AccueilDécouvertesParcoursPartir rouler : Super Randonnée du Désert "600 km loin du Monde"

Partir rouler : Super Randonnée du Désert « 600 km loin du Monde »

Rares sont les endroits où il est encore possible de faire un pas de côté, une pause, un aparté. Dans un monde qui va toujours plus vite et où la modernité et les traces humaines sont toujours plus visibles. Il est devenu vital pour les amoureux de Nature de trouver des lieux et des routes pour se ressourcer. La Randonnée dont je vais vous parler est un rêve pour cyclistes aventureux. (récit et photos Gabriel Refait)

Organisée par Provence Randonneur sous l’égide de Sophie Matter, la Super randonnée du Désert (*) est un brevet de 600 km avec 14000 m de dénivelé positif tracé sur routes et pistes, vous offrant une parenthèse absolue au cœur de la ruralité et des montagnes du sud de la France. Le parcours est exigeant et nos ambitions de le boucler en quatre jours, au mois d’octobre, le sont tout autant. C’est seulement à trois, avec deux autres membres du Houblons Sauvages Randonneurs Club – Mathieu Perruset et Bertrand Doron – que j’ai débuté cette super randonnée au départ de Sisteron.

Entre champs de lavandes et terres noires

Annonce
Annonce Trek

Étape 1 : Sisteron/La Javie, 170 km, 4127 m D+ ; 9h42-21h20

Départ de la citadelle, direction le sud vers Saint Jurs, avec une alternance de pistes DFCI et de petites routes ; nous sommes sur les contreforts du Verdon et du plateau de Valensole, les champs de lavandes sont partout. Puis, nous remontons vers Majastres et les magnifiques terres noires, qui nous offrent des pistes très ludiques. Arrivée à la Javie en fin de journée à l’auberge « Roman » pour un repas et un repos bien mérités.

Soyons braves, mais évitons de mourir

Étape 2 : La Javie/La Saulce, 91 km, 1102 m D+ ; 9h13-16h00

Perçant trois trous, un pour la tête et deux pour les bras,
nous voilà munis d’un poncho de fortune bien utile.

Météo France annonçait de forts orages ce jour là, mais nous prenons tout de même la route restant déterminés à boucler notre super randonnée en quatre jours. Nous grimpons plusieurs heures à travers la montagne, pour enfin arriver au village de la Motte du Caire. Là, assis dans le café de la Poste pour un ravitaillement bien mérité, nous entendons soudainement tomber des hallebardes. Qu’à cela ne tienne, nous demandons des sacs poubelles à la serveuse pour affronter cet orage.

Perçant trois trous, un pour la tête et deux pour les bras, nous voilà munis d’un poncho de fortune bien utile. C’est donc avec un certain sens du style et sous des trombes d’eau, que nous reprenons la route. Mais après dix kilomètres, c’est bien la foudre qui a raison de notre hardiesse. Nous sommes à découvert et elle tombe et craque juste à coté de nous. « Soyons épiques, mais évitons de mourir ».

C’est donc sous un lavoir du village du Claret que nous prenons la décision de nous arrêter un peu plus loin, à l’hôtel le Mas d’Estello de Tallard. Nous n’y croiserons malheureusement aucune étoile, tant culinaire qu’hôtelière, mais nous sommes au sec, et ce jour là, c’était le principal.

Une étape monstre pour rattraper le retard

Étape 3 : La Saulce/Buis-les-Barronies, 235 km, 5321 m D+ ; 6h25-23h20

Le plan était simple : rattraper le retard du deuxième jour en faisant une étape énorme en roulant bon train pour rejoindre Buis-les-Barronies et revenir au plan de route initial. Départ à 6h25, après avoir fait des réserves de nourriture dans une boulangerie du coin. D’entrée, nous attaquons la traversée du massif de Céüse que nous voulions éviter de parcourir, sous la foudre du jour précédent.

Nous basculons dans le Diois à la mi-Journée et trouvons un bistrot salvateur, ouvert à 15 h à Luc-en-Diois. Le reste, jusqu’à l’arrivée, s’est fait sous les étoiles d’une nuit claire et froide, propice à ce genre de chevauchée sans fin. Nous arrivons à 23h20 et faisons un arrêt bienvenu dans un bar, pour descendre de grandes pintes de Picon bière avant d’aller nous coucher à l’hôtel les Arcades.

Super randonnée du Désert
Quelle journée, quelle étape !

Finir en beauté

Étape 4 : Buis-les-Barronies/Sisteron, 120 km, 3206 m D+ ; 9H21-19h

Le copieux petit déjeuner de l’hôtel englouti, c’est l’heure de terminer la dernière étape de cette super randonnée du Désert. Ce n’est pas l’étape la plus simple sur le papier, certes les routes et pistes au milieu des oliviers sont superbes, mais les kilomètres ne défilent pas.

Nous retrouvons les champs de lavandes du premier jour, mais aussi des pistes plus cassantes. Au crépuscule, nous passons, non sans émotion, le col Saint-Pierre, dernière ascension du périple. Comme un clin d’œil au deuxième jour, nous sommes accompagnés d’une pluie digne d’un orage d’été. Nous arrivons à Sisteron après 618 km au cœur du Désert.

Conclusion et conseils

Tout d’abord merci à Sophie Matter pour ce tracé exceptionnel. J’ai pourtant de nombreuses randonnées épiques à mon actif, dont notamment deux French Divide, mais ça faisait longtemps que je n’avais pas roulé une trace aussi cohérente. Il n’y a absolument rien à jeter !

Super randonnée du Désert
Super randonnée du Désert

Que vous soyez cyclo compétiteurs ou flâneurs,
vous trouverez ce que vous êtes venus chercher…

Petit bémol cependant : le timing randonneur de 60 h pour 600 km, qui paraît réalisable sur une trace route classique, devient ici très compliqué à réussir, sans se mettre en mode course d’ultra, sans sommeil. Cette barrière horaire nécessiterait d’être aménagée, même si je sais que les membres de la FFVélo, n’ont souvent qu’une vague idée de l’existence de la pratique tout terrain et préfèrent se concentrer sur d’énièmes brevets routiers au milieu des champs de patates.

Le parcours est physiquement exigeant et requiert un bon niveau. Comptez ici 3 jours en mode course d’ultra, sans arrêts aux auberges et 6 jours en mode cyclo-camping (idéal à faire en groupe, à la cool). Gérez bien votre eau, notamment en été et pensez à faire le plein dès que vous trouvez une épicerie. En raison des fortes chaleurs estivales dans la région, les meilleures périodes pour effectuer le tracé sont de Mars à Mai, ou encore à l’automne.

Que vous soyez cyclo compétiteurs ou flâneurs vous trouverez ce que vous êtes venus chercher : Nature, dépassement, pistes sublimes et petits villages typiques dignes d’un roman de Jean Giono.

(*) C’est en 2021 qu’a été ouverte la Super Randonnée du Désert (parcours tracé par Sophie Matter). C’est la première SR française à s’aventurer sur des routes non goudronnées. Elle se situe dans une zone peu peuplée qui s’étend entre la Drôme, les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence. Elle comporte 210 km de gravel et une vingtaine de cols muletiers. Isabelle et François Chojnowski, qui l’effectuent au mois de juillet, sont les premiers homologués.

Les Super Randonnées sont des randonnées permanentes de 600 kilomètres, sur un parcours résolument montagnard. Elles comportent plus de 10,000 mètres de dénivelé positif. Deux formules sont proposées aux participants : Randonneur et Touriste. Les Randonneurs ont un délai de 60 heures pour boucler le parcours. Pour en savoir plus sur les Super Randonnées.

Suivre Gabriel sur Instagram : https://www.instagram.com/dynamo.cr/

Annonce
Gabriel Refait
Gabriel Refaithttps://www.dynamocyclerepairs.com/
Cycliste passionné, gérant et restaurateur de l'atelier Dynamo Cycle Repairs. Roule toute l'année, par tous les temps et sur tout types de vélos.

1 COMMENTAIRE

  1. « même si je sais que les membres de la FFVélo, n’ont souvent qu’une vague idée de l’existence de la pratique tout terrain et préfèrent se concentrer sur d’énièmes brevets routiers au milieu des champs de patates »
    c’est un peu reducteur 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur