Nous avions pu tester le gravel carbone de la marque française Origine il y a quelques mois, son essai avait déjà pu déceler, dans les grandes lignes, les forces et faiblesses du modèle. Patrick, qui avait fait ce test avait perçu le caractère sportif du vélo. Ce bilan m’avait intéressé et  le Graxx a immédiatement suscité mon intérêt.

Avec ses 8,9kg sur la balance, en taille XL, et ses lignes agressives, il apporte déjà de sérieux arguments intrinsèques qui sont de nature à titiller l’œil et le désir du coursier en manque de pistes. Pratiquant la course sur route toute l’année, mais également le bikepacking, l’Ultra (French divide#2) où encore le voyage a vélo, j’avais envie pour cet essai, de tester la performance pure du Graxx bien sûr, mais aussi d’évaluer l’étendue de sa polyvalence.

La présence d’oeillets sur la fourche et les bases arrières positionne la marque et le modèle dans le segment du bikepacking moderne.

Jusqu’aux limites de la polyvalence

Le Graxx est un vélo qui affiche de belle possibilités en matière de polyvalence. Cela donne envie d’aller le chatouiller sur les utilisations extrêmes.

L’idée est simple, participer à la Mavic Gravel Roc, format course pour me frotter aux meilleurs de la discipline. Il faut, pour bien y figurer, pouvoir rouler aux alentours des 25 km/h de moyenne sur les 68 km de ce parcours exigeant.

Puis, après cet épisode typé course, partir quelques semaines plus tard, avec la même monture, mais cette fois pour du bikepacking engagé. Le vélo équipé de sacoches, en condition course d’Ultra, type « Tuscany trail » où « Frenchdivide », pour lesquelles le confort est un point essentiel.

La famille du Gravel étant en constante évolution ces dernières années, il existe déjà des vélos capables de vous amener confortablement à bon port, sur des épreuves longues distances sur tous les terrains. Ceux-ci sont souvent lourds et ils restent, une fois déchargés de leurs attirail, des vélos difficiles à rouler rapidement sur une sortie d’entraînement de 3 heures le week-end.

Voyons ce que ce Origine Graxx a dans le ventre ? …

En mode Course

J’ai préparé la Mavic Gravel Roc avec le vélo en parallèle de ma saison de route et cela un mois avant l’épreuve du Roc. J’ai ainsi pu faire avec quelques entraînements en rythme. Dès les premières sorties, je sens la réactivité du cadre ; rigide au niveau du boîtier, sans pour autant en faire une barre. Couplé aux très bonnes roues Mavic All road pro, il est vif en relance. Parallèlement à ça, l’avant est peut-être son plus gros point fort. Jeu de direction et fourche apportent précision et confort. Sur piste, il est clairement au niveau de beaucoup de vélos de CX bien plus typés.

Test du gravel Graxx d'Origine Strava
Exemples entraînements réalisés avec le vélo en amont de la Mavic Gravel Roc:

Dans les passages techniques, le Graxx est précis et sa fourche absorbe bien, même à haute vitesse. Il faut être plus fin qu’avec un monster-cross ou un VTT dans le pilotage, bien sûr, mais ceci est en partie dû à la section de 40 des pneus Mavic, qui bien que conséquente s’avère parfois limite pour certaines régions, et notamment sur les sentiers du Sud.

Testé sur route avec 4 bars de pression, j’ai pu rouler à plus de 35 km/h au train. C’est sûr qu’avec une paire de roues dédiées, et des pneus « slick », ce vélo pourrait faire un bon vélo typé endurance.

Test du gravel Graxx d'Origine départ de la Mavic Gravel Roc
Dans le SAS de départ de la Mavic Gravel Roc

Samedi matin, jour de course sur la base Nature de Fréjus, nous sommes plus de 200 sur ce Mavic Gravel Roc 4ème édition (203 classés). Départ brouillon pour ma part, avant de remonter en tête de la course. À la sortie du camping je suis 4ème.

Test du gravel Graxx d'Origine sut la Mavic Gravel Roc
En montée

Nous roulons a plus de 40 km/h, et le Graxx est dans son élément. Relances, virages serrés … un vrai comportement de vélo de CX. Après la montée du Fournel, et la descente du Bougnon, les jambes ne sont pas très bonnes, mais ça roule.

Test du gravel Graxx d'Origine sut la Mavic Gravel Roc
En descente …

Cependant dans une bosse à plus de 15 %, 5 dents du pédalier Shimano 105, s’arrachent d’un seul coup. Le groupe, qui avait déjà montré certaines faiblesses à l’entraînement pour une pratique gravel engagée, lâche complètement.

Test du gravel Graxx d'Origine
5 dents du pédalier Shimano 105, s’arrachent d’un seul coup.

Déception certes, car l’abandon est inévitable, alors que j’étais dans le top 10. Mais le côté positif c’est que le test a été concluant sur les capacités du vélo : dès qu’il faut mettre les watts, ça répond ! … Le Groupe Shimano GRX sera plus adapté, si vous souhaitez faire plus que, du bord de canal et de la piste tranquille.

En mode Bike packing

Le Graxx va vite oui, mais sera t-il performant sur un exercice long ?

Partir à la journée, pour le week-end ou plus, demande des vélos ayant des qualités différentes. Il faut du confort, mais le poids reste également un critère important. Les premiers de la French Divide par exemple, ont rarement des vélos à plus de 16 kilos tout équipés. La base (vélo) doit donc être plutôt légère, pour pouvoir embarquer un sac de couchage, quelques vêtements, de la nourriture et le GPS tout en restant sous un poids correct.

Le Graxx, malgré son cadre très slooping, accepte une sacoche de cadre taille XL, la largeur du guidon autorise une sacoche à l’avant, il possède également (comme mentionné plus haut) des œillets de fixation pour les portes bagages. Sur ce genre de vélo, je pense que des sacoches souples spécifiques sont à privilégier. Surtout si l’on part pour du « All road ».

Test du gravel Graxx d'Origine en mode bikepacking
Le Graxx en mode voyage light avec le Ventoux en arrière-plan

Je pars tester le vélo dans ces conditions au sommet du Luberon, terrain de jeu parfait pour bikepackeur. Le terrain est cassant, et exigeant mais les pistes sont magnifiques.

Quand on doit mixer légèreté, réactivité et confort, un cadre carbone est vraiment supérieur à mon sens. La fibre TORAY T800 utilisée sur ce Graxx fait parfaitement le travail, même à basse vitesse, le confort est présent sans perte de rendement. Après plus de 160 kilomètres, de pistes et sentiers parcourus ce jour la, je suis rentré sans douleurs. De bonne augure si l’on veut repartir dès le lendemain matin, lors d’une épreuve ou d’un trip sur plusieurs jours.

Test du gravel Graxx d'Origine en mode bikepacking
Les pneus Mavic passent aussi dans la boue en haut du grand Luberon

On peut imaginer très facilement rouler une semaine à son guidon. Son faible poids et son rendement peut nous faire faire, quotidiennement, des kilomètres en plus. Moins exclusif que certains de ses concurrents, il m’a surpris par sa polyvalence.

Test du gravel Graxx d'Origine en mode bikepacking
Un vélo qui aime les relances nerveuses …

Les roues Mavic All road pro sont excellentes en relance et plutôt confortables. On pourra néanmoins, pour ce type d’exercice, privilégier des roues plus classiques avec rayons acier si vous souhaitez encore plus de confort sur des longues distances.

Pour le reste chacun pourra choisir, selon ses goûts, les équipements du vélo, sa couleur, … sur le configurateur en ligne de la marque. Si vous souhaitez faire uniquement du tout terrain et de la piste, le choix du mono peut être vraiment intéressant. Venant de la route, j’ai opté pour un double en 50/34, que je vous conseille également si vous souhaitez profiter de l’extrême polyvalence de ce vélo, capable d’être performant sur route une fois équipé de pneus « slick ».

Pour conclure

Après avoir réussi son entrée dans le monde de la route, Origine signe là, un vélo intelligent et dans l’air du temps. À l’aise partout, rigide sans être exclusif, le cadre est une bonne base auquel il faut adapter un équipement adéquat, en fonction de son profil et de sa pratique.

Celui ou celle qui souhaite aller vite sur chemins et pistes, sans pour autant faire une croix sur le confort, trouvera avec ce vélo un allié de choix. Avec une seconde paire de roues on peut l’imaginer dans le rôle d’un vélo unique, si vous ne cherchez pas à faire un podium sur le criterium du coin.

Sur des épreuves comme la French Divide, la Gravel Tro Breizh, ou encore la Baroudeuse, il peut s’envisager comme un choix pertinent, si vous avez un petit bagage technique.

Fiche technique rapide du modèle test :

Test du gravel Graxx d'Origine
Le Graxx dans la configuration testée
  • Cadre carbone GRAXX F.L.U.D(950g)
  • Fourche OGV disc 12×100
  • Groupe Shimano 105 : (50×34)(11×32)
  • Roues Mavic All road Pro
  • Pneus Mavic Yksion Allroad XL 40

Poids de l’ensemble : 8,9 kg en taille XL

Infos sur le site d’Origine

5 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cet essai et le compte rendu, après pour l’histoire des dents du pédalier je tablerais plus sur un choc avec le sol (descente de marche) qu’avec une faiblesse structurelle;les dents cassées sont à l’opposé de la manivelle.
    Comme tout lecteur,plus d’essais de vélos,de matériel et de sorties,me réjouirait.

  2. Le problème de rupture des dents du gros plateau est déjà arrivé plusieurs fois avec différents groupes donc je pense que le 105 n’est pas en cause, une hypothèse avancée est que lors du passage du grand plateau au petit avec un effort important la chaine accroche et tire latéralement plusieurs dents ce qui peut entrainer la rupture, c’est plausible qu’en pensez vous…..

  3. Ce sont des dents de lait, elles vont repousser , juste dommage de les avoir perdues pour la petite souris.

    C’est très intéressant d’avoir un avis d’un même utilisateur dans des configurations compèt et aventure.
    Du coup, je suis allé voir sur le configurateur d’ORIGINE , c’est bien fichu avec les indicateurs de différentiels prix et poids en cas de changement de périphérique.

LEAVE A REPLY