants. On y prend goût et on ne peut plus revenir en arrière. Je parie que les fourches suspendues vont venir au gravel (c’est déjà le cas avec Lauf Grit).
    La vraie révolution a été de fabriquer des pneus qui augmentent en section sans détériorer les perfs sur route. Car c’est bien de ce compromis que dépendra la limite et l’équilibre.
    Mais qu’on se le dise: le gravel tel que tu le pratiques c’est le VTT X Country qui se pratiquait il y a 30 ans, avec des sensations autres, bien sûr et des perfs sur routes également autres. La convergence avec le VTT est inévitable.

  2. Actuellement mon Gravel « Ibis Hakka MX » est équipé avec des « Vitoria Terreno Dry » 700 x 40 mm en tubeless. Il est hyper confortable (trop confortable), mais sur le bitume le rendement n’est absolument pas au rendez-vous. Je vais tenter de le rendre plus polyvalent avec des « Compass Bon Jon Pass » 700 x 35 mm et des chambres à air Tubolito. Un calcul rapide me permet d’espérer un gain de -135 gr par roues et certainement du fait de la section, une résistance au roulement moins importante. Il reste à voir la résistance aux crevaisons sur terrain difficile …

    A suivre

LEAVE A REPLY